Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Julie Ancian, Les violences inaud...

Julie Ancian, Les violences inaudibles. Récits d’infanticide

Lise Kayser
Les violences inaudibles
Julie Ancian, Les violences inaudibles. Récits d'infanticides, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2022, 256 p., ISBN : 978-2-02-146572-3.
Haut de page

Texte intégral

1En 2006, l’affaire dite des « bébés congelés » jette la lumière sur un crime éminemment féminin : le néonaticide – soit l’homicide d’un nourrisson moins de 24 heures après sa naissance. Par-delà le fait divers, les circonstances des néonaticides sont souvent celles d’une grossesse non prévue cachée à l’entourage et d’un accouchement secret et solitaire. Dans cet ouvrage tiré de sa thèse, Julie Ancian avance que le meurtre de nouveau-nés est l’issue donnée par les femmes à des « grossesses catastrophiques » (p. 124). L’autrice prend ainsi le parti de considérer le néonaticide comme une conduite reproductive à part entière, qui s’impose au terme d’une longue série d’obstacles à la mise en œuvre des choix procréatifs. L’apport principal de l’ouvrage est alors de réinscrire l’extraordinaire de la transgression pénale dans l’ordinaire des inégalités sociales de santé.

2Le propos s’appuie sur une analyse « compréhensive » (p. 19) des néonaticides. Trois types de matériaux sont mobilisés : des entretiens répétés avec cinq femmes incarcérées, des observations de procès couplées d’entretiens avec des professionnels de justice, et des archives judiciaires et journalistiques s’étalant entre 2005 et 2015. L’analyse s’appuie sur deux parties construites en miroir : la première restitue les récits de femmes autrices de néonaticides, la seconde en explore les récits judiciaires.

3La première partie de l’ouvrage s’efforce d’écarter les explications psychologiques des néonaticides pour formuler d’autres interprétations, « plus en lien avec [la] santé reproductive qu’avec [la] santé mentale » (p. 57). L’autrice retrace les trajectoires reproductives de ses enquêtées pour déterminer comment elles en sont venues à poursuivre des grossesses sans projet d’enfant. Le premier résultat avancé est celui d’un rapport empêché à la contraception et à l’avortement. Certaines femmes évoquent ainsi un échec de la méthode contraceptive employée. Christine, par exemple, connaît cinq grossesses accidentelles en dix ans, toutes sous pilule contraceptive, sans qu’une autre méthode lui soit prescrite. D’autres enquêtées relatent une absence de contraception et un non-recours à l’IVG, « essentiellement en raison de difficultés pour accéder à des services de planification familiale ou par manque d’information » (p. 105). L’accès aux services de santé est en effet largement entravé par les contraintes qui pèsent sur les mobilités des femmes rencontrées. Elles sont nombreuses à résider dans des territoires ruraux et à dépendre d’autrui pour leurs déplacements – comme Blandine, qui travaille dans un hôtel-restaurant en haute altitude avec des horaires de travail amples, loin des maternités et des plannings familiaux. Des obstacles cumulatifs accentuent ces difficultés : le poids de l’isolement (notamment l’impossibilité de faire appel au cercle familial), la précarité des conditions matérielles d’existence et l’importance des violences conjugales. Sur ce dernier point, l’autrice explique que les diverses formes de violences masculines subies « installent et maintiennent les femmes dans un état de peur permanente » et « aggrave[nt] les difficultés de communication ressenties autour des questions de sexualité et de procréation » (p. 120). Dans ce faisceau de conditions, la naissance d’un enfant est perçue comme « catastrophique ».

4La seconde partie de l’ouvrage se déplace de la scène carcérale (où Julie Ancian réalise ses entretiens avec les femmes condamnées) à la scène judiciaire (où elle observe des procès, mène des entretiens avec des professionnels de justice et collecte des archives). Ces récits judiciaires reposent sur des éléments narratifs récurrents qui présentent l’accusée comme une mère dénaturée. Les faits reprochés sont énoncés sur le mode d’« une mémoire familialiste imbriquée dans une morale de classe » (p. 177) qui incite les femmes à assumer le rôle de mère des nourrissons qu’elles ont tué – par exemple en les poussant à accepter la filiation et à reconnaître l’enfant. Ensuite, l’incompréhension que suscitent les néonaticides oriente les acteurs judiciaires vers « la recherche d’un trouble psychique qui pourrait expliquer ces conduites “irrationnelles” » (p. 185). La recherche d’une éventuelle altération du discernement se focalise sur le phénomène de déni de grossesse – fréquemment évoqué par les avocats de la défense pour atténuer la responsabilité pénale de leurs clientes. Pourtant, les expertises ne concluent généralement pas à l’existence de pathologies mentales en lien avec la commission de l’infraction. Au cours de l’examen des faits, l’investigation se concentre sur la gestion du risque reproductif par les accusées, en amont et en aval de leur grossesse. Cette focalisation sur la santé sexuelle des femmes occulte toutefois les contraintes qui pèsent sur l’accès à la contraception et à l’avortement. Les autres types de difficultés sont également tus, comme l’isolement des accusées et l’impact des violences conjugales subies, ce qui résulte en une forme d’indulgence envers les conjoints qui sont lavés de tout soupçon. Enfin, les verdicts rendus apparaissent fortement polarisés. D’un côté, les peines dites « légères » sont prononcées pour les femmes qui ont su démontrer qu’elles vivaient une « situation de dépendance, d’emprise ou de vulnérabilité vis-à-vis de leur entourage » (p. 260). De l’autre côté, les peines dites « lourdes » sont réservées aux femmes qui sont perçues comme « froides, déterminées, secrètes, masculines » (ibid.). En conclusion, les accusées qui parviennent à ajuster leur récit aux attentes judiciaires et donc à s’éloigner de la figure de la mère dénaturée sont moins lourdement condamnées.

  • 1 Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes: des outils et des corps, Paris, L’Ha (...)

5En confrontant les récits subjectifs aux récits d’institution, l’ouvrage parvient à offrir un tableau complet des néonaticides et à restituer la parole des accusées, qui sont d’ordinaire parlées plus qu’elles ne parlent. L’accent mis sur les contraintes reproductives donne au propos une épaisseur certaine, et permet d’éclairer un pan occulté de la « gestion sociale de la reproduction »1. Le continuum tiré par Julie Ancian entre l’avortement et le néonaticide fournit un cadre heuristique pour penser les diverses formes de l’interruption de grossesse : d’un acte déviant mais légal à un acte déviant et illégal. Ce n’est qu’avec l’établissement de ce continuum qu’il devient possible de comprendre pourquoi ce crime n’est pas envisagé comme les autres meurtres de droit commun : la clémence des jurys et la compassion que ces récits suscitent témoignent de « la reconnaissance tacite de la spécificité du néonaticide » (p. 162).

Haut de page

Notes

1 Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes: des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 81

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Kayser, « Julie Ancian, Les violences inaudibles. Récits d’infanticide », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 avril 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55489

Haut de page

Rédacteur

Lise Kayser

Étudiante au département de sciences sociales de l’École normale supérieure.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search