Navigation – Plan du site

Frédéric Lebaron, Les indicateurs sociaux au XXIe siècle

Hervé Polesi
Les indicateurs sociaux au XXIe siècle
Frédéric Lebaron, Les indicateurs sociaux au XXIe siècle, Dunod, coll. « Les Topos », 2011, 120 p., EAN : 9782100545124.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Dans la collection « Les topos » des éditions Dunod, Frédéric Lebaron nous propose un petit volume relativement technique, Les indicateurs sociaux au XXIe siècle. Précisons-le, le qualificatif de petit ne s’applique qu’au nombre de pages (119), qui, au format de poche de la collection, ne laissent pas un espace immense pour le propos. Cela explique probablement le caractère extrêmement ramassé par moment du texte, dimension sur laquelle nous reviendrons.

2Les six chapitres qui rythment l’ouvrage permettent une approche très structurée du propos. Le lecteur commence donc par découvrir ce qu’il est possible d’entendre par Indicateurs Sociaux (IS) : découverte définitionnelle et conceptuelle, mais également découverte des questions et problèmes qui se posent. Frédéric Lebaron pose notamment les éléments de l’opposition entre l’approche par l’analyse d’indicateurs multiples (qu’il nomme Tableau de bord) et l’approche par le développement et l’usage d’indicateurs synthétiques, qui ramassent en une valeur unique un nombre plus ou moins important d’indicateurs de base. L’alternative entre les deux approches est d’ailleurs un des leitmotiv du texte. Il est à porter au crédit de Frédéric Lebaron de ne pas trancher en faveur de l’une ou de l’autre, et de montrer combien tout est affaire en la matière de contexte d’usage et d’objectifs.

3Un second leitmotiv émerge dès ce premier chapitre (et même dès l’introduction) : il s’agit de l’opposition entre les indicateurs économiques, réputés dans la sphère publique comme traduisant la réalité des sociétés, et les indicateurs sociaux, qui seraient moins puissants pour décrire le monde. L’auteur ne partage bien évidemment pas cette doxa, et s’appuie fréquemment sur le rapport cosigné par Stiglitz, Sen et Fitoussi en 2009 : Performances économiques et progrès social.

4Le second chapitre a pour objet « Les fondements théoriques des IS », et il s’agit probablement de la partie la moins satisfaisante de l’ouvrage : quinze pages pour présenter des fondements théoriques ne pouvaient que conduire à une présentation lapidaire. Consacrer moins d’une page aux capabilities d’Amartya Sen et près de cinq aux capitaux de l’approche bourdieusienne relève par ailleurs du choix de l’auteur, qui semble trahir une difficulté : la question de la définition des indicateurs apparaît fortement dépendante du contexte économique et social. L’usage de la part de population alphabétisée comme indicateur social (l’alphabétisation est une des capabilities de Sen) n’a pas le même intérêt selon le contexte et l’échelle géographique : ce qui sera opérant pour comparer des pays à l’échelle internationale ou des régions de Chine ou d’Inde présente peu d’intérêt pour analyser les disparités géographiques au cœur d’une région française. Dans cette perspective, pour des états de droit démocratiques et post-industriels, le fondement théorique proposé par Bourdieu semble plus adapté que celui de Sen. L’auteur revient d’ailleurs sur cette question de l’échelle dans son cinquième chapitre, mais son propos est principalement consacré à des enjeux de mise en cohérence d’approches différentes développées à des échelles variables, « de l’individu à la planète ».

5Le cœur de l’ouvrage réside dans les chapitres troisième et quatrième : le premier est consacré aux indicateurs « de bien-être et santé sociale », le second à l’approche en matière « d’inégalité, de pauvreté et d’insécurité socio-économique ». C’est l’occasion d’une présentation critique des stars du landernau des indicateurs sociaux : l’indice de développement humain (IDH), développé par l’ONU, l’indice de santé sociale (ISS), création de l’Institut pour l’innovation en politique sociale pour le territoire. Le propos revient également sur le dilemme entre indicateur synthétique ou tableau d’indicateurs. Les indicateurs synthétiques couramment utilisés intègrent souvent des indicateurs économiques : or, l’analyse en composante principale sur les données de vingt-sept pays européens présentée par l’auteur montre que des dimensions permettent de caractériser des disparités entre pays sans être corrélées aux indicateurs économiques. Il est dommage que la figure 3.5, qui présente les variables actives, ne précise pas la liste des variables concernées, que le lecteur est amené à déduire d’abréviations. Mais la démonstration est faite que, sur le plan statistique, des indicateurs comme VIH (probablement la prévalence de contamination au VIH) ou Mig (probablement le taux de population immigrée) sont orthogonaux (et donc non corrélés) au produit intérieur brut (PIB) et caractérisent la dispersion entre pays européens avec pratiquement autant de force.

6S’agissant des indicateurs d’inégalités, l’auteur propose un rapide tour d’horizon des développements récents en France : du BIP 40, indicateur synthétique qui permet de suivre l’évolution des inégalités en France métropolitaine dans le temps, et son adaptation en région, aux déclinaisons locales de l’IDH (IDH-2 et surtout IDH-4, donnant une place plus marquée à la santé appréhendée à travers la mortalité, qui ont vocation à éclairer les inégalités entre territoires de petite échelle (communes, voire arrondissements), le panorama d’une recherche vivante et dynamique en la matière est posé.

7Les enjeux de politiques publiques rattachés aux IS sont manifestes. Ces derniers visent en effet à donner une visibilité à des phénomènes trop peu pris en compte, largement occultés par les indicateurs de performance économique. Le parangonnage à une échelle territoriale fine ne peut plus, dès lors qu’il existe une offre en matière de travaux et d’indicateurs de synthèse, faire l’impasse pure et simple sur la dimension sociale : la vision d’un territoire affichant un PIB élevé ne peut rester la même une fois que le portrait est complété par exemple par une mortalité importante. Ces enjeux garantissent en partie une dynamique certaine pour l’avenir des travaux sur les indicateurs sociaux.

8Les indicateurs sociaux au XXIe siècle se pose clairement comme jalon dans ce cheminement. De par se taille, l’ouvrage reste bien évidemment limité à une très rapide introduction : mais l’envie est forte de mordre à l’hameçon et d’aller voir plus avant dans les directions que désigne l’auteur. Un travail d’édition plus soigneux (cartes pixélisées, corps de police des tableaux à la limite de la lisibilité, quelques redites étranges dans le corps du texte) pourrait être souhaité pour cet ouvrage qui passera probablement par les mains de nombreux étudiants et professionnels de terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Polesi, « Frédéric Lebaron, Les indicateurs sociaux au XXIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 mai 2011, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5558

Haut de page

Rédacteur

Hervé Polesi

Chargé d'études en santé publique à l'ORS Alsace et doctorant au sein du laboratoire Cultures et sociétés en Europe (CNRS/Université de Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page