Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Achille Mbembe et Rémy Rioux, ave...

Achille Mbembe et Rémy Rioux, avec Séverine Kodjo-Grandvaux, Pour un monde en commun. Regards croisés entre l’Afrique et l’Europe

Anthony Mangeon
Pour un monde en commun
Achille Mbembe, Rémy Rioux, Pour un monde en commun. Regards croisés entre l'Afrique et l'Europe, Arles, Actes Sud, coll. « Manifestes », 2022, 178 p., avec Séverine Kodjo-Grandvaux, ISBN : 978-2-330-16217-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Diagne Souleymane Bachir et Amselle Jean-Loup, En quête d’Afrique(s). Universalisme et pensée décol (...)
  • 2 Diagne Souleymane Bachir et Brague Rémi, La Controverse. Dialogue sur l’islam, Paris, Stock, coll. (...)

1On peut se réjouir de voir se multiplier, depuis quelques années, les livres d’entretiens entre intellectuels africains et français. Après les exigeants dialogues menés par le philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne avec l’anthropologue africaniste Jean-Loup Amselle (En quête d’Afrique(s), 20181) puis avec le philosophe médiéviste Rémi Brague (La Controverse, 20192), voici deux historiens de formation, le penseur camerounais Achille Mbembe, chercheur en sciences politiques à l’université du Witwatersrand (Afrique du Sud), et le haut fonctionnaire français Rémy Rioux, actuellement directeur de l’Agence française de développement, qui commercent d’idées à leur tour. Préfacée et conduite par la philosophe et journaliste Sévérine Kodjo-Grandvaux, qui sait remarquablement introduire et relancer les échanges, la conversation s’ordonne autour de trois grandes questions : la place de l’Afrique dans le monde, tout d’abord, et notamment son rôle dans les enjeux écologiques, économiques et géopolitiques qui régissent aujourd’hui les relations internationales ; le poids des héritages coloniaux, ensuite, et les voies critiques et politiques engagées pour les dépasser ; la recomposition des rapports à la planète, enfin, tels qu’ils s’imposent à l’humanité en raison de l’épuisement des ressources naturelles et fossiles, du réchauffement climatique et du développement de zoonoses comme le virus Ébola ou la pandémie de la Covid-19.

2Après les présentations d’usage, où les deux interlocuteurs reviennent sur leurs parcours respectifs et sur les parallélismes ou les points de croisements qu’ils constatent entre ces derniers, la discussion s’engage sur « l’Afrique et le basculement du monde ». Loin de se livrer à des tirades agonistiques, Achille Mbembe et Rémy Rioux développent des analyses toujours complémentaires, jusque dans leurs styles et leurs formes de pensée : au premier, on saura gré d’offrir une hauteur de vue qui resitue chaque thématique abordée dans la perspective d’une longue durée historique, sans pour autant négliger les moments significatifs de rupture, tandis que le second apporte des éléments concrets de contextualisation, à l’échelle des institutions internationales, de leurs initiatives et des hommes et femmes qui les dirigent. De cette première conversation, on retiendra surtout une conviction partagée : un rôle majeur appartient désormais au continent africain « pour transformer à son tour en profondeur, par le poids de sa démographie et la structuration progressive de ses marchés intérieurs, les chaînes de valeurs et les rapports de puissance » (p. 53-54) dans le monde. La « nouvelle géopolitique » qui en découle se trouve ensuite brillamment esquissée (p. 65-77), à partir des réseaux et des grandes lignes verticales et diagonales qui intègrent les Afriques (du nord, de l’ouest, de l’est, du centre et du sud) à divers espaces extracontinentaux, dans le même temps qu’elles les relient entre elles.

  • 3 Felwine Sarr, Bénédicte Savoy, Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une (...)
  • 4 Mbembe Achille, Les nouvelles relations Afrique-France : Relever ensemble les défis de demain, 2021 (...)
  • 5 Stora Benjamin, Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, 2021, (...)
  • 6 Duclert Vincent, La France, le Rwanda et le génocide des Tutsi (1990-1994). Rapport remis au Présid (...)

3Mais pour renforcer cette connexion du « Tout-Afrique » (p. 66) à l’Europe, à l’Asie et plus largement au « Tout-Monde », selon un mot-valise qu’Achille Mbembe emprunte au poète et penseur antillais Édouard Glissant (p. 60), encore faut-il rompre avec certaines habitudes intellectuelles et relationnelles inhérentes aux rapports dissymétriques historiquement construits à l’époque moderne, via les traites esclavagistes puis la colonisation. C’est tout l’enjeu de la deuxième conversation que de dresser l’inventaire de « l’héritage colonial » pour mieux le « dépasser » (p. 85). Mbembe et Rioux revisitent alors de manière nuancée le passé des relations euro- ou franco-africaines, pour montrer quels changements se sont récemment opérés. À la publication de plusieurs rapports (de Felwine Sarr et Bénédicte Savoy sur « La restitution du patrimoine culturel africain »3, d’Achille Mbembe sur « Les nouvelles relations Afrique-France »4, de Benjamin Stora sur « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie »5, de Vincent Duclert sur « La France, le Rwanda et le génocide des Tutsis »6) s’ajoute selon eux l’organisation du Sommet Afrique-France de Montpellier (8 octobre 2021), que complète un changement de paradigme dans l’action de l’Agence française de développement : « les notions d’“investissement solidaire” et, plus large encore, d’“investissement de développement durable” » s’y substituent en effet à celle, plus unilatérale et injonctive, d’« aide publique au développement » (p. 112).

  • 7 Pour d’autres exemples de cette rhétorique démonstrative, voir p. 25 et p. 92.
  • 8 Rioux Rémy, Réconciliations, préface de Ngozi Okonjo-Iweala, Paris, Débats publics Éditions, 2019. (...)

4On pourrait assurément lire ces pages comme un plaidoyer pro domo : rédacteurs eux-mêmes de rapports et acteurs de certaines de ces initiatives historiques, Mbembe et Rioux s’en font ici les promoteurs – non sans rendre quelques hommages appuyés à « la politique mémorielle engagée par Emmanuel Macron » (p. 97)7. Mais leur vision d’« un monde en commun » n’en apparaît pas moins sincère. Elle implique dès lors une politique de « réconciliations », théorisée par Rémy Rioux dans un précédent ouvrage et mentionnée ici à diverses reprises8, ainsi qu’« une éthique de la réparation » (p. 122) qu’Achille Mbembe définit quant à lui comme une triple exigence (de vérité, de responsabilité et de justice), laquelle engendre à son tour une triple « dette de vie, de vérité et de mémoire » (p. 124). « En réalité », précise en effet le penseur, « la seule vraie question qu’il faut poser est celle de la dette de vie, du lien humain. Comment répare-t-on des liens qui ont été à ce point détruits ? » (p. 123).

  • 9 Mbembe Achille, Brutalisme, Paris, La Découverte, 2020 ; compte rendu de Christophe Premat pour Lec (...)
  • 10 Morizot Baptiste, Manières d’être vivant, Arles, Actes Sud, 2020 et Kodjo-Grandvaux Séverine, Deven (...)
  • 11 « Nous sommes les enfants du Cosmocide », écrivait en effet Sony Labou Tansi dans sa « Note de l’au (...)

5Cette question, tout comme l’éthique qu’elle fonde, trouve finalement sa pleine mesure avec la troisième conversation, « Pour une diplomatie du vivant ». Dans le sillage du dernier livre d’Achille Mbembe (Brutalisme, 2020)9, mais également des considérations écologiques récemment développées par les philosophes Baptiste Morizot (Manières d’être vivant, 2020) et Séverine Kodjo-Grandvaux (Devenir vivants, 2021)10, les débatteurs étendent en effet l’exigence de réparation à l’environnement lui-même, le développement devant se penser « à partir des idées du soin, de la reconstruction des milieux de vie, des sols et des habitats, des savoirs et des capacités, bref du vivant » (p. 127). Au lieu d’importer des « modèles voyageurs » (p. 140) qui ont assurément fait leurs preuves ailleurs, mais en altérant profondément la nature dont ils se rendaient maîtres et possesseurs, priorité est donnée à la reconnaissance d’autres imaginaires, fondant d’autres rapports au monde ou plutôt ressuscitant d’anciennes relations d’interdépendance entre les êtres humains et leurs milieux naturels, comme les « cosmogonies africaines » traditionnelles où « les vivants non humains disposaient de certains droits » (p. 155). Cette exigence d’une « justice écologique » appelle dès lors de nouveaux concepts, comme celui d’« écocide » (p. 159) dont Rémy Rioux souligne l’émergence récente, à la suite de la COP 21. On pourrait de fait en trouver une préfiguration poétique dans le théâtre et les essais de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi qui, dès les années 1970, parlait déjà de « cosmocide »11. Dans la constitution d’une sensibilité écologique comme dans « l’émergence d’une nouvelle conscience planétaire » (p. 154), les cultures africaines apparaissent aussi originelles que pionnières. C’est à ce titre qu’un rôle éminent devrait leur échoir, pour la parturition d’« un futur différent » (p. 170) de celui auquel nous destinent la consomption du monde et « l’actuelle montée en puissance d’innombrables récits eschatologiques » (p. 130) se figurant sa fin.

6Avec ces entretiens à trois voix, Achille Mbembe, Rémy Rioux et Séverine Kodjo-Grandvaux livrent donc autant un message d’espoir et porteur d’avenir qu’une analyse sans concession du passé colonial et de ses violences prédatrices.

Haut de page

Notes

1 Diagne Souleymane Bachir et Amselle Jean-Loup, En quête d’Afrique(s). Universalisme et pensée décoloniale, préface d’Anthony Mangeon, Paris, Albin Michel, coll. « Itinéraires du savoir », 2018.

2 Diagne Souleymane Bachir et Brague Rémi, La Controverse. Dialogue sur l’islam, Paris, Stock, coll. « Les Essais », 2019 ; compte rendu de Victor Mercier pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.47676.

3 Felwine Sarr, Bénédicte Savoy, Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle, 2018, disponible en ligne : http://restitutionreport2018.com.

4 Mbembe Achille, Les nouvelles relations Afrique-France : Relever ensemble les défis de demain, 2021, disponible en ligne : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/10/07/remise-de-la-contribution-du-professeur-achille-mbembe-au-president-de-la-republique.

5 Stora Benjamin, Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, 2021, disponible en ligne : https://www.vie-publique.fr/rapport/278186-rapport-stora-memoire-sur-la-colonisation-et-la-guerre-dalgerie.

6 Duclert Vincent, La France, le Rwanda et le génocide des Tutsi (1990-1994). Rapport remis au Président de la République le 26 mars 2021, Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi, disponible en ligne : https://www.vie-publique.fr/rapport/279186-rapport-duclert-la-france-le-rwanda-et-le-genocide-des-tutsi-1990-1994.

7 Pour d’autres exemples de cette rhétorique démonstrative, voir p. 25 et p. 92.

8 Rioux Rémy, Réconciliations, préface de Ngozi Okonjo-Iweala, Paris, Débats publics Éditions, 2019. Voir également Pour un monde en commun, op.cit., p. 26, p. 37, p. 165.

9 Mbembe Achille, Brutalisme, Paris, La Découverte, 2020 ; compte rendu de Christophe Premat pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.42506.

10 Morizot Baptiste, Manières d’être vivant, Arles, Actes Sud, 2020 et Kodjo-Grandvaux Séverine, Devenir vivants, Paris, Philippe Rey, 2021.

11 « Nous sommes les enfants du Cosmocide », écrivait en effet Sony Labou Tansi dans sa « Note de l’auteur » liminaire à sa pièce afrofuturiste Conscience de tracteur (Yaoundé, CLE, 1979, p. 17). Voir également son anthologie d’essais Encre, sueur, salive et sang, Paris, Seuil, 2015, notamment p. 21, p. 114 et p. 119 : « De toute manière si l’Afrique meurt elle ne fera qu’inaugurer le cosmocide – parce que nous restons la seule chance de survie de l’humanité ! Survie physique entendez, mais aussi survie poétique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Mangeon, « Achille Mbembe et Rémy Rioux, avec Séverine Kodjo-Grandvaux, Pour un monde en commun. Regards croisés entre l’Afrique et l’Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 avril 2022, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55599 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55599

Haut de page

Rédacteur

Anthony Mangeon

Professeur de littératures francophones à l’Université de Strasbourg, directeur de Configurations littéraires et coordonnateur de LETHICA (lettres, éthique et arts), Anthony Mangeon est l’auteur de plusieurs ouvrages dont un essai sur L’Afrique au futur : le renversement des mondes paru en 2022 aux éditions Hermann.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search