Navigation – Plan du site

Kenza Aghouchy, Gilles Campagnolo, Philippe Chanial, Bernard Doray, Peut-on critiquer le capitalisme ?

Igor Martinache
Peut-on critiquer le capitalisme ?
Kenza Aghouchy, Gilles Campagnolo, Philippe Chanial, Bernard Doray (dir.), Peut-on critiquer le capitalisme ?, La Dispute, coll. « Comptoir de la politique », 2008, 186 p., EAN : 9782843031557.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mais dont les magasins ont récemment distribué des DVD d'enregistrements pirates de concerts comme (...)

1C'est l'histoire d'un livre qui n'aurait pas dû exister. Du moins pas sous cette forme. Et cette péripétie suffit à elle seule à répondre à la question posée par le titre, et au-delà, en dit long sur les mœurs et coutumes qui dirigent le champ intellectuel français. Tout commence en 2006 lorsque Le Nouvel Observateur contacte les différents contributeurs du présent ouvrage, ainsi que quelques autres, en vue d'un numéro hors-série consacré à la critique du capitalisme. Un projet quelque peu audacieux pour l'hebdomadaire, qui s'est récemment illustré en publiant un cliché des fesses de Simone de Beauvoir en couverture, et en débauchant Denis Olivennes, l'ex-PDG de la FNAC, et pourfendeur de la « culture de la gratuité » dans l'économie numérique 1. C'est sans doute ce que se sont dits les responsables du Nouvel Observateur, puisque le projet de hors-série a été subitement annulé à la dernière minute. Les contributeurs sollicités se sont alors mobilisés pour faire paraître malgré tout leur travail et dénoncer ce que certains qualifiaient de « censure ». Mais certains parmi les plus insurgés ont finalement accepté de se rallier au projet relancé du Nouvel Observateur, délesté de quelques articles trop corrosifs remplacés par des articles à la gloire du capitalisme, signés par de grands argentiers comme Claude Bébéar, Jean Peyrelevade ou Félix Rohatyn. Quant aux autres, leurs articles ont été réunis par La Dispute pour constituer le présent ouvrage...

2La diversité est cependant de mise : Kenza Aghouchi décrit ainsi le nouveau taylorisme des services, incarné par les salariés de centres d'appel téléphonique, où le contrôle et la domination ont même encore franchi un stade grâce aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Le philosophe Gilles Campagnolo livre pour sa part une réflexion utile sur la naturalisation de phénomènes sociaux opérés par certains économistes, à commencer par l'identification « problématique » du capitalisme et du marché, tout en remarquant que sa dénonciation est cependant « douteuse ». De quoi mécontenter les uns et les autres comme il l'observe lui-même.

  • 2 Sur le même sujet, on peut se reporter au livre très vivant d'Albert Hirschman, Les passions et les (...)

3Le sociologue Philippe Chanial propose pour sa part un retour aux discours des premiers socialistes français, Saint-Simon, Proudhon et Fourier en tête, dont la morale a en commun de dénoncer la prééminence prise par la logique de l'intérêt et des droits individuels sur celle de la solidarité et du désintéressement 2. Psychiatre, Bernard Doray vient rappeler l'ambivalence de l'argent par rapport à la civilisation : celui-là peut pour celle-ci signifier tout autant coopération, alliance et construction que discorde et destruction du corps social, comme l'illustrent les diverses manières d'entreprendre dans le monde contemporain.

4Georges Gloukoviezoff vient lui donner un écho en décrivant la montée de l'exclusion bancaire, qui devient dans la société contemporaine une des pires menaces en même temps que la marque de « la soumission à la logique marchande de tous les acteurs de la vie économique et sociale : les banques, les particuliers et l'Etat », et partant de « la satisfaction des besoins fondamentaux à la logique néolibérale ». Jean-Marie Harribey, maître de conférences en économie à l'université de Bordeaux IV et co-président de l'association Attac-France, vient ainsi affirmer que face à la crise sociale et écologique, ni le capitalisme, ni la décroissance ne peuvent selon lui apporter une solution pour l'ensemble de l'humanité, mais qu'il s'agit avant tout de transformer les rapports de production et de reconsidérer la conception de la richesse promue par le développement capitaliste. Une expérience d'utopie concrète est ainsi fournie par les Systèmes d'Echange Locaux (SEL) dont Smaïn Laacher, spécialiste des questions migratoires, mais aussi de ces associations d'un genre nouveau, vient brosser le portrait. Un de leurs principes des monnaies alternatives qui y ont cours est ainsi d'être « fondantes », c'est-à-dire de perdre leur valeur avec le temps si elles ne sont réinjectées dans le circuit économique, ce qui a pour vertu d'empêcher la thésaurisation tout en faisant œuvre pédagogique quant au rôle et à la nature de la monnaie.

5Spécialiste justement de l'économie sociale, Jean-Louis Laville vient pour sa part rappeler les « enjeux de l'opposition au capitalisme ». Il s'agit avant tout de promouvoir la possibilité d'un « pluralisme » économique contre la réduction de toutes les relations humaines au marché autorégulateur qu'opère la doxa néolibérale, qui a su exploiter ainsi à plein les ambiguïtés du vocabulaire économique. L'enjeu de la promotion de relations non-marchandes, de la redistribution et d'entreprises non capitalistes est de taille selon l'auteur, car « la démocratie ne saurait subsister dans une société de marché ». Professeur de lettres, Christian Marouby vient confirmer ce propos en montrant en quoi le capitalisme se pose comme transcendant les limites, ainsi que l'avait bien vu Smith ou Turgot avant même la révolution industrielle et la confirmation des impressionnantes potentialités du capital. Or, la « cité » démocratique pourrait-on ajouter a précisément besoin de limites comme l'avait déjà bien vu Platon.

6Spécialiste de l'œuvre de Karl Polanyi, Jérôme Maucourant résume la pensée de l'auteur de La Grande Transformation (1944), non sans remarquer que le nouveau « désenchâssement » du marché par rapport à la société en cours risque bien d'aboutir à un retour des fascismes, comme il y a plus de sept décennies, les mêmes causes engendrant souvent les mêmes effets... Après celle du capitalisme libéral, l'économiste Christophe Ramaux vient pourfendre une autre utopie délétère, celle de la « flexicurité », nouvel horizon des sociaux-libéraux de toute l'Europe. Non seulement, contrairement à une idée reçue, les emplois actuels ne sont pas plus instables qu'avant, mais la flexibilité dans sa version externe et quantitative actuellement présentée comme inéluctable n'est guère favorable à l'emploi alors qu'elle altère le travail. Face à cette incohérence du capitalisme actuel, il est opportun de promouvoir l'Etat social et la « démarchandisation » des relations de travail, en modifiant par exemple le traitement des sans-emploi. Ainsi, observe-t-il, pourvoir un revenu de 800 euros mensuels à ces derniers (titulaires actuellement du RMI ou de l'ASS), ne « coûterait » qu'un pourcent du PIB. Et encore cette mesure s'autofinancerait-elle pratiquement par la relance de la consommation qu'elle induirait...

  • 3 Magistralement adaptée à l'écran par Pier Paolo Pasolini, qui l'a transposée dans l'Italie mussolin (...)

7Reste qu'une telle mesure risquerait de miner les rapports de subordination qui sous-tendent le « bon » fonctionnement des entreprises capitalistes depuis la première révolution industrielle, et dont Bruno Tinel retrace l'évolution. Surtout, fait-il remarquer, l'essor actuel du capitalisme « cognitif » n'est en rien synonyme de relâchement des contraintes et de gain d'autonomie dans le travail. La domination tendant vers le totalitarisme est ainsi inhérente à la rationalisation qui sous-tend le déploiement du capitalisme, ainsi que l'avait bien décrit Max Weber. Tel est le message porté par Enzo Traverso, qui montre également comment cette rationalité primitive qui s'incarnait dans l'ascétisme bourgeois s'est cependant transformée au cours de l'histoire. Elle a ainsi pu donner naissance à l'entreprise concentrationnaire de la Shoah, tandis qu'aujourd'hui, cette « rationalité irrationnelle » est porteuse d'une « domination « globalitaire » où toutes les relations sociales, tous les besoins de l'humanité sont soumis à un processus de réification universelle qui les transforme en marchandises ». Or, cette critique du totalitarisme que porte en germe le capitalisme était déjà présente, de manière inattendue, dans l'œuvre du...marquis de Sade. C'est ce que montre le sociologue Patrick Vassort en analysant l'une des œuvres les plus effroyables de l'écrivain libertin, Les 120 jours de Sodome 3. On pouvait donc critiquer le capitalisme dès la fin du XVIIIème siècle, et on peut toujours le faire aujourd'hui avec une pertinence certaine. C'est ce que vient montrer ce petit ouvrage. Mais il montre aussi que cette entreprise est aussi nécessaire que difficile à rendre audible à une époque où le capitalisme a su récupérer certains instruments de sa contestation. Ce ne sont pas les journalistes du Nouvel Observateur qui diront le contraire...

Haut de page

Notes

1 Mais dont les magasins ont récemment distribué des DVD d'enregistrements pirates de concerts comme l'a révélé Le Canard Enchaîné le 27 février dernier...

2 Sur le même sujet, on peut se reporter au livre très vivant d'Albert Hirschman, Les passions et les intérêts : Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, PUF, 1977

3 Magistralement adaptée à l'écran par Pier Paolo Pasolini, qui l'a transposée dans l'Italie mussolinienne finissante dans Salo ou les 120 jours de Sodome (1975)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Kenza Aghouchy, Gilles Campagnolo, Philippe Chanial, Bernard Doray, Peut-on critiquer le capitalisme ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 10 avril 2008, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/557

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page