Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Tim Ingold, Machiavel chez les ba...

Tim Ingold, Machiavel chez les babouins. Pour une anthropologie au-delà de l’humain

Tassanee Alleau
Machiavel chez les babouins
Tim Ingold, Machiavel chez les babouins. Pour une anthropologie au-delà de l'humain, Le Pré Saint Gervais, Asinamali, 2021, 304 p., ISBN : 978-2-9553822-8-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mais qui cherche ici à être plus anthropologue qu’ethnographe.
  • 2 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Bruxelles, Zones sensibles, 2013.
  • 3 Comme les recherches de Philippe Descola critiquent le dualisme nature/culture en propose d’aller P (...)

1Dans Machiavel chez les babouins, Tim Ingold, anthropologue et ethnographe1, déjà auteur de Marcher avec les dragons2, pose la question de la coopération et des interactions entre les espècesen s’attaquant aux dichotomies archétypales sur lesquelles la plupart des chercheurs et des chercheuses appuient leurs travaux : les oppositions nature/culture3 et instinct/intelligence, art/technologie, ou encore art primitif/savoir-faire. L’ouvrage est découpé en sept chapitres autour des relations inter-espèces entre humain et animaux. La méthode anthropologique de Tim Ingold y est atypique, à la frontière entre l’art, la biologie, la sociologie et la philosophie. Il tente d’appréhender les comportements humains en redéfinissant leurs contours et en tenant compte d’un avenir qu’ils mettent en péril. Il veut ainsi ébranler la croyance « selon laquelle les humains, uniques en cela parmi les animaux, possèdent universellement la capacité intellectuelle de dépasser les conditions matérielles de la vie » (p. 19). Ses exemples sont ceux de l’éthologie animale (faisant référence au comportement et des relations sociales d’animaux tels que le castor, le ver de terre, les primates, les insectes etc.) et de l’anthropologie (exploration des pratiques et actions humaines), impliquant un « mouvement anthropocentrique » assumé (p. 24).

2En effet, la définition d’animalité n’est connue que par son rapport à la définition d’humanité, « termes lourdement connotés, pleins d’ambiguïté » (p. 28), et chargés de biais intellectuels. Pour arriver à la conclusion de l’interdépendance humain-animal, Tim Ingold choisit d’abord dans une première partie de considérer l’humanité comme « espèce animale », puis dans une seconde partie comme opposée à l’animalité et enfin, dans une troisième partie, l’humanité assimilée à l’animalité, s’attaquant à la question de la supériorité de l’homme sur la nature. L’écriture érudite de Tim Ingold n’entre pas dans les normes classiques de l’anthropologie et emprunte à diverses sources, des récits d’exploration ou ethnographiques de l’époque moderne, aux analyses sociobiologiques contemporaines.

  • 4 James Burnett ou Lord Monboddo (1714-1799) était un philosophe écossais du XVIIIe siècle, auteur de (...)

3L’auteur ne cherche pas tant à connaître les causes de la différence entre animalité et humanité, mais à en comprendre les relations et les contradictions. Il critique les propensions humaines à classifier et à produire des stéréotypes tandis que les espèces Homo sapiens et animale sont chargées d’un « remarquable » degré de variabilité (p. 34), par leur structure ADN. Ingold choisit de distinguer ontologie et philosophie pragmatique, opposant « être humain » à « être un humain », qu’il suppose ne pas être la même chose. Il reprend de manière critique les termes de James Burnett 4qui voyait de l’humanité chez les orangs-outans, et suggère que nous voyons toujours l’humanité comme une forme de maturité, comparant la figure de l’enfant à celle de l’orang-outan qui n’aurait pas atteint ce stade. En s’attachant à cette croyance, l’erreur serait de renforcer la binarité nature/culture. Or la nature est une construction, selon Tim Ingold, « qui n’existerait que dans la tête des gens » (p. 42). Et la culture renvoie bien souvent aux facultés intellectuelles plutôt qu’au corporel, comme l’avait établi Buffon. Ce dernier, comme Lord Monboddo et bien d’autres, imputaient l’état bestial de l’homme à un « résidu inné » d’instinct animal (Ibid.). L’humanité a, pour Tim Ingold, deux pendants : un aspect rationnel et biologique (Homo sapiens) et une condition morale d’existence (la personnalité humaine). De fait, même en trouvant trace de l’animalité chez l’humain, le chercheur britannique prouve que l’humanité s’oppose presque toujours à l’animalité.

  • 5 Par exemple, la supériorité de l’humain sur l’animal, celle de l’homme sur la femme, celle du domes (...)

4Cependant, il avance que l’humain n’est pas le seul à être doué d’une intentionnalité dans les actes. Notre capacité à projeter cette intentionnalité sur les animaux dont nous sommes les plus proches tels que les chiens et les chats le montre aisément. Après avoir relevé tous les biais biologiques et culturels dans lesquels nous enfermons l’humanité dans toute sa « diversité humaine »5, l’anthropologue démontre la tendance à mélanger espèce humaine et condition humaine. Outre l’anthropocentrisme souvent critiqué en anthropologie, Tim Ingold alerte sur les risques d’ethnocentrisme au détriment de la diversité des sociétés, mais intègre à sa méthodologie la considération des processus d’évolution et des processus culturels, au croisement des sciences naturelles et des sciences humaines. Dans son analyse, Ingold étudie des pratiques et des actions bien précises : le travail (les animaux travaillent-ils ?) en s’intéressant à la formule de Karl Marx au sujet de « formes primitives » du travail chez l’animal. Il critique cette vision en proposant de garder une approche socioculturelle et biologique du travail,  et étendant ainsi le travail à une caractéristique animale.

  • 6  Critique de la sociobiologie d’Edmund O. Wilson. La notion de directionnalité se réfère ici à une (...)
  • 7 Bronislaw Manilowski, Une théorie scientifique de la culture, et autres essais, Paris, François Mas (...)
  • 8 Tout comme le pensait en partie l’éthologue Konrad Lorenz.

5Chemin faisant, il critique certaines théories de l’évolution dont celles qui admettent un dessein ou une « directionnalité » (p. 72) dans l’évolution6. Il ne remet pas en question la théorie scientifique de l’origine de la culture, s’en inspirant même (notamment celle de Malinowski7), et choisit donc d’attribuer la conscience, l’intention et la socialité au règne animal. Néanmoins, il s’écarte d’un modèle théorique restreignant les pulsions à un moteur de nos actions censées conduire à la satisfaction de notre volonté de travailler. En effet, il rejette l’idée d’un conflit évolutif entre raison et instinct où la première aurait pris le pas sur le second chez l’être humain : il s’agirait d’admettre que « le caractère moral tire une partie de sa puissance de ce qu’on appelle assez crûment “instincts” »8. Les deux ne sont pas dissociables.

  • 9 La conspécificité est un concept biologique opposé à l’hétérospécificité. C’st le fait de voir plus (...)

6Après avoir démontré que la définition de l’humanité et ses caractéristiques sociales peuvent être étendues à l’animal (en dehors des représentations symboliques), Tim Ingold veut montrer que les caractéristiques de la socialité animale peuvent inversement être attribuées à l’humain. Pour cela, il reprend l’approche de la socio-écologie comparative en postulant que l’homme est un animal. L’idée est de réconcilier biologistes et anthropologues, les premiers renvoyant la socialité à un processus biologique, les seconds au contraire la voyant comme essentiellement sociale et humaine. Il se penche sur certaines interactions telles que la coopération et la communication entre les espèces, plus spécifiquement à travers le langage et les relations sociales et poursuit sa réflexion autour des organismes en tant qu’entités biologiques et de l’environnement, qu’il considère composé de trois éléments : le monde non vivant ou abiotique, le monde des autres espèces, et le monde des conspécifiques9. Il tisse ainsi un lien entre écologie comportementale (celle qui étudie le comportement des espèces animales dans des conditions variables et dans différents milieux naturels), éthologie et biologie. Il avance que la condition de la coopération la plus complexe et la plus poussée dans le monde animal (par exemple chez les fourmis), serait peut-être l’absence de conscience, et que c’est à l’usine, en suivant la théorie de Karl Marx, qu’on retrouve ce type de comportement. Pour autant, il insiste sur le fait qu’il faut étudier les relations sociales entre sujets sociaux et pas uniquement les interactions comme c’est généralement le cas en sociobiologie. De ce fait, il se demande : les relations sociales sont-elles du seul fait des humains ? Car on oppose souvent le fait de faire société (cadre culturel) à celui de la nature (cadre organique et biologique). Il refuse la division de l’homme et de la femme en personne sociale versus organisme. Les deux lui semblent ne pas pouvoir être séparés, et il envisage l’être humain comme un organisme complexe intégré dans un environnement tout aussi complexe. Il indique qu’il faut éviter de ne s’appuyer que sur le social, ce qui nous amènerait toujours inévitablement à opposer la société (que Tim Ingold pense être un mirage) à la nature.

7Enfin, il s’interroge sur la nature de nos relations avec les autres animaux non humains : domination, communication ou confiance ? Il propose de faire de l’histoire de la domination et de la domesticité animale une histoire plus globale dans laquelle l’humain cherche à contrôler et à maîtriser sa propre animalité. Pour cela il revient sur la figure de chasseur-cueilleur et sur le concept de domination en avançant l’argument que les chasseurs-cueilleurs partageaient le principe de la confiance mutuelle de la même façon que le faisaient les animaux entre eux (troupeaux, meutes, etc.) tandis que notre passage évolutif de la confiance à la domination a empêché les anthropologues de voir à quel point le chasseur-cueilleur était un animal comme ceux qu’il chassait.

  • 10 Qui sépare les animaux et les humains en catégories distinctes.

8Tim Ingold suggère par cet ouvrage un nouveau paradigme très intéressant où l’anthropologue ne serait plus seulement celui qui étudie, mais qui vit dans une forme « d’être-au-monde » et d’un « être avec », comme le font aujourd’hui les études intersectionnelles, afin de réécrire l’histoire des relations entre l’humain et l’animal, en supprimant cette vue par le haut et en réfutant la logique multi-espèces10. Par conséquent, il nous serait possible de mieux observer et saisir non pas exclusivement le monde animal mais aussi celui des humains, là où l’anthropologie et l’ethnologie viennent fréquemment faire s’entrechoquer toutes ces dichotomies archétypales dont nous avons parlé plus haut.

Haut de page

Notes

1 Mais qui cherche ici à être plus anthropologue qu’ethnographe.

2 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Bruxelles, Zones sensibles, 2013.

3 Comme les recherches de Philippe Descola critiquent le dualisme nature/culture en propose d’aller Par-delà nature et culture (2005), dans cette même lignée critique, les recherches de Tim Ingold argumentent en faveur d’une anthropologie au-delà de l’humanité, postulant que le continuum nature/culture se retrouve de la même façon dans un autre continuum celui de l’animalité/humanité.

4 James Burnett ou Lord Monboddo (1714-1799) était un philosophe écossais du XVIIIe siècle, auteur de l’ouvrage Traité sur l’origine et les progrès du langage et qui avait développé l’idée que l’homme était un singe primate perfectionné.

5 Par exemple, la supériorité de l’humain sur l’animal, celle de l’homme sur la femme, celle du domestiqué sur le sauvage, etc.

6  Critique de la sociobiologie d’Edmund O. Wilson. La notion de directionnalité se réfère ici à une perception de l’évolution ici biologiquement déterminée ou bien ayant une finalité telle que l’expression d’un dessein divin pour les espèces.

7 Bronislaw Manilowski, Une théorie scientifique de la culture, et autres essais, Paris, François Maspero, 1968 [1944].

8 Tout comme le pensait en partie l’éthologue Konrad Lorenz.

9 La conspécificité est un concept biologique opposé à l’hétérospécificité. C’st le fait de voir plusieurs organismes ou groupes d’individus appartenant à la même espèce.

10 Qui sépare les animaux et les humains en catégories distinctes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tassanee Alleau, « Tim Ingold, Machiavel chez les babouins. Pour une anthropologie au-delà de l’humain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 avril 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55718

Haut de page

Rédacteur

Tassanee Alleau

Doctorante contractuelle en histoire au Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR 7323), sa thèse interroge la place du végétal dans la société de l'époque moderne, à travers les symboles, gestes et pratiques et selon des approches culturelles, matérielles et scientifiques. Elle est diplômée de l’École d’Art et de Design de Tours, après des recherches sur les origines biologiques, la fragilité et le déracinement du corps.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search