Navigation – Plan du site

Bernard Traimond, L’économie n’existe pas

Laure Célérier
L'économie n'existe pas
Bernard Traimond, L'économie n'existe pas, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2011, 114 p., EAN : 9782356871015.
Haut de page

Texte intégral

1Le verdict est clair, la condamnation sans appel : l’économie n’existe pas, nous affirme Bernard Traimond, anthropologue. Alors que, parmi l’ensemble des sciences humaines, l’économie est certainement celle dont les experts ont su le plus efficacement s’imposer en conseillers du prince, alors même que les argumentaires économiques ont envahi l’espace médiatique et le discours politique, cette pseudo science ne serait que chimère et illusion. D’ailleurs, il est souvent affirmé que réunir deux économistes dans la même pièce permet l’obtention de quatre théories différentes, tant les querelles de clocher ou les différends idéologiques peuvent être profonds entre experts de la même discipline, qui ne semblent pas tous parler le même langage. Bernard Traimond nous propose ses réflexions personnelles et les outils de sa discipline pour justifier sa thèse, découlant de l’observation selon laquelle les concepts de l’économie sont obscurs et trop incontestés. Il dénonce également les limites de la modélisation économique, ainsi que la faible légitimité des économistes à formuler des recommandations pratiques.

2Anthropologue, l’auteur attache une grande importance à la polysémie des notions employées en économie. Le terme économie lui-même, de même que les notions centrales de travail ou de capital ne revêtent-ils pas une multitude de sens ? Une simple analyse du terme économie dans un exemplaire du quotidien Le Monde, nous dit l’auteur, mène à énumérer treize sens différents de la notion. Les enseignants d’économie, qui ont à cœur de rendre leur discours clair, sont bien conscients des difficultés soulevées par ce flou conceptuel. En outre, les notions économiques telles que « marché », « équilibre », ou encore « confiance » se trouvent souvent galvaudées, banalisées dans un langage médiatique augmentant cette impression de polysémie confondante. Enfin, les notions utilisées sont les mêmes depuis le XVIII° siècle et l’on peut s’étonner d’un tel conservatisme. Cet état de fait est d’autant plus préoccupant que de nombreux économistes hétérodoxes, tels ceux se réclamant du marxisme, reprennent à leur compte les catégories établies de l’analyse économique, au lieu de les déconstruire pour plus efficacement démontrer les limites du discours dominant. Ces économistes, pourtant alternatifs, revendiquent la même prééminence d’une grille de lecture comptable, dont les catégories ne rayonnent pas de clarté et d’évidence. Reconnaissons néanmoins à certains, comme Jean Gadrey ou Patrick Viveret, dont on peut simplement regretter qu’ils ne soient pas davantage écoutés, le mérite d’utiliser des concepts et des cadres de raisonnement sortant de l’ordinaire d’autres économistes, ainsi que la pertinence des déconstructions des catégories comptables habituellement retenues.

  • 1  Cordonnier Laurent, L’économie des Toambapiks, 2010.

3L’ouvrage nous apprend également que l’économie repose beaucoup trop, pour avoir une véritable utilité sociale, sur des modèles qui ne correspondent en rien à la réalité. L’abstraction de la modélisation permet rarement une représentation fidèle des situations… et mène souvent à des prévisions erronées, dont beaucoup d’économistes ne se lassent apparemment pas. De même, la discipline se rend inaccessible aux profanes, qui ne comprennent pas le langage mathématique élaboré servant trop souvent d’unique démonstration, et dont l’utilisation excessive n’est pas sans rappeler le recours au latin des médecins peu savants de Molière, comme l’avait déjà dénoncé Laurent Cordonnier1, et comme le critique régulièrement Denis Clerc. Certains grands esprits de l’économie n’ont pas eu besoin de l’abstraction des sciences dites dures pour élaborer des théories et des textes parmi les plus brillants, moins coupés des réalités que les travaux abstraits d’homologues. Les travaux de John Kenneth Galbraith en témoignent. De même, l’école de la régulation, reposant sur des analyses économiques, certes, mais aussi sociologiques et historiques, propose une pertinente vu d’ensemble de la réalité de notre système capitaliste, sans recourir aux excès d’une modélisation incompréhensible. Il est dommage qu’aucun hommage ne soit rendu aux économistes hétérodoxes.

4La macro-économie est en outre enseignée et élaborée, nous écrit Traimond, par des experts prétendant apporter des solutions scientifiques, alors qu’ils ne font que préconiser des choix politiques. Il est évident que de nombreux économistes ne semblent pas assez conscients du paradigme dans lequel leurs recherches se situent et de leur adhésion aux idées néolibérales. Bien d’autres semblent juger utile de masquer le caractère orienté de leurs recommandations derrière le rideau de fumée de leurs démonstrations mathématiques alambiquées. Il est également regrettable que ce soient ces économistes qui sont les plus en vue auprès des instances politiques et au sien des grandes organisations internationales. Mais là encore, les hétérodoxes ont la dent dure et la critique convaincante au sujet de leurs homologues des courants dominants. Le dernier ouvrage de Frédéric Lordon, D’un retournement l’autre, proposant une comédie sérieuse sur la crise financière, en témoigne efficacement. Bernard Traimond déplore également que ces experts, acquis aux idées néo-libérales, écoutés par tous, ne proposent que des solutions partielles, souvent fallacieuses. Mais les économistes sont-ils responsables de la naïveté de leur auditoire, en quête de réponses rapides et de solutions faciles aux maux de la société ? Si l’économiste se veut conseiller du Prince, le Prince peut encore choisir ses conseillers. Il est évident qu’une grande partie des élites manifeste un trop grand mépris des autres sciences sociales,  ainsi qu’une incapacité à sortir du prisme économique pour appréhender la réalité. Enfin, d’après l’auteur, les théories dominantes, structurant la discipline, sont souvent posées sur des hypothèses irréalistes et leurs illustrations sont quasi-inévitablement fondées sur des chiffres contestables, tant le recueil de données en sciences humaines est un exercice voué à l’inexactitude. Soit. Est-ce à dire que tout compte rendu, toute description de l’actualité est nécessairement à jeter aux orties ? Il semblerait intéressant de chercher à améliorer les outils de collectes de données ainsi que la construction des catégories statistiques servant ce recueil, plutôt que de vouer aux gémonies toute politique fondée sur un diagnostic, même si ce dernier ne saurait être parfait.

5L’économie semble bien exister mais la pratique de la discipline par des experts à la culture historique, politique et sociologique largement défaillante semble tout à fait regrettable. Les propos de l’auteur sont globalement pertinents… mais visent à  dénoncer un discours, une posture, qui, s’ils sont dominants, n’englobent en aucun cas l’ensemble de la discipline et de ses représentants. L’ouvrage est intéressant, surtout parce que, reposant sur un regard anthropologique, il apporte une analyse complémentaire de la démarche entreprise par les sociologues de l’économie et par les économistes hétérodoxes eux-mêmes.

Haut de page

Notes

1  Cordonnier Laurent, L’économie des Toambapiks, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Bernard Traimond, L’économie n’existe pas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 mai 2011, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5578

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page