Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Marie Buscatto, La très grande ta...

Marie Buscatto, La très grande taille au féminin

Jasmine Bachi, Barbara Mettetal et Marie Rullier
La très grande taille au féminin
Marie Buscatto, La très grande taille au féminin, Paris, CNRS, 2022, 288 p., ISBN : 9782271134820.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Herpin Nicolas, Le pouvoir des grands. De l’influence de la taille des hommes sur leur statut socia (...)

1 Si la taille s’est imposée très tôt comme un objet de la sociologie, son analyse s’est souvent limitée à une explication des déterminants sociaux d’un phénomène a priori biologique : des facteurs socio-économiques (âge de la mise au travail, alimentation) ont ainsi été mobilisés pour expliquer les différences de taille entre époques, pays, et classes sociales. L’ambition de Marie Buscatto est toute autre : à la suite de Nicolas Herpin, qui s’est intéressé aux effets produits par la taille sur un ensemble de dimensions de la vie sociale des hommes1, elle propose une analyse des conséquences de la très grande taille sur les trajectoires et identités des femmes concernées. Son ouvrage se penche sur un paradoxe : alors que la grande taille, synonyme de féminité, d’élégance et de réussite, est socialement valorisée, les femmes de très grande taille font l’expérience de difficultés subjectives et objectives liées à leur stature « hors norme ». L’objectif de l’ouvrage est alors de saisir, au fil des trajectoires de ces femmes, les logiques sociales produisant leur écart à la norme et leurs expériences, ainsi que les processus de stigmatisation subis et les stratégies mises en place pour y faire face.

2 Afin de définir la très grande taille, Marie Buscatto retient le seuil de 1m77, au-delà duquel les femmes concernées appartiennent aux 2 % à 3 % des femmes les plus grandes de la société française. Menée sur quatre ans, l’enquête repose sur des entretiens biographiques avec 51 femmes ayant entre 18 et 58 ans, ainsi que sur l’observation quotidienne de deux clubs en ligne adressés aux personnes de très grande taille (l’un mixte, l’autre réservé aux femmes). Dans l’analyse les propos recueillis en entretien sont articulés au matériau numérique, la difficulté à situer socialement ce dernier empêchant une analyse autonome. Limité à un travail qualitatif, le dispositif méthodologique est présenté comme un préalable nécessaire à une éventuelle enquête quantitative. Une approche statistique permettrait effectivement d’identifier si les trajectoires des femmes de très grande taille sont influencées par des déterminants sociaux, ce que, comme le souligne l’autrice, l’enquête qualitative n’a pas vraiment permis de discerner, malgré la diversification des profils des personnes interviewées.

  • 2 Certaines enquêtées témoignent par exemple de difficultés à prendre part à des échanges autour des (...)

3Les chapitres du livre sont ordonnés de l’enfance à l’âge adulte. Les deux premiers étudient ainsi l’expérience de la très grande taille chez les petites filles et les adolescentes. À l’enfance, la majorité des enquêtées font une expérience plutôt neutre de leur taille, celle-ci n’apparaissant anormale quasiment qu'aux yeux des adultes. Pour certaines, la très grande taille est même valorisée, favorisant des sociabilités mixtes, voire une socialisation et des activités masculines. Les cas de stigmatisation, minoritaires durant l’enfance, se généralisent au temps de l’adolescence. Marie Buscatto montre comment les surnoms péjoratifs, le gabarit « hors norme » ou encore les sociabilités « féminines » empêchées produisent les stigmatisations2. Ces dernières peuvent aller jusqu’au harcèlement, surtout dans l’univers scolaire, sans que les adultes n’interviennent particulièrement. L’autrice explique ce dernier point par l’absence de reconnaissance d’un stigmate spécifique à la très grande taille, du fait de la valorisation sociale généralisée de la grande taille.

4 Les chapitres 3 et 4 présentent diverses manières de faire face aux processus de stigmatisation dus à la très grande taille féminine. Le chapitre 3 étudie une forme d’anticipation du stigmate : la limitation volontaire de la croissance. Au-delà des positions médicales et parentales variées, de nombreuses enquêtées sont confrontées à cette question à l’adolescence (tests de croissance, traitement hormonal). Lorsque les enquêtées deviennent mères, leurs inquiétudes vis-à-vis de la taille de leurs enfants sont genrées : la très grande taille des filles inquiète plus que celle des garçons. Le chapitre 4 s’intéresse aux facteurs expliquant les manières de gérer les stigmatisations. D’une part, l’implication intense dans une activité extra-scolaire collective constitue une ressource pour mettre à distance le stigmate, en développant des comportements sociaux « normaux » (relations amicales, flirts, socialisation féminine). L’autrice constate ainsi un meilleur vécu des stigmatisations après le lycée chez les enquêtées qui se sont investies à cette époque dans des activités, que celles-ci valorisent la très grande taille (mannequinat, sports comme le basket ou le volley) ou non (autres sports, scoutisme, jeux-vidéo, musique). En favorisant l’estime de soi et le développement de relations amicales, les activités extra-scolaires se passent comme « en dehors des stigmatisations » (p. 116), les éventuelles remarques sur la taille n’étant pas perçues comme dénigrantes dans ces cadres. D’autre part, le regard porté par les parents influence le rapport à la très grande taille : alors que fierté des parents aide à « vivre avec » ou à ne pas expérimenter les complexes, le rejet peut être à l’origine d’une forte intériorisation du stigmate et d’un retrait social.

5 Les deux chapitres suivants exploitent le cas de la très grande taille pour analyser la construction de la féminité dans un cadre hétérosexuel. Le chapitre 5 montre que le sentiment d’être « féminine » advient tardivement pour les femmes de très grande taille (seules les enquêtées de plus de 35 ans reconnaissent unanimement se sentir féminines). L’autrice explique cela par leurs difficultés à partager des sociabilités féminines adolescentes (autour de l’apparence), et par le fait qu’elles ne soient pas reconnues comme de « vraies » femmes, voire qu’elles soient prises pour des hommes. L’enquête montre que les différentes définitions de la féminité évoluent avec l’âge. À titre d’exemple, entre 18 et 30 ans, la féminité réside dans l’apparence, la séduction et les expériences amoureuses hétérosexuelles. Le chapitre 6 étudie ainsi les conséquences de la norme sociale et statistique du couple hétérosexuel « bien assorti » où la femme est plus petite que l’homme. L’enquête montre que cette norme contraint les enquêtées à plusieurs niveaux : elle est à l’origine d’une difficulté à se sentir féminine, de complexes pour les partenaires, et de regards négatifs de la part de l’entourage et d’inconnus. Malgré ces contraintes, les appariements amoureux et les postures vis-à-vis de la taille sont divers. La stature de la femme est par exemple plus facilement acceptée dans le cas d’un couple avec un homme plus âgé. L’autrice rappelle ainsi que la taille, comme l’âge ou le revenu, est un des vecteurs de la domination masculine au sein des couples.

  • 3 Ibid, p. 53.

6 Le chapitre 7 étudie ensuite les conséquences ambivalentes de la très grande taille sur les trajectoires socioprofessionnelles des enquêtées. Du fait de leurs socialisations primaires et de leur stature, les femmes rencontrées se voient reconnaître des capacités professionnelles socialement construites comme masculines, et donc valorisées dans l’environnement professionnel (savoir s’imposer ou prendre des décisions par exemple). Pourtant, Marie Buscatto constate que la transformation de ces attributs masculins en ressources professionnelles susceptibles de permettre une mobilité ascendante est empêchée par leur genre. « Femmes avant tout », dans le regard des autres comme dans leurs attitudes et leurs choix de carrière, les enquêtées ne bénéficient pas de la « prime de la taille »3 que constate Nicolas Herpin dans le cas des hommes. Le chapitre 8, plus descriptif, se penche sur les conséquences de la très grande taille sur la construction identitaire des enquêtées. Les stratégies d’invisibilisation de la taille deviennent minoritaires à l’âge adulte. Cependant, les enquêtées perçoivent des difficultés objectives et subjectives liées à leur taille. La prise de conscience collective des effets de cette dernière n’est néanmoins qu’embryonnaire. Les réseaux sociaux numériques permettent à certaines des échanges constructifs sur leur expérience commune, mais l’autrice n’identifie pas d’effet structurant sur les trajectoires des concernées.

  • 4 Ibid.
  • 5 Carof Solenne, Le « surpoids », un stigmate acceptable ? : représentations, discriminations et réap (...)
  • 6 Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. «  (...)

7 L’analyse du cas des femmes très grandes proposée par Marie Buscatto s’avère féconde, notamment au regard de trois phénomènes empiriques plus généraux soulignés en conclusion de l’ouvrage. D’abord, l’enquête illustre de façon novatrice le poids des caractéristiques physiques sur les expériences et les trajectoires des individus, par des comparaisons intéressantes avec les travaux récents sur les hommes petits4 ou encore l’obésité5. L’analyse des ressorts sociaux œuvrant au renversement d’un stigmate6 qui n’est pas collectivement reconnu comme tel est elle aussi originale. Enfin, la très grande taille féminine démontre sous un angle nouveau la persistance et les implications d’un ordre genré hétéronormatif et inégalitaire. Si l’ouvrage est par moments un peu descriptif, c’est au service d’une présentation détaillée et abondamment illustrée de la diversité des expériences relatives à la très grande taille, et des processus sociaux qui les produisent. L’ouvrage pose ainsi des jalons nécessaires à la réalisation d’enquêtes (notamment quantitatives) en mesure d’identifier d’éventuels déterminants sociaux des trajectoires ici présentées.

Haut de page

Notes

1 Herpin Nicolas, Le pouvoir des grands. De l’influence de la taille des hommes sur leur statut social, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2006

2 Certaines enquêtées témoignent par exemple de difficultés à prendre part à des échanges autour des vêtements ou d’autres activités « féminines », alors que ces dernières participent à constituer les amitiés à l’adolescence. La très grande taille implique en effet une difficulté à s’habiller ou se chausser comme les copines du même âge.

3 Ibid, p. 53.

4 Ibid.

5 Carof Solenne, Le « surpoids », un stigmate acceptable ? : représentations, discriminations et réappropriations des rondeurs féminines en France, en Allemagne et en Angleterre, Thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 2015.

6 Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jasmine Bachi, Barbara Mettetal et Marie Rullier, « Marie Buscatto, La très grande taille au féminin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 avril 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55788

Haut de page

Rédacteurs

Jasmine Bachi

Étudiante en master de Sociologie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Barbara Mettetal

Étudiante en master de Sociologie à l’ENS de Lyon.

Marie Rullier

Étudiante en master de Sociologie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search