Navigation – Plan du site

Elise Tenret, Les étudiants et le mérite

Clémence Nicolaidis
Les étudiants et le mérite
Elise Tenret, Les étudiants et le mérite. A quoi bon être diplômé ?, La Documentation Française, coll. « etudes et recherches - OVE », 2011, 1 page p., EAN : 9782110081988.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elise Tenret, maître de conférences en sociologie, université de Paris Dauphine, chercheuse à l’In (...)
  • 2  Thèse sous la direction de Marie Duru-Bellat, soutenue en 2008, « L’école et la croyance en la mér (...)
  • 3  http://issp-france.upmf-grenoble.fr/
  • 4  http://www.europeanvaluesstudy.eu/

1C’est un projet ambitieux que s’est donné Elise Tenret1 en cherchant à questionner l’adhésion des étudiants de l’enseignement supérieur au modèle de la méritocratie scolaire. Plus précisément, cet ouvrage, issu de son travail de thèse2, s’attache à comprendre dans quelle mesure l’expérience scolaire et universitaire a une incidence sur les représentations que les étudiants se font de la mobilité sociale et du rôle joué par le diplôme. L’analyse s’appuie sur des enquêtes à la fois quantitatives et qualitatives. D’une part, 766 étudiants inscrits en CPGE, en première année de licence universitaire, en STS et en IUT au sein de 10 établissements de l’académie de Caen ont été interrogés à l’aide d’un questionnaire inspiré d’enquêtes internationales (The International Social Survey Programme3 ou The European Values Study4) et de travaux de psychologie sociale. D’autre part, une série d’entretiens a été réalisée auprès d’étudiants de deux classes préparatoires parisiennes parmi les plus cotées de France. S’il l’on concède aisément à l’auteure les opportunités qui lui ont permis d’approcher ces étudiants, on peut ici regretter cependant que les biais qu’une telle population peut susciter dans son analyse – notamment en termes de cohérence avec l’autre population étudiée - ne soient pas davantage discutés et pris en compte.

2Elise Tenret a opté pour un plan très pédagogique. Son ouvrage, divisé en sept chapitres, permet au lecteur de l’accompagner dans sa réflexion : après avoir dressé un état de la recherche interdisciplinaire autour de la méritocratie (chap. 1 et 2), elle revient sur les représentations et définitions de ce modèle formulées par les étudiants (chap. 3) avant de soumettre celles-ci aux notions de justice, de déclassement et de qualités méritoires non scolaires (chap. 4, 5 et 6). Enfin, le dernier chapitre lance des pistes d’analyse sur l’incidence des matrices de formation et des biographies scolaires sur les perceptions des inégalités et des mobilités sociales.

  • 5  Young Michael (1958), The rise of the meritocraty, London, Thames and Hudson (Penguin Books).

3L’auteure rappelle que le terme de méritocratie est relativement récent et qu’il a été employé pour la première fois à l’occasion d’une « sociologie-fiction » par Michael Young5 en 1958. A l’origine, celui-ci n’était pas porteur d’un idéal vers lequel les sociétés devraient tendre ; au contraire, la fiction de Young mettait en lumière combien ce modèle poussé à son extrême engendrait des situations invivables pour les « non-méritants », responsables alors de leur propre sort. Elise Tenret revient alors sur la fonction sociale du mérite qui serait « un principe socialement valorisé de légitimation des inégalités ». Elle entend ainsi se distinguer des précédentes approches de la méritocratie, notamment celles développées par Pierre Bourdieu et son équipe, et les dépasser en opérant un retour sur la définition initiale du « mérite ». Ce n’est plus seulement la reproduction des inégalités sociales par l’école qui est pointé, c’est l’idéal méritocratique lui-même qui est remis en cause.

4Tout au long de son analyse, le caractère composite de la notion de mérite est mis en avant : plutôt qu’un terme « flou », le mérite serait constitué de différentes dimensions - comme le travail, l’envie de réussir, la volonté -, dont l’articulation varierait selon l’importance accordée à l’une ou l’autre d’entre elles par les individus. C’est cette disparité des éléments composant cette notion qui expliquerait ainsi la diversité des définitions données par les étudiants et leurs dissonances. L’auteure montre alors que, aux yeux étudiants interrogés, la hiérarchie sociale n’est pas déterminée exclusivement par le diplôme, celui-ci ne recouvrant pas l’ensemble des mérites. D’une part, l’obtention d’un diplôme n’est pas nécessairement le résultat du travail accompli ou de la volonté des individus. D’autre part, la valeur scolaire des diplômes n’est pas transposable à l’identique dans le monde professionnel, autrement dit un même diplôme n’ouvre pas sur les mêmes opportunités professionnelles et l’insertion professionnelle qu’il permet ne suit pas les mêmes temporalités.

  • 6  Inscription à l’université sous condition, la détention d’un baccalauréat ou d’un équivalent.

5Finalement, ce sont les étudiants de classes préparatoires qui sont les plus enclins à considérer la méritocratie comme avérée et légitime. Paradoxalement ainsi pour l’auteure, ceux qui possèdent le recul nécessaire et les « outils cognitifs » pour proposer un modèle alternatif de méritocratie sont également les moins portés à le faire du fait de la sélectivité de leur parcours et de leurs choix scolaires successifs. Leurs propos en témoignent : Bertrand, élève de classe préparatoire économique et commerciale use ainsi d’un oxymore très révélateur en parlant de « mérite prédestiné ». A contrario, les étudiants de l’université seraient les plus critiques vis-à-vis de la méritocratie, en raison de la non sélectivité a priori de leurs études6 et des débouchés plus incertains dans le monde professionnel.

6En conclusion, Elise Tenret espère que « cette étude aura convaincu le lecteur de l’importance d’interroger les acteurs sociaux sur leurs représentations du mérite et incité les chercheurs à se pencher sur cette question, dans le cadre d’études plus larges » (p.136). L’ouvrage invite en effet à s’interroger sur la potentielle prédominance de l’expérience scolaire sur le seul diplôme dans les représentations de la mobilité et des inégalités sociales ou bien encore, sur les représentations de la méritocratie et des hiérarchies sociales des jeunes ayant un diplôme inférieur ou égal au baccalauréat et déjà confrontés au monde du travail.

7Au-delà des réflexions sur la méritocratie (qui ne peuvent manquer de susciter quelques interrogations), l’étude d’Elise Tenret soulève un débat autour de l’usage de l’interdisciplinarité. En mobilisant sociologie, philosophie, psychologie, approches juridique et politique, son état de la recherche autour de la notion de mérite est riche en apports étymologiques. Toutefois, le recours à des disciplines variées – et souvent éloignées dans leurs attendus théoriques – pour cadrer la méthodologie employée et le traitement des données peut parfois dérouter le lecteur. Il en est de même de la gymnastique épistémologique de l’auteure : Elise Tenret ne parle pour rendre compte des investissements scolaires ni de « motivation », ni de « mobilisation », mais de « volonté » sans discuter ce choix qui ne va pas pourtant de soi d’un point de vue théorique.

Haut de page

Notes

1  Elise Tenret, maître de conférences en sociologie, université de Paris Dauphine, chercheuse à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales (Irisso, UMR 71 70) et chercheuse associée à l’observatoire sociologique du changement (OSC, sciences-po).

2  Thèse sous la direction de Marie Duru-Bellat, soutenue en 2008, « L’école et la croyance en la méritocratie ».

3  http://issp-france.upmf-grenoble.fr/

4  http://www.europeanvaluesstudy.eu/

5  Young Michael (1958), The rise of the meritocraty, London, Thames and Hudson (Penguin Books).

6  Inscription à l’université sous condition, la détention d’un baccalauréat ou d’un équivalent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Nicolaidis, « Elise Tenret, Les étudiants et le mérite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5583

Haut de page

Rédacteur

Clémence Nicolaidis

Doctorante en sociologie, CENS, Université de Nantes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page