Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Florian Alix, L’Essai postcolonia...

Florian Alix, L’Essai postcolonial. Poétique de l’entreglose

Ninon Chavoz
L'essai postcolonial
Florian Alix, L'essai postcolonial. Poétique de l'entreglose, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2022, 326 p., ISBN : 978-2-8111-2923-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Claire de Obaldia, L’Esprit de l’essai : de Montaigne à Borges, Paris, Éditions du Seuil, 2005, tr (...)
  • 2  Olga Hel-Bongo, Roman francophone et essai : Mudimbe, Chamoiseau, Khatibi, Paris, Honoré Champion, (...)
  • 3  Vincent Debaene, L’Adieu au voyage : l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, G (...)

1Montaigne fut-il postcolonial avant l’heure ? S’il ne l’avance pas explicitement, l’ouvrage de Florian Alix pourrait nous inciter à le penser, tant il démontre éloquemment l’adéquation du « genre ambigu » (p. 5) de l’essai aux défis et enjeux de ce qu’il est désormais convenu d’appeler les littératures postcoloniales – comprenons : des littératures surgies « après le phénomène de la colonisation », dans un moment de reconfiguration des institutions étatiques et des « rôles sociaux » assignés à des intellectuels placés dans une douloureuse position d’entre-deux (p. 19). En faisant référence à une célèbre citation des Essais (« nous ne faisons que nous entregloser », p. 14), le sous-titre en formule d’emblée l’implicite promesse : la pratique d’écriture de Montaigne, définie par Claire de Obaldia comme « un mélange apparemment arbitraire d’éléments littéraires disparates »1, tient lieu de fil directeur à la réflexion. « L’entreglose » en question ne désigne cependant pas, comme chez Montaigne, une inflation intertextuelle, qui transformerait les essais postcoloniaux en un tissu de citations et de clins d’œil littéraires : il s’agit plutôt de mettre en évidence l’étroite relation des textes étudiés avec les savoirs qui leur sont contemporains, et notamment avec les sciences humaines, dont ils proposent une « réécriture en déplacement et en décalage » (p. 296). Par ce choix ambitieux, qui fait de l’essai un « genre-carrefour » (p. 295), mâtiné d’emprunts discursifs et intellectuels variés, l’auteur se distingue clairement du propos d’Olga Hel-Bongo dont le récent ouvrage, Roman francophone et essai, traitait d’un corpus pour partie similaire, mais en accordant la part belle aux dimensions métatextuelles et métafictionnelles des œuvres étudiées2. Florian Alix préfère quant à lui se concentrer sur la dimension épistémologique de la question et aboutit à une conclusion stimulante : en mordant sur les domaines réservés de la science et en contestant certaines logiques, méthodes et catégories disciplinaires, l’essai, en tant que genre proprement littéraire, intempestif, indiscipliné et « volontairement inabouti » (p. 198), prend le contrepied de la dépossession de l’artiste par le savant, amèrement constatée au début du XXsiècle. L’Essai postcolonial pourrait à ce titre se lire comme un intéressant prolongement aux riches analyses proposées par Vincent Debaene sur les rapports entre anthropologie et littérature jusqu’au tournant des années 1970 et 19803. Scellant ce que l’on pourrait presque lire comme une revanche de la littérature dépossédée, « l’entreglose », telle que la définit Florian Alix, devient en effet synonyme d’un « travail de distorsion et de reconfiguration des discours scientifiques » (p. 15), patent lorsque « les auteurs déconstruisent à la fois les discours et les savoirs qu’ils établissent » (p. 188). Sans y être systématiquement superposables, les critiques formulées à l’encontre de l’anthropologie et de l’histoire dans les essais postcoloniaux entrent souvent en écho avec les crises et tournants critiques que ces disciplines traversent : ainsi l’auteur rappelle-t-il utilement que les années 1970 virent la remise en question des modèles anthropologiques et historiographiques disponibles et la réintroduction, au cœur même des sciences humaines, des notions de fiction et d’intrigue (p. 169, à propos des travaux de Clifford Geertz, James Clifford et Francis Affergan ; p. 237, à propos des travaux de Paul Veyne et de Paul Ricœur).

  • 4 L’auteur propose ses propres traductions des textes en anglais, y compris pour The Invention of Afr (...)

2Précisons encore que l’hommage à Montaigne – dont les réflexions sur le genre de l’essai, son public et sa composition émaillent l’ouvrage – ne conduit pas l’auteur à progresser lui-même « à sauts et à gambades », au risque d’égarer son lecteur dans un dédale d’informations. En examinant successivement les liens de l’essai postcolonial avec l’autobiographie (« La subjectivité dans l’essai postcolonial : écriture de soi et figures du lecteur »), avec la critique littéraire (« L’essai postcolonial comme forme critique »), la philosophie (« La stratégie philosophique de l’essai postcolonial »), l’anthropologie (« L’essai postcolonial en tension avec l’ethno-anthropologie ») et avec l’historiographie ( « Histoire, métahistoire et mémoire dans l’essai postcolonial »), Florian Alix allie une remarquable érudition à un grand sens de la pédagogie. Chaque chapitre s’ouvre ainsi sur un travail de synthèse qui résume efficacement les évolutions de la discipline concernée en Europe, en Afrique subsaharienne, au Maghreb et dans les Antilles. La réflexion sur les modalités de reprise des discours et des savoirs dans les essais postcoloniaux se fonde ensuite sur l’analyse d’un corpus de textes empruntés à cinq intellectuels issus de contextes clairement différenciés. Du côté des francophones, Florian Alix s’attache aux œuvres du Martiniquais Édouard Glissant (entre autres : Le Discours antillais, 1981, Traité du Tout-Monde, 1997, La Cohée du Lamentin, 2005, La Terre magnétique, 2007, Mémoires des esclavages, 2007, Philosophie de la relation, 2009) et du Marocain Abdelkebir Khatibi (entre autres : La Mémoire tatouée, 1971, Vomito Blanco, 1974, La Blessure du nom propre, 1974, Maghreb pluriel, 1983, Par-dessus l’épaule, 1988, Le Scribe et son ombre, 2008). Du côté des anglophones, il retient deux auteurs lauréats du prix Nobel de littérature : la Sud-Africaine Nadine Gordimer (The Black Interpreters, 1973, The Essential Gesture, 1988, Writing and Being, 1995, Living in Hope and History, 1999) et le Nigérian Wole Soyinka (entre autres : The Man Died, 1972, Myth, Literature and the African World, 1976, The Burden of Memory, the Muse of Forgiveness, 1999, Climate of Fear, 2004). Quant au Congolais Valentin-Yves Mudimbe, devenu professeur aux États-Unis, son œuvre d’essayiste se situe elle-même au carrefour des deux langues, puisque ses textes les plus autobiographiques sont publiés en français, et les plus érudits en anglais (entre autres : L’Autre Face du royaume, 1973, The Invention of Africa, 1988, Parables and Fables. Exegesis, textuality, and Politics in Central Africa, 1991, The Idea of Africa, 1994, Les Corps glorieux des mots et des êtres, 1994, Cheminements : carnets de Berlin, 2006)4. La variété et l’ampleur du corpus ainsi traversé n’empêchent pas l’auteur d’identifier des parallélismes et des postures communes.

3Trois points paraissent à ce titre particulièrement significatifs. Le premier relie le début et la fin de l’ouvrage, qui insistent respectivement sur l’importance de la subjectivité de l’essayiste et sur l’attention accordée aux cas particuliers et aux singularités : l’essai apparaît à ce titre comme la voix (et la voie) de l’individu, opposé à toute forme de doxa (p. 26) et irréductible au groupe social dont il est issu. Refusant de même toute forme de protocole, de méthode ou de classement, l’essai se présente également comme un genre fondamentalement dynamique, propre à relier des temporalités distinctes et des espaces éloignés : il conduit à ce titre au dépassement des logiques nationales et des versions exclusives de l’identité culturelle. L’essai postcolonial se dote enfin d’une forte dimension politique, comme le souligne Florian Alix en conclusion : cette « subversion politique » (p. 297) doit cependant être impérativement distinguée d’une « interprétation définitive » (p. 299) ou d’une affirmation idéologique. Avant d’élever inconsidérément un texte au rang d’essai postcolonial, à l’heure où les propositions abondent en la matière, il importe dès lors de prendre la mesure de l’exigence du genre, en notant que « dans l’essai postcolonial, la critique ne se met pas au service d’une idéologie dont elle ne serait qu’une facette, elle interroge et déstabilise toute idéologie » (p. 84). C’est bien à cet exercice de leur esprit critique que l’ouvrage de Florian Alix semble, en dernier ressort, inviter ses lecteurs.

Haut de page

Notes

1  Claire de Obaldia, L’Esprit de l’essai : de Montaigne à Borges, Paris, Éditions du Seuil, 2005, trad. Émilie Colombani, p. 13, cité ici p. 10.

2  Olga Hel-Bongo, Roman francophone et essai : Mudimbe, Chamoiseau, Khatibi, Paris, Honoré Champion, 2019.

3  Vincent Debaene, L’Adieu au voyage : l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

4 L’auteur propose ses propres traductions des textes en anglais, y compris pour The Invention of Africa dont Laurent Vannini a donné une traduction récente, parue chez Présence africaine en 2021 (L’Invention de l’Afrique : Gnose, philosophie et ordre de la connaissance).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninon Chavoz, « Florian Alix, L’Essai postcolonial. Poétique de l’entreglose », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55838

Haut de page

Rédacteur

Ninon Chavoz

Ninon Chavoz est maître de conférences à l’Université de Strasbourg. Sa thèse, soutenue en 2018, a été publiée sous le titre d’Inventorier l’Afrique : la tentation encyclopédique dans l’espace francophone subsaharien des années 1920 à nos jours (2021). Elle est également l’auteure de deux essais parus dans la collection « Fictions pensantes » des éditions Hermann (Éloge des ratés : huit portraits de l’auteur francophone en encyclopédiste en 2020 et Les Morts-vivants : comment les auteurs du passé habitent la littérature présente en 2021).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search