Navigation – Plan du site

Williams Nuytens, L’épreuve du terrain. Violences des tribunes, violences des stades

Igor Martinache
L'épreuve du terrain
Williams Nuytens, L'épreuve du terrain. Violences des tribunes, violences des stades, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2011, 196 p., EAN : 9782753513525.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il n'est pas inutile de rappeler que, loin d'exister en soi, les « scandales » sont le fruit d'un (...)
  • 2 Voir de ce point de vue l'ouvrage largement médiatisé de Stéphane Beaud et Philippe Guimard, Traît (...)
  • 3 Sur la « fait diversification » de l'information, on ne saura trop renvoyer à Gérard Noiriel, Immi (...)
  • 4 Pour comprendre l'évolution répressive de l'encadrement des supporters « extrêmes », il apparaît a (...)

1Alors que les « affaires »1 s'accumulent autour du football d'élite, faisant l'objet de débats tronqués ou mal informés, du fait notamment de la difficulté d'accès au terrain concerné2, les pratiques impliquant le plus grand nombre ne parviennent elles guère à susciter de réels débats. Et pourtant, les violences qui traversent tant le supportérisme que le football amateur sont suffisamment spectaculaire pour attirer les journalistes et publics avides de sensationnalisme. Ce qu'ils font d'ailleurs épisodiquement, toujours traités sous l'angle du « fait divers »3, et amenant, dans ces domaines comme dans d'autres, un traitement répressif bien peu adapté aux situations qu'il prétend résoudre4. C'est donc à ces phénomènes – respectivement dans cet ordre- que s'est intéressé Williams Nuytens tout au long de sa « carrière » de sociologue, sur laquelle il opère donc ici un retour réflexif dans cet ouvrage tiré en effet de son mémoire pour l'habilitation à diriger des recherches.

  • 5 Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1991 [1986]
  • 6 Voir par ex. Hugues Lagrange, « Violence, répression et civilisation des mœurs »,  Les cahiers de (...)

2Conformément aux normes de l'exercice (et contrairement à ce que l'auteur avance dès la première phrase de l'avant-propos), l'auteur livre ainsi ici moins ses résultats et conclusions – il faudra pour cela se référer à ses autres publications – que ses réflexions épistémologiques. Le  titre de l'ouvrage est ainsi à entendre dans un double sens : le terrain dont il est question est à la fois celui – ou plus exactement ceux, divers- où se disputent les rencontres de football, que celui du sociologue, cet espace quasi-mythifié où celui-ci opère sa collecte de données (elle-même, également, nécessairement objet d'une construction). Au fil des pages, Williams Nuytens revient ainsi longuement sur les difficultés qu'il y a à appréhender « la » violence, ainsi que les motifs qui l'ont conduit à passer de l'étude des tribunes – à travers l'étude des supporters du RC Lens et du Lille OSC principalement – deux clubs peu réputés pour la violence de leurs supporters pourtant- aux terrains des footballeurs « du dimanche » (expression qu'il entend sans le mépris qui lui est couramment attaché), tout en plaidant pour l'unité de l'étude des manifestations agressives étudiées dans ces deux types de contexte. Tout au long de l'ouvrage, il s'efforce ainsi d'ébaucher un cadre théorique pour l'étude des phénomènes ainsi circonscrits, en discutant notamment la fameuse thèse de Norbert Elias de la « civilisation des moeurs » - que l'on peut résumer à gros traits par un auto-contrôle croissant des pulsions à l'échelle individuelle étroitement liée à la formation des États modernes sur le plan social- et en particulier à son application à l'espace des sports qu'il a développé avec Erich Dunning5. Comme l'explique l'auteur, cette thèse constitue aujourd'hui une référence obligée pour l'ensemble des sociologues du sport, qui la traitent comme un présupposé plutôt qu'un discours à discuter. Si d'autres ont pu discuter plus globalement l'idée d'une pacification des mœurs irréversible par ailleurs6, la thèse du procès de civilisation d'Elias a pourtant de quoi déranger les chercheurs puisqu'elle est trop large pour être falsifiable, l'un des premiers critères que pose pourtant Karl Popper pour qu'un énoncé puisse être considéré comme scientifique. Williams Nuytens ne s'emploie logiquement pas à la contredire, mais davantage à mettre en évidence la fonction d'écran que celle-ci peut exercer pour nombre de recherches dans ce domaine des « violences sportives ».

  • 7 Voir notamment Violences politiques, Paris, Seuil, 2004 et « La violence politique. Repères et pro (...)

3Cette catégorie des « violences », dans le domaine sportif et au-delà, est en fait elle-même loin d'aller de soi comme l'explique l'auteur dans un premier temps. S'il choisit de trancher rapidement la question en désignant ainsi les agressions physiques (p.28), il revient cependant longuement sur les difficultés que pose la définition de cette notion – du fait notamment qu'elle prête particulièrement prise aux entreprises d'« étiquetage »- en passant en revue nombre de travaux « classiques » sur la question émanant de sociologues, philosophes, historiens ou psychologues, des écrits de Konrad Lorenz à ceux de Michel Wieviorka en passant par de nombreux autres, même si on pourra toujours relever l'absence de tel ou tel, comme Philippe Braud pour les politistes7. De ce panorama, l'auteur retient notamment la nécessité de distinguer différents types d'agressivité – notamment celles qui recèlent une dimension « constructive à l'excès » -cas de celles commises dans le cadre d'un groupe de supporters extrêmes dont elles favorisent l'intégration « identitaire »-, de celles qui semblent relever d'affect de destruction – cas des « pétages de plomb » de certains joueurs, ou dirigeants !-, et la nécessité d'être attentif au contexte, à ses particularités spatiales et temporelles, et plus largement à tout ce qui définit la « situation » singulière dans laquelle s'inscrit le sujet considéré. D'où la nécessité selon l'auteur de recourir à la comparaison de terrains localisés plutôt que de chercher vainement à mettre en évidence des déterminants valables universellement, qui ne permettent pas de rendre compte – et plus simplement de prendre en compte- des non-passages à l'acte, situations évidemment les plus nombreuses. Se posent ensuite des obstacles d'ordre pratique, que l'auteur détaille ensuite, qu'il s'agisse des sources disponibles pour « objectiver » le phénomène en question (les statistiques policières et celles des districts de football avec les inévitables problèmes de catégorisation et d'enregistrement qu'elles recèlent), et l'accès pratiquement impossible aux contrevenants, qui oblige à recourir à des sources de seconde main (victimes ou témoins) ou de se contenter de l'observation directe.

  • 8 Pour plus de détails, voir Williams Nuytens, La popularité du football. Sociologie des supporters (...)
  • 9 Dans La crise des identités, Paris, PUF, 2003 [2000], pp.15-56, présenté ici p.75
  • 10 Voir notamment L'autre public des matchs de football. Sociologie des supporters à distance de l'Ol (...)
  • 11 Voir Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métaillié, 1985

4Une fois posé son protocole d'enquête – d'une manière cependant encore relativement vague, dont on peut supposer qu'elle résulte de l'adaptation du mémoire d'habilitation à diriger des recherches en livre-, l'auteur développe d'abord la question des supporters de clubs d'élite et leur rapport à la violence. Plutôt, encore une fois, que d'exposer en détail ses résultats de recherche précis, il explique comment à partir de ces observations menées principalement de manière comparative auprès des publics lensois et lillois8. Il y pointe en particulier l'importance de la dimension « communautaire », autrement dit de l'articulation entre un « je » et un « nous » suivant les pistes développées en la matière notamment par Claude Dubar9, tout en relevant que cette dimension a profondément évolué récemment dans le cas du football professionnel du fait des évolutions plus structurelles de ces dernières (entre autres l'éloignement entre joueurs et publics pointé par de nombreux observateurs, ou le développement du « supportérisme à distance » bien analysé par Ludovic Lestrelin10). Pour Williams Nuytens, les différentes explications jusqu'ici avancées pour rendre compte des violences de supporters sont ainsi davantage « complémentaires » que concurrentes, dans la mesure où elles dépendent étroitement des contextes. Il n'exclut en particulier pas la dimension volontaire et stratégique du recours à ces dernières, d'un point de vue individualiste, s'inscrivant ce faisant dans le cadre esquissé par Raymond Boudon – qu'il cite par ailleurs fréquemment, ce qui dénote dans le paysage de la sociologie du sport, où dominent les outils forgés par Pierre Bourdieu dans le cadre de sa théorie des champs. Dans le troisième chapitre, l'auteur présente ensuite la démarche et quelques résultats – quantitatifs notamment- de ses recherches sur la violence des sportifs amateurs dans le Nord-Pas-de-Calais. Là encore, il s'agit de faire varier les clubs, mais aussi les disciplines sportives, l'auteur constatant que de les actes agressifs sont bien davantage relevés dans le cadre du football que du basket ou du handball. Contrairement à une idée reçue, ces traitement statistiques montrent que les violences ne résultent pas d'un défaut d'encadrement dans les clubs – la relation entre les deux variables (« nombres d'incidents » et « intensité de l'encadrement » - estimée à partir d'un indice construit par les chercheurs- paraissant même au contraire être positive -, et même plus largement que l'explication « écologique », c'est-à-dire mettant l'accent sur le contexte présente d'importantes limites (une conclusion que l'on peut cependant soumettre à discussion, du fait de la faible taille de l'échantillon de clubs comparés (N=10) et des variables retenues pour objectiver ledit contexte dans la première enquête exposée). Reste que le rôle des phénomènes d'étiquetage et leur caractère auto-réalisateur, bien pointé par Howard Becker11,  n'est pas à négliger comme l'explique ensuite l'auteur, tant du point de vue individuel que collectif, à l'échelle des clubs stigmatisés comme violents.

5En fin de compte, comme l'expose l'auteur dans le quatrième chapitre, le principal défi que pose ce terrain au chercheur est celui de tenir ensemble différents cadres d'analyse, d'être attentif aux singularités de la situation où se déploient-ou non- des actes agressifs, tout en prenant en compte les cadres institutionnels qui entourent celles-ci – et qui diffèrent cependant profondément dans le cas des supporters et celui des footballeurs amateurs. A repérer autrement dit le « jeu » dans lesquels s'inscrivent ces derniers par rapport aux normes, ce qui implique de se tenir dans « un difficile mais nécessaire entre-deux », à la fois entre objets apparemment éloignés (violences des supporters et celles des joueurs), entre situations et subjectivités, et finalement entre l'irréductibilité des situations particulières et la généralisation sociologique. Si cet ouvrage offre ainsi de saisir un parcours de recherche indissociablement intellectuel et biographique de la part de l'auteur, soulevant un certain nombre de questions épistémologiques importantes qui dépassent largement l'objet considéré – même si au centre demeure la discussion de la thèse du procès de civilisation de Norbert Elias-, on peut cependant regretter un propos trop souvent abstrait et théorique où l'on on ne perçoit pas toujours où l'auteur « veut en venir ». Cette relative aridité de la lecture peut d'autant plus surprendre que l'auteur s'exprime sur un registre par moments assez personnel (n'hésitant pas à employer le « je » ou à rendre d'entrée de jeu hommage aux deux enseignants de SES qui ont suscité sa « vocation » au lycée, ou expliquant plus loin qu'il rédigeait ses comptes rendus d'observation de matchs amateurs le soir même une fois ses enfants sont couchés), tout en taisant d'autres dimensions de ses enquêtes davantage attendues (ses interactions avec les supporters ou les « acteurs » du football « du dimanche », à peine évoquées – on sait seulement qu'il se faisait un devoir de signaler à l'arbitre son statut de chercheurs avant les rencontres). Bref, un ouvrage à conseiller davantage aux chercheurs déjà « avancés » ou aux spécialistes de la déviance qu'à ceux qui recherchent un ouvrage vivant traitant sociologiquement du football.

Haut de page

Notes

1 Il n'est pas inutile de rappeler que, loin d'exister en soi, les « scandales » sont le fruit d'un travail de construction impliquant médias, publics et responsables politiques comme l'ont montré bien des travaux sociologiques (entre autres exemples : Laurent Mucchielli, Le scandale des « tournnantes », Paris, La Découverte, 2005 ou Emmanuel Henry, Amiante. Un scandale improbable, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007)

2 Voir de ce point de vue l'ouvrage largement médiatisé de Stéphane Beaud et Philippe Guimard, Traîtres à la nation (Paris, La Découverte, 2011) qui, s'il a le mérite de redonner un peu de profondeur sociologique au phénomène considéré, s'appuie exclusivement de données de seconde main.

3 Sur la « fait diversification » de l'information, on ne saura trop renvoyer à Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècles). Discours publics et humiliations privées, Paris, Fayard, 2006, chap. 2 qui analyse bien comment celle-ci a partie liée à l'élargissement de l'espace public sous la IIIe République

4 Pour comprendre l'évolution répressive de l'encadrement des supporters « extrêmes », il apparaît ainsi nécessaire de la relier au processus général de « marchandisation » - pour le dire vite- du spectacle sportif (voir notamment Jean-Philippe Dubey , Christophe Jacoud , Dominique Malatesta , 2008, « Le football entre sport, État et marché. Les morphologies du contrôle du risque sportif à l'orée de l'Euro 2008 », in Thomas Busset , Christophe Jaccoud , Jean-Philippe Dubey , Dominique Malesta  (dir.), Le football à l'épreuve de la violence et de l'extrémisme, Lausanne, éditions Antipodes, pp.209-240 et Anastassia Tsoukala, Football Hooliganism in Europe, Londres, Palgrave MacMillan, 2009)

5 Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1991 [1986]

6 Voir par ex. Hugues Lagrange, « Violence, répression et civilisation des mœurs »,  Les cahiers de la sécurité intérieure, n°47, 2002, pp. 9-30

7 Voir notamment Violences politiques, Paris, Seuil, 2004 et « La violence politique. Repères et problèmes », Cultures & Conflits, 09-10, printemps-été 1993, [En ligne], mis en ligne le 13 mars 2006. URL : http://conflits.revues.org/index406.html. Consulté le 16 mai 2011

8 Pour plus de détails, voir Williams Nuytens, La popularité du football. Sociologie des supporters à Lens et à Lille, Arras, Artois Presses Université, 2004

9 Dans La crise des identités, Paris, PUF, 2003 [2000], pp.15-56, présenté ici p.75

10 Voir notamment L'autre public des matchs de football. Sociologie des supporters à distance de l'Olympique de Marseille, Paris, éd.de l'EHESS, 2010

11 Voir Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métaillié, 1985

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Williams Nuytens, L’épreuve du terrain. Violences des tribunes, violences des stades », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5587

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page