Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022« Les défis de l’industrie frança...

« Les défis de l’industrie française », Cahiers français, n° 425, 2022

Eric Keslassy
Les défis de l'industrie française
« Les défis de l'industrie française », Cahiers français, n° 425, janvier-février 2022, 124 p., Paris, La Documentation française, EAN : 3303330404256.
Haut de page

Texte intégral

1La crise du Covid-19 a braqué les projecteurs sur les insuffisances industrielles de l’économie française. Bien connue des spécialistes, la désindustrialisation hexagonale est devenue particulièrement visible aux yeux de tous avec les manques constatés et la dépendance industrielle vis-à-vis de l’économie chinoise (par exemple, pour les masques qui se sont révélés fondamentaux dans la lutte contre le virus). Le dossier des Cahiers français arrive donc à point pour documenter cette situation alarmante et avancer les mesures qui pourraient être prises afin d’inverser la tendance.

  • 1 Dani Rodrik, Nations et mondialisation, Paris, La Découverte, 2008.
  • 2 Daniel Bell, Vers la société post-industrielle, Paris, Robert Laffont, 1976.
  • 3 La compétitivité-coût correspond à la capacité d’une économie (ou d’une entreprise) à gagner des pa (...)

2Ce dossier commence donc par recenser utilement les grandes raisons du recul industriel qui frappe sévèrement l’économie française. Avec le Royaume-Uni, la France est en effet l’économie du G7 qui est la plus désindustrialisée. Mais, contrairement à une idée reçue, cette désindustrialisation ne s’explique pas seulement par l’ « hyperglobalisation » – pour reprendre la formule de Dani Rodrik1 – qui se développe dans les années 1980 avec la concurrence des émergents (et notamment, celle d’une Chine très compétitive) : les effectifs industriels de l’économie française ont commencé à fortement décroitre dès le début des années 1980, en raison du progrès technique et d’une déformation de la structure de la demande (qui s’adresse relativement plus aux services qu’aux biens). D’une certaine façon, la désindustrialisation est ici le pendant de la tertiarisation de l’économie (qui apparait, à des degrés variables, dans tous les pays développés). Cela fait donc plus de quarante ans que l’on est entré dans une « société post-industrielle » (selon l’expression forgée par Daniel Bell2). Le reflux de la production industrielle n’est pas récent ; ce qui est récent, c’est la prise de conscience collective de son importance. Pour autant, il est certain que la désindustrialisation de l’économie française s’est bien accélérée dans les années 2000, principalement en raison d’une dégradation de sa compétitivité-coût3 (liée à la hausse du coût du travail indirect et des impôts de production). Il faut aussi noter que les grands groupes français ont choisi de promouvoir une fragmentation internationale de la chaîne de valeur impliquant une grande partie du processus de production – ce qui a favorisé les délocalisations. Au contraire, les firmes allemandes comparables ont choisi de conserver des étapes productives sur leur territoire, ce qui a permis d’y maintenir un certain volume d’emplois d’industriels. De fait, aujourd’hui, en Allemagne, c’est encore 25 % de la valeur ajoutée qui provient de l’industrie, contre seulement 14 % en France.

3Freiner la désindustrialisation de l’économie française suppose donc de relocaliser des activités industrielles sur le territoire national, en particulier dans des secteurs jugés clés (comme la santé, l’électronique, l’agroalimentaire ou encore les nouvelles technologies). Dans le cadre de son plan de relance à la suite de la crise sanitaire, le gouvernement a ainsi mis en place une politique de soutien au système productif dont l’objectif avancé est d’amorcer une réindustrialisation de l’économie. Alors que les relocalisations industrielles étaient rares jusqu’à la crise du Covid-19, on peut désormais observer que, sous l’influence des aides accordées par les pouvoirs publics, elles tendent à augmenter sensiblement (le gouvernement évoque l’accompagnement de 550 projets depuis 2021). Mais pour que la réindustrialisation de l’économie française soit plus massive et durable, l’État doit mettre en place une stratégie de long terme. L’un des freins pourraient provenir du manque de disponibilité des compétences. L’investissement public dans la formation doit donc se développer. Une industrie compétitive et inclusive doit également s’appuyer sur la recherche du progrès technique et des innovations, ce qui n’est pas encore suffisamment le cas en France. Là aussi, l’État a un rôle majeur à jouer pour favoriser les dépenses de recherche et développement des industries (par exemple, par le biais de subventions). C’est donc une véritable politique industrielle qui doit se mettre en place, plutôt que quelques mesures sporadiques prises dans l’urgence et encore sans réels effets systémiques. Mais l’échelle nationale n’est pas toujours le niveau le plus efficace. Le dossier des Cahiers français ne fait pas l’impasse sur l’idée d’une stratégie industrielle européenne : l’Union européenne tente actuellement de trouver les moyens de construire une politique industrielle unifiée et compétitive, ce qui n’est pas chose aisée compte tenu des rivalités nationales existantes dans l’espace industriel européen. Tant que la France ne peut pas compter sur une volonté commune et complète de réindustrialiser l’Europe, il lui faudra maintenir un « double agenda » : c’est bien à l’échelle européenne que peut être définie une réponse aux défis énergétiques et numériques (répondre à la puissance des Gafam, notamment) ; à l’échelle nationale, l’État doit affirmer une stratégie industrielle claire pour favoriser les firmes nationales qui doivent faire face à des concurrents européens, mais aussi pour capter les ressources et chercher à localiser les sites de production des firmes européennes (voire mondiales) en France.

4Le dossier publié par les Cahiers français est à la fois très informé et pédagogique. En faisant intervenir des spécialistes reconnus de la question industrielle (comme Elie Cohen ou Vincent Vicard), il permet à la fois de comprendre précisément pourquoi la désindustrialisation de l’économie française a atteint un niveau préoccupant et de s’intéresser aux conditions qui lui permettrait de retrouver un dynamisme industriel.

Haut de page

Notes

1 Dani Rodrik, Nations et mondialisation, Paris, La Découverte, 2008.

2 Daniel Bell, Vers la société post-industrielle, Paris, Robert Laffont, 1976.

3 La compétitivité-coût correspond à la capacité d’une économie (ou d’une entreprise) à gagner des parts de marché en raison de coûts de production inférieurs à ceux de la concurrence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « « Les défis de l’industrie française », Cahiers français, n° 425, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55983

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search