Navigation – Plan du site

Philippe Corcuff, Les nouvelles sociologies. Entre le collectif et l'individuel

Igor Martinache
Les nouvelles sociologies
Philippe Corcuff, Les nouvelles sociologies. Entre le collectif et l'individuel, Armand Colin, coll. « 128 », 2007, 127 p., EAN : 9782200344849.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Et que certains puristes semblent regretter...
  • 2 Outre d'innombrables interventions textuelles et orales, il fait partie du comité scientifique de l (...)
  • 3 Un point de départ que l'on pourrait relier à l'entrée dans la crise économique et le chômage de ma (...)

1Initialement publié en 1995, ce « 128 » consacré aux « nouvelles sociologies » connaît donc ici une deuxième édition. Une réédition qui n'est pas justifiée uniquement par le récent changement de design de la collection1, mais par le sujet même qui est abordé dans cet ouvrage. L'auteur, Philippe Corcuff, maître de conférences en sciences politiques à l'IEP de Lyon, membre du CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux - CNRS/Université Paris V) et acteur bien connu des milieux militants2, propose en effet de faire un point sur les débats et nouveaux paradigmes qui se sont développés dans la discipline sociologique depuis le début des années 19803.

  • 4 The Social Construction of Reality, New York, Doubleday, 1966

2Plus particulièrement centré sur la France, son panorama s'articule autour d'une opposition centrale dans la constitution de la discipline qui nous intéresse : celle entre individuel et collectif, l'un de ces couples conceptuels légués par la philosophie avec idéalisme/matérialisme ou sujet/objet. Tentant de concilier plus que de dépasser - Philippe Corcuff insiste sur ce point contrairement à la première édition de son ouvrage- l'opposition fondatrice entre holisme et individualisme méthodologiques, d'autres paradigmes ont ainsi été élaborés proposant de déplacer le regard vers la co-construction des parties et du tout, plutôt que d'accorder le primat à l'un ou à l'autre. Il s'agit principalement du programme relationnaliste déjà en germe chez les auteurs « classiques », et du constructivisme social, entendu comme le courant qui met l'accent sur la « construction sociale de la réalité » pour reprendre le titre de l'ouvrage classique de Peter Berger et Thomas Luckmann4. Reste cependant en suspens une question chère à Philippe Corcuff et selon lui trop souvent implicite : celle de ce qu'il appelle « l'anthropologie philosophique », autrement dit les présupposés quant à la condition humaine qui se nichent derrière tout programme sociologique.

  • 5 Norbet Elias, Qu'est-ce que la sociologie ?, Pandora, 1981 (1ère édition : 1970)

3La première partie de l'ouvrage est donc consacrée à étudier les évolutions du courant relationnaliste, dont le paternité reviendrait à Norbert Elias, qui avec la notion de « configuration » et la métaphore de la société comme un jeu d'échec mettait effectivement l'accent sur les relations sociales plutôt que sur les individus ou la totalité sociale. Il s'agit en effet, comme le préconisait déjà le philosophe Ludwig Wittgenstein, de ne pas tomber dans l'écueil du substantialisme, autrement dit de croire qu'existerait une substance derrière tout substantif. Et en l'occurence, de croire que la société et l'individu seraient « deux choses différentes, comme s'il s'agissait d'une table et d'une chaise »5. Encore faut-il remarquer avec Elias que les interrelations dans lesquelles nous nous inscrivons ne se limitent pas à celles que nous pouvons expérimenter physiquement ou consciemment. Ainsi, un paysan brésilien et un courtier new-yorkais spéculant sur le cours du café n'ont-ils pas nécessairement conscience d'être reliés par une même chaîne d'interdépendance. Et s'il demeure des « points aveugles » dans la théorie d'Elias, comme son historicité ou la distinction entre interdépendance et interaction sociale, force est de constater que sa pensée continue d'irriguer celles des chercheurs actuels, à commencer par le champ de l'analyse des réseaux sociaux.

  • 6 Dans Le savant et le populaire, Seuil, 1989
  • 7 Dans Sociologie des crises politiques, Presses de la FNSP, 1986
  • 8 Notamment dans L'homme pluriel ,Nathan, 1998
  • 9 Respectivement dans L'Amour et la Justice comme compétences, Métaillié, 1990 et L'Action au pluriel(...)

4Philippe Corcuff développe ensuite le « constructivisme structuraliste» de Pierre Bourdieu, qui permet de mettre également bien en avant l'ambiguïté du monde social, simultanément contraignant et construit par les agents sociaux. Contre des lectures trop déterministes de la sociologie de Bourdieu, Philippe Corcuff rappelle bien en quoi elle constitue une sociologie de l'action, tournée vers la pratique et la réflexivité ; non sans pour autant décrire ensuite ses prolongements critiques, à travers notamment la critique du misérabilisme par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (qu'ils ont accompagné de celle du populisme6), la mise en lumière de la plasticité des structures sociales par Michel Dobry dans son analyse des crises politiques7, ou surtout la « complication » du rapport entre action et réflexivité par rapport à la trop grande cohérence prêtée au concept de l'habitus, telle qu'ont pu la développer de manières différentes Bernard Lahire d'une part8, et Luc Boltanski et Laurent Thévenot de l'autre9.

5L'auteur termine ce panorama des fondamentaux du relationnalisme en présentant la théorie de la structuration d'Anthony Giddens. Plus spéculatif que chercheur de terrain, le théoricien de la « troisième voie » chère à Tony Blair propose cependant certains outils théoriques intéressants, telle que la dualité des structures sociales, c'est-à-dire leur caractère à la fois contraignant et habilitant, ou la distinction entre « conscience discursive » et « conscience pratique ».

6Dans une deuxième partie, Philippe Corcuff développe les apports du courant constructiviste. Celui-ci naît avec la sociologie phénoménologique d'Alfred Schütz, qui sera largement prolongé par les analyses déjà évoquées de Berger et Luckmann, qui ont elles-mêmes largement orienté une sociologie économique aujourd'hui en plein essor. Sont ensuite présentées le courant ethnométhodologique initié par Harold Garfinkel et prolongé notamment par Aaron Cicourel, qui, par une attention appuyée aux contextes, proposent une approche renouvelée de l'articulation entre les niveaux micro et macro, puis la sociologie des sciences et techniques développée notamment par Bruno Latour et Michel Callon autour de concepts originaux tels que ceux de « traduction » ou de « déplacements ».

  • 10 Seuil, 1988 (1ère édition : 1963)
  • 11 Minuit, 1982

7Philippe Corcuff focalise ensuite son propos sur un type de construction bien spécifique : celle des groupes et catégories sociales. Il part ainsi de l'ouvrage classique d'Edward P.Thompson sur La Formation de la classe ouvrière anglaise10 où l'historien montre la contingence d'une construction à la fois sociale et culturelle, faite d'hésitations, « d'impasses et de causes perdues » largement oubliées. Puis il développe le travail non moins fondateur de Luc Boltanski sur Les cadres11 où ce dernier retrace bien les mobilisations actives à l'oeuvre derrière la formation d'une catégorie spécifiquement française. Ces travaux ont en quelque sorte été précurseurs d'une série importante de travaux mettant en lumière l'aspect construit de diverses catégories sociales, au point de constituer une quasi-discipline derrière l'intitulé de « socio-histoire », dont les chefs de file seraient Gérard Noiriel et Michel Offerlé, co-fondateurs de la revue Genèses en 1990, même si Philippe Corcuff en pointe certaines limites, telles que le risque de « quête infinie des origines » contre les « commencements innombrables » pointés par Michel Foucault.

8Un autre courant, incarné notamment par Mary Douglas ou Alessandro Pizzorno, s'est lui appliqué à débusquer les intérêts présents derrière la naturalisation des différentes catégories permettant de rendre compte du monde social. Les études de genre, dans la lignée des premières analyses féministes, constituent sans doute une des applications les plus fécondes et visibles de cette démarche.

  • 12 Voir Michel Foucault, l'inquiétude de l'histoire, PUF, 2004

9Dans la quatrième partie, l'auteur s'intéresse à la question de l'individu, et plus particulièrement à la manière dont les « nouvelles sociologies » ont renouvelé l'approche de cette question. Il montre ainsi au passage la dette que les sociologues ont contracté à l'égard de la philosophie, tout particulièrement aux réflexions de Paul Ricoeur sur l'identité. Michel Foucault, en articulant dans ses travaux les questions en apparence opposées des normes sociales et de la subjectivation, a également ouvert une voie décisive pour les sociologues contemporains, comme l'a justement remarqué un autre philosophe, Matthieu Potte-Bonneville12. Enfin, chacun à leur manière, Norbert Elias, Charles Taylor et Robert Castel ont retracé la genèse de l'individualisation et de l'affirmation croissante du sentiment du « moi ». Reste que les analyses contemporaines de l'individualisme ne convergent pas pour autant : on peut ainsi y distinguer un pôle « critique », plutôt pessimiste, représenté par des auteurs comme Richard Sennett ou Christopher Lasch, et un pôle « compréhensif », plus optimiste, avec Anthony Giddens ou François de Singly. De même, tandis qu'Axel Honneth ou Philippe Corcuff envisagent dans la construction de l'individu contemporain un levier de critique du néocapitalisme, qui empêcherait le développement des potentialités humaines, d'autres auteurs comme Ulrich Beck ou Jean-Claude Kaufmann voient au contraire dans l'individu le nouveau siège des inégalités, invalidant ainsi d'une certaine manière une critique sociale d'inspiration marxiste. Enfin, certains chercheurs ont-ils investi le champ de la pluralité interne des individus, soit, comme Bernard Lahire, en mettant en lumière la multiplicité des dispositions au sein de chaque individu, soit, à l'instar de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, en pointant la pluralité des « régimes d'action », c'est-à-dire, pour le dire vite, le fait que chacun déploie telle ou telle compétence en fonction des contextes situationnels.

10Dans la postface originale pour cette deuxième édition, Philippe Corcuff dresse lui-même le bilan des changements intervenus dans les « nouvelles sociologies » depuis douze ans et la première mouture de son ouvrage. En s'appuyant sur la critique par Proudhon de la dialectique hégélienne, ainsi que sur l'épistémologie développée par Jean-Claude Passeron, l'auteur se livre ainsi à un mea culpa -fait relativement rare pour être noté-, en reconnaissant contre son enthousiasme initial (qu'il qualifie d' « évolutionnisme méthodologique ») que les « nouvelles sociologies » ne dépassent pas entièrement les approches plus classiques du holisme et de l'individualisme méthodologiques, mais, en ouvrant de nouvelles voies, perdent aussi une partie des apports de chacun, qui constituent autant de points aveugles pour les chercheurs actuels. Autrement dit, contre l'idée d'un savoir se construisant de manière cumulative, sans doute vaut-il mieux reconnaître que la discipline évolue par déplacements de son regard. Philippe Corcuff termine ainsi logiquement son propos en évoquant certaines inquiétudes que lui inspirent les recherches sociologiques actuelles. La première réside ainsi, non sans paradoxe, dans la professionnalisation de la discipline. Celle-ci a en effet donné lieu à une fragmentation de la recherche ainsi qu'à un éloignement de la philosophie, tous deux préjudiciables. De même peut-on lui imputer le rapport préoccupant qu'entretient un bon nombre de chercheurs vis-à-vis de la politique. Se considérant désormais avant tout comme des « techniciens » du social, ils « oublieraient » toute interrogation critique des mécanismes sociaux travaillant la société, ce qui n'est pas sans conséquence sur la qualité des connaissances « produites ». Philippe Corcuff rappelle ainsi à propos la plaidoierie de Max Weber -peu soupçonnable de sympathie pour les idées subversives- contre ses collègues universitaires, pour le recrutement d'un professeur de droit anarchiste, arguant que celui-ci ferait avancer la recherche juridique en se situant « en dehors des conventions et des présuppositions qui paraissent si évidentes à nous autres ».

11Ce petit ouvrage de Philippe Corcuff constitue ainsi un manuel aussi synthétique que vivant que les étudiants en sociologie liront avec profit, mais également un appel aux « professionnels » de la discipline à remettre en question certaines de leurs pratiques, et en particulier à ne pas confondre rigueur et fermeture d'esprit. Pour l'auteur, la sociologie aurait ainsi tout à gagner à ne pas renier son héritage littéraire, et en particulier à se tourner vers la philosophie et les divers arts pour enrichir son imagination. Le débat est ouvert, mais quelqu'en soit l'issue, la discipline a tout à y gagner.

Haut de page

Notes

1 Et que certains puristes semblent regretter...

2 Outre d'innombrables interventions textuelles et orales, il fait partie du comité scientifique de l'association Attac et compte parmi les principaux animateurs de l'Université Populaire de Lyon depuis son origine (voir son site : http://uplyon.free.fr/)

3 Un point de départ que l'on pourrait relier à l'entrée dans la crise économique et le chômage de masse, ainsi que par l'arrivée au pouvoir de libéraux durs tels que Ronald Reagan aux Etats-Unis et Margaret Thatcher au Royaume-Uni, cette dernière ayant d'ailleurs successivement nié l'existence de la société (« There is no such a thing as society ») et affirmé une vision fataliste de l'action politique (en martelant son fameux « There is no alternative »)...

4 The Social Construction of Reality, New York, Doubleday, 1966

5 Norbet Elias, Qu'est-ce que la sociologie ?, Pandora, 1981 (1ère édition : 1970)

6 Dans Le savant et le populaire, Seuil, 1989

7 Dans Sociologie des crises politiques, Presses de la FNSP, 1986

8 Notamment dans L'homme pluriel ,Nathan, 1998

9 Respectivement dans L'Amour et la Justice comme compétences, Métaillié, 1990 et L'Action au pluriel, La Découverte, 2006

10 Seuil, 1988 (1ère édition : 1963)

11 Minuit, 1982

12 Voir Michel Foucault, l'inquiétude de l'histoire, PUF, 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Philippe Corcuff, Les nouvelles sociologies. Entre le collectif et l'individuel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 17 avril 2008, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/561

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page