Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Thomas Bouchet, Nathalie Brémand ...

Thomas Bouchet, Nathalie Brémand (dir.), « Coopérer, s’associer », Cahiers Charles Fourier, n° 32, 2021

Alexandra Hondermarck
Coopérer, s'associer
Thomas Bouchet, Nathalie Brémand (dir.), « Coopérer, s'associer », Cahiers Charles Fourier, n° 32, 2021, 137 p., Cléron, Association d'études fouriéristes, ISSN : 1157-139X.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier présenté dans ce numéro des Cahiers Charles Fourier entend contribuer à l’histoire de la coopération et, plus largement, de l’association, sous l’angle du fouriérisme. L’une des gageures des contributions est de confronter la réception du concept de coopération, importé en France autour des années 1820 à partir des idées de l’américain Robert Owen, avec la pensée de Charles Fourier. Les coordinateurs, Thomas Bouchet et Nathalie Brémand, invitent à déconstruire la vision d’une application mécanique des idées fouriéristes au sein de formes coopératives qui lui sont souvent attribuées, qu’il s’agisse de coopératives de production ou de coopératives de consommation. Ils entendent plutôt élargir le cadre d’étude de la réception des idées de Fourier à l’histoire de l’association. Le numéro part volontairement d’une absence de définition préalable des deux termes, dans l’objectif de les traquer au travers d’une généalogie de leurs usages.

2Thomas Bouchet constate que de nombreux auteurs, comme Charles Gide au début des années 1920, ont dépeint Fourier comme un précurseur de la coopération, au même titre que Robert Owen, avant de faire de ses disciples des avant-gardistes des pratiques coopératives. Pourtant, selon Bouchet, les termes de « coopération » et de « coopérative » ne sont pas centraux dans les écrits de Fourier. Sa relecture de deux titres de presse fouriéristes parus brièvement dans les années 1840, Le Nouveau Monde (1839-1844) et The London Phalanx (1841-1843), montre que le champ lexical de la coopération est employé tantôt au sens large, comme synonyme de solidarité et de participation, tantôt pour renvoyer à des idées considérées comme extérieures à la pensée de Fourier, notamment celles d’Owen lui-même. Il en ressort que l’associationisme de Fourier « se déploie à la fois contre l’idée coopérative et en autonomie vis-à-vis d’elle » (p. 23).

3Pourtant, certains disciples intellectuels de Fourier n’hésitent pas à revendiquer sa pensée tout en défendant également le principe de la coopération. Bernard Desmard étudie le cas de Jules Duval, fondateur du périodique l’Économiste français (1861-1870), qui est peu à peu devenu un organe de production et de diffusion d’informations sur la coopération. Cette revue, à la fois savante et militante, se fait le porte-voix du mouvement coopérativiste afin de l’orienter dans un sens bénéfique aux ouvriers. Chez Jules Duval, l’idée de coopération renvoie à l’association du capital, du travail, mais aussi du talent. Cette idée héritée de Fourier fait également l’objet d’une mise en pratique par Jean-Baptiste Godin, fondateur du célèbre Familistère de Guise à partir de 1859. Selon Nathalie Brémand, la coopération mise en place au travers du « palais social » vise un objectif final d’association, ce qui vaut à Godin d’être considéré comme un « chainon » (p. 43) faisant le lien entre les idées fouriéristes et le mouvement coopératif. L’analyse du livre des visiteurs du Familistère de Guise, invités et accueillis dans un but de publicisation de l’expérience économique et sociale qui y est menée, témoigne de la forte visibilité du Familistère au sein des mouvements coopérateurs, anglais comme français.

4D’une manière générale, les contributions montrent donc que ce sont les héritiers de la pensée de Charles Fourier qui ont créé des liens entre fouriérisme et coopérativisme. Le cas de la communauté Oneida, fondé aux États-Unis en 1848 autour du leader charismatique John Humphrey Noyes, témoigne d’un lien affinitaire mais non mécanique entre idées fouriéristes et formes pratiques de l’association. Selon Michel Lallement, la communauté Oneida, initialement organisée selon des principes spirituels et religieux perfectionnistes, proches du fouriérisme sans s’en réclamer et fondée sur le « mariage complexe » et l’absence de propriété individuelle, a pris la forme juridique d’une coopérative en 1880 à la suite de dérives. Ainsi, bien qu’elle ne fût pas présente dans le projet initial et qu’elle ne soit pas parfaitement aboutie, cette structure économique a permis à Oneida de conserver un grand nombre de ses principes, notamment une propriété partagée entre ses membres et une sensibilité à la question sociale, sans pour autant compromettre les résultats économiques de l’entreprise.

  • 1 Pour les références récentes, voir par exemple : Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et X (...)

5En définitive, le dossier s’attache avec efficacité à déconstruire le lien évident entre la pensée de Charles Fourier et les idées et pratiques coopératives. Les études de cas mettent en lumière les héritages multiples – et même, pour reprendre l’expression de Michel de Certeau, les « braconnages » multiples – de la pensée de Fourier, ainsi que les évolutions de ces appropriations, parfois au sein d’une même trajectoire ou d’une même organisation. On notera que l’absence de points de synthèses historiographiques, ou de tentatives de partir d’une définition analytique des termes « coopération » et « association », rend ce dossier peu accessible pour une première approche des idées de Charles Fourier et pour les non spécialistes. Pour un lectorat plus spécialisé, les articles apportent toutefois des éclairages pointus, qui s’ajoutent à une historiographie déjà foisonnante sur la question et auxquels ils renvoient1.

Haut de page

Notes

1 Pour les références récentes, voir par exemple : Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna (dir.), L’Utopie au jour le jour, Nancy, L’arbre bleu, 2020 ; Jessica Dos Santos, L’utopie en héritage : le Familistère de Guise (1888-1968), Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2016 ; ou encore Thomas Bouchet, Stéphane Gacon et al. (dir.), La gamelle et l'outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, L’Arbre bleu, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Hondermarck, « Thomas Bouchet, Nathalie Brémand (dir.), « Coopérer, s’associer », Cahiers Charles Fourier, n° 32, 2021 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56164

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search