Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Adèle B. Combes, Comment l’univer...

Adèle B. Combes, Comment l’université broie les jeunes chercheurs. Précarité, harcèlement, loi du silence

Chloé Tardivel
Comment l'université broie les jeunes chercheurs
Adèle B. Combes, Comment l'université broie les jeunes chercheurs. Précarité, harcèlement, loi du silence, Paris, Éditions Autrement, 2022, 333 p., ISBN : 978-2-08-027047-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Questionnaire intitulé « Vies de thèse : doctorat et qualité de vie », mis en ligne le 14 octobre 2 (...)
  • 2 L’autrice précise que tous les récits ont été lus et validés par les personnes interviewées et qu’à (...)

1Dans cet ouvrage, Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie, rend compte des conclusions de son enquête en ligne sur les conditions de travail en doctorat, diffusée à la fin de l’année 2019 auprès d’écoles doctorales, d’universités et de collectifs français, avec l’aide de l’association Doctopus1. 1 877 personnes y ont participé : 64% d’entre elles se déclarent « femme », 36% « homme » et 15% « non binaire ». Au moment de l’enquête, 62% des participant·es réalisaient un doctorat en France, 36% étaient diplômé·es, 1% avait abandonné ; les autres avait été licencié·es. Au vu des résultats, le doctorat est un chemin de croix. 81% des répondant·es indiquent une dégradation de leur santé physique au cours de leur thèse (fatigue chronique, douleurs, malaises, éruptions cutanées, variations de poids, troubles hormonaux, etc.) et 89% une dégradation de leur santé mentale (troubles du sommeil, syndrome de l’imposeur, anxiété, dépression, burn-out, développement de phobies et de TOC, pensées suicidaires, etc.). Afin d’incarner ces chiffres, la chercheuse a mené des entretiens avec ceux et celles qui ont accepté de témoigner plus longuement sur leur expérience doctorale, bien que de son propre aveu elle ne soit « ni journaliste ni sociologue » (p. 13). Cet ouvrage présente trois parcours doctoraux représentatifs de ces conditions de vie dégradées sous la forme d’un journal de bord à la première personne, dans lequel sont consignés des dialogues que les personnes intéressées ont eu jour après jour avec leurs collègues doctorant·es, encadrant·es et membres de la hiérarchie universitaire2. À leur lecture, la question qui vient à l’esprit est la suivante : faut-il subir le martyre pour mériter le salut doctoral ?

  • 3 Depuis le 1er février 2017, le contrat doctoral fixe une rémunération minimale qui s'élève à 1 769 (...)
  • 4 « Le terme "situation à connotation sexuelle ou sexiste" englobe plusieurs cas de figure, allant du (...)

2Le lectorat est amené à suivre tout d’abord Laurine, doctorante contractuelle en géologie, agressée sexuellement par son directeur au cours d’une mission de terrain moins de deux mois après avoir débuté sa thèse3. Jusqu’à la soutenance, elle est victime de harcèlement et voit son travail retardé voire saboté par son directeur, notamment pour la publication de l’article indispensable à l’obtention de son diplôme. Après la soutenance, il l’accuse de plagiat mais une enquête interne de l’université donne finalement gain de cause à la docteure. Comme Laurine, 25% des répondants de l’enquête d’Adèle B. Combes ont subi une situation à connotation sexuelle ou sexiste au moins une fois durant leur doctorat4 ; 13% affirment que leur directeur ou directrice a tenté de détruire leur carrière.

3Dans la deuxième partie, nous faisons la rencontre de Baptiste, doctorant contractuel en biochimie et employé dans un fast-food le samedi matin afin d’arrondir ses fins de mois. Réputé « joyeux luron », Baptiste sombre dès sa première année de thèse en dépression, humilié par son directeur à cause de ses origines sociales modestes et victime d’insultes homophobes et de harcèlement. Jour après jour, il fait face à la pression de ce dernier pour travailler sa thèse sur ses temps de repos, soit les weekends et les vacances, si bien que son travail au fast-food devient un moment de pause salutaire. Selon Adèle B. Combes, à l’instar de Baptiste, 38% des répondants déclarent avoir dû travailler durant les périodes de repos, sans bénéficier d’un seul jour de récupération, rappelant à ce titre un credo diffusé dans le milieu de la recherche, à savoir « en thèse, si tu ne souffres pas, c’est que ce n’est pas une bonne thèse » (p. 212).

  • 5 En 2019, selon le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 43% de (...)

4Enfin, l’ouvrage donne à suivre les six années de thèse de Sarah, doctorante en anthropologie non financée, alternant emplois précaires et vacations d’enseignement à l’université5. Fatiguée par le rythme de ses emplois, elle découvre au cours de son doctorat une maladie neurologique. Une longue bataille s’amorce avec l’administration universitaire pour la prise en compte de l’aménagement de ses enseignements, une bataille qui s’ajoute à celle qu’elle mène pour être reconnue et accompagnée avec dignité par sa directrice, qui lui annonce du jour au lendemain, dans un couloir, que leur collaboration est terminée, prétextant que Sarah aurait ourdi un « complot » contre elle pour l’évincer de son propre laboratoire. Sarah fait un burn-out et doit arrêter sa recherche pendant plusieurs mois. Comme Sarah, 33% des personnes interrogées par Adèle B. Combes déclarent avoir fait une dépression ou un burn out durant leur doctorat.

5La lecture de l’ouvrage est difficile sur le plan émotionnel et psychologique. Elle met mal à l’aise car on lit jour après jour une descente aux enfers de trois jeunes chercheur·es passionné·es, bien qu’on croise sur ce chemin des personnes bienveillantes et aidantes, comme le co-encadrant de Laurine, la collègue de Baptiste ou la médecin du travail de Sarah. Témoignages à l’appui, Adèle B. Combes rapporte d’ailleurs des expériences doctorales épanouissantes et des encadrements bienveillants. En exposant ces parcours individuels aux conditions de travail dégradées, le but de l’autrice est d’alerter le grand public mais aussi les politiques sur les dysfonctionnements humains, institutionnels et financiers du doctorat en France. La conclusion de l’ouvrage se fait l’écho de nombreuses revendications syndicales actuelles pour lutter contre la souffrance, les abus de pouvoir et la précarisation dans la recherche, à savoir l’obligation du contrat de travail et des cinq semaines de congés annuels, l’exonération des droits d’inscription en doctorat, la création d’un syndicat national des chercheurs et enseignants non titulaires et la création massive de postes de titulaires. Plus précisément, elle propose de transformer le comité de suivi de thèse en comité scientifique constitué pour moitié de membres choisis par le doctorant·e et d’un·e représentant·e doctoral·e afin d’éviter le risque de « copinage » et, en parallèle, d’instaurer un suivi annuel individuel avec une personne indépendante afin d’aborder l’aspect psychologique et relationnel de la thèse. Dans cette perspective, elle recommande la mise en place d’un dispositif national indépendant d’écoute et de signalement anonyme des discriminations et violences psychologiques et sexuelles dans la recherche ainsi que de questionnaires anonymes sur la qualité de vie des doctorant·es dans les écoles doctorales. Elle prône en leur sein le développement d’une formation obligatoire à la gestion de projet dès la première année du doctorat et requiert que l’habilitation à diriger des recherches soit conditionnée à la validation d’examens en gestion de projets, pédagogie, éthique scientifique et management de personnes.

  • 6 Chiffres issus du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : https (...)
  • 7 En archéologie, citons le projet collectif Paye ta Truelle, crée en 2017 par l'archéologue belge et (...)

6Compte tenu que 70 372 personnes étaient inscrites en doctorat à la rentrée 2019, les résultats de l’enquête d’Adèle B. Combes obtenus auprès de 1 877 d’entre elles ne peuvent être généralisés6. Bien que cet ouvrage ne soit pas le fruit d’une « thèse universitaire » (p. 12), il est à regretter que l’autrice ne donne pas en annexe le questionnaire transmis ainsi que les résultats obtenus, afin que les lecteur·trices puissent mieux se rendre compte de l’obtention des données exposées. Mais en l’absence d’enquête officielle sur les conditions de travail en doctorat, il faut saluer l’initiative de cet ouvrage qui propose un éclairage de « l’intérieur » et des pistes de remédiation. Outre le harcèlement et la précarisation, Adèle B. Combes souligne, à travers les parcours de Laurine, Baptiste et Sarah, une multitude de dysfonctionnements dans la recherche – qu’on retrouve dans d’autres milieux professionnels –, comme le sexisme décomplexé, le paternalisme, la décrédibilisation de la parole des femmes, la remise en cause de leurs compétences ou le rapport complexe à la parentalité. Dans cette perspective, il pose sur le papier des témoignages anonymes glanés sur les réseaux sociaux et s’inscrit dans la lignée d’initiatives associatives qui mettent en lumière des discriminations liées au genre, à l’ethnicité, à l’orientation sexuelle, à l’origine sociale, aux capacités physiques ou aux croyances religieuses à l’université, quelle que soit la discipline envisagée7. Le but avoué de l’ouvrage est de faire advenir un changement politique et institutionnel, par le haut, afin que les situations révélées ne puissent plus se reproduire. Publié aux Éditions Autrement, maison qui bénéficie d’une audience grand public, cet ouvrage permettra certainement d’ouvrir une brèche et favorisera la libéralisation de la parole de doctorants et doctorantes en souffrance, d’autant plus après la crise sanitaire qui a constitué, pour bon nombre d’entre eux, un réel enfermement psychologique, physique, relationnel et professionnel. En livrant ces témoignages, ces données mais en citant également les ressources de santé à disposition (médecin du travail notamment), l’autrice informe en filigrane les jeunes étudiants et étudiantes sur la réalité actuelle du doctorat en France, car « le doctorat est un sport de haut niveau qui, même dénué de tout harcèlement ou de toute précarité financière, demande de grandes capacités de résilience » (p. 315).

Haut de page

Notes

1 Questionnaire intitulé « Vies de thèse : doctorat et qualité de vie », mis en ligne le 14 octobre 2019. L’association Doctopus est un observatoire indépendant de la vie doctorale : https://doctopus.hypotheses.org/.

2 L’autrice précise que tous les récits ont été lus et validés par les personnes interviewées et qu’à leur demande les noms et prénoms ont été modifiés.

3 Depuis le 1er février 2017, le contrat doctoral fixe une rémunération minimale qui s'élève à 1 769 € bruts mensuels pour une activité de recherche seule : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/le-financement-doctoral-46472

4 « Le terme "situation à connotation sexuelle ou sexiste" englobe plusieurs cas de figure, allant du commentaire non désiré sur le physique à la relation sexuelle non consentie, en passant par les remarques déplacées, les questions intimes intrusives ou encore le chantage sexuel » (p. 97).

5 En 2019, selon le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 43% des thèses en sciences humaines et sociales ne sont pas financées : https://www.education.gouv.fr/reperes-et-references-statistiques-2020-1316. Voir le document « 6.03. Le doctorat et les docteurs ».

6 Chiffres issus du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/T744/le_doctorat_et_les_docteurs/.

7 En archéologie, citons le projet collectif Paye ta Truelle, crée en 2017 par l'archéologue belge et militante féministe Laura Mary : https://payetatruelle.wixsite.com/projet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Tardivel, « Adèle B. Combes, Comment l’université broie les jeunes chercheurs. Précarité, harcèlement, loi du silence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56169

Haut de page

Rédacteur

Chloé Tardivel

Doctoresse en histoire.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search