Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Haud Guéguen, Laurent Jeanpierre,...

Haud Guéguen, Laurent Jeanpierre, La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver et ce que nous pouvons faire

Anne de Rugy
La perspective du possible
Haud Guéguen, Laurent Jeanpierre, La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver, et ce que nous pouvons faire, Paris, La Découverte, coll. « L'Horizon des possibles », 2022, 307 p., EAN : 9782348067341.
Haut de page

Texte intégral

1« Soyez imaginatifs, demandez le possible ! », tel pourrait être le point de départ du livre de Haud Guéguen et Laurent Jeanpierre, le détournement du slogan de mai 1968 ouvrant la voie à une nouvelle promesse émancipatrice. L’ouvrage ambitionne de penser le possible comme une notion critique, capable de théoriser voire d’anticiper et de favoriser la transformation du monde social plutôt que de la limiter au nom d’un supposé réalisme. Loin de railler la floraison des possibles dans le champ associatif et politique, l’émergence du « champ des possibles » ici, de l’« ouverture des possibles » là, ou encore des cafés, jardins et autres lieux « des possibles », les auteurs entreprennent de prendre la moderne antienne du possible très au sérieux et d’en montrer tous les pouvoirs. Faire l’éloge du possible, ce n’est pas réduire le monde à sa réalité et à son ordre (établi) mais bien au contraire cultiver l’espérance d’une intervention capable d’agir contre sa reproduction et de le libérer de l’impuissance. Le possible se caractérise alors par « l’idée d’un pouvoir-être-autrement ou d’une transformabilité de l’objet soumis à la critique » (p. 13). Ainsi définie, la notion introduit l’ouvrage qui vise à tracer la perspective du possible, à mener une enquête sur le possible à travers la pensée philosophique et sociologique. Pari est fait que cette description du possible peut avoir des effets pratiques et politiques, en un mot, « réarmer la critique sociale issue des sciences sociales » et « reconstruire l’espérance » (p. 19-20).

2Le livre est construit en deux temps : le premier retrace l’histoire de la catégorie philosophique du possible et la genèse de son sens émancipatoire (chapitres 1 à 5) quand le second énonce les modalités d’une enquête sur le possible (chapitres 6 à 9). Le chapitre 1 fonde la notion de possible comme catégorie critique et émancipatoire en l’opposant à la catégorie de potentiel et à son usage managérial, optimisé et détourné au service de la performance économique. Cette distinction ouvre la voie à l’analyse philosophique du possible à travers quatre grandes traditions. La première, étudiée dans le chapitre 2, explore le possible chez Marx comme critique de l’ordre existant et comme pensée de l’émancipation : le possible « ouvre une brèche au sein de l’univers des faits » (p. 62). Opposé à l’utopie « créée de toutes pièces » et peinture purement imaginaire d’une société désirable coupée des conditions d’existence réelles, le possible rattache l’émancipation comme la critique au monde social et à ce qui, dans ce monde, est susceptible de conduire à une prise de conscience libératrice. Le chapitre 3, consacré à Max Weber, envisage le possible sous l’angle épistémologique de la catégorie de « possibilité objective ». Brèche dans l’enchaînement déterminé des faits, la possibilité objective indique que la réalité sociale aurait pu être autrement : envisager ces autres mondes possibles et les raisons de leur non-avènement permet à la fois de mieux comprendre le monde tel qu’il va et de sonder les « chances » de changement. La pensée de Georg Lukács, sur laquelle revient le chapitre 4, opère le lien entre Marx et Weber en recourant « à la théorie de la possibilité objective pour interroger et renforcer la possibilité de la révolution prolétarienne qu’il appelle de ses vœux » (p. 123). Il suppose que la réification de l’ensemble de la société, mouvement d’abstraction, de déshumanisation, de marchandisation en un mot de « chosification » (Verdinglichung) des relations sociales, fera naître une conscience de classe, possibilité objective de changement et condition de l’action révolutionnaire. La prise de conscience, ancrée dans le réel, ouvre l’avènement d’un possible émancipatoire. Enfin, Ernst Bloch, étudié dans le chapitre 5, réconcilie utopie et possible par la notion d’utopie concrète associée au « possible objectivement réel » (p. 130). Le possible et l’utopie ouvrent une même perspective critique, celle d’une possibilité immanente à la réalité et d’une « nature fondamentalement utopique du possible » (p. 136).

  • 1 Erik Olin Wright, Utopies réelles, Paris, La Découverte, coll. « L’horizon des possibles », 2017, c (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Éditions de M (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue Française de Sociologie, vol (...)

3Reste à explorer alors le « noyau possibiliste de la sociologie » (p. 150), ancré dans la sociologie critique, et à investiguer les possibles du temps présent : aux sciences sociales de s’emparer du champ des possibilités et de ne pas se limiter à celui des réalités. Quatre voies sont empruntées. La première est celle du genre utopique (chapitre 6). Dans la continuité des travaux de Karl Mannheim, l’utopie, sortie du seul domaine des idées, devient un objet possible de recherche empirique, quand la conscience aspire à autre chose que ce qui est et que cette non-congruence avec l’ordre des choses amorce un « passage à l’agir » (p. 185). La deuxième, explorée dans le chapitre 7, est celle des « utopies réelles » analysées par Erik Olin Wright1 comme un ensemble de « pratiques très variées qui incarnent déjà, en un temps et lieu donnés, les alternatives aux organisations sociales dominantes et les expériences collectives préfigurant un monde désirable » (cité p. 202). Il ouvre ainsi un programme de recherches sur les formes de vie et les expérimentations alternatives qui sont autant de manières d’activer les imaginaires. Ces alternatives, il les nomme « socialistes » dans le sens où elles activent un pouvoir d’agir social, une résistance au pouvoir économique et à celui de l’État. L’originalité de Wright est de penser le pouvoir transformateur de ces possibles qui, s’ils ne suscitent pas immédiatement de rupture avec l’ordre capitaliste, peuvent contribuer, par un changement interstitiel, à générer une « mutation lente ». Les sciences sociales sont alors appelées à construire une théorie non déterministe d’une transformation sociale possible. Cet écart au déterminisme conduit à revisiter les conditions de l’anticipation dans la sociologie de Pierre Bourdieu (chapitre 8). Ce chapitre très riche revient principalement sur deux de ses textes. Le premier, Algérie 602, montre que la capacité à imaginer le possible est propre à un certain type de société – et c’est sans doute là une des ambiguïtés de la notion. Dans les sociétés précapitalistes telles la société kabyle, l’avenir est un temps aléatoire et incertain, « un rien qui ne nous appartient pas » (cité p. 232). Ordre tenu pour immuable et nécessaire, il est réfractaire au capitalisme. La « possibilité du possible » naît paradoxalement avec la modernité et la société capitaliste qui représente l’avenir comme « un présent transformable » (p. 232) pouvant faire l’objet de calculs et donner lieu à des anticipations. Pourtant, comme l’étudie Bourdieu dans un texte sur la causalité du probable3 analysé minutieusement dans un deuxième temps, la société capitaliste réduit aussi les futurs possibles selon les positions sociales, à la fois objectivement et subjectivement. Intériorisées, les probabilités objectives conditionnent les espérances subjectives. La sociologie devrait dès lors s’emparer de l’étude des conditions individuelles et collectives favorables au redéploiement de ces possibles latéraux, des bifurcations ou des décalages entre comportements probables et comportements effectifs. Le dernier chapitre interroge la transformation du rapport à l’avenir à l’annonce de la possibilité d’une catastrophe écologique. Les auteurs semblent affirmer que cette perspective, loin d’annoncer la fin des possibles, pourrait fonctionner au contraire comme un « opérateur d’engagement » collectif et individuel justifiant que le programme de recherche sur le possible s’en saisisse pleinement.

  • 4 Norbert Elias, L’utopie, Paris, La Découverte, 2014, p. 41.
  • 5 Le texte « Thomas More et l’utopie » (ibid, p. 133-150) est paru originellement dans le volume suiv (...)

4L’ouvrage est séduisant par son double parti pris : d’une part entrer dans l’étude du possible par des textes théoriques revisités et d’autre part réhabiliter une approche critique en sciences sociales. Il donne des raisons d’espérer à qui déplore de voir les sciences sociales se limiter souvent à des approches empiriques descriptives qui laissent à la philosophie les questionnements sur les manières de vivre et d’habiter le monde. Le lecteur ici est appelé à simplement prendre l’invocation du possible au sérieux, à la retrouver dans des textes structurants de la discipline, à l’observer et à en décrypter la dimension politique. Sur le chemin de ces grands auteurs, la quasi-absence d’Elias peut étonner tant celui-ci soulignait l’importance des utopies, leur rapport complexe au réel, leur dimension transformatrice comme « moteur des mouvements sociaux »4 et leur puissance performative susceptible de modifier les agencements sociaux. Sa pensée certainement contribue à construire « die Möglichkeit des Unmöglichen »5, la possibilité de l’impossible.

  • 6 Voir par exemple Alain Caillé, Philippe Chanial, Federico Tarragoni, « S’émanciper, oui, mais de qu (...)

5Enfin, et c’est sans doute inévitable dans un livre aussi touffu et ambitieux, quelques questions sont laissées en suspens. La première est celle de l’émancipation. L’identité posée entre émancipation et gain de liberté n’épuise pas la question : de quoi le possible s’émancipe-t-il ?6 L’émancipation réside-t-elle dans la possibilité de choisir sa vie, c’est-à-dire dans la réalisation des idéaux des sociétés modernes et le dépassement des déterminismes, ou dans l’affirmation d’une contestation de ces idéaux, par exemple dans une remise en cause pratique de l’ethos capitaliste ? La dimension critique interroge aussi : l’expérimentation du possible est-elle nécessairement critique, de quoi et sous quelle forme ? Les auteurs insistent sur le possible comme critique en actes : de futures enquêtes pourront préciser ce qui fonde cette dimension critique, l’ampleur de l’écart à l’ordre dominant, l’articulation entre discours et pratiques critiques et la politisation variable des pratiques critiques. Le pouvoir transformateur du possible doit aussi être interrogé : quels sont les mécanismes de diffusion de ces possibles et quelle peut être l’ampleur de leur essaimage ? Comparaisons historiques, enquêtes empiriques, comparaisons internationales sont autant de perspectives pour déplier la catégorie du possible et la rendre opérationnelle. Ces développements probablement sont à venir.

Haut de page

Notes

1 Erik Olin Wright, Utopies réelles, Paris, La Découverte, coll. « L’horizon des possibles », 2017, compte rendu de Florian Besson pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23343.

2 Pierre Bourdieu, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

3 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue Française de Sociologie, vol XV, n°1, 1974, p. 3-42.

4 Norbert Elias, L’utopie, Paris, La Découverte, 2014, p. 41.

5 Le texte « Thomas More et l’utopie » (ibid, p. 133-150) est paru originellement dans le volume suivant : Hans-Jürg Braun, Jacqueline Bauman et Rosemarie Zimmermann, Utopien-Die Möglichkeit des Unmöglichen, Zurich, Verlag der Fachvereine, 1987, p. 173-184.

6 Voir par exemple Alain Caillé, Philippe Chanial, Federico Tarragoni, « S’émanciper, oui, mais de quoi ? », Revue du MAUSS, n°48, 2016, p. 5-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Rugy, « Haud Guéguen, Laurent Jeanpierre, La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver et ce que nous pouvons faire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56180 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56180

Haut de page

Rédacteur

Anne de Rugy

PRAG à l’Université de Paris Est Créteil et docteure en sociologie. Elle enquête sur les bifurcations professionnelles descendantes, le sens du travail, la transformation écologique des formes de vie et leur politisation.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search