Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Stuart Hall, Selected Writings On...

Stuart Hall, Selected Writings On Marxism

Victor Lu
Selected Writings on Marxism
Stuart Hall, Selected Writings on Marxism, Durham, Duke University Press, 2021, 376 p., ed. Gregor McLennan, ISBN : 978-1-4780-0034-1.
Haut de page

Texte intégral

1Stuart Hall (1932-2014) est considéré comme l’un des plus importants intellectuels britanniques des cinquante dernières années. Il jouit désormais d’une audience internationale : co-éditeur de la prestigieuse New Left Review et enseignant au Centre d'études culturelles contemporaines de l’Université de Birmingham, Hall est désormais reconnu comme l’un des précurseurs des « cultural studies » ou des études postcoloniales, mais aussi comme l’un des passeurs marquants entre les sciences sociales britanniques et les auteurs marxistes français tels que Louis Althusser ou Nicos Poulantzas.

2Les presses de l’université de Duke ont choisi d’éditer l’une des périodes les plus fécondes de son œuvre, qui s’est focalisée sur Marx. Dans les essais qui composent l’ouvrage, Hall reprend les théories gramsciennes de l’hégémonie et de la domination de classe en les pensant au prisme des marxistes britanniques des années 1960, dont le but était moins la prise de pouvoir que des tentatives de coalition entre groupes affinitaires, comme celle entre les mouvements punk et reggae dans les luttes antiracistes et antifascistes. L’auteur y dessine une voie médiane entre celle – ultra-théorique – du philosophe français Louis Althusser et celle qu’il considère comme excessivement culturelle, empirique et historique de l’historien britannique Edward P. Thompson. Il tente en quelque sorte d’écrire sur la théorie marxiste à la lueur des « cultural studies » et vice-versa. En effet, Hall souligne l’importance de la culture dans ses écrits sur le marxisme et l’importance du marxisme dans ses écrits sur la culture. Stuart Hall était ainsi un penseur dialectique, aussi bien à l’intérieur du marxisme qu’entre ce dernier et le discours néo-marxiste ou post-marxiste.

  • 1 Notre traduction. Citation originale : « It does remain true that the development of the theoretica (...)

3L’ouvrage édité par le sociologue britannique Gregor McLennan est divisé en trois parties, composées de douze essais écrits entre 1974 et 1996. Dans la première partie, qui regroupe quatre essais centrés sur la théorie marxiste, Hall entend établir une critique de l’économicisme issu des interprétations de l’œuvre de Marx par le marxisme dit « vulgaire », celui-ci se basant sur un « pan-économisme » qui, à l’instar du pan-sexualisme freudien, explique tout par des facteurs économiques. Hall se tourne alors, dans la lignée du marxisme dit « occidental », vers une interprétation du marxisme basée sur la critique de l’idéologie et du social entamée par Gramsci. En effet, le penseur communiste italien, contrairement à l’orthodoxie marxiste de son époque qui voyait en l’économie l’instance déterminante absolue, se tourne plutôt vers une analyse de l’idéologie afin d’expliquer le triomphe et le maintien des régimes bourgeois dans les pays occidentaux : pourquoi malgré de crises répétitives ces régimes arrivent-ils à se maintenir ? Gramsci répond à cette problématique par son concept d’hégémonie culturelle et sociale : l’explication tient au fait qu’une majorité de la population vivant dans ces régimes adhère à l’idéologie bourgeoise (l’économie capitaliste de marché, l’État de droit, la démocratie représentative, le « travailler plus pour gagner plus », etc.) et que cette croyance qu’un autre monde n’est pas possible, ni même souhaitable, entretient l’idée que nous vivons, comme le théorisait le philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz, dans le « meilleur des mondes possibles ». Dans son premier essai, Hall propose une lecture minutieuse des Grundrisse, manuscrits inachevés de Marx mais pourtant d’une importance capitale, car représentant la méthode marxiste la plus complète tout en demeurant ouverte aux interprétations. Suivant Althusser, il conçoit l’infrastructure (la production économique) et la superstructure (la culture, le droit, l’idéologie) comme faisant partie d’un ensemble et non pas comme deux entités séparées. En effet, dans la Contribution à la critique de l’économie politique (1859), Marx écrit : « Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie social, politique et intellectuel en général. Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur être ; c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience ». Par ailleurs, la production, la distribution et l’échange des richesses ne sont pas des équivalents, mais sont trois moments dans un ensemble solidaire. De même, la logique de la théorisation et celle de l’histoire forment une unité selon Hall : « il n’en reste pas moins vrai que le développement des catégories théoriques reflète directement l’évolution des relations historiques »1 (p. 40). Il y a donc chez Marx une épistémologie historique (p. 45), où s’articulent différentes composantes idéologiques au sein des relations sociales et dans laquelle l’économie finalement disparaît pour laisser place à la théorie d’une unité sociale complexe. L’apport original de Hall se trouve dans l’analyse minutieuse de cette complexité : des éléments sociaux disparates forment une unité, une « unité du divers », illustrée par la « concentration de diverses déterminations » (p. 80).

  • 2 Notre traduction. Citation originale : « The problem of ideology […] concerns the ways in which ide (...)

4« Le problème de l’idéologie […] concerne les façons par lesquelles différents types d’idées s’agrippent aux esprits des masses, en devenant ainsi une “force matérielle” »2 (p. 136). Cette définition performative de l’idéologie est un leitmotiv puissant dans l’œuvre de Hall. C’est ainsi qu’on peut trouver dans la seconde partie de l’ouvrage des essais sur les classes sociales et leurs relations avec la culture, sur le crime ainsi que sur le libéralisme, dans lesquels Hall applique sa théorie de l’idéologie aux problèmes de son époque. Les relations entre classes sociales sont désormais pensées en termes culturels, et la lutte des classes est conçue – dans une sorte d’alliance entre Gramsci et Thompson – comme une lutte culturelle pour l’hégémonie. Contrairement à Marx et Engels, Hall ne conçoit pas l’idéologie comme composée d’idées ou de perceptions fausses, mais plutôt comme une manière pour le pouvoir hégémonique d’incorporer, de coopter, les classes subordonnées dans les institutions étatiques. Hall analyse par exemple le libéralisme comme une idéologie qui constitue à la fois un cadre mental par le biais duquel est pensée la société et comme une forme spécifique d’articulation des structures économiques, anticipant ainsi de plusieurs décennies les analyses du néolibéralisme.

5La troisième partie du volume est consacrée à la tentative de Hall de défendre la théorisation contre l’empirisme réducteur, soit Louis Althusser contre Edward P. Thompson, et, parallèlement, à introduire le concept de culture pour permettre au marxisme de se débarrasser du paradigme « infrastructure-superstructure » qui lui est attaché. Pour Hall, le concept de culture est particulièrement utile pour penser la mondialisation économique (dans ses aspects aussi bien technologiques que médiatiques) car celle-ci a entraîné au cours du XXe siècle une globalisation de la culture qui, bien qu’elle n’ait pas la richesse de la culture de l’Égypte, de la Chine antique ou encore de la Renaissance italienne, se caractérise par un impact beaucoup plus vaste et plus démocratique. L’œuvre de Hall tente d’intégrer ce tournant culturel en créant une nouvelle science de la culture d’orientation marxiste qui remédie aux formes dépassées du marxisme dans les domaines aussi bien idéologique, discursif qu’épistémologique. Il se tourne pour cela vers l’analyse du langage, notamment dans les philosophies de Wittgenstein et de Derrida, et accorde une attention particulière à la lecture des textes et à leurs interprétations. Sa méthode, basée sur une étude attentive et critique des œuvres et, parallèlement, sur des enquêtes sociologiques contemporaines, fait de la culture un paradigme fondamental dont la question sociale n’est de sorte qu’un appendice. Cette approche représente une transition pour Hall, entre sa période marxiste à son approche relevant davantage du néo-marxisme puis du post-marxisme. En effet, selon cette démarche, la culture n’a pas seulement atteint l’ensemble de la vie de la planète, à l’instar du capital, mais elle est introjectée à notre vie intérieure même : elle fait partie désormais de la constitution de notre subjectivité et de notre identité. Cette prégnance de la question culturelle se retrouve aussi – à l’extérieur – dans les champs académiques : la sociologie comme la psychologie en tiennent désormais compte dans leurs études.

6Les différentes parties de l’ouvrage montrent l’intérêt majeur que présente celui-ci : il permet au lecteur de saisir la nature de l’approche de Hall, et souligne les transitions d’une période à une autre dans son parcours, afin de comprendre ses métamorphoses théoriques. Quelles bases de la théorie marxiste devrait-on questionner à nouveau frais ? Sur quels concepts ou quelles notions devrait-on se pencher en vue de vérifier, de nuancer – voire d’invalider – les théories formulées par Marx et ses plus importants continuateurs ? Un apport majeur de Hall est l’intégration de la culture dans l’analyse sociale, notamment à travers ses analyses sur la résistance de la jeunesse anglaise face au rouleau compresseur néolibéral ou concernant l’alliance inter-musicale et raciale entre les cultures punk et reggae. Un autre apport est le dialogue triangulaire – par l’intermédiaire des concepts de culture et d’idéologie – qu’il a initié et animé entre les traditions des marxismes français, italien et britannique. Enfin, Hall a été l’un des premiers à former le terme de « prolétarisation » en analysant les nouvelles formes d’emplois générées par l’économie néolibérale (contrats précaires, à mi-temps, articulés autour de la flexibilité, etc.), notion qui est devenue courante dans le champ des sciences sociales. Les limites de Hall se situent à nos yeux dans son rapport au marxisme même, notamment dans sa prise de distance vis-à-vis des fondamentaux du marxisme, de sorte qu’on peut lui reprocher de s’égarer peu à peu dans une sorte de pan-culturalisme qui, en expliquant tout par la culture, en vient à négliger et à oublier l’importance essentielle de l’économie et des classes sociales dans toute critique de la société.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction. Citation originale : « It does remain true that the development of the theoretical categories directly mirror the evolution of historic relations ».

2 Notre traduction. Citation originale : « The problem of ideology […] concerns the ways in which ideas of different kinds grip the minds of masses, and thereby become a “material force” ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Lu, « Stuart Hall, Selected Writings On Marxism », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 mai 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56233

Haut de page

Rédacteur

Victor Lu

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search