Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Sandrine Alexandre, Philosophie d...

Sandrine Alexandre, Philosophie du tir à l’arc. Essai sur la conception stoïcienne de la valeur

Laetitia Monteils-Laeng
Philosophie du tir à l'arc
Sandrine Alexandre, Philosophie du tir à l'arc. Essai sur la conception stoïcienne de la valeur, Lyon, ENS Éditions, coll. « La Croisée des chemins », 2022, 292 p., EAN : 9791036203404.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son précédent ouvrage, l’autrice explore la version impériale de ce même dispositif : Alexandr (...)
  • 2 Voir notamment Annas Julia, « Naturalism and Greek Ethics: Aristotle and After », in J. Cleary et D (...)

1L’ouvrage de Sandrine Alexandre se veut une reconstruction de la pensée de l’évaluation dans l’ancien stoïcisme. La métaphore du tir à l’arc (Cicéron De Finibus III, 6, 22) qui donne au livre son titre situe la finalité de l’existence dans la manière dont on vise, dans le geste lui-même de l’archer qui, en toute circonstance, doit être en accord avec la nature de la cible particulière et contingente, qui n’est pas à rechercher pour elle-même. L’essentiel pour le sage stoïcien n’est pas d’atteindre la cible, mais de faire le bon geste, quel que soit le résultat. À partir de cette image, Philosophie du tir à l’arc se propose d’envisager comment Zénon, le fondateur du Portique, ses disciples Cléanthe et Chrysippe, et leurs successeurs immédiats Diogène de Babylone et Antipater, ont élaboré ce que l’autrice nomme un « dispositif d’évaluation »1. L’hypothèse de l’autrice est qu’on trouverait chez les maîtres de l’ancien stoïcisme une première version de ce qui constitue non un jugement de valeur, par opposition à un jugement de fait, mais un jugement « selon la valeur » (kath’axian) qui, à un niveau pratique, vient structurer notre relation au monde, en nous rapportant à nous-mêmes, et exige, à un niveau éthique, de s’enquérir des différences à l’origine de la distinction entre ce qui a de la valeur dans l’absolu et ce qui n’en a que conditionnellement. Autrement dit, reviendrait au stoïcisme des origines le mérite d’avoir questionné ce qu’évaluer veut dire et d’avoir interrogé les catégories en fonction desquelles ce jugement opère. D’autres écoles philosophiques avant les stoïciens ont bien sûr promu des valeurs au nom desquelles on doit conduire son existence. Elles ne se sont pas nécessairement intéressées à l’activité à l’origine de la promotion de telle ou telle valeur. Ces dernières décennies, la façon dont les pensées hellénistiques, et plus spécifiquement le stoïcisme, ont tenté de penser une norme immanente à notre monde actuel, sans pour autant verser dans un relativisme, a suscité de nombreux débats, qui se cristallisent notamment autour de la référence à la nature2, auxquels cet ouvrage entend participer depuis les questions que soulèvent l’acte d’évaluer. Le propos de l’autrice est en effet d’interroger les aspects normatifs d’une philosophie qui prétend fonder le bonheur dans l’indépendance face à ce qu’on ne contrôle pas.

2L’ouvrage propose un parcours qui s’ouvre sur l’explication du fonctionnement du processus d’évaluation enraciné dans la tendance discriminante de l’animal à identifier ce qui est utile dans son environnement. Cette première différenciation suppose une perception du monde en fonction d’une perception de soi. La sélection (eklogè/selectio) de ce qui est conditionnellement utile à la survie de l’animal relève du propre (oikeios), le nuisible étant renvoyé à l’impropre (Diogène Laërce, Vies des philosophes, 7.85). Chez l’humain, une fois sa raison arrivée à maturité, cette impulsion à se conserver se transforme en un choix (hairèsis) qui, seul, porte sur le bien, lequel réside non dans des objets, mais dans un accord (homologia/convenientia), compris comme conformité à la nature (Cicéron, De Finibus, 3.21). De cette transformation procède la différenciation entre ce qui a une valeur en soi (le bien) et ce qui n’en a qu’hypothétiquement (le préférable).

3La deuxième partie montre que le constructivisme stoïcien n’implique pas un relativisme des valeurs, le monde étant pour l’homme la représentation qu’il s’en fait. Chacun est seul responsable du sens qu’il donne à chaque chose, mais ne produit cependant pas ses propres vérités. Il y a des valeurs en soi ; mieux, il y a une valeur, le bien, c’est-à-dire la vertu, qui ne s’arrime pas pour autant à un devoir-être déconnecté de la vie humaine. L’ordre auquel il faut se conformer est naturel. Cette norme est pourtant susceptible d’être transgressée. Elle est si rarement suivie qu’on peut douter, notamment à la suite de Cicéron qui dénonce dans ses Tusculanes l’inefficacité de l’éthique stoïcienne face à la douleur, de la pertinence de la stratégie stoïcienne quand on part en quête de la vie bonne (p. 174-181). C’est l’une des forces de cet ouvrage que d’interroger la pertinence des solutions proposées par le Portique au regard de ce qu’il promet.

  • 3 Bourbon Marion, Penser l’individu. Genèse stoïcienne de la subjectivité, Turnhout, Brepols, 2019, p (...)

4À cet égard, le dernier chapitre traite des réaménagements introduits par les philosophes romains dans le dispositif d’évaluation, probablement en réponse aux objections de Cicéron. Les stoïciens de l’époque impériale promeuvent une opposition binaire (ce qui dépend de nous et ce qui n’en dépend pas) en lieu et place de la division tripartite de l’ancien stoïcisme (biens, maux, indifférents). L’autrice souligne que cette reformulation secondarise la distinction entre le préférable et le non-préférable. En s’organisant autour du moi, elle « permet de donner une catégorie unifiée pour le bien et le mal, respectivement définis comme utile et nuisible » (p. 191). Ce « moi », dont la valeur est principalement fonctionnelle, consiste en une activité d’évaluation (p. 191-196). On s’étonne ici que ne soient pas discutées les conclusions récemment avancées par Marion Bourbon qui, sur ce point, parvient à des conclusions divergentes3 –la bibliographie de l’ouvrage (p. 249-270) est pourtant assez volumineuse et diversifiée. En effet, selon sa lecture, le propre (oikeion) peut coïncider avec le préférable dans l’ancien stoïcisme (DL 7.85). Il peut donc se situer à l’extérieur de nous. Or, cet oikeion n’est pas le propre (idion) d’Épictète, qui se déploie avant tout dans un rapport à soi-même, dans un usage conscient de ses représentations. Si, dans le stoïcisme des origines, l’appropriation à soi-même suppose que l’individu s’articule aux autres et à son environnement parce qu’il y trouve du propre (oikeion), le propre (idion) que délimite Épictète ne s’éprouve plus au contact de ce qui est conditionnellement utile, mais est désormais intériorisé.

  • 4 Alexandre Sandrine, Gueguen Haud et Renaut Olivier, Vie bonne, vulnérabilité, commun(s). Schèmes an (...)

5Philosophie du tir à l’arc montre bien que, dans le stoïcisme des origines, le problème de la norme est posé à partir de celui de la valeur. Ce faisant, il s’inscrit dans les débats concernant l’axiologie, la psychologie et la théorie de l’action des stoïciens. Ce livre est aussi animé du souci de nous faire penser, « au détour des anciens » 4, à notre propre recours aux valeurs, à la façon dont leur prolifération dans l’espace public contemporain, notamment dans les réseaux sociaux où « la pratique d’évaluation caractérisée comme l’expression personnelle et subjective de principes » (p. 13), constitue une stratégie de garantie ou de validation de soi et contribue à en confisquer tout le potentiel subversif, à en faire insidieusement un mode d’allégeance au système qu’on entend dénoncer. Comme le rappelle la conclusion (p. 201-212), le stoïcisme n’échappe d’ailleurs pas lui-même à cette entreprise de récupération néolibérale qui s’empare régulièrement, tout en les déformant, de certains motifs ou injonctions stoïciennes à la maîtrise de soi face aux coups du sort, en y déversant son idéologie volontariste qui nie les injustices socio-économiques et rend l’individu seul responsable de ses malheurs. Il y a néanmoins dans le stoïcisme de quoi construire un rapport rectifié au monde, qui nous invite à composer avec ce qui nous détermine, tout en s’essayant à faire « dysfonctionner [les normes] autant qu’il dépend de nous » (p. 211). La marge de manœuvre est relativement étroite mais elle existe néanmoins.

Haut de page

Notes

1 Dans son précédent ouvrage, l’autrice explore la version impériale de ce même dispositif : Alexandre Sandrine, Évaluation et contre-pouvoir. Enjeux éthiques et politiques du jugement de valeur dans le stoïcisme romain, Grenoble, Jérôme Million, 2014.

2 Voir notamment Annas Julia, « Naturalism and Greek Ethics: Aristotle and After », in J. Cleary et D. Shartin (dir.), Proceedings of the Boston Area Colloquium in Ancient Philosophy, vol. 4, Lanham, New York, Londres, 1989, p. 149-171 ; Irwin Terence, « Stoic and Aristotelician conception of happiness », in Mickaël Schofield & Gisela Striker (dir.), The Norms of Nature. Studies in Hellenistic Ethics, Cambridge, Paris, Cambridge University Press, Éditions de la MSH, 1996, p. 205-244 ; Cooper John, « Eudaimonism, the Appeal to Nature, and “Moral Duty” in Stoicism », in Reason and Emotion, Princeton, Princeton University Press, 1999, p. 427-448 ; Irwin Terence, « Stoic Naturalism and its Critics », in Brad Inwood (dir.), The Cambridge Companion to the Stoics, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 345-364 ; Gourinat Jean-Baptiste, « Suivre la nature comme fin de l’éthique dans l’ancien stoïcisme », Diotima, n° 33, 2005, p. 143-156 ; Benatouïl Thomas, « Le stoïcisme : pour un naturalisme sans naturalisation », in Stéphane Haber et Arnaud Macé (dir.), Anciens et Modernes par-delà nature et société, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2012, p. 103-121.

3 Bourbon Marion, Penser l’individu. Genèse stoïcienne de la subjectivité, Turnhout, Brepols, 2019, p. 159.

4 Alexandre Sandrine, Gueguen Haud et Renaut Olivier, Vie bonne, vulnérabilité, commun(s). Schèmes anciens et usages contemporains, Paris, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Monteils-Laeng, « Sandrine Alexandre, Philosophie du tir à l’arc. Essai sur la conception stoïcienne de la valeur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56243

Haut de page

Rédacteur

Laetitia Monteils-Laeng

Professeure de philosophie ancienne à l’Université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search