Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Vincent Chabault, Le livre d’occa...

Vincent Chabault, Le livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition

Mathieu Sadourny
Le livre d'occasion
Vincent Chabault, Le livre d'occasion. Sociologie d'un commerce en transition, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2022, 200 p., EAN : 9782729713775.
Haut de page

Texte intégral

1Les marchés des biens d’occasion ne sont pas inconnus de la théorie économique. Du marché des « épouses d’occasion »1 en Angleterre à celui des voitures d’occasion2, ils illustrent les problèmes posés par l’existence de biens de différentes qualités. George Akerlof note toutefois que, s’il évoque le marché des voitures d’occasion c’est pour « son caractère concret et sa simplicité plutôt que pour son importance ou son réalisme »3. À la lueur de ce propos, l’analyse sociologique du marché du livre d’occasion proposée par Vincent Chabault apparaît comme symétrique à celle de l’économiste.

  • 4 Xavier Guilbert a récemment proposé un aperçu du marché de l’occasion des bandes dessinées, que l’o (...)

2Le marché du livre d’occasion « renvoie au rachat et à la revente d’ouvrages après une première acquisition par un lecteur » (p. 14). Il s’agit donc d’un « marché concret » (p. 10), analysé ici sans prendre en considération l’ensemble des parties prenantes. Vincent Chabault choisit en effet de se concentrer sur les « professionnels du marché » (p. 11) afin de mettre en évidence « les consommations, le fonctionnement des acteurs de l’offre, les systèmes d’approvisionnement, les règles en matière de formation des prix et les moyens développés […] ainsi que les relations sociales coordonnant les échanges » (p. 12). Autre choix opéré par l’auteur : l’ouvrage ne traite pas de tous les livres d’occasion disponibles : les bandes dessinées, par exemple, ne sont pas inclues dans la recherche menée4.

3Pour mener à bien ce projet, croisant sociologies des marchés et de la consommation, Vincent Chabault s’appuie sur des enquêtes et entretiens auprès de différents détaillants (libraires, employés et bénévoles d’association caritative, fondateur de Recyclivre…) ainsi que sur des observations de marchés et librairies principalement parisiens.

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, l’auteur se propose, dans un préambule, de croiser les informations existantes afin d’estimer la taille de ce marché du livre d’occasion (p. 25-32). Si les données économiques sur ce sujet sont « rares et lacunaires » (p. 25), il apparaît que les achats de livres d’occasion progressent, mais la part de ces derniers demeure encore minoritaire. Les livres d’occasion ne paraissent pas (encore ?) parasiter globalement le marché des livres neufs.

5À partir de là, le propos s’organise en dix chapitres, répartis en trois parties.

6La première s’intéresse aux professionnels de marchés traditionnels du livre d’occasion. Trois ensembles sont analysés : d’abord celui des librairies d’occasion indépendantes, qui sont davantage conçues et pensées pour un lectorat composé d’initiés. Ensuite, celui des bouquinistes des quais de Seine bien que, comme le note l’auteur, la présence des livres au sein de leur offre décline fortement, au profit des objets touristiques, si bien que « leur rôle sur le marché du livre de seconde main est aujourd’hui extrêmement réduit et anecdotique » (p. 63). Enfin, Vincent Chabault se penche sur les librairies généralistes qui visent le grand public, comme les enseignes Gibert et Boulinier, ce qui permet de rappeler l’origine d’abord scolaire du livre d’occasion.

7En contraste avec la première partie, la seconde envisage les nouveaux entrants sur le marché du livre d’occasion, qui viennent bouleverser les équilibres et rapports de force établis. L’essor du numérique, du commerce de plateforme, de l’économie sociale et solidaire et, ponctuellement, des associations étudiantes conduisent à l’entrée sur le marché de nouveaux acteurs. Dans le dernier cas évoqué, l’auteur se penche sur la faculté de médecine d’une grande université parisienne où une bourse aux livres se tient tous les ans. Elle est gérée par une association qui revend, sans objectif de profit, des manuels pour la première année de médecine. À travers cet événement, se joue, outre la vente d’ouvrages, un temps qui participe à la socialisation professionnelle des étudiants (voir p. 115-122). Au total, ces différents acteurs modifient singulièrement l’offre de livres d’occasion. Comme le note Vincent Chabault : « Un libraire d’occasion est aujourd’hui de moins en moins un professionnel du livre et de plus en plus un manutentionnaire dans un entrepôt de Momox ou de Recyclivre, ou un particulier qui souhaite revendre directement ses ouvrages lus ou glanés » (p. 138).

  • 5 Voir Eloire Fabien et Finez Jean, Sociologie des prix, Paris, La Découverte, 2021 ; compte rendu de (...)

8Tirant les conséquences de ce qui précède, la dernière partie se propose d’examiner deux étapes essentielles pour le commerce du livre d’occasion. La première concerne les sources et modalités de constitution de l’assortiment des détaillants. Le déclin des pratiques historiques (achats de stocks et revente par les acteurs traditionnels) est acté, tout comme la montée en puissance de la revente de dons. Ces deux éléments participent à l’émergence d’un nouveau modèle de vente « dont sont aujourd’hui exclus une part importante des détaillants traditionnels, y compris les indépendants qui ont rejoint les places de marché des opérateurs » (p. 156). La seconde étape renvoie à la formation des prix, une thématique qui a fait l’objet de nombreux travaux en sociologie économique5. Si le prix des livres d’occasion n’est pas réglementé les revendeurs doivent toutefois respecter certaines obligations (p. 14-15). Les libraires traditionnels enquêtés semblent suivre certaines normes communes : le prix de revente est souvent compris entre quatre et huit fois le prix de rachat ou encore des prix bas sont pratiqués pour les livres situés dans les bacs des librairies afin d’être écoulés rapidement et permettre de faire évoluer le contenu des bacs en fonction des arrivages. Pour leur part, les libraires solidaires pratiquent des prix bas différenciés selon les catégories (livres d’art, de poche, de cuisine, beaux livres…). Surtout, avec la montée en puissance d’Internet, Vincent Chabault note l’essor des algorithmes utilisés pour déterminer les prix tout en prenant en considération les prix pratiqués par la concurrence, à l’instar de la politique tarifaire pratiquée par Recyclivre évoquée en page 165. Ce développement paraît, là aussi, préjudiciable aux libraires traditionnels (p. 166-168).

9Les dynamiques actuelles du marché du livre d’occasion conduisent ainsi à l’élaboration de nouveaux rapports de force, si l’on suit l’analyse proposée par Vincent Chabault. Ces modifications en cours semblent nuire aux acteurs traditionnels, obligés de revoir leurs modèles d’affaires, leurs pratiques, de s’intégrer bon gré mal gré au « capitalisme de plateforme » (p. 172). L’analyse proposée s’ouvre alors, en conclusion, en direction de deux interrogations : les mutations de l’emploi engendrées par le développement du numérique dans le commerce et la consommation ; le rapport que les individus entretiennent avec les livres et leur consentement à payer le prix des livres neufs.

10Le livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition permet ainsi d’avoir un aperçu synthétique des grands segments de l’offre de ce marché concret de l’occasion. Il montre également la dynamique perturbatrice à l’œuvre sur ce marché, du fait de l’évolution technologique, de l’entrée de nouveaux acteurs, des nouvelles stratégies développées. L’ambition de Vincent Chabault, posée dès l’introduction est ainsi pleinement satisfaite tout en suggérant plusieurs pistes pour prolonger l’analyse, par exemple sur d’autres segments du livre d’occasion ou sur les demandes de livres d’occasion.

Haut de page

Notes

1 Leeson Peter, Boettke Peter et Lemke Jayme, « Wife Sales », Review of Behavioral Economics, vol. 1, n° 4, 2014, p. 349-379.

2 Akerlof George, « The Market for ‘Lemons’ : Quality, Uncertainty and the Market Mecanism », The Quarterly Journal of Economics, vol. 84, n° 3, 1970, p. 488-500.

3 Ibidem, p. 489, ma traduction.

4 Xavier Guilbert a récemment proposé un aperçu du marché de l’occasion des bandes dessinées, que l’on peut retrouver à cette adresse : https://www.du9.org/dossier/occasion/

5 Voir Eloire Fabien et Finez Jean, Sociologie des prix, Paris, La Découverte, 2021 ; compte rendu de Mathieu Sadourny pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/52322.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Vincent Chabault, Le livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 mai 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56254

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search