Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Sean L. Field, Sainteté de cour. ...

Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes

Pierre Vey
Sainteté de cour
Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2022, 339 p., trad. Jacques Dalarum, ISBN : 978-2-7132-2913-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sean Field, Courting Sanctity. Holy Women and the Capetians, Ithaca/London, Cornell University Pres (...)

1Elles s’appelaient Isabelle, Douceline, Élisabeth, Paupertas, Marguerite et Margueronne, elles s’illustraient, entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle, par une dévotion telle qu’on leur prêtait volontiers une aura de sainteté, un lien unique au sacré. Pour cette raison, toutes eurent à participer, bien souvent à leurs dépens, à l’élaboration de relation privilégiée qu’entendait entretenir la dynastie capétienne avec la divine Providence. Ce sont ces personnalités, figures de proue d’une spiritualité féminine en plein essor et bientôt réprimée, qui sont au cœur de l’ouvrage de Sean Field, Sainteté de cour, dont la traduction par Jacques Dalarun paraît aux éditions de l’EHESS, trois ans après l’édition originale en anglais1. Plus précisément, l’auteur interroge la relation de ces saintes femmes avec la dynastie royale française, alors engagée dans l’expansion du royaume et la consolidation de son administration. Il met ainsi en lumière comment ces femmes, à la fois centrales par le rapport unique qu’elles entretiennent avec le Christ auxquelles elles se sont vouées et marginales par leur mode de dévotion qui les maintint hors des cadres institutionnels de l’Église, ont pu contribuer à la captation par la lignée capétienne d’une forme de sainteté dynastique qui servit à légitimer l’extension et l’institutionnalisation du contrôle étatique sur la société.

2Ce faisant, l’ouvrage se positionne au carrefour de deux courants historiographiques que l’auteur entend faire dialoguer. D’une part, il s’ancre dans une tradition ancienne qui insiste sur l’émergence, sous les derniers Capétiens en ligne directe, d’un État royal « fort », s’appuyant sur un personnel administratif toujours plus étoffé et des procédures de contrôle et de prise de décision toujours plus centralisées. Cette tradition, les écoles française et américaine dominées respectivement par les travaux de Jean-Philippe Genêt et d’Elizabeth Brown, ont contribué à la renouveler en profondeur en mettant en relief notamment la part de la théologie, voire d’une mystique de l’État, dans ce processus. D’autre part, l’ouvrage s’appuie sur l’histoire religieuse, qui a déjà amplement souligné combien l’Église, plus encore à la suite de la réforme dite grégorienne et du concile de Latran IV, s’était affirmée comme une institution totale dans la société médiévale. Il en épouse les évolutions puisque, depuis une dizaine d’années, dans la foulée des travaux de Jacques Dalarun sur François d’Assise et l’ordre des Frères mineurs, les spiritualités marginales ou marginalisées sont au cœur des recherches sur l’institutionnalisation croissante de l’Église. Les six pieuses, femmes et laïques, qui sont l’objet de Sainteté de cour, s’inscrivent doublement dans ce courant. Ainsi, le transfert de sacralité de l’Église vers l’État royal, qui accompagne l’extension des prétentions des Capétiens à contrôler leurs sujets et que manifeste la canonisation de Louis IX, se serait également jouée à travers la fréquentation et l’appropriation par le roi et sa cour de l’aura de ces saintes femmes – d’où le titre original, Courting Sanctity, littéralement : courtiser la sainteté.

3Sean Field a constitué des dossiers documentaires cohérents autour de chacune des personnalités qui fondent son enquête. Ces dossiers mêlent sources narratives, textes normatifs, correspondance et documents de la pratique, et on peut présumer qu’ils frôlent chacun l’exhaustivité. Ils sont soumis à une critique méthodique et érudite qui permet d’éclairer le parcours de chacune des saintes femmes et surtout la nature des interactions qu’elles nouèrent avec la cour capétienne. La confrontation des documents dépasse le simple établissement des faits grâce à des discussions magistrales et grâce à la bibliographie fournie qui les prolonge. L’approche est pour l’essentiel biographique et épouse en cela la progression chronologique adoptée par l’ouvrage, ce qui permet de restituer la singularité des itinéraires respectifs, les différentes phases de la rencontre entre ces femmes et la dynastie capétienne et l’évolution du rapport, dont l’ambigüité est saisie avec nuance, des Capétiens à ces figures de la spiritualité féminine laïque.

4De fait, l’argumentation s’articule autour de trois parties chrono-thématiques aux titres évocateurs. La première, « Au commencement », traite d’Isabelle de France (chapitre 1) et de Douceline de Digne (chapitre 2) sur une période s’étirant du début de leur activité spirituelle dans les années 1250 jusqu’à leur mort au début des années 1270. Ces deux figures étaient étroitement liées à la dynastie qui favorisa même leur réputation pour mieux s’associer à ses bénéfices, et pour cause : la première était la sœur de saint Louis, et la seconde la commère (ou marraine) des enfants de son frère Charles d’Anjou, dont elle contribua à légitimer la conquête de la Provence et de la Sicile. « L’ère du soupçon » fait office de bascule entre une période d’étroite fréquentation des saintes femmes et de recherche de leurs bonnes grâces par des Capétiens désireux de faire étalage de leur divine élection et un moment de raidissement et de répression de cette spiritualité féminine devenue dérangeante. À cet égard, le cas d’Élisabeth de Spalbeek (chapitre 3) est exemplaire : cette pieuse femme des Flandres se vit reconnaître une aura de sainteté entre le milieu des années 1260 et les premières années de la décennie suivante en raison de son ascétisme, de ses extases et de ses dons prophétiques. Elle se retrouva par la suite mêlée aux luttes intestines de la cour de France lors de la mort de l’héritier du trône en 1275, faisant l’objet de quatre procédures d’enquêtes sur ordre du roi, qui aboutirent à l’exécution d’un favori conspirant contre la reine. En parallèle, le chapitre 4 s’attache à retracer les modalités et les ambigüités de la mise par écrit du souvenir de ces saintes femmes entre 1282 et 1285, le principal dossier étant fourni par les deux premières, dont les vies firent l’objet d’une réécriture hagiographique. Derrière la célébration de ces saintes femmes, on voit ainsi se faire jour un malaise certain, lié à leur statut institutionnel flou et à leurs accointances avec la frange radicale du franciscanisme. Enfin, « La chute » évoque successivement les cas de Paupertas de Metz (chapitre 5), de Marguerite Porete et de Margueronne de Bellevillette (chapitre 6) qui eurent en commun de connaître un destin funeste entre les mains du pouvoir royal : la première fut torturée et emprisonnée sur ordre du frère du roi, Charles de Valois, la seconde fut brûlée dans Paris pour hérésie et la dernière jetée au Châtelet jusqu’à la fin de ses jours, le tout sur fond d’accusation d’empoisonnement et de sorcellerie. Ainsi, sous le règne de Philippe le Bel, le lien entre les Capétiens et les saintes femmes, loin de s’être brisé, s’est retourné contre elles : à la faveur du transfert de sacralité vers la dynastie française, le monarque se trouvait en mesure d’affirmer son autonomie dans le champ sacré et, en conséquence, se devait de désigner et de poursuivre en tant qu’ennemie de Dieu – et du roi – toute figure concurrente qui prétendrait bénéficier de la faveur divine.

5Au terme d’un raisonnement dont il faut saluer la clarté, la cohérence et l’érudition, il apparaît bien que les Capétiens, compris comme la personne royale, sa famille et sa cour, ont profité de l’essor de la spiritualité féminine laïque contemporaine pour asseoir l’image d’une lignée privilégiée par Dieu, dotée d’une aura de sainteté latente, qui fut mise au service de l’affermissement du contrôle et de l’encadrement des sujets de la couronne. L’évolution du rapport de la cour aux différentes figures de cette spiritualité féminine, qu’elles fussent béguines ou prophétesses, savantes ou mystiques, mais toujours perçues comme des agentes de la Providence, confirme cette thèse et fait l’objet d’une description synthétique, nuancée et bien informée – les références bibliographiques et archivistiques peuvent satisfaire toute velléités d’approfondissement du sujet. Néanmoins, la portée de l’enquête reste limitée. Les problématiques liées au genre, omniprésentes, ne font l’objet d’aucun traitement explicite, alors que la spécificité de la spiritualité féminine est au cœur du sujet : l’agentivité, c’est-à-dire leur capacité d’agir librement pour elles-mêmes, que les six actrices retirent de leur position institutionnelle floue et des assignations genrées en matière de dévotion n’est pas explicitée – certaines en tirent pourtant une influence politique nette, à l’image de Douceline pesant sur la nomination des officiers comtaux à Marseille. On ne questionne pas plus la nature genrée de leur répression finale, émanant de figures d’autorité masculine, au point qu’il peut sembler légitime de questionner la remise en ordre du royaume et de la Chrétienté en termes de genre ou de réaction masculine, d’autant qu’Isabelle, qui prit en main la rédaction de la règle de son ordre sans y appartenir, ou Marguerite, qui fut condamnée pour avoir rédigé un traité de théologie, peuvent passer pour avoir menacé l’ordre genré affirmé par l’Église et la royauté. Plus perturbant encore, il semble que le parcours de ces femmes ne soit compris qu’à l’aune de la réification qu’entendit leur imposer la cour capétienne, apparaissant davantage comme les objets que comme les sujets de leur histoire. De même, la marginalité de ces femmes par rapport aux deux grandes structures d’encadrement de la société, l’Église et le royaume, n’est pas approfondie, alors que le mouvement mendiant connaît un traitement parallèle : le concile de Lyon (1274) vint supprimer une bonne partie des ordres mendiants nés de l’euphorie des premières années, avant que la répression ne s’abatte sur les spirituels franciscains qui portaient précisément une critique acerbe de l’institutionnalisation de leur ordre, de l’Église, voire de la société.

6Reste qu’à défaut de poser clairement ces questions, le travail de Sean Field les fait naître dans l’esprit de son lectorat, stimulé par la présentation éclairante et méthodique du rôle de la spiritualité féminine laïque dans de le développement d’une forme de sainteté dynastique capétienne mise au service de la construction de l’État royal. Cet objet, jusque-là peu interrogé, est mis en lumière par une excellente combinaison de synthèse et d’érudition, qui pose un jalon important pour son exploration.

Haut de page

Notes

1 Sean Field, Courting Sanctity. Holy Women and the Capetians, Ithaca/London, Cornell University Press, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vey, « Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 mai 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56255

Haut de page

Rédacteur

Pierre Vey

Doctorant en histoire médiévale au Centre Jean-Mabillon (ENC-EPHE), chargé de cours à l’université Paris 1.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search