Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Filippo Ronconi, Aux racines du l...

Filippo Ronconi, Aux racines du livre. Métamorphoses d’un objet de l’Antiquité au Moyen Âge

Serena Galasso
Aux racines du livre
Filippo Ronconi, Aux racines du livre. Métamorphoses d'un objet de l'Antiquité au Moyen-Âge, Paris, EHESS, 2022, 276 p., EAN : 9782713229022.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roger Chartier s’interrogeait déjà sur ces questions en 1994 : Chartier Roger, « Du codex à l’écran (...)

1À l’ère de la révolution numérique et de la dématérialisation de l’écrit, Filippo Ronconi, byzantiniste et spécialiste de la culture écrite, ramène notre attention sur l’histoire d’un objet qui semble voué au déclin : le livre. Bien qu’il se concentre sur les périodes antique et médiévale, son ouvrage fait écho à des débats contemporains sur la production, la transmission et la réception des textes dans l’écosystème numérique1. Du volumen en papyrus au codex en parchemin, cet historien se propose d’analyser les transformations matérielles et sociales du livre gréco-latin, étalant l’analyse sur la longue période allant du Ve siècle av. J.-C. jusqu’au XIIIe siècle. Pour ce faire, il s’appuie savamment sur les apports et les méthodes des sciences érudites du livre (biblio-codicologie, paléographie, papyrologie et philologie matérielle), et manie un corpus très riche de manuscrits latins et byzantins. Dans une démarche novatrice, les livres examinés sont à la fois les objets et les sources de l’enquête, leur étude étant par ailleurs complétée par un vaste éventail de sources documentaires et iconographiques.

2L’ouvrage s’articule en quinze chapitres, enrichis de vingt reproductions de documents manuscrits et iconographiques. En plus des chapitres qui reconstituent les contextes de circulation du livre sous ses différentes formes, on trouve des études plus spécifiquement axées sur la matérialité des supports d’écriture et les différents agents engagés dans leur processus de fabrication. Une note critique finale sur les caractéristiques et les techniques de production du papyrus et du parchemin complète l’explication.

  • 2 Dans un contexte d’alphabétisme limité, la catégorie de « lecteur moyen » désigne un individu qui a (...)

3Le lecteur suit aisément l’analyse, qui se développe selon un ordre strictement chronologique. Nous découvrons alors que les « racines du livre » poussent en Égypte et qu’elles appartiennent à la plante de papyrus. Cultivée et travaillée dans les plaines qui bordent le Nil, cette fibre végétale alimente la production libraire dans la Méditerranée antique. Des supports en papyrus circulent dans les poleis grecques dès le VIe siècle av. J.-C., mais leur usage reste longtemps limité, la communication orale primant encore sur l’écrit tant dans l’arène politique que dans la production littéraire. Il faut attendre la fin de l’empire d’Alexandre le Grand et la naissance des royaumes hellénistiques pour que les rouleaux en papyrus prennent une place prépondérante et deviennent des outils essentiels des organismes bureaucratiques. En outre, c’est à cette période qu’ont été édifiées les célèbres bibliothèques d’Alexandrie et de Pergame, au sein desquelles une élite d’érudits a élaboré les premières méthodes de conservation et de classement des volumina. Suivant le parcours de diffusion des livres en papyrus, Filippo Ronconi nous conduit ensuite en Italie, où ce type de support remonte du Sud de la péninsule jusqu’à Rome pour remplacer progressivement les anciens formats et matériaux, à savoir les livres en lin et les polyptiques de bois. Dans le contexte méditerranéen de l’Antiquité, un monde où les idées et les innovations circulent largement, sa propagation va surtout de pair avec celle de la culture grecque chez les élites romaines et est alimentée par les remarquables progrès de l’alphabétisation. Malgré ce succès, le livre en papyrus ne résiste pas à une nouvelle transformation : l’émergence du codex parcheminé. Mis en circulation dès le Ier siècle, le livre relié sape progressivement les formes traditionnelles de transmission textuelle pour devenir, trois siècles plus tard, le format canonique de la loi et de la religion chrétienne. Pour Filippo Ronconi, il ne s’agit pas d’une révolution technique soudaine, mais plutôt d’une réforme graduelle des usages à laquelle ont contribué des raisons utilitaires et symboliques. Observée sur une longue période, l’histoire du codex est loin d’être linéaire. Si, dans l’Antiquité tardive, un public de « lecteurs moyens »2 lui vaut un véritable succès, pendant le haut Moyen Âge, période de recul de l’alphabétisation, la circulation de livres subit un déclin drastique, les scriptoria des monastères devenant les seuls lieux de production et de conservation. Malgré la renaissance de la production manuscrite promue par Charlemagne, il faut attendre les changements socioculturels et économiques du XIIsiècle pour que le lectorat moyen s’étende de nouveau. C’est précisément à cette étape chronologique, avec l’amorce d’une nouvelle phase d’utilisation des livres, que l’auteur décide d’arrêter son analyse, fort pertinemment.

  • 3 Maniaci Marilena, Conservazione e gestione della pagina nel manoscritto bizantino, Cassino, Edizion (...)
  • 4 Petrucci Armando, « Dal libro unitario al libro miscellaneo », in Andrea Giardina (dir.), Società r (...)

4En reconstituant ce vaste panorama, Filippo Ronconi peut suivre des dynamiques autrement difficiles à percevoir. Il arrive notamment à mettre l’accent sur le décalage entre l’introduction de nouveaux supports et leur adoption effective dans un milieu productif et culturel résistant aux innovations. Il parvient également à analyser l’impact des transformations matérielles sur la production littéraire, et plus spécialement les changements qui marquent la réception des textes et le statut de l’auteur. L’exemple de l’ouvrage de Diodore Sicule (90-27 av. J.-C.) est, à cet égard, particulièrement éloquent. Pour connecter les différentes parties de son texte disséminées sur plusieurs supports, cet auteur élabore un dispositif de « réclames textuelles »3 qui font le lien entre le début et la fin de chaque chapitre. Il en découle une redondance narrative qui, tout comme celle d’autres ouvrages contemporains, est justifiée avant tout par les contraintes matérielles du rouleau. Plus tard, le codex, plus maniable et souple, affecte tout autant les pratiques d’écriture et de lecture. Par sa plus grande contenance, le livre relié à cahiers multiples favorise, de fait, l’assemblage de textes différents dans des compilations où le concept même de paternité de l’œuvre perd du sens4. Avec l’apparition de ce nouveau support, on assiste alors à la disparition de l’auteur au profit de la créativité du compilateur. D’autre part, si le statut d’auteur décline, celui de « lecteur moderne » voit le jour. Filippo Ronconi en repère les premières traces dans les marges des pages : ici, les usagers, confrontés à un nouvel espace de réflexivité, sont amenés à établir un dialogue inédit avec l’ouvrage.

  • 5 Klapisch-Zuber Christiane, « Guda et Claricia : deux “autoportraits” féminins du XIIe siècle », Cli (...)

5En retraçant les métamorphoses de l’objet-livre, l’historien porte aussi une attention particulière aux différents agents impliqués dans la fabrication des supports. Les changements matériels examinés étant avant tout le produit du travail d’anonymes, la réflexion de l’auteur sur ce milieu productif est d’autant plus louable. Développée notamment dans les trois derniers chapitres, cette analyse part du constat de l’invisibilité dans les sources des hommes – il n’est presque jamais question de femmes – qui transforment les matières premières. Ce silence, qui est aussi historiographique, s’explique par l’identité sociale de ces travailleurs qui, contrairement aux usagers des livres, appartiennent à des couches sociales plus modestes, souvent d’origine servile et analphabètes. Faute de témoignages directs, l’historien ne peut reconstituer les gestes et les savoir-faire de ces acteurs mineurs que rétrospectivement, à travers l’examen minutieux de leurs artefacts. Parmi les artisans des manuscrits, seuls les copistes transmettent une trace directe de leur activité. Beaucoup d’entre eux ont pris la parole dans les espaces liminaires aux textes pour s’identifier, se représenter et laisser une empreinte de leur travail. Dans le dossier iconographique, on peut d’ailleurs apprécier l’autoportrait de Guda, l’une des rares femmes copistes et enlumineuses ayant opéré au XIIe siècle5.

6Fruit d’un travail de recherche érudit, en dialogue avec les sciences sociales, cette étude répond avec clarté à l’objectif ambitieux de l’auteur d’écrire l’histoire totale d’un objet social. Dans les interprétations proposées, l’évolution du livre devient le prisme d’observation de changements socioculturels de plus grande envergure. Par la richesse des thèmes abordés et des angles de lecture, le travail de Filippo Ronconi parvient à renouveler l’histoire du livre et de la culture écrite. Il relève en outre le défi majeur de tout ouvrage historique : réfléchir aux transformations contemporaines, en l’occurrence les nouvelles formes de circulation et de transmission du savoir, à travers l’analyse des solutions adoptées par les sociétés passées.

Haut de page

Notes

1 Roger Chartier s’interrogeait déjà sur ces questions en 1994 : Chartier Roger, « Du codex à l’écran. Les trajectoires de l’écrit », Solaris, n° 1, 1994, p. 65-77.

2 Dans un contexte d’alphabétisme limité, la catégorie de « lecteur moyen » désigne un individu qui a une capacité de lecture mais qui ne l’exerce pas pour des finalités savantes : Cavallo Guglielmo, « Il lettre comune nel mondo greco-romano tra contesto sociale, livello di istruzione e produzione letteraria », in José Antonio Fernández Delgado, Francisca Pordomingo et Antonio Stramaglia (dir.), Escuela y literatura en Grecia Antigua, Cassino, Edizioni dell’Università degli Studi di Cassino, 2007, p. 557-576 ; Del Corso Lucio, La lettura nel mondo ellenistico, Rome, Laterza, 2005.

3 Maniaci Marilena, Conservazione e gestione della pagina nel manoscritto bizantino, Cassino, Edizioni dell’Università degli Studi di Cassino, 2002.

4 Petrucci Armando, « Dal libro unitario al libro miscellaneo », in Andrea Giardina (dir.), Società romana e impero tardoantico, vol. 4, Tradizione dei classici, trasformazioni della cultura, Rome, Laterza, 1986, p. 173-186.

5 Klapisch-Zuber Christiane, « Guda et Claricia : deux “autoportraits” féminins du XIIe siècle », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 19, 2004, p. 159-163, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/clio/1602.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serena Galasso, « Filippo Ronconi, Aux racines du livre. Métamorphoses d’un objet de l’Antiquité au Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 mai 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56273

Haut de page

Rédacteur

Serena Galasso

Docteure en histoire médiévale à l’École des hautes études en sciences sociales (CRH) et ATER à l’Université Paul Valéry-Montpellier III (CEMM).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search