Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Yadh Ben Achour, La révolution, u...

Yadh Ben Achour, La révolution, une espérance

Dimitris Fasfalis
La révolution, une espérance
Yadh Ben Achour, La révolution, une espérance, Paris, Fayard, coll. « Leçons inaugurales du Collège de France », 2022, 80 p., ISBN : 978-2-213-72184-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978. François Furet a sans doute (...)

Rompant à la fois avec l’ethnocentrisme et le conservatisme des études révolutionnaires1, centrées sur 1789 ou 1917 et érigeant le fait révolutionnaire en repoussoir, Yadh Ben Achour cherche dans cette leçon inaugurale à appréhender la révolution démocratique qui a bouleversé (et continue de bouleverser) la Tunisie et le monde arabe depuis 2011. Pour ce faire, l’auteur s’intéresse à l’horizon éthique et à l’espérance que porte la révolution tunisienne afin de montrer en quoi il s’agit d’une rupture historique majeure. Son originalité et son apport heuristique consistent précisément à penser à nouveaux frais l’historicité de la révolution tunisienne en prenant comme point d’appui ses ambiguïtés et ses contradictions, en évitant tout essentialisme révolutionnaire qu’encouragent les querelles théoriques sur les révolutions.

Juriste, Yadh Ben Achour a présidé la Haute Instance de réalisation des objectifs de la révolution, avant de devenir membre du comité des droits de l’homme des Nations unies. Dans son optique, la révolution en tant que concept « n’est pas figé, parce qu’il ne peut pas l’être » (p. 14). Chaque expérience révolutionnaire transforme donc le concept en y ajoutant une nouvelle strate de vécus, de symboles et de langage. En somme, la révolution, entendue comme programme politique, est une catégorie relevant des « mythes mobilisateurs éthiques, poétiques, iconographiques, littéraires, musicaux, parlant au nom de l’inaccessible justice » (p. 9). C’est notamment cette composante subjective de la révolution qui est analysée par l’ auteur : le message des principes de dignité, de justice et de liberté porté par la révolution fait écho aux espérances du peuple, à sa perception de l’ancien régime et aux changements du droit au sein du nouveau régime. Même en cas d’échec, cette valeur éthique de la révolution, valeur exemplaire comme l’a souligné Kant en son temps, demeure et continue de révolutionner le monde. Ben Achour cite en ce sens Karl Mannheim et Ernst Bloch sur l’utopie comme « espérance devenue réalité » qui « révolutionne le monde » (p. 23-24).

  • 2 Par exemple, le processus de radicalisation à l’œuvre dans la Révolution française entre 1789 et 17 (...)

L’attachement de l’auteur à suivre de l’intérieur la subjectivité révolutionnaire tunisienne lui permet d’ériger une distance critique à l’égard du sens commun post-révolutionnaire (empreint de désenchantement et de nostalgie), mais aussi vis-à-vis de la pensée héritée, celle des « grands récits révolutionnaires », qui induisent des jugements hâtifs ou ethnocentriques. C’est d’ailleurs l’une des questions heuristiques et politiques de cette leçon inaugurale : selon quels termes une révolution doit-elle être jugée ? Les catégories et les modèles2 construits à partir de la Révolution française, la révolution russe ou la révolution chinoise – voire la révolution kémaliste de 1923 que l’auteur mentionne comme faisant partie de ces « grands récits révolutionnaires » – ne peuvent servir d’étalon. Et quand bien même ces révolutions ont eu un poids incontournable dans l’histoire, cela ne constitue pas une « raison suffisante » (p. 26) pour en faire des archétypes : chaque révolution développe un langage qui lui est propre et qui provient de son historicité spécifique. De même, le sens commun post-révolutionnaire qui établit le bilan des succès et (surtout) des échecs de la révolution en assimilant la révolution à un « jalon sur la voie du progrès » (p. 25) ne saurait fournir un cadre interprétatif pertinent pour saisir la révolution tunisienne. S’éloignant de ces écueils, Yadh Ben Achour propose de saisir l’historicité de la révolution tunisienne dans sa spécificité, c’est-à-dire son histoire propre, pour en appréhender ainsi la rupture.

Celle-ci apparaît tout d’abord au regard de la temporalité des révolutions dans la théologie politique islamique : les révolutions y représentent le « mal » dans l’histoire (p. 33), celui de la discorde, contre quoi s’affirme le (troisième) temps de la restauration de la loi de Dieu dans le monde. La rupture révolutionnaire apparaît également dans la conception du droit. Alors que la théologie politique islamique produit une distribution sociale des parts de droits entre les États, les sexes, les tribus, les groupes sociaux et les classes, la révolution y fait intervenir l’individu et l’État dans la définition des droits. Enfin, la révolution tunisienne rompt radicalement avec le cours de l’histoire car elle fait advenir une révolution moderne. Ce type de révolution, soutient l‘auteur, n’a pas pu prendre forme dans le monde arabe car la révolte ne pouvait s’exercer contre le calife, des ordres privilégiés ou l’Église comme cela s’est fait dans les anciens régimes européens. Ces trois faits sociaux n’y avaient pas la forme institutionnelle transcendante, codifiée et dominante qu’ils avaient en Europe. Par conséquent, là où les révolutions modernes en Europe opposaient un pouvoir central royal en lutte contre les différents foyers d’autonomie sociale, la Tunisie voyait sa société et son économie dominées par un despotisme sans partage du pouvoir central tout en étant marquée par une dissidence tribale au sein d’une « société segmentaire ».

La révolution tunisienne a donc constitué une rupture radicale avec l’ordre ancien, notamment en rompant avec « ce balancement constant entre insoumission déclarée et soumission totale de la société à l’État » (p. 46). Dans son horizon (« édifier le citoyen »), dans son récit fondateur, dans son projet d’une « société civile naissante », d’un État de droit, de libertés garanties par une constitution débattue, « la révolution nous ouvre les voies de la culture démocratique » (p. 48). Pour autant, cela ne va pas sans contradictions et ambiguïtés au sein du processus révolutionnaire. Yadh Ben Achour a le mérite de les mettre en évidence et de souligner à quel point le phénomène révolutionnaire est ambivalent : « Par définition ambiguë, la révolution tunisienne reste encore inachevée » (p. 56). Les antagonismes soulignés sont multiples. Premièrement, l’opposition entre les forces démocratiques séculières et les « forces théocentriques » parcourt la révolution tunisienne. Le danger existe aujourd’hui d’un populisme porté au pouvoir qui entraînerait dans son sillage « un retour de la dictature et le théocentrisme politique » (p. 55). Deuxièmement, le désir de « justice distributive » et de dignité qui a été au cœur de l’espérance révolutionnaire demeure inassouvi, ce qui explique l’intensité des mouvements sociaux depuis 2011. Enfin, le « coup d’État du 25 juillet – 22 septembre 2021 » (p. 58), bien que se réclamant de la révolution, va à l’encontre des principes démocratiques de la révolution et la menace.

  • 3 François Furet, 1978, op. cit.

En Tunisie et dans le monde arabe, l’espérance révolutionnaire continue de bouleverser l’ordre établi. Contre l’illusion de la raison conservatrice dominante soutenant que « la révolution est terminée »3, Yadh Ben Achour plaide donc pour appréhender la révolution tunisienne à partir de cette espérance démocratique : « L’avenir lui est ouvert et l’espérance démocratique plane au-dessus de sa terre » (p. 65).

Haut de page

Notes

1 François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978. François Furet a sans doute incarné le mieux le conservatisme dans l’historiographie de la Révolution française. Furet opérait dans ce livre non seulement un refroidissement de l’objet révolutionnaire en affirmant que « la Révolution française est terminée », mais construisait également un modèle interprétatif autour du « dérapage » idéologique du processus révolutionnaire au moment de la révolution populaire et jacobine en 1792-1794.

2 Par exemple, le processus de radicalisation à l’œuvre dans la Révolution française entre 1789 et 1794, la situation de double pouvoir inaugurée par les soviets en 1917, la « réaction thermidorienne », les distinctions entre révolution bourgeoise, révolution populaire et/ou sociale sont autant d’exemples de ces catégories et modèles construits autour de ces expériences révolutionnaires.

3 François Furet, 1978, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitris Fasfalis, « Yadh Ben Achour, La révolution, une espérance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 mai 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56299

Haut de page

Rédacteur

Dimitris Fasfalis

Agrégé d'histoire, doctorant à l'EHESS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search