Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Christine Bard, Les Garçonnes. Mo...

Christine Bard, Les Garçonnes. Mode et fantasmes des Années folles

Héloïse Thomas
Les garçonnes
Christine Bard, Les garçonnes. Mode et fantasmes des Années folles, Paris, Éditions Autrement, 2021, 192 p., 1re éd. 1998, ISBN : 9782746762879.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette réédition d’un de ses premiers ouvrages, Christine Bard dévoile les ambivalences qui ont marqué la trajectoire de la « garçonne », mettant en lumière la complexité de cette figure, autant symbole d’émancipation que de dépravation, aussi bien émulée que répudiée au début de XXe siècle en France. La garçonne cristallise de multiples dynamiques qui ont animé et porté les « Années Folles » : d’une part, l’évolution de la culture des apparences, notamment à travers la parure, le maquillage et la coiffure, marqueurs sexués et, à ce titre, porteurs d’enjeux sociaux et politiques ; d’autre part, les espoirs, fantasmes et inquiétudes soulevées par ce qui est conçu comme l’avènement de la « modernité » au début du XXe siècle. Le croisement entre ces deux dynamiques génère une figure qui trouble les identités genrées et sexuelles en transgressant un double tabou : « celui de la différenciation sexuelle du genre vestimentaire mais aussi celui de l’homosexualité féminine » (p. 12), dans un monde où l’ordre sexuel se manifeste particulièrement par le vêtement. C’est ainsi par la subversion des codes de l’apparence que la figure de la garçonne va bouleverser l’ordre social tout entier, la culture populaire (littérature, musique, théâtre, etc.) jouant un rôle important dans la circulation et la représentation de cette figure.

2L’ouvrage est articulé en trois parties qui sont complétées par un glossaire et un insert de documents visuels (photographies, dessins, affiches) venant illustrer les différentes facettes de la garçonne. Dans un premier temps, Bard se concentre sur les « modes » que vient subvertir ou créer la garçonne. Puisant leurs origines dans les rébellions féminines vis-à-vis des normes vestimentaires du XIXe siècle, les transgressions androgynes des garçonnes sont à recontextualiser dans l’époque moderniste. Dans le milieu parisien, la garçonne est la figure emblématique d’un « défoulement collectif après les angoisses et les privations de la guerre » (p. 13). L’androgynie qui s’y développe valorise la simplicité et la fluidité de la silhouette, des cheveux courts au choix de vêtements (le tailleur et le pantalon) et à la valorisation de la maigreur. Néanmoins, Bard note que ces « nouveaux canons de la beauté et de l’élégance » (p. 39), vite acceptés, n’en sont pas moins une façon nouvelle de codifier la féminité, plutôt que de réellement la subvertir. Même si la garçonne est synonyme d’émancipation pour toutes les femmes au-delà des clivages entre classes sociales, son essor est synonyme d’une emprise grandissante de la mode, monde qui reste patriarcal et qui paraît concentrer l’attention « sur les nouveautés du paraître et non sur les problèmes sociaux et politiques » (p. 55).

3Cette ambivalence manifeste permet alors à Bard d’envisager ce qui fonde la mythologie qui entoure la garçonne : cette dernière « résume à elle seule la perte des repères dans le monde de l’après-guerre » (p. 61) et va incarner, selon la tendance politique, tantôt la soif de renouveau et de liberté, tantôt la ruine de la civilisation et l’absurdité d’un monde à l’envers. Prenant comme point de départ La Garçonne, roman de Victor Margueritte paru en 1922 qui, à bien des égards, a consolidé les attributs stéréotypiques de la garçonne dans l’imaginaire populaire, Bard montre que le scandale suscité par le livre résume les ambivalences et critiques érigées autour de cette figure. La Garçonne est férocement critiquée par les deux bords de l’échiquier politique, puisque la droite catholique comme la gauche communiste y voient le portrait à charge de la dépravation de leur ennemi politique respectif. Les groupes féministes ne sont pas en reste : s’appuyant sur une vision du genre que l’on peut aujourd’hui décrire comme essentialiste, elles critiquent la mode de la « virilisation » qui efface les spécificités de la femme (la compassion, la pudeur, etc.). Bard recontextualise ces réactions, qui peuvent nous surprendre, pour mieux les expliquer : l’hostilité généralisée que le féminisme rencontre au début du siècle rend les militantes peu enclines à soutenir un roman qui apporte de l’eau au moulin des antiféministes, ces derniers y voyant la preuve que l’égalité des sexes entraîne la corruption des mœurs.

4C’est en effet la liberté sexuelle caractérisant la garçonne du roman de Margueritte qui génère une véritable panique morale. Bien que seule une partie très réduite de la population, la jeunesse dorée parisienne, profite en réalité de cette liberté, celle-ci devient, sous une forme caricaturale, le centre des débats autour de la garçonne, révélant ainsi les angoisses et fantasmes de l’époque. La liberté sexuelle affichée et revendiquée de la garçonne serait sœur de toutes sortes de vices, allant de l’homosexualité et la stérilité volontaire à la consommation de drogues, et ravive chez ses détracteurs bon nombre d’arguments racistes et xénophobes. Ceux-ci sont notamment exacerbés par la double menace que représentent pour la droite conservatrice au pouvoir dans cette période d’après-guerre le communisme et l’importation massive de la culture américaine. Dans ce contexte, chercher une explication au phénomène de la garçonne en vient souvent à la réduire au fruit des circonstances. Elle serait ainsi « fille d’une masculinisation imposée par la guerre » (p. 100), mais Bard ne manque pas de souligner comment cette théorie non seulement discrédite la légitimité de la quête d’émancipation mais aussi se révèle anhistorique, ignorant des mutations sociales et politiques datant du XIXe siècle.

5Après avoir exploré l’ambiguïté qui caractérise la garçonne à tous les niveaux (vestimentaire, politique, symbolique), Bard finit avec une analyse de celles qui ont souvent incarné la garçonne « accomplie » (p. 107) : les lesbiennes. La « mode saphique » est certes présente dès la Belle Époque, où elle est l’apanage d’une frange aisée et cultivée de la population ; dans les Années Folles en revanche, « la garçonne rompt avec l’ancienne représentation de l’homosexualité féminine » (p. 111) mais fait tout autant l’objet d’une véritable obsession de la part d’un public désirant « percer les mystères de Lesbos » (p. 125). La réception ambivalente des garçonnes-lesbiennes en est symptomatique : elles sont certes perçues avec bienveillance par une grande partie de la presse, mais restent très souvent rejetées par le milieu féministe. En effet, ce dernier s’érige alors en majorité comme garant de la féminité dans un monde qui pense encore largement l’homosexualité sur le mode de « l’inversion ».

6Bard propose une vision panoramique de ce qui caractérise les milieux des garçonnes-lesbiennes de l’époque. Cela lui permet de revenir sur les débats contemporains concernant les rôles genrés, sur les effets complexes d’une visibilité effervescente et sur la diversité des récits construits autour de ces identités. Elle renvoie ainsi dos à dos la prolifération de récits qui mettent en scène l’amour lesbien en le condamnant à une fin tragique (dynamique qui reste toujours d’actualité) et les efforts déployés par bon nombre de femmes de l’époque pour articuler une identité lesbienne qui ne serait pas chevillée au malheur mais à l’épanouissement. Compte tenu de ce tableau, on ne saurait donc conclure que, pour l’histoire lesbienne, la visibilité médiatique et culturelle de la « garçonne » est synonyme d’une sortie du placard saine et définitive : l’affirmation d’une identité lesbienne dans la scène publique ne fait que commencer et son cheminement est criblé d’ambiguïtés.

7Les pages de conclusion sur « l’avenir des garçonnes » rappellent la place des femmes et des lesbiennes en particulier qui ont impulsé l’histoire émancipatrice de la garçonne « par le bas, dans les marges de la société » (p. 149). Même si cette histoire fut rapidement édulcorée en expurgeant ou en minorisant les origines peu légitimes de cette figure (issue des classes populaires, lesbienne ou travailleuse du sexe), elle n’en est pas moins cruciale car elle permet de suivre l’évolution politique : la garçonne se retrouve balayée par le retour à l’éternel féminin du milieu du XXe siècle, porté par des dynamiques conservatrices, mais resurgit dans toute son ambivalence avec la révolution culturelle des années 1960. La postface de l’autrice poursuit la réflexion en soulignant les pistes de recherche qu’un tel travail soulève et qui reflètent les éclairages nouveaux sur le genre et la sexualité. Elle plaide notamment pour une histoire « non hétérocentrée » des garçonnes, qui mettrait également en valeur les liens étroits qu’elle entretient avec l’histoire des transidentités.

8Dans cet ouvrage inaugurant un parcours de recherche extrêmement riche, combinant l’histoire du genre, des féminismes et des sexualités avec l’histoire des vêtements, Christine Bard nous fournit une histoire cruciale pour comprendre les mutations culturelles, sociales et politiques du début du XXe siècle en France. Navigant constamment entre le singulier mythologisant de « la garçonne » et le pluriel du titre, qui donne à voir la multiplicité des manifestations de ce mythe tel qu’il est fantasmé par les écrivains ou incarné par les femmes qui s’en saisissent pour formuler leur identité à travers le prisme de la modernité, « l’histoire garçonne » nous offre des moyens nuancés de réfléchir à nos enjeux contemporains sur le genre et la sexualité à l’aune d’un passé trop souvent oublié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Christine Bard, Les Garçonnes. Mode et fantasmes des Années folles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 mai 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56303

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search