Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Hippolyte d’Albis, Les seniors et...

Hippolyte d’Albis, Les seniors et l’emploi

Hector Girard
Les seniors et l'emploi
Hippolyte d'Albis, Les seniors et l'emploi, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2022, 132 p., EAN : 9782724638851.
Haut de page

Texte intégral

1La crise économique provoquée par l’épidémie de Covid-19 l’a rappelé, les salariés les plus âgés sont souvent les premières victimes de licenciements quand les entreprises rencontrent des difficultés. En 2020, les seniors nouvellement inscrits à Pôle emploi ont ainsi représenté les deux tiers des ruptures de contrat provoquées par des plans sociaux. Or, dans un contexte de vieillissement démographique qui accentue la pression sur les systèmes de transferts sociaux, la hausse du taux d’emploi des seniors n’a jamais paru aussi essentielle qu’aujourd’hui. Alors que les politiques publiques d’élévation de l’âge légal de départ à la retraite se heurtent aux pratiques discriminantes des entreprises à l’encontre des plus âgés, l’économiste Hippolyte d’Albis invite à réhabiliter la place des seniors au sein du marché du travail en les considérant comme une « chance pour l’économie ». Dans cet ouvrage de synthèse, l’auteur dresse un panorama des différents enjeux inhérents à l’emploi des seniors et y propose un certain nombre de réponses. S’il se concentre sur le cas de la France, il s’appuie également sur de nombreuses comparaisons internationales en abordant la situation de pays au profil économique similaire. Il défend par ailleurs une approche plus « académique » (p .8) que la plupart des rapports publics publiés sur la question, en mobilisant une vaste littérature économique ainsi que certains travaux historiques et sociologiques.

  • 1 L’ouvrage se réfère ici, par convention, à la politique adoptée par la plupart des organismes d’étu (...)

2L’ouvrage part du constat préoccupant selon lequel la France est l’un des pays européens où le taux d’emploi des seniors, c’est-à-dire des personnes âgées de 55 à 64 ans1, est le plus faible, à hauteur de 53,8 % en 2020. Cette faible part des seniors en emploi est problématique à double titre : elle nuit à la croissance économique, qui est en partie dépendante de la part des personnes en emploi au sein d’une population,  tout en mettant en péril la soutenabilité des systèmes de transferts sociaux. Comment dès lors garantir une insertion plus avancée des seniors au sein du marché du travail ?

3Le premier chapitre dresse un panorama statistique de l’emploi des seniors en France, en restituant l’histoire de son évolution. Dans la plupart des pays d’Europe occidentale, l’évolution du taux d’emploi des seniors suit une courbe en U depuis la fin des années 1970 : le taux a chuté jusqu’à atteindre le seuil plancher de 28,7 % en 1998 avant que l’entrée des baby-boomers dans la catégorie des plus de 55 ans ne conduise mécaniquement à une hausse de celui-ci depuis les années 2000. Cependant, cette élévation récente masque une augmentation du chômage des seniors depuis 2014, qui s’est traduite par l’émergence de la figure du NERP (« ni en emploi, ni en retraite, ni en préretraite »). Cet élément fournit une première clé d’explication à l’incapacité des réformes des retraites successives à accroître le taux d’emploi des seniors, ce que l’auteur démontre en revenant sur l’historique des réformes menées depuis 1970 et leurs effets.

  • 2 On dit alors que les temps de loisirs des conjoints sont complémentaires.

4À rebours des approches traditionnelles, Hippolyte d’Albis invite ainsi à appréhender l’évolution du taux d’emploi des seniors indépendamment de la question des retraites. Dans le deuxième chapitre, il identifie à cet égard trois paramètres majeurs qui influencent le taux d’emploi des seniors. L’élévation de l’espérance de vie génère tout d’abord deux effets contraires : un « effet revenu » lorsqu’elle augmente le niveau de la richesse et autorise ainsi un départ à la retraite précoce, et un « effet planification » puisque les individus doivent allouer leurs ressources sur une durée de vie plus longue, ce qui les incite à travailler plus longtemps. Par ailleurs, la hausse des qualifications des seniors a participé à l’élévation récente de leur taux d’emploi, même si leur niveau de formation initiale reste assez faible en France par rapport aux autres pays européens, du fait d’une ouverture tardive de la démocratisation scolaire (à la fin des années 1980). Enfin, le taux d’emploi des femmes seniors, qui était en 2019 presque identique à celui des hommes, a connu une forte élévation depuis 2000, qui explique environ 60 % de la hausse du taux d’emploi des seniors. De manière intéressante, l’auteur note que cette contribution n’est pas seulement mécanique car la hausse du taux d’emploi des femmes participe aussi d’une hausse de celui des hommes lorsque les deux conjoints souhaitent coordonner leur départ à la retraite2.

  • 3 L’auteur note d’ailleurs que, depuis 2003, la très forte hausse du taux d’emploi des seniors ne s’e (...)
  • 4 Concept forgé par Christopher J. Ruhm pour désigner des « emplois de transition » : Christopher J. (...)

5Malgré ces dynamiques favorables à une hausse de l’emploi des seniors, ces derniers font face à des discriminations persistantes sur le marché du travail, qui sont tout autant de freins à l’emploi. Qu’ils soient accusés de diminuer la productivité des entreprises, de prendre la place des nouveaux arrivants sur le marché de l’emploi ou de ne pas maîtriser suffisamment les outils numériques, les seniors sont victimes de nombreux préjugés « âgistes » que l’auteur explore dans le troisième chapitre de l’ouvrage. Plutôt que de concevoir l’emploi des jeunes et celui des seniors comme substituables, Hippolyte d’Albis invite à les considérer comme complémentaires : la productivité marginale des jeunes salariés devrait en effet augmenter avec le nombre d’emplois seniors dans la mesure où ces derniers disposent d’une plus grande expérience et de meilleures capacités d’organisation3. Plus largement, il prône une adaptation des entreprises aux spécificités des seniors, ce qui passe entre autres par une flexibilité accrue qui permette une transition douce entre une vie active à temps plein et une retraite complète du monde du travail, à travers par exemple le développement de bridge jobs4, des emplois « post-carrière » qui prennent le plus souvent la forme d’emplois à temps partiel.

6Le quatrième chapitre aborde le dernier facteur qui influence le taux d’emploi des seniors : celui des systèmes de protection sociale. Contrairement à de nombreuses idées reçues, l’auteur montre tout d’abord que l’élévation de l’âge légal de départ à la retraite n’a paradoxalement pas eu d’effet positif net sur l’emploi des seniors car elle a participé d’une hausse du nombre de personnes au chômage, en invalidité et en congé maladie, en parallèle d’une augmentation du nombre de seniors en emploi. D’autres « institutions et réglementations du marché du travail » (p. 88) ont néanmoins un impact direct sur l’emploi des seniors. En premier lieu, l’assurance chômage peut, en fonction de la durée d’indemnisation, conduire un salarié à accepter un licenciement avant son départ à la retraite si elle compense le manque à gagner. Le dispositif de retraite progressive permet quant à lui de cumuler une partie de la pension de retraite avec un temps partiel et contribue donc à l’augmentation du taux d’emploi des seniors. Enfin, le bénéfice d’une assurance maladie prise en charge par l’employeur peut inciter certains seniors à prolonger leur vie active, comme on l’observe aux États-Unis où les frais médicaux sont particulièrement élevés pour les personnes qui n’ont pas encore atteint l’âge d’éligibilité à une prise en charge publique de leur couverture santé (actuellement fixé à 65 ans).

7L’auteur souligne cependant que cette augmentation statistique du taux d’emploi des seniors ne peut être une finalité en soi. La conclusion rappelle en effet à juste titre que la perception subjective qu’ont les individus de leur propre état de santé est en berne à partir de 55 ans, et que la France se distingue par des niveaux records d’insatisfaction au travail. Par conséquent, les réformes paramétriques mises en place pour accroître le taux d’emploi des seniors n’auront pas l’effet escompté si elles ne s’accompagnent pas d’efforts en direction de la formation et de la motivation des plus âgés. L’auteur encourage ainsi à valoriser la formation continue et la prise en compte accrue des besoins des seniors à travers des efforts de réduction de la pénibilité au travail au sein des entreprises (horaires flexibles, travail à temps partiel). Il met également en garde contre les risques inégalitaires que fait courir l’objectif d’augmentation de l’emploi des seniors, qui pourrait venir renforcer la polarisation entre ceux qui sont insérés correctement et ceux qui se voient exclus du marché du travail.

8Publication à la fois concise et particulièrement riche en données statistiques, Les seniors et l’emploi offre une synthèse éclairante des enjeux contemporains propres à l’insertion professionnelle des seniors. Bien documenté, l’ouvrage ne se contente pas de demeurer dans une logique descriptive et analytique mais peut bel et bien se lire comme un plaidoyer pour la mise en place d’un marché du travail inclusif à l’endroit des seniors.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage se réfère ici, par convention, à la politique adoptée par la plupart des organismes d’étude internationaux, qui bornent de cette manière la catégorie des seniors.

2 On dit alors que les temps de loisirs des conjoints sont complémentaires.

3 L’auteur note d’ailleurs que, depuis 2003, la très forte hausse du taux d’emploi des seniors ne s’est pas accompagnée d’une baisse significative de celui des 15-24 ans, ce qui tend à confirmer son hypothèse.

4 Concept forgé par Christopher J. Ruhm pour désigner des « emplois de transition » : Christopher J. Ruhm, « Bridge Jobs and Partial Retirement », Journal of Labor Economics, vol. 8, n° 4, 1990, p. 482-501.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hector Girard, « Hippolyte d’Albis, Les seniors et l’emploi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56308 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56308

Haut de page

Rédacteur

Hector Girard

Élève-normalien en master de sociologie quantitative à l’ENS Paris-Saclay.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search