Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Mélanie Bourdaa, Les Fans. Public...

Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés

Martin Bonnard
Les Fans
Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés, Caen, C&F Editions, coll. « Les enfants du numérique », 2021, 312 p., ISBN : 978-2-37662-029-7.
Haut de page

Texte intégral

1Observer les activités des fans de séries télévisuelles américaines, tout en soulignant leur organisation, leur créativité et leur participation au débat public, tel est l’objectif du dernier livre de Mélanie Bourdaa, maitresse de conférences HDR en Science de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne. L’ouvrage, publié dans la collection « Les enfants du numérique » des éditions C&F, s’attaque aux préjugés qui voient dans ces publics des adorateurs irrationnels ou de simples relais des campagnes promotionnelles des diffuseurs. L’autrice déploie une vaste revue de littérature « à la jonction des Cultural Studies et des sciences de l’information et la communication » (p. 19). Cette mise au point d’envergure à propos d’un champ d’études un peu délaissé dans l’espace francophone mérite le détour, d’autant qu’elle est complétée par un important travail de terrain. De nombreux témoignages, recueillis selon une méthode qualitative d’entretien, des sondages par questionnaires et la collecte des traces numériques des fans viennent consolider le propos.

  • 1 Jenkins observe une série de relations entre le rapide développement des médias numériques et la fo (...)
  • 2 À propos des grandes approches empruntées par les sciences de la communication et les études médiat (...)

2L’ouvrage est divisé en deux grandes parties (« Politique(s) du et des fans » et « Pratiques de fans »), chacune introduite par un retour sur les définitions et l’évolution des études sur les fans. Les autres chapitres présentent des études de cas qui explorent l’engagement, les luttes autour des représentations et de la visibilité, la formation et la créativité des communautés de fans. Du premier cadrage théorique dans le chapitre intitulé « Les fans studies en question », on peut retenir la reprise des thèses d’Henri Jenkins sur la culture de la participation1. Bourdaa affirme que « [l]a convergence culturelle découle d’une convergence technologique » (p. 30) et semble donner une tournure causale aux relations décrites par Jenkins entre l’émergence de nouvelles formes de consommation de produits culturels et les possibilités de distribution et de rétroaction offertes par la technologie numérique. Elle inscrit ainsi son ouvrage dans la lignée des théories techno-utopistes du tournant du millénaire2. Le mouvement de convergence est ici perçu comme généralisé et vertueux, car il favorise la participation de tout un chacun. Les inégalités du digital labor, les creux de la littératie numérique, s’ils sont évoqués, le sont en tant qu’accrocs, des obstacles à surmonter sur la voie pavée de la participation. Il faut bien sûr souligner le parti-pris de ce choix théorique, car il ne saurait constituer l’unique manière d’envisager les échanges sociaux, culturels et politiques en ligne. On comprend cependant la démarche de l’autrice, désireuse, en quelque sorte sur un plan moins théorique et général, d’explorer plus en détail comment les productions faniques « vont entraîner des questionnements sur l’identité sexuelle, le racisme, le genre, le colonialisme par exemple » (p. 49). Elle souligne la nécessité d’adopter une méthodologie adéquate, permettant de prendre en compte les technologies du numérique ainsi que la place du chercheur : la cyberethnographie, qui procède par immersion dans la communauté étudiée et tient compte des modalités multiplateformes et transmédiales de l’activité des fans.

3Le deuxième chapitre (« Activisme culturel et social des fans ») décrit comment la communauté peut se saisir des valeurs ou des personnages d’une série, afin de faire avancer une cause ou d’améliorer la représentation des minorités. S’intéresser à la lecture des fans permet alors d’observer comment les univers fictionnels débordent vers le social. Les valeurs incarnées par un personnage deviennent autant d’éléments rassembleurs et favorisent la production de contenus faniques engagés. Dans les observations à propos d’une campagne de mobilisation et de sensibilisation inspirée par le personnage de DC Comics Wonder Woman aux États-Unis et dans le reste du chapitre, peu d’indications sont néanmoins fournies sur l’influence des possibilités et des contraintes du numérique. L’autrice affirme que « [l]es médias numériques et les réseaux sociaux ne servent […] qu’à faciliter ces actions afin d’incorporer plus facilement une plus grande population de fans » (p. 94).

4Intitulé « Representation Matters », le troisième chapitre apporte un éclairage détaillé et nuancé sur la représentation des minorités sexuelles dans les productions télévisuelles produites aux États-Unis. L’autrice signale que le passage vers plus de visibilité amène de nombreux enjeux. Les personnages LGBTQ+ sont encore souvent cantonnés aux seconds rôles ou suivent des arcs narratifs stéréotypés et récurrents. L’étude procède ici par l’analyse des récits télévisuels, en particulier les dialogues et l’évolution des personnages au fil des épisodes. Une longue étude de cas sur la mise en récit du coming out est proposée. En observant la réception des fans, Bourdaa constate que le fait de voir des personnages issus de la diversité peut servir de « levier à l’affirmation de son identité sexuelle » (p. 126). Ces personnages sont alors placés au cœur du travail d’organisation, de mise en réseau et de sensibilisation du public à la représentation de la communauté LGBTQ+. Plusieurs pratiques des fans sont évoquées : écriture de fanfiction, confection de costumes, construction de collections et d’encyclopédies sur les univers fictifs. L’identification aux protagonistes des séries reste l’unique piste parcourue en détail. Donner davantage d’indications sur la méthode d’analyse utilisée pour étudier les productions télévisuelles, notamment comment la lecture des fans vient enrichir les éléments formels et narratifs pris en considération par l’autrice, aurait aidé à éclairer le passage entre le contenu des séries et son appropriation par les fans. Ce n’est que par déduction, entre les lignes, que l’on perçoit le contenu et la manière propres au travail de prolongement et d’enrichissement des éléments télévisuels, que ce soit depuis les mondes fictifs, les dialogues, les costumes, mais aussi, à partir des paratextes, les déclarations des acteurs et les produits dérivés, par exemple.

5La seconde partie du livre s’ouvre avec un chapitre consacré à l’identité du fan (« L’individu et le collectif »). Bourdaa y fait quelques ajouts bienvenus aux connaissances déjà établies, en particulier à propos de la relation qui lie le fan au fandom, ce second terme insistant sur l’aspect collectif de l’intense relation entretenue avec une série télévisée ou un autre bien culturel. Pour les membres d’un fandom, les lieux d’échange en ligne deviennent des espaces de non-jugement où peuvent s’exprimer librement les identités individuelles et collectives. L’autrice constate d’ailleurs un double phénomène : la multiplication des appartenances et leur aspect dynamique. « Dans un environnement qui favorise de plus en plus l’expression de soi et le dévoilement identitaire, les fans disséminent leurs goûts d’une communauté à l’autre, transformant et propageant le lien social » (p. 180). Lorsqu’un fandom ne leur convient plus, les fans migrent vers d’autres produits culturels et d’autres communautés.

6Les communautés de fans forment aussi des réservoirs de compétences : des connaissances sur l’univers fictif bien sûr, mais aussi, au-delà, en termes d’écritures, de littéracie numérique, de savoir-faire manuel (fabrication de costumes et autres accessoires). Le chapitre suivant (« Pratiques de fans et acquisitions de compétences ») se consacre à l’exploration de ces compétences, dont en particulier la constitution de répertoires des créations de la communauté et la pratique du cosplay. Pour la première, Bourdaa prend l’exemple du Battlestar Galactica Museum, une entreprise d’envergure encyclopédique que l’autrice compare à la curation muséale ou au travail des archives. Ce travail bénévole considérable est différent, selon elle, du digital labor rémunéré à la pièce par les grandes plateformes de l’économie numérique. L’apport des études de la culture en ligne aurait ici été pertinent. Pour le dire simplement, les fans peuvent bien être motivés par le don/contre-don et l’acquisition d’un capital symbolique, leur travail n’échappe pas aux logiques de collecte et de traitement des données du capitalisme informationnel. La seconde série de compétences observées concerne le cosplay, « [l]e fan utilise […] son corps pour montrer à voir l’affection et la relation qu’il entretient avec les univers fictionnels » (p. 224). À travers la création de costumes présentés lors d’événements dédiés ou sur les réseaux socionumériques, l’identité des fans se construit par le jeu et la performance. D’ailleurs, l’autrice souligne avec justesse que cette pratique peut aussi viser une redéfinition des « codes narratifs du genre » (p. 227). Elle se nomme alors crossplay pour souligner la fluidité des identités qu’elle met en jeu.

7Le dernier chapitre (« Earpers : le “famdom”, la communauté comme famille ») consiste en une étude de cas autour de la série télévisée Wynonna Earp. À partir d’un questionnaire diffusé dans la communauté de ses fans, Bourdaa observe la création des identités numériques des membres. Ceux-ci partagent une même vision sociétale respectueuse et bienveillante et s’identifient comme une famille choisie. Ce fandom entretient de nombreux liens avec la production, en partie par l’intermédiaire de membres jouissant d’un accès privilégié à celle-ci. Lorsque Bourdaa décrit le travail en commun pour défendre des causes sociales (lutte contre les inégalités de genre, représentation de la diversité, par exemple), elle souligne, avec Henri Jenkins toujours, combien cet apprentissage est à la base de tout activisme, ouvrant ainsi, sans élaborer plus en détail, la question d’une prolongation de ces actions vers un engagement politique soutenu et plus large. Davantage de contextualisation permettrait de mieux situer l’engagement des fans sur ce point. Possèdent-ils des expériences politiques préalables ? Le fait de se mobiliser pour une cause liée à une série donne-t-il lieu à d’autres engagements militants ?

8La méthodologie d’étude de la réception des œuvres présuppose d’emblée la neutralité et la transparence des plateformes de partage de vidéo et des réseaux socionumériques. Une telle prémisse semble entrer en contradiction avec l’une des affirmations de départ qui posait un lien de causalité entre la convergence technologique et celle culturelle. Si l’action des plateformes numériques est neutre et transparente, comment la seconde peut-elle découler de la première ? Lors de l’utilisation des corpus de commentaires, les particularités du numérique (temporalité des contributions, filtres et retraits des contenus, biais induits par l’organisation des chaines de diffusion) ne sont que peu prises en compte, ce qui empêche de comprendre les enjeux politiques de formation des communautés sur ces plateformes et le croisement de plusieurs champs discursifs autour des séries télévisées.

9Quelques remarques à propos du travail d’édition pour conclure : des références sont manquantes, des éléments d’illustration apparaissent sans être introduits, parfois le fil de l’argumentation se rompt sans transition, alors qu’on attend une remarque conclusive ou d’orientation du propos. Ces petits décrochages, qu’on imagine aisément rectifiables avant de passer sous presse, rendent la lecture laborieuse.

Haut de page

Notes

1 Jenkins observe une série de relations entre le rapide développement des médias numériques et la formation de communautés aux processus décentralisés, phénomène qu’il nomme « culture de la participation. » Voir Henri Jenkins, Fans, bloggers, gamers: Exploring participatory culture, New York, NYU Press, 2006.

2 À propos des grandes approches empruntées par les sciences de la communication et les études médiatiques sur cette question, voir l’article de Jonathan Sterne, « “What do we want” “Materiality !” “When do we want it ?” “Now !” », in T. Gillespie, P. J. Boczkowski et K. A. Foot, (dir.), Media technologies: Essays on communication, materiality and society, Cambridge, MIT Press, 2014, p. 119‑128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Bonnard, « Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56323

Haut de page

Rédacteur

Martin Bonnard

Chercheur postdoctoral au département d’histoire de l’art et des études en communication de l’université McGill et membre du Laboratoire de recherche sur les pratiques audiovisuelles documentaires (Labdoc) de l’Université du Québec à Montréal, Martin Bonnard est spécialiste de la diffusion en ligne du cinéma. Sa thèse de doctorat en communication (UQAM) traite de l’actualisation de l’expérience cinéma par les catalogues cinéphiles de vidéo par abonnement. Ses recherches portent sur la matérialité du visionnement en ligne dans une approche historique liant les études cinématographiques et médiatiques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search