Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Roland Recht, La leçon d’histoire...

Roland Recht, La leçon d’histoire de l’art. L'image à l'ère de sa projection lumineuse

Igor Martinache
La Leçon d'histoire de l'art
Roland Recht, La Leçon d'histoire de l'art. L'image à l'ère de sa projection lumineuse, Paris, Collège de France, coll. « Leçons de clôture », 2021, 108 p., ISBN : 9782722605619.
Haut de page

Texte intégral

1Reconnaissons-le d’emblée : le compte rendu qui suit de l’ouvrage de Roland Recht n’est pas le fait d’un historien de l’art, ce qui occasionnera nécessairement des omissions coupables du point de vue des tenant·es de cette discipline académique. Néanmoins, les deux courts textes qui composent ce volume livrent un certain nombre d’éléments sociologiques, à commencer par la trajectoire, mais aussi le regard de l’auteur, qui constituent par ailleurs un plaidoyer en actes pour la curiosité intellectuelle et le déplacement des perspectives. Né en 1941 dans un « milieu modeste éloigné des musées et de l’Université »1 – ce qui constitue en soi une première énigme sociologique –, Roland Recht, après son baccalauréat en lettres, étudie l’histoire de l’art jusqu’au doctorat à l’Université de Strasbourg et obtient en 1980 un poste de professeur dans cette discipline à l’Université de Bourgogne. En 1986, il se met en disponibilité pour occuper la charge de directeur et de conservateur en chef des musées de la ville de Strasbourg, dont il démissionne sept ans plus tard pour revenir à l’enseignement et la recherche dans la capitale alsacienne. En 2001, il est nommé professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’histoire de l’art médiéval et moderne, qu’il occupe jusqu’en 2012. Il est ensuite nommé conservateur du château de Langeais, tout en continuant à rédiger de nombreux articles pour divers types de support. Le premier texte de ce volume, qui lui confère son titre, est la leçon de clôture de son enseignement au Collège de France, prononcée le 17 février 2012. Il s’agit d’un bel exemple de rite comme acte d’institution, pour paraphraser un autre ancien pensionnaire du Collège de France2. Après un rapide récapitulatif, quelque peu obligé, des douze années d’enseignement données dans ce lieu de consécration de la science hexagonale, Roland Recht développe le sujet qu’il a choisi de traiter pour cette dernière heure, à savoir l’impact considérable que l’introduction des techniques de projection des images a eu sur sa discipline à la fin du XIXe siècle. La projection d’image s’avère un cas intéressant de dispositif socio-technique, pour celles et ceux qui s’intéressent à ces enjeux.

  • 3 Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

2L’auteur rappelle d’abord que cette transition dans l’usage des images au sein des cours et ouvrages en histoire de l’art s’est en fait opérée en deux temps : d’abord le passage de la gravure d’illustration à la reproduction photographique, puis la mise au point de procédés permettant d’en projeter un agrandissement devant un vaste auditoire. Ces évolutions ne se bornent pas à la dimension technique mais constituent de véritables ruptures épistémologiques, insiste l’auteur après d’autres, car la photographie permet non seulement d’opérer des comparaisons immédiates entre des œuvres, mais aussi de neutraliser les éléments contextuels de l’observation, qui empêchaient jusque-là de dépasser un regard subjectif. Pour certains, comme Émile Mâle, c’est seulement grâce à l’invention de la photographie que l’histoire de l’art est véritablement devenue une science. Comme toujours, ces évolutions ont suivi un processus s’étirant sur plusieurs décennies et impliquant de nombreux protagonistes – sans oublier les nombreux « personnels de renfort »3 qui rendent possible le travail de ces « inventeurs » autant que celui des artistes. On peut noter cependant que Roland Recht ne s’appesantit pas sur les éventuelles oppositions à cette évolution : il mentionne simplement, par analogie, celle de son confrère Quatremère de Quincy en 1815, qui s’offusquait du déplacement des œuvres d’art de leur destination d’origine vers les musées, pour observer que la photographie constitue en quelque sorte un second arrachement des œuvres d’art à leur milieu d’origine, qui leur impose de surcroît une lecture univoque (p. 16), ou le manque d’empressement de certaines institutions – dont le Collège de France ! – à adopter ces nouvelles techniques.

3La possibilité d’agrandir et de projeter une photographie d’œuvre suscite au contraire l’émerveillement des historiens de l’art de cette fin du XIXe siècle, car elle leur permet d’examiner des détails peu visibles à l’œil nu tout en accompagnant désormais leur discours d’un support visuel. Une évolution analogue se produit dans les livres, qui comportent de plus en plus de reproduction d’œuvres, ce qui contribue selon l’auteur à une « diffusion élargie du savoir » en matière d’histoire de l’art (p. 23). Revenant ensuite sur le développement progressif des techniques de projection lumineuse, il souligne que l’usage scientifique des appareils optiques permet de proposer un véritable « spectacle populaire » (p. 26). L’empressement de certains conférenciers à distinguer l’amphithéâtre où ils officiaient des salles de cinéma au début du XXe siècle suggère ainsi que la différenciation des publics n’allait pas de soi, autrement dit que les étudiants et autres personnes assistant aux leçons étaient pris par un semblable mélange d’émotions. Ce nouveau dispositif transforme la relation entre le conférencier et son audience, séparant l’écran et l’orateur, et plaçant ce dernier dans une position analogue au public, face à l’écran, mais aussi, a contrario, en lui permettant de s’affranchir de la description complète de l’œuvre projetée pour attirer d’emblée l’attention des regardants vers la partie de celle-ci dont il souhaite traiter. Pour certains observateurs, la conférence devient ainsi un espace quasi-sacré, le lieu d’une communion collective face à l’œuvre ou aux œuvres projetées, dont témoigne la fascination exercée par quelques professeurs. Néanmoins, l’auteur pointe que les conférenciers, comme s’ils ressentaient désormais une concurrence exercée par l’image, redoublaient d’efforts pour mettre en avant leur discours. Et finalement, si dans certaines disciplines, dans les sciences dites « dures » en particulier, l’orateur se livre de nos jours souvent à une simple oralisation des mots écrits sur les diapositives qu’il projette, en histoire de l’art, la place de l’orateur a été au contraire renforcée, en rendant ses analyses nécessaires face au spectacle des œuvres, « tout en permettant à l’auditoire de saisir, par la vue, une structure de relations signifiantes » (p. 42). En d’autres termes, cette possibilité d’articuler discours et images renforce la dimension heuristique de l’histoire de l’art, tout en donnant à la leçon dans cette matière un statut bien particulier, « entre la conférence, le musée et le livre » (p. 42).

  • 4 Franck Frommer, La pensée PowerPoint. Enquête sur ce logiciel qui rend stupide, Paris, La Découvert (...)

4Éclairante, si l’on ose dire, cette leçon sur la leçon d’art « à l’ère de [l]a projection lumineuse » ouvre ainsi un ensemble de questionnements extrêmement heuristiques, tant au plan socio-historique qu’épistémologique. Ces questions sont redoublées par la profusion des images, pas uniquement à caractère artistique, apportée par Internet, ais aussi par rapport à l’usage devenu massif des diaporamas, dans les organisations productives comme dans l’enseignement et la formation, dont un essai journalistique remarqué avait peut-être un peu trop unilatéralement pointé les dommages collatéraux il y a une dizaine d’années4.

5On lit également avec profit la seconde partie de ce petit opus, constituée d’un retour auto-biographique de l’auteur sur sa trajectoire professionnelle et intellectuelle, rappelant ses principaux apports dans sa discipline, à partir de ses travaux initiaux sur la cathédrale de Strasbourg, mais aussi son éclectisme et sa grande curiosité qui l’ont amené à assumer des responsabilités professionnelles et éditoriales variées, assumant le commissariat d’expositions sur des thèmes divers, tout en écrivant dans les revues et ouvrages académiques les plus pointus jusqu’aux quotidiens de diverses obédiences, de Libération au Figaro en passant par Le Monde. On peut ainsi relever la conscience de la dimension politique de son activité, notamment lorsqu’il était à la tête des musées de Strasbourg, soucieux d’utiliser à bon escient les moyens financiers importants qui lui étaient confiés pour tenir une ligne dans la politique d’acquisition d’œuvres, ainsi que dans les médiations mises en place pour tenter de « sensibiliser le public à l’art de notre temps » (p. 91). Attentif aux controverses qui n’ont cessé de traverser sa discipline, l’auteur évoque également son grand intérêt pour l’art contemporain, tout spécialiste du Moyen-Âge qu’il soit. Roland Recht présente une position par rapport à l’art contemporain qui devrait « parler » à beaucoup d’entre nous face à des œuvres en devenir qui déconstruisent les principes canoniques définissant une œuvre d’art : « Je me place […] dans la position d’un ethnologue qui cherche à la fois à se familiariser avec une langue étrangère, avec des pratiques inédites, avec des représentations qu’il découvre peu à peu et qu’il cherche à comprendre en vivant à leurs côtés. Avec les moyens du bord, l’exercice d’interprétation qui en résulte est celui d’une subjectivité parfaitement assumée » (p. 96-97).

Haut de page

Notes

1 D’après la notice Wikipédia qui lui est consacrée. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Recht (consultée le 18 mai 2022). Voir aussi le site Internet personnel de ce dernier : https://www.rolandrecht.org/ (consulté le 18 mai 2022).

2 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d'institution », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 43, 1982, p. 58-63.

3 Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

4 Franck Frommer, La pensée PowerPoint. Enquête sur ce logiciel qui rend stupide, Paris, La Découverte, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Roland Recht, La leçon d’histoire de l’art. L'image à l'ère de sa projection lumineuse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56333

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Maître de conférences à l’Université de Paris-Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search