Navigation – Plan du site

AccueilÀ suivreComptes rendus à paraîtreChanter le crime

Chanter le crime

Chanter le crime

Canards sanglants et complaintes tragiques
Jean-François Heintzen, Chanter le crime. Canards sanglants et complaintes tragiques, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, coll. « Grands essais », 2022, 688 p., création sonore : Philippe Busser, ISBN : 978-2-35848-187-8.
Notice publiée le 20 mai 2022

Présentation de l'éditeur

La complainte criminelle – reproduite sur une feuille illustrée, ou « canard sanglant » – narrait un fait divers marquant sur un air connu.

Après son âge d’or de 1870 à 1940, elle s’est effacée derrière la radio et la télévision. Écrite par des auteurs le plus souvent anonymes et interprétée à voix nue par ses colporteurs, elle exprimait l’horreur des crimes du temps pour mieux la mettre à distance.

Pionnier, l’ouvrage donne à lire, voir et entendre cette production populaire, foisonnante et méconnue. En même temps qu’il décrit son histoire, il éclaire d’un nouveau jour maintes affaires, oubliées ou non : Landru, Violette Nozière, Dreyfus, Stavisky… Et, à l’heure des réseaux sociaux, il donne à réfléchir sur la médiatisation du fait divers qui n’est plus chanté en plein vent.

Deux films sonores, via une clé USB encartée dans le premier rabat de couverture, accompagnent et prolongent cet ouvrage :
- Conter le crime, une libre interprétation contemporaine des complaintes criminelles servie par les talents de comédiens, chanteurs et musiciens : Olivier Perrier et Monique Brun, Yannick Guilloux, Mathilde Paris, Roland Brou, Patrick Couton, Jean-François « Maxou » Heintzen, Riton la Manivelle et Arnaud Moyencourt, dit « le facteur ».

- Jean-François « Maxou » Heintzen dialogue avec Yannick Guilloux. L’entretien proposé réunit l’auteur du livre, Jean-François « Maxou » Heintzen, et Yannick Guilloux, docteure en littérature, professeure de Lettres, chanteuse et spécialiste des répertoires populaires du Centre de la France. Leur dialogue est émaillé de chants interprétés par Monique Brun, Roland Brou, Patrick Couton et par eux-mêmes ; on entend également Patrick Couton, à la guitare et à la autoharpe, et Jean-François « Maxou » Heintzen, à la vielle.

Haut de page

Auteur

Jean-François Heintzen

Jean-François « Maxou » Heintzen, né en 1957, agrégé de mathématiques (qu’il a longtemps enseignées), joueur de vielle et professeur de musique (instruments traditionnels), est docteur en histoire. Ses recherches portent sur les pratiques musicales des milieux populaires (XVIIe-XXe siècles), en particulier sur le genre « multimédia » qui a fait florès sous la IIIe République et dont il est l’un des spécialistes français : celui des complaintes criminelles colportées par des « canards sanglants ».

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search