Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Colin Robineau, Devenir révolutio...

Colin Robineau, Devenir révolutionnaire. Sociologie de l’engagement autonome

Julie Adams
Devenir révolutionnaire
Colin Robineau, Devenir révolutionnaire. Sociologie de l'engagement autonome, Paris, La Découverte, 2022, 216 p., EAN : 9782348066719.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On pense plus précisément à Action directe en France ou à la Rote Armee Fraktion en Allemagne.
  • 2 Voir les travaux de Joshua Florence, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, P (...)

1Les récentes mobilisations comme le mouvement des Gilets jaunes ont fait émerger dans les discours politico-médiatiques une terminologie disqualifiante pour désigner les militant⋅es d’« ultra gauche », volontiers décrit⋅es comme des « casseurs violents ». Colin Robineau se propose ici d’analyser plus avant la réalité hétérogène du milieu autonome et plus particulièrement d’explorer les « conditions de production d’un engagement en rupture avec l’ordre social » (p. 5). Le milieu autonome trouve sa genèse dans la tradition italienne opéraïste ou encore des groupes de lutte armée en Allemagne et en France dans les années 19701. Il s’est mué dans les années 1980 en un mouvement davantage contre-culturel, fondé sur les squats et ancré dans les luttes antinucléaires, par exemple. Il s’avère toutefois complexe d’adopter un regard homogène sur le milieu autonome, qui est traversé par diverses branches idéologiques allant du post-situationnisme à l’appellisme. Si la sociologie a bien exploré le militantisme d’extrême gauche2, le milieu autonome et les trajectoires de ses militant⋅es ont été laissés de côté par les travaux universitaires, qui privilégient l’étude des actions collectives.

  • 3 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post-sc (...)
  • 4 Lahire Bernard, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012.
  • 5 Goffman Erving, Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, (...)

2Colin Robineau inscrit son analyse dans deux partis pris théoriques déterminants : il envisage d’abord l’engagement politique en termes de processus, justifiant ainsi le recours à la notion de « carrière militante »3 ; en outre, il pense l’habitus de manière plurielle en s’inspirant de l’approche dispositionnaliste de Bernard Lahire4. Pour ce faire, il se propose d’étudier les socialisations de ses enquêté⋅es en tant que « déterminants de et dans l’engagement » (p. 26). La démonstration s’articule en deux moments complémentaires : la première partie propose une sociogenèse des dispositions critiques ; la seconde se concentre sur la resocialisation opérée par l’entrée dans le milieu autonome, décrit comme une « institution totale »5.

  • 6 Tarragoni Federico, « Du rapport de la subjectivation politique au monde social. Les raisons d'une (...)

3L’ouvrage est tiré de la thèse de l’auteur, soutenue en 2017, pour laquelle Colin Robineau a procédé à une observation participante de 2013 à 2015 auprès de militant⋅es dans une brasserie au fonctionnement autonome de l’Est parisien, nommée La Kuizine. Le chercheur, grâce à une socialisation auprès des acteur⋅rices, a donc pu tisser des relations de confiance favorisant la conduite de récits de vie, qui demeurent le matériau principal de son enquête. L’enquête n’a pas la prétention de s’appuyer sur un échantillon représentatif. Les individus enquêtés sont en grande partie nés entre 1985 et 1991 et leur répartition genrée est assez équilibrée. Durant leur adolescence, ils se sont inscrits dans des mouvements étudiants tels que celui contre le CPE (contrat de première embauche) en 2006. Leurs origines sociales sont assez variées. La tendance penche du côté de la bourgeoisie intellectuelle à fort capital culturel, mais d’autres proviennent de milieux sociaux plus modestes et moins diplômés. On trouve des cas limites comme un enquêté dont la famille s’insère dans les milieux aisés au prestige militaire. L’intérêt méthodologique et théorique de l’ouvrage réside ainsi dans la capacité de l’auteur à mobiliser 18 récits de vie pour dresser des typologies et des portraits permettant de mieux comprendre les ressorts de l’engagement militant et de la « subjectivation politique »6.

4La première partie de l’ouvrage se concentre sur les socialisations primaires des enquêté⋅es, lues comme des moments de pré-formation des dispositions critiques, terreau d’un rapport réfractaire au monde social. L’auteur présente dans le premier chapitre les caractéristiques socio-démographiques de chaque enquêté⋅e et leur positionnement dans l’espace social. L’objectif est d’exploiter l’hétérogénéité des situations des enquêté⋅es – certain⋅es sont issu⋅es de familles populaires, d’autres de milieux à fort capital culturel ou économique – pour explorer des cas limites ainsi que les diverses modalités de leurs socialisations. Il revient de la sorte sur les différentes réceptions de l’héritage politique parental : il identifie un groupe dont l’exposition diffuse aux idées d’extrême gauche a favorisé l’accoutumance à une « atmosphère contre-culturelle » (p. 46) et, à l’inverse, quelques enquêté⋅es dont la relation, parfois violente, avec leurs parents politisé⋅es à l’extrême droite, a pu générer une forme de rébellion au sein de l’espace domestique, qui se poursuit éventuellement en révolte sociale.

  • 7 Lahire Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

5Le second chapitre est consacré à la mise au jour de ce que l’auteur nomme les « habitus polarisés », identifiés comme un « système de dispositions empruntant aux classes dominantes et aux classes dominées » (p. 57), et qui constituent selon l’auteur l’un des facteurs fondateurs de l’acquisition de dispositions critiques. En effet, l’exposition des individus à des classes antagonistes les a conduit⋅es à expérimenter une première crise existentielle quant à leur place dans l’espace social, qui peut ensuite mener à une révélation de l’ordre arbitraire du monde social et donc à une forme de « mise en suspens de la soumission doxique à l’ordre établi » (p. 75). Colin Robineau réussit ainsi à penser les dynamiques de socialisation et les conséquences concrètes de leurs conflits dans la psyché et les représentations du monde social des individus. Ses analyses rejoignent alors celles de Bernard Lahire sur l’existence d’un « habitus tout terrain » (p. 70) caractéristique de l’« homme pluriel »7.

6Dans le dernier chapitre de cette partie, le sociologue se concentre sur les autres instances de socialisation que sont les pairs et l’école. Il montre que l’école, comme lieu de violence symbolique, est un point nodal constituant le « terreau d’une humeur anti-institutionnelle » (p. 86) pour tous⋅tes les enquêté⋅es, à des degrés divers dont il rend bien compte, allant de comportements d’indiscipline légers à la rupture radicale avec l’institution scolaire. La seconde observation vient appuyer les conclusions des travaux sur les transfuges de classe, dont l’auteur s’inspire largement, à savoir que des situations de « confrontations sociales » (p. 91) mènent bien souvent à un choc moral. Il explore enfin le rôle essentiel joué par certain⋅es professeurs dans le parcours de « déplacement doxique » (p. 101), montrant que l’école peut jouer un rôle fondamental dans la socialisation politique lorsque celle-ci n’a pas été endossée par la famille.

7Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur cherche à identifier les voies d’apprentissage qui font « faire corps avec l’institution autonome » (p. 114) puisque la socialisation primaire ne saurait suffire à expliquer l’investissement dans le militantisme autonome. Il commence par analyser les effets de contexte, puisque l’engagement dans des mouvements sociaux – notamment étudiants – semble agir comme un « point de bifurcation biographique » (p. 116) : Colin Robineau revient rapidement sur les différents mouvements qui ont pu marquer chaque génération de militant⋅es, de Mai 68 aux mouvements anti-CPE de 2006. Ces premières expériences sont marquées par une forte politisation, favorisée par la fréquentation d’individus plus expérimentés, dont des militant⋅es autonomes rôdé⋅es aux occupations de facultés ou de lycées à des fins contestataires. L’auteur met en évidence le rôle essentiel des réseaux amicaux et de l’ancrage dans un lieu d’étude plutôt mobilisé – le campus de Tolbiac revient de manière récurrente dans les récits des enquêté⋅es, de même que le lycée autogéré de Paris. Un autre facteur déterminant se joue dans les études supérieures, souvent orientées vers les sciences humaines et sociales, favorisant l’initiation à des textes politiques marxistes ou anarchistes.

  • 8 Ion Jacques, La fin des Militants ?, Ivry-sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 1997.
  • 9 Matonti Frédérique et Franck Poupeau, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la rec (...)

8L’auteur consacre un second temps à une analyse plus fine, à l’échelle micro, des registres de la radicalité politique. Colin Robineau distingue alors deux modes d’engagement, qui forment en réalité un continuum : un engagement « à temps plein » et un engagement « à temps partiel », ce qui lui permet de penser le militantantisme au même titre qu’une activité professionnelle dans son investissement et ses coûts. Le premier type d’engagement repose sur une pénétration de la vie privée par l’activisme politique – terreau d’un « engagement total » –, qui passe généralement par un mode de vie contre-culturel fondé sur les groupes d’affinité au sein du monde des squats, sous une forme parfois sécessionniste. L’engagement à temps partiel n’implique pas quant à lui la même remise de soi à l’institution ; pour autant, l’auteur ne va pas dans le sens de l’analyse d’un militantisme en termes d’« engagement post it »8 puisque, dans le cas d’un enquêté en particulier, l’engagement militant équivaut en temps à celui de son activité salariée. L’auteur émet l’hypothèse que le passage d’un militantisme à temps plein à un militantisme à temps partiel est dû à des effets d’âge (biographique et militant) et à une certaine disponibilité en grande partie favorisée par le fait d’être en études ou non. Il montre ainsi comment les individus reconvertissent leur « capital militant »9 dans un objectif de reclassement, en reprenant des études par exemple.

9Dans le dernier chapitre, Colin Robineau se propose de mener une analyse du milieu autonome en termes d’institution totale. Il s’intéresse d’abord aux « processus d’incorporation de la radicalité autonome » (p. 180), à savoir l’idéologie, les répertoires d’action collective de même qu’un ensemble de dispositions et de goûts. Il montre ainsi l’existence d’une « hexis corporelle » militante masculine (p. 186), qui valorise notamment la violence et fait peser un risque de stigmate sur les femmes qui n’auraient pas connu le rite initiatique des premières actions violentes. En outre, le fort éclectisme culturel qui caractérise le milieu autonome permet aux habitus polarisés des individus de se déployer pleinement et de reconvertir des comportements déviants en comportements politiques, ou de se reclasser en trouvant une place dans un « contre-univers normatif » (p. 186). Un autre aspect de l’analyse réside dans l’identification des rétributions – principalement symboliques – et des coûts de l’engagement militant. Si le milieu autonome permet de subvenir aux besoins matériels des individus, en leur offrant un toit et en collectivisant les moyens de subsistance, et s’il leur procure un cadre socialisateur et affectif, il exige également certaines renonciations, notamment aux études. L’auteur se penche donc en dernière instance sur le « processus de désinvestissement de l’identité totale » (p. 203) qu’ont connu la plupart de ses enquêté⋅es, qui passent souvent par une critique de ce qui est lu comme un « entre soi ». La Kuizine, brasserie autonome dans laquelle l’auteur a rencontré ses enquêté⋅es, apparaît pour lui comme une porte de sortie du militantisme total, sans toutefois que ce retrait militant soit une défection ou un désengagement.

10Le travail de Colin Robineau permet donc de préciser avec clarté des modalités de socialisation politique radicale peu explorées des sciences sociales, grâce à une étude fine de cas singuliers, mettant au jour le caractère ambivalent du milieu autonome qui alimente sa propre critique interne en fournissant aux individus des outils réflexifs et intellectuels.

Haut de page

Notes

1 On pense plus précisément à Action directe en France ou à la Rote Armee Fraktion en Allemagne.

2 Voir les travaux de Joshua Florence, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2005 et Pagis Julie, Mai 68, un pavé dans leur histoire. Événements et socialisation politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2014.

3 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post-scriptum », Revue française de science politique, n° 51, 2001, p. 207.

4 Lahire Bernard, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012.

5 Goffman Erving, Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

6 Tarragoni Federico, « Du rapport de la subjectivation politique au monde social. Les raisons d'une mésentente entre sociologie et philosophie politique », Raisons politiques, vol. 62, n° 2, 2016, p. 115-130.

7 Lahire Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

8 Ion Jacques, La fin des Militants ?, Ivry-sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 1997.

9 Matonti Frédérique et Franck Poupeau, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, 2004, p. 4-11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Adams, « Colin Robineau, Devenir révolutionnaire. Sociologie de l’engagement autonome », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 mai 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56420 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56420

Haut de page

Rédacteur

Julie Adams

Étudiante en prémaster de sociologie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search