Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Étienne Balibar, Toni Negri et Ma...

Étienne Balibar, Toni Negri et Mario Tronti, Le démon de la politique

Selim Nadi
Le démon de la politique
Étienne Balibar, Antonio Negri, Mario Tronti, Le démon de la politique, Paris, Amsterdam éditions, 2021, 189 p., Dirigé et préfacé par Jamila M. H Mascat, EAN : 9782354802387.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mario Tronti, Ouvriers et capital, Genève, Éditions Entremonde, 2016.

1Les éditions Amsterdam proposent avec cet ouvrage un échange entre trois figures intellectuelles majeures de la gauche, radicale comme réformiste, de la seconde moitié du XXe siècle : Mario Tronti (figure phare de l’opéraïsme et auteur d’Ouvriers et capital1), Toni Negri (qui a également accompagné l’opéraïsme mais qui est surtout célèbre pour sa trilogie, écrite avec Michael Hardt, Empire, multitude et Commonwealth) et Étienne Balibar (ancien élève d’Althusser, ayant participé à Lire Le Capital). Cet échange est organisé autour de la trajectoire de Mario Tronti qui est passé, comme l’écrit Jamila M. H. Mascat en préface, de l’opéraïsme d’Ouvriers et capital à un détachement radical de la théorie et de la pratique dans les années 2000 – en passant par la théorisation de l’« autonomie du politique » dans les années 1970 et 1980. Tronti se décrit lui-même comme un « révolutionnaire conservateur ».

  • 2 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Schriften und Entwürfe (1799-1808), Hambourg, Felix Meiner Verlag, 1 (...)

2En ce sens, cet ouvrage ne peut qu’être utile au champ francophone, au sein duquel le Tronti tardif est sans doute moins connu. Dans son texte, Mario Tronti part de Freiheit und Schicksal2 du jeune Hegel afin de mener une « réflexion sur son destin » (p. 62). La question qu’il pose est donc celle-ci : si mon destin est celui de mon camp politique, le mouvement ouvrier, en quoi l’exercice de ma liberté réside-t-il dans cette appartenance ? Tronti justifie d’ailleurs sa focale mise sur le moyen terme, voire le court terme, par cette appartenance au mouvement ouvrier – doublée d’une liberté teintée de réalisme. Le réalisme de Tronti peut, par moment, faire penser à un défaitisme.

  • 3 Mario Tronti, Il demone della politica. Antologia di scritti (1958-2015), Bologne, Il Mulino, 2018.

3C’est à ce défaitisme, à cette plongée de Tronti dans le camp des vainqueurs, que répond Antonio Negri dans le deuxième texte formant l’ossature de cet ouvrage – « L’autonomie du politique de Mario Tronti ». Selon Toni Negri, il y aurait une « discontinuité profonde entre le Tronti d’Ouvriers et capital, d’une part, et le Tronti de “l’autonomie du politique” » (p. 102). On peut d’ailleurs noter qu’en s’appuyant sur le célèbre texte de Tronti Il demone della politica3, Negri permet au lecteur non familier de la trajectoire politique du philosophe opéraïste devenu parlementaire de mieux saisir cette « discontinuité ». En effet, alors que le texte de Tronti emprunte des chemins tortueux qui limitent la clarté de sa démonstration, le texte de Negri s’intéresse à l’évolution de la pensée de Tronti concernant la lutte des classes. Il met ainsi au jour le fait que, chez Tronti, la classe ouvrière ne peut pas gagner définitivement, que ses victoires ne restent que partielles, et qu’elle demeure « dans tous les cas dominée » (p. 105). Le retournement de Tronti s’expliquerait donc surtout par le fait qu’il se concentre sur les moments où la classe ouvrière investit la politique afin de renverser momentanément le processus de la domination capitaliste. La fameuse autonomie du politique de Tronti, telle qu’elle s’est développée dans les années 1970, repose donc – comme l’explique Negri – sur le fait que « [l]a classe doit se faire État » (p. 107). Cette séquence de l’autonomie du politique, dans la pensée trontienne, se termine vers la fin des années 1990, pour laisser la place à une sorte de politique métaphysique – fruit des défaites du mouvement ouvrier. Guère étonnant donc, que pour un (post ?)opéraïste tel que Negri, le député Tronti apparaisse comme un liquidateur de toute la tradition communiste à laquelle il se référait plus jeune.

  • 4 Etienne Balibar, « Un point d’hérésie du marxisme occidental : Althusser et Tronti lecteurs du Capi (...)

4Plus étonnante, mais également plus intéressante, dans un ouvrage de ce type, est la contribution d’Étienne Balibar. Ce dernier s’intéresse notamment à la composition de classe du capital – thème cher aux opéraïstes – ainsi qu’à l’idée d’une « disparition de la politique dans le monde contemporain » (p. 124). Dans un précédent texte sur Tronti et Althusser, Balibar insistait déjà sur l’importance, selon la conjoncture des années 1960, de la composition politique – et non seulement économique – du capital dans la pensée trontienne : « Pour le capital, “organiser” (voire planifier) la production, c’est démanteler ou neutraliser en permanence les organisations de classe de la classe ouvrière, de même que pour la classe ouvrière organiser sa propre lutte (et donc sa consistance politique comme classe), c’est “saboter” le plan du capital ou le rendre inopérant »4. Cette idée est développée notamment dans Ouvriers et capital. Balibar lie la réflexion de Tronti et des opéraïstes sur cette composition politique du capital à son tournant plus tardif, percevant une éventuelle responsabilité de la classe ouvrière et de ses organisation dans leurs défaites – par leur refus de lutter pour la prise du pouvoir d’État. Selon Balibar, le pessimisme trontien (on pourrait même parler plutôt de défaitisme) et l’idée d’une disparition de la politique reposent notamment sur le passage de la centralité de la classe ouvrière à la centralité du mouvement ouvrier – ce qui revient à « faire non seulement de l’organisation mais de l’institution une condition de la politique » (p. 137). Balibar ouvre, dans son intervention, la voie à des débats et discussions stratégiques essentielles dont nous sommes contraints de faire l’économie ici.

5Enfin, le dernier texte est une réponse de Tronti aux éléments soulevés par Negri et Balibar. Tronti y réaffirme son appartenance au camp de la classe ouvrière. Il revient sur ses différences de trajectoire avec Negri – au moment de la revue Contropiano, notamment – mais surtout sur sa compréhension de la politique et du « pouvoir » que les opéraïstes n’ont fait que « chatouiller », selon son propre mot. Tronti passe ainsi en revue les grandes thèses de divers courants opéraïstes et les réfute une par une. Si l’on peut rester dubitatif face aux divers arguments que mobilise Tronti, ceux-ci permettent tout de même de comprendre en quoi il peut être qualifié de « révolutionnaire conservateur ».

6Cet ouvrage s’inscrit donc dans la découverte française – amorcée depuis quelques années – de la tradition opéraïste, de ses débats, de ses évolutions et de ses divers courants. Il est toutefois à noter que toute une frange de ce mouvement politique (dont l’impact théorique a été primordial) reste inconnue du public français. Si Negri et Tronti sont sans doute les deux figures les plus connues dans l’espace francophone, on ne peut que regretter qu’un contributeur aussi important que Romano Alquati, par exemple, reste si méconnu.

Haut de page

Notes

1 Mario Tronti, Ouvriers et capital, Genève, Éditions Entremonde, 2016.

2 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Schriften und Entwürfe (1799-1808), Hambourg, Felix Meiner Verlag, 1990, p. 16-18.

3 Mario Tronti, Il demone della politica. Antologia di scritti (1958-2015), Bologne, Il Mulino, 2018.

4 Etienne Balibar, « Un point d’hérésie du marxisme occidental : Althusser et Tronti lecteurs du Capital », Revue Période, 4 juillet 2016, en ligne : http://revueperiode.net/un-point-dheresie-du-marxisme-occidental-althusser-et-tronti-lecteurs-du-capital/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Selim Nadi, « Étienne Balibar, Toni Negri et Mario Tronti, Le démon de la politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 mai 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56460 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56460

Haut de page

Rédacteur

Selim Nadi

Docteur en histoire de l’Institut d’études politiques de Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search