Navigation – Plan du site

AccueilLireLes notes critiques2022Un acte peut-il être désintéressé ?

Un acte peut-il être désintéressé ?

À propos de : Pierre Bourdieu, L’intérêt au désintéressement. Cours au collège de France 1987-1989, Paris, Raisons d'agir, Seuil, coll. « Cours et travaux », 2022.
Jean Zaganiaris
L'intérêt au désintéressement
Pierre Bourdieu, L'intérêt au désintéressement. Cours au Collège de France (1987-1989), Paris, Raisons d'agir, Seuil, coll. « Cours et travaux », 2022, 305 p., édition établie par Julien Duval, ISBN : 9782021432718.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la place de l’État dans les travaux de Bourdieu, voir, entre autres, Bourdieu Pierre, La nobles (...)

1L’ouvrage paru sous le titre L’intérêt au désintéressement s’inscrit dans une série de cours sur l’État donnés par Pierre Bourdieu au Collège de France. Conjointement à l’étude des conditions sociales qui ont rendu possible l’État, Pierre Bourdieu s’est interrogé également dans plusieurs de ses ouvrages sur les modes d’action spécifiques de l’État et la diversité des agents qui le constituent1. Ces cours portent sur la façon d’aborder sociologiquement « le problème du droit » au sein de l’État et, plus précisément, sur ce qui fonde « le droit de dire le droit » au sein du champ juridique (p. 10). Néanmoins, et c’est là tout l’intérêt de la publication de ces cours, il ne s’agit pas de présenter devant le public du Collège de France un travail de recherche effectué au préalable et prêt à être publié sous forme d’essai mais plutôt de rendre compte à l’oral d’une démarche intellectuelle procédant par détours et bifurcations.

  • 2 Bourdieu Pierre, Manet, une révolution symbolique, Paris, Points essai, 2016 [2013].

2Ces cours dispensés au Collège de France évoquent un certain nombre d’hypothèses de recherche et d’analyse, une réflexion méthodologique forgée à partir de la confrontation régulière à différents terrains à partir de concepts sociologiques tels que celui de champ ou d’habitus. La retranscription des enregistrements restitue aussi les questions posées à Pierre Bourdieu lors des cours ainsi que les réponses de ce dernier. Si le fil conducteur de l’ouvrage est bien le désintéressement, lié à la question du droit élaboré par les juristes et à leurs liens socio-historiques à l’État, d’autres points surgissent également dans la réflexion : le rapport de Bourdieu à la philosophie et l’ancrage de son travail sur l’État avec d’autres terrains de recherche, notamment le champ artistique2. Notre présentation de l’ouvrage porte sur trois points : la structuration interne des cours, la démarche méthodologique de Bourdieu et le rapport ambivalent du sociologue à la philosophie.

On ne nait pas désintéressé, on le devient

  • 3 Sur la notion de rupture chez Bourdieu, voir Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude, Passeron Jea (...)

3Le premier cours retranscrit dans l’ouvrage commence par rappeler les grands principes du champ juridique, entendu comme un univers social concurrentiel où chacun des participants possède des intérêts qui lui sont propres. En effet, chaque champ est constitué d’enjeux de lutte, de rapports de force, d’espaces de positions antagonistes. Appartenir à un champ suppose d’être façonné par ses modes de fonctionnements et ses structures. L’agent qui fait partie d’un champ ne peut être indifférent aux enjeux de ce champ : « Un signe de l’appartenance [au champ] est le fait d’avoir des intérêts dans le jeu » (p. 18). Toutefois, est-ce que ce sont uniquement ces intérêts, et la rationalité des acteurs qui peut leur être intrinsèquement rattachée, qui seraient susceptibles d’expliquer les ressorts de l’action ? Pierre Bourdieu rompt avec ce type de posture et montre que l’absence d’indifférence aux enjeux du champ ne s’explique pas forcément par la présence d’intérêt chez les agents3.

  • 4 Sur le courant utilitariste, voir Cova Florian, Jacquet François, « Qu’est-ce que l’utilitarisme ?  (...)
  • 5 Lors du cours, Bourdieu fait référence au livre d’Albert Hirschman, Les passions et les intérêts, P (...)
  • 6 Kant Emmanuel, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Delagrave, 1971, traduction de Delbo (...)

4Le mot « intérêt » ne doit d’ailleurs pas être exclusivement défini à partir du sens que lui donne les utilitaristes4, c’est-à-dire comme maximisation du profit, mais doit être objectivé à travers la polysémie qui le caractérise. L’intérêt signifie aussi le fait de s’investir dans le jeu, d’être passionné par le jeu. Une étude des pratiques ou des positions au sein du champ peut montrer que l’investissement est constitué à la fois par des intérêts et par des formes de désintéressement5, que l’on trouve dans les discours ayant pour objet de définir le bien public ou l’intérêt général. Pierre Bourdieu s’appuie sur les écrits du chancelier d’Aguesseau, un magistrat du XVIIe siècle, ayant été l’un des premiers à énoncer que le désintéressement devait être la norme constitutive du champ juridique. Le désintéressement n’est pas tant une vertu personnelle, au sens où l’entend Kant dans Fondements de la métaphysique des mœurs, dans lequel il opère la fameuse distinction en « impératif catégorique » et « impératif hypothétique »6, qu’une norme morale devant prévaloir de manière globale au sein de l’ordre des juristes. Pour d’Aguesseau, le désintéressement fait partie du don de soi à l’État, entendu au sens d’institution elle-même au service du bien public. À travers ce discours, Bourdieu montre de quelle façon cette notion de « bien public » est socialement construite comme norme de fonctionnement du champ : « On invente une réalité transcendante qui va être le fondement objectif d’un jugement concernant ce que l’on est » (p. 42). Les agents ne naissent pas désintéressés, ils le deviennent en entrant dans le champ et en occupant les positions qui sont les leurs.

  • 7 Le concept d’illusio est formulé de manière précise dans Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, (...)

5Dès lors, Pierre Bourdieu explique qu’il y a « un intérêt au désintéressement », notamment à travers le concept d’illusio7. Ce dernier renvoie à l’idée que le jeu vaut la chandelle pour ceux qui y participent. Être dans l’illusio, c’est être convaincu de la valeur du jeu et donc de s’y investir pleinement, y compris en étant prêt à mourir pour lui. Pierre Bourdieu revient sur le sens de la formule « mourir pour la patrie ». Il s’agit à la fois d’une pratique sociale désintéressée, puisqu’elle amène à faire don de sa vie, et d’un intérêt se vivant sous la forme de la passion, de l’investissement inconditionnel et sacrificiel à l’égard d’une cause ou d’un but poursuivi ardemment. Le désintéressement est symbiotiquement lié à un amour du jeu qui se déroule au sein du champ, et chaque agent est prédisposé socialement à aimer le jeu auquel il participe. La démarche sociologique de Bourdieu s’emploie donc à chercher les conditions sociales qui rendent possible le désintéressement, notamment au niveau des récompenses symboliques attribuées à ceux qui font preuve de désintérêt. Le sociologue montre que la valorisation de l’amour-propre des personnes désintéressées permet de faire du désintéressement une valeur universelle, notamment parmi ceux qui servent l’État.

  • 8 Voir Bourdieu Pierre, interview avec Tsoukalas Konstantinas, mars 1995, en ligne : http://pierrebou (...)

6Des dispositions éthiques au désintéressement sont acquises à travers tout un ensemble de processus de socialisation (éducation familiale, fréquentation des juristes confirmés) mais aussi dans les univers sociaux où les attitudes désintéressées sont valorisées et récompensées : « Pour qu’un univers désintéressé fonctionne, il faut à la fois que le désintéressement soit récompensé et que les gens aient intérêt au désintéressement » (p. 101). Certains champs, tels que le champ artistique, fonctionnent d’ailleurs comme des espaces inversés8, c’est-à-dire comme des espaces sociaux atypiques où les valeurs qui sont généralement valorisées dans la plupart des autres champs deviennent ici dévalorisées et vice versa : « La vertu du désintéressement permet de renverser les situations. Dans le monde normal, la valeur d’un homme se mesure à son salaire. Les valeurs de désintéressement permettent de renverser ces hiérarchies, de transformer le destin en choix et de faire de pauvreté vertu » (p. 120). Ce renversement des valeurs et le rapport complexe que les agents peuvent avoir à l’égard du désintéressement montrent que les prédispositions sociales dont parle Bourdieu sont loin d’être des déterminismes sociaux figés fonctionnant de manière identique dans tous les champs.

  • 9 Dans les Méditations pascaliennes, Bourdieu insiste pleinement sur ce point : « Le concept d’habitu (...)
  • 10 C’est en ce sens qu’Howard Becker reproche à Bourdieu de réduire les pratiques sociales du champ à (...)

7Bourdieu rappelle d’ailleurs que son travail ne se situe pas dans la « sociologie des intérêts » et il prend ses distances avec « la philosophie du calcul rationnel, de l’agent rationnel comme calculateur » (p. 92). La sociologie vise à saisir la logique pratique des comportements, en acceptant que les gens puissent ignorer les déterminants et les intérêts susceptibles de rendre compte de l’action9. En comparant l’histoire des univers sociaux du droit en France et aux États-Unis, Bourdieu montre que le désintéressement ne s’établit pas en dehors des enjeux de lutte du champ, notamment au niveau de sa morphologie intrinsèque et des sanctions attribuées à ceux qui n’en respecteraient pas les règles10.

8Bourdieu se demande s’il peut y avoir des individus situés dans des positions transcendantes aux conflits qui structurent le champ. En s’appuyant sur les textes de Hegel mais aussi de Durkheim, il observe en effet qu’il existe certains discours prétendant à l’existence de fonctionnaires qui se situent au-delà des intérêts partisans : « Le rapport d’une commission sera considéré comme une sorte de discours universel faisant le point, par exemple, sur le problème du logement ou sur le problème de l’immigration. C’est ce qui se passe dans une commission des Sages (le mot est intéressant) : les membres de ce type de comités sont universalisés par cette tâche » (p. 135). Bourdieu montre que le désintéressement cache bien souvent des intérêts particuliers, notamment liés aux rapports de force qui structurent le champ. Et c’est à ce niveau que l’illusio fonctionne parfaitement. Les membres des commissions sont pleinement investis dans le jeu de l’intérêt général et produisent des recommandations normatives en vue du bien commun, quand bien même ces dernières ne sont pas dissociées socialement des positions et des habitus de ceux qui les professent de manière désintéressée.

9Cela ne signifie pas que le désintéressement ne serait qu’une idéologie, une mystification, dont les sciences sociales devraient se défaire, mais plutôt qu’il n’existe pas ex nihilo, qu’il n’apparait pas « comme par magie » dans le monde social. Le désintéressement existe socialement, dans des processus complexes dont le sociologue doit rendre compte à travers un travail de terrain empirique. Le désintérêt est notamment obtenu de la part des individus qui ont une dette matérielle ou symbolique vis-à-vis de l’institution : « Le fonctionnaire idéal, c’est le petit bourgeois qui doit tout à l’État. C’est ce que j’appelle “l’oblat”, qui, selon un autre grand principe des organisations, donne tout à l’État, à l’Église ou au Parti car il doit tout à l’État, à l’Église ou au Parti » (p. 157, voir aussi p. 218-222). La question ne serait pas tant de savoir si une action désintéressée est possible ou non, et discuter abstraitement avec Kant des différentes formulations de l’impératif catégorique, mais plutôt de comprendre quelles conditions ont rendu possible l’existence de ces champs sociaux où les agents doivent se comporter de manière désintéressée.

  • 11 Sur le care, voir Molinier Pascale, Laugier Sandra, Paperman Patricia, Qu’est-ce que le care ? Souc (...)
  • 12 Sur le rapport entre la pensée de Bourdieu et le care, voir Shotton Lynette H,. « From care to cari (...)
  • 13 Lemoine Simon, Aux limites de la résistance, Paris, Éditions du Croquant, 2022, p. 16-28.

10De ce point de vue, l’intérêt au désintéressement dont parle Pierre Bourdieu peut interroger les pratiques sociales étudiées par le care11, notamment ces formes de désintérêt dans le souci des autres12. Pourquoi des agents sociaux décident-ils d’entamer des carrières dans le monde des soins et d’agir de manière désintéressée à l’égard des patients ? Pourquoi éprouvent-ils certaines formes de sollicitude à l’égard du monde ? L’intérêt au désintéressement mérite également d’être confronté à la morphologie du sujet dévoué explorée récemment par Simon Lemoine qui explique que le dévouement au travail serait utilisé aujourd’hui par certains employeurs comme un dispositif d’assujettissement. Dans les espaces sociaux où des formes de dévotion telles que l’empathie à l’égard des autres ou bien le fait de ne pas compter ses heures de travail sont indispensables pour mener à bien ses tâches professionnelles, exiger le désintéressement des salariés ne relèverait pas tant de l’intérêt général que de pratiques disciplinaires mises en œuvre par des dirigeants cyniques13.

Le discours sur la méthode de Bourdieu

  • 14 Une illustration de la lecture interne des textes pourrait être l’approche herméneutique de Paul Ri (...)

11L’un des premiers principes méthodologiques abordés par Bourdieu pour saisir la logique de l’action au sein du champ est d’aller par-delà certaines oppositions duales, notamment celle qui consiste à se demander s’il faut privilégier une lecture interne ou une lecture externe. La lecture interne consiste à prendre des textes juridiques, tels que les lois par exemple, pour eux-mêmes et à révéler le sens latent ou manifeste qu’ils sont supposés contenir. La lecture externe consiste à voir ces textes juridiques comme étant le reflet des institutions ou d’autres phénomènes sociaux, tels que la lutte des classes14. Pierre Bourdieu présente ces deux façons de lire en refusant de privilégier l’une plutôt que l’autre ou en conciliant les deux : « Il s’agit de dépasser cette opposition, non pas d’une manière syncrétique en disant que les deux camps ont tous les deux raisons, comme dans les dissertations de philosophie, où la dernière partie propose une espèce de synthèse un peu molle [petits rires dans la salle], mais en trouvant un moyen d’échapper à l’alternative » (p. 16-17). La lecture interne et la lecture externe font abstraction de l’espace social où les textes sont produits, discutés et commentés de manière parfois conflictuelle. Or, c’est cet univers là qu’il s’agit de restituer avant tout pour saisir cette pratique sociale qui consiste à lire un texte produit au sein d’un espace social bien précis et à lui construire une signification.

  • 15 Bourdieu Pierre, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.
  • 16 Sur le rapport théorique et pratique au monde social de Pierre Bourdieu, voir Zaganiaris Jean, « Po (...)
  • 17 Voir par exemple Boltanski Luc, L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie (...)
  • 18 C’est d’ailleurs également sur ce point que Bourdieu montre, dans les cours, une certaine prise de (...)
  • 19 L’anthropocentrisme intellectualiste signifie que le chercheur est incapable de saisir le monde soc (...)
  • 20 Cela ne présuppose pas chez Bourdieu qu’ils le saisiraient correctement.
  • 21 C’est ce qu’a très bien saisi Laïla Aghil dans son travail sociologique sur les femmes toxicomanes (...)

12D’autres dépassements des oppositions binaires sont évoqués par Bourdieu, notamment entre individualisme et holisme (p. 115) ou entre ce qui est inné et ce qui est acquis chez les agents (p. 209). En effet, il ne s’agit ni de savoir si c’est l’individu qui doit primer sur la société ou la société sur l’individu, ni de se demander si les agents possèderaient des attributs ontologiques, comme d’être naturellement bon ou pas, mais plutôt de saisir de quelle façon les habitus, ces prédispositions sociales acquises à travers les socialisations primaires et secondaires, sont activés au sein du champ étudié par le sociologue. Le point méthodologique mis en avant par Pierre Bourdieu dans ces cours s’inscrit pleinement dans ce qui est énoncé au sein de son ouvrage Le sens pratique15 : le chercheur doit construire son objet et analyser les données recueillies sur le terrain à partir d’une perspective qui soit à la fois théorique et pratique16. Il faut avoir un rapport à la théorie, tant au niveau des lectures effectuées dans son domaine de recherche que dans le souci de créer des concepts sociologiques pour comprendre la nature de pratiques sociales que les enquêtés, contrairement à ce que pense la sociologie pragmatique sur ce point17, sont incapables de saisir eux-mêmes analytiquement18. Mais il est nécessaire d’avoir un rapport pratique à ses enquêtés pour arriver à saisir le monde social tel qu’ils le perçoivent et non pas tel que l’imaginerait le chercheur victime d’un certain anthropocentrisme intellectualiste19. Dans les cours, Pierre Bourdieu invite à maintes reprises à s’affranchir d’une simple catégorisation du monde social forgé à partir de sa propre façon de le percevoir, et de faire l’effort d’en restituer la complexité, en saisissant également la façon dont les enquêtés le perçoivent eux-mêmes20 : « La difficulté à penser la pratique réside dans le fait qu’il faut aller en-deçà de ces catégories de perception du monde social » (p. 49). Le chercheur doit être capable de saisir les logiques de l’action sans les réduire à des simples catégories de pensée produites par sa subjectivité et présentées comme objectives21.

13Bourdieu le dit très justement, lors de l’une des séances de cours que faire de la recherche consiste à résister à tout un ensemble de tentations spontanéistes : « D’ailleurs, l’une des tentations à laquelle le sociologue doit résister est la tentative d’obtenir des profits de dénigrement pour des progrès scientifiques » (p 227). Certes, il y a un profit symbolique à dénigrer tel ou tel intellectuel reconnu car on ne partage pas ses idées, ou bien à faire des reproches à quelqu’un qui manquerait de vertu. Toutefois, ce type d’attitude nihiliste – et ce n’est pas un hasard de voir une référence à Nietzsche quelques paragraphes au-dessus de la citation que nous venons d’énoncer – ne produit rien du point de vue heuristique. Elle se contente de détruire, de remettre en cause, de critiquer sans rien avancer de constructif pour comprendre le monde social. Or, les cours de Pierre Bourdieu consistent à la fois à déconstruire ce que l’on admet sur le mode de l’allant de soi et à produire des concepts sociologiques capables de rendre compte, d’un point de vue théorique et pratique, de la complexité des pratiques.

Un rapport ambivalent à la philosophie

  • 22 Sur le rapport de Bourdieu à la philosophie, voir Pinto Louis, Pierre Bourdieu et la théorie du mon (...)
  • 23 Des critiques plus explicites sont adressées par Bourdieu à Foucault dans Méditations pascaliennes, (...)

14Toutefois, est-ce que Bourdieu résiste lui-même à la tentation de faire des profits scientifiques à partir du dénigrement ? Dans ses cours, nous avons relevé un certain nombre de critiques adressées aux philosophes ainsi qu’à la discipline philosophique22. Par exemple, Bourdieu reproche à Habermas sa posture universaliste ou déshistoricisée (p. 120-124) et citerait peut-être implicitement Foucault comme un partisan de la lecture interne des textes (p. 33) ou bien comme émettant des « professions de foi » obscures (p. 273)23. Lors d’une référence à Kant se demandant si « une action morale a […] jamais existé ? » (p. 214), Pierre Bourdieu en profite pour critiquer d’une manière essentialiste les qui posent toujours les questions de manière individualiste et normative pour leur opposer le questionnement sociologique qui prendrait en compte les structures sociales et qui serait plus « réaliste », au sens où il collerait davantage à la réalité.

  • 24 Nathalie Heinich a très bien montré ce point. Voir : Heinich Nathalie, Pourquoi Bourdieu, Paris, Ga (...)
  • 25 Sur les concepts et la démarche de la sociologie pragmatique, voir Barthe Yannick et al., « Sociolo (...)
  • 26 Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimar (...)
  • 27 Sur les convergences possibles entre la sociologie de Bourdieu et la sociologie pragmatique, voir J (...)

15Toutefois, le rapport de Bourdieu à la philosophie reste ambivalent24. Les cours publiés dans cet ouvrage montrent que les textes philosophiques sont fortement mobilisés par Bourdieu dans son travail sociologique : « Cela renforcerait ma prétention à traiter un certain nombre de philosophes plutôt comme des documents que comme des thèses » (p. 146, voir aussi p. 205). Ce rapport très particulier de Bourdieu aux textes philosophiques ne va pas sans rappeler de manière analogique la démarche de la sociologie pragmatique25, et plus particulièrement les grammaires élaborées par Luc Boltanski et Laurent Thévenot dans De la justification26. Ces derniers ont utilisé un ensemble de textes philosophiques pour analyser des pratiques sociales contemporaines, notamment au niveau du sens de la justice et de la réflexivité développés par certains acteurs en situation. La lecture de ces cours sur l’intérêt au désintéressement amène à penser qu’il ne faudrait plus se contenter d’aborder les rapports entre la sociologie de Pierre Bourdieu et la sociologie pragmatique en termes d’antinomie, mais également à travers leurs points de convergence27. Sans aller jusqu’à dire qu’il y aurait des grammaires avant la lettre dans la sociologie de Bourdieu, force est de constater certains airs de famille entre son approche des textes et celle que l’on peut retrouver chez Boltanski.

16Dans les cours, Bourdieu mobilise certains textes pour penser la façon dont l’État est représenté chez les philosophes et les sociologues : « J’avais dans cette logique examiné deux choses, d’abord un certain nombre de grandes théories de l’État (celles de Hegel, de Marx, de Durkheim) […] J’avais examiné ces théories en les considérant comme des documents anthropologiques beaucoup plus que comme des constructions philosophiques, sans ignorer évidement le rôle de la construction proprement philosophique » (p. 205-206). Pierre Bourdieu n’ira pas jusqu’à dire explicitement que l’usage de la philosophie peut s’avérer être heuristique au sein de la sociologie. Toutefois, il y a une mobilisation de la philosophie dans son travail sociologique pour expliquer le fonctionnement des pratiques sociales qui doit être prise en compte pour saisir sa démarche.

  • 28 Pascal, Pensées, Paris, Folio, 2004, édition de Michel Le Guern, p. 78-79.
  • 29 Le conatus est la puissance d’exister, de résister et d’agir ; voir proposition 6 et démonstration (...)
  • 30 Bourdieu Pierre, Contre-feux, Paris, Liber-Raison d’agir, 1998, p. 34. La technocratie, entendue co (...)

17Hegel est mobilisé pour rendre compte de la neutralité de l’État et de son rapport à l’universel, et rapproché par moment des idées de D’Aguesseau sur le désintérêt (p. 137). Des références à Pascal sont également présentes, que cela soit pour montrer l’importance de la croyance au sein du jeu (p. 119) ou bien pour restituer l’importance du symbolique dans les pratiques sociales : « Le mot “représentation” se comprend dans ses différents sens et notamment dans son sens théâtral, et la vision désenchantée qui, avec Pascal par exemple, dit que l’hermine et la toge, c’est du théâtre » (p. 173)28. Les philosophes sont utilisés en vue d’aider à comprendre les pratiques sociales au sein du champ juridique. L’un des usages les plus pertinents que l’on trouve dans ces cours est celui de la pensée de Spinoza. Bourdieu se sert du conatus de Spinoza, c’est-à-dire de l’effort pour persévérer dans son être29, afin d’expliquer de quelle façon la bureaucratie d’État essaie de faire coïncider ses intérêts particuliers avec l’intérêt général. Il y aurait un conatus bureaucratique qui consiste à persévérer dans son être en faisant persévérer la bureaucratie au sein de situations où des phénomènes extérieurs, notamment ce que Bourdieu nomme « la vision néo-libérale des technocrates »30, souhaiteraient entraver sa puissance d’agir : « Je travaille en ce moment sur les luttes qui ont entouré les réformes intervenues dans les années 1975 en matière de logement en France […] Cette étude montre que l’on ne peut comprendre ces luttes, leur issue et les formes qu’elles ont revêtues, si l’on ne fait pas l’hypothèse que, par-delà des intérêts plus évidents, les fonctionnaires jouent dans certains cas un intérêt vital, celui qui consiste, pour dire les choses un peu bêtement, à perpétuer leur service : si telle forme d’aide est supprimée, le service qui l’aménage va disparaître » (p. 157-158, voir aussi p. 170).

  • 31 Sur le concept et les pratiques de gouvernance, voir Pierre Jon, Peters Guy B., Governance, politic (...)
  • 32 Cela dit, Bourdieu insiste sur la dimension socialement construite et arbitraire de la frontière en (...)

18Bourdieu ajoute que ce conatus bureaucratique s’applique à d’autres acteurs de l’État, notamment les enseignants de telle ou telle discipline menacée de disparition ou de marginalisation, et qui dès lors vont réagir en corporation pour défendre leur survie. Si les propos de Bourdieu restent d’une grande actualité pour penser empiriquement les logiques contemporaines de la gouvernance, notamment du point de vue des partenariats entre le public et le privé31, ils ne prennent en compte ni certaines formes de domination que des fonctionnaires peuvent exercer sur les gens qui ne font pas partie de leur ordre, notamment les contractuels et autres non titulaires œuvrant au sein des services publics32, ni les formes de conatus non bureaucratiques, c’est-à-dire les pratiques des non-fonctionnaires qui luttent eux aussi pour leur survie au sein du secteur public.

19Spinoza est également utilisé à partir de son concept d’obsequium pour penser la façon dont les agents évoluant au sein du champ en respectent les principes de fonctionnement. L’obsequium signifie stricto sensus la soumission et implique le respect de choses souvent insignifiantes au sein de l’espace social où évoluent les agents : « Le respect des anciens, le respect des dominants dans le champ ou le respect des formes de politesse […]est extrêmement important. Les corps en effet tiennent par la politesse et la politesse est politique […] Les petits actes de politesse quotidienne sont des actes de reconnaissance des fondements mêmes de l’ordre, du corps. Cette soumission permanente, qui est demandée à travers des rituels apparemment insignifiants (les rites inauguraux, les cérémonies, les postures, les vêtements, etc.) et qui n’a l’air de rien, est d’autant plus importante que, précisément, elle demande de s’incliner pour rien, c’est-à-dire pour des riens » (p. 104). C’est à partir d’un philosophe ayant montré que déterminisme et liberté ne sont pas forcément antinomiques que Bourdieu évoque les pratiques arbitraires de domination auxquelles les agents du champ sont socialement prédisposés à se soumettre. Car l’obsequium signifie autant soumission à la règle que transgression réglée de la règle (p. 250). L’un des enjeux du champ est d’être assez maître de la règle du jeu pour être capable de tirer le jeu à son avantage. C’est ce que fait Manet, par exemple, au sein du champ artistique, en parvenant à imposer un tableau tel que Le déjeuner sur l’herbe au sein de l’espace social où il évolue.

20L’apport des cours de Bourdieu sur l’intérêt au désintéressement se situe à plusieurs niveaux. Tout d’abord, il invite le chercheur à remettre en cause la naturalisation des phénomènes sociaux et à se pencher sur les conditions sociales qui ont rendu ces derniers possibles. C’est parce qu’il y a des rétributions matérielles et/ou symboliques que des formes de désintéressement sont susceptibles d’exister au sein du champ juridique. Ensuite, ces cours montrent la systématisation d’une pensée qui se construit en avançant et qui n’hésite pas à jouer le jeu des questions-réponses avec le public du Collège de France. Enfin, l’ouvrage offre des pistes heuristiques de recherche et de stimulants outils intellectuels pour penser les logiques de l’action au sein de nos sociétés contemporaines, en invitant à aller au-delà de ce que Bourdieu pense et situe dans le contexte qui est le sien.

Haut de page

Notes

1 Sur la place de l’État dans les travaux de Bourdieu, voir, entre autres, Bourdieu Pierre, La noblesse d’État, Paris, Minuit, 1989 ; Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000 ainsi que Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012.

2 Bourdieu Pierre, Manet, une révolution symbolique, Paris, Points essai, 2016 [2013].

3 Sur la notion de rupture chez Bourdieu, voir Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude, Passeron Jean-Claude, Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1983 [1968], p. 27-49.

4 Sur le courant utilitariste, voir Cova Florian, Jacquet François, « Qu’est-ce que l’utilitarisme ? », in Journet Nicolas (dir.), La Morale, Paris, Éditions Sciences humaines,2012, p. 76-84, disponible en ligne : https://www.cairn.info/la-morale--9782361060312.htm.

5 Lors du cours, Bourdieu fait référence au livre d’Albert Hirschman, Les passions et les intérêts, Paris, PUF, 1980, et précise qu’il veut dépasser l’opposition entre « passion » et « intérêt » (p. 57).

6 Kant Emmanuel, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Delagrave, 1971, traduction de Delbos Victor, p. 102-115 ; sur l’importance de la morale dans la pensée kantienne, Lequan Maé, La philosophie morale de Kant, Paris, Points Seuil, 2001.

7 Le concept d’illusio est formulé de manière précise dans Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Points Seuil, 2003, p. 25 : « L’implicite en ce cas, c’est ce qui est impliqué dans le fait d’être pris au jeu, c’est-à-dire dans l’illusio comme croyance fondamentale dans l’intérêt du jeu et la valeur des enjeux qui est inhérente à cette appartenance ». Voir aussi p. 146-147.

8 Voir Bourdieu Pierre, interview avec Tsoukalas Konstantinas, mars 1995, en ligne : http://pierrebourdieuunhommage.blogspot.com/2011/11/video-pierre-bourdieu-entretien-avec.html. Bourdieu parle du monde des arts comme d’un « champ inversé » : « Les écrivains, face à l’hétéronomie (le nomos qui nous vient du dehors) ont fait un travail énorme pour dire que ce qu’ils font n’est pas vendable, est invendable, et que c’est pas important ; la valeur d’un homme ne se mesure pas en monnaie et même si c’est vendable, c’est suspect… Ils ont retourné alors le monde artistique, le monde littéraire… Ce sont des mondes renversés, des mondes à l’envers où les lois ordinaires de la vie, du type plus tu es riche mieux c’est, ne s’appliquent pas… Ces lois ne s’appliquent pas au monde de l’art… Flaubert dit “La légion d’honneur déshonore” ; ce qui honore les autres déshonore les artistes ; ce qui ne les empêche pas d’accepter les légions d’honneur… ».

9 Dans les Méditations pascaliennes, Bourdieu insiste pleinement sur ce point : « Le concept d’habitus a pour fonction primordiale de rappeler fortement que nos actions ont plus souvent pour principe le sens pratique que le sens rationnel » (p. 94).

10 C’est en ce sens qu’Howard Becker reproche à Bourdieu de réduire les pratiques sociales du champ à leur dimension conflictuelle et lui oppose le concept de « monde » où les acteurs peuvent aussi être dans des logiques collaboratives : Becker Howard, Pessin Alain, « Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de l’Art, vol. 1, n° 8, 2006, p. 163-180.

11 Sur le care, voir Molinier Pascale, Laugier Sandra, Paperman Patricia, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot, 2009.

12 Sur le rapport entre la pensée de Bourdieu et le care, voir Shotton Lynette H,. « From care to caring. Using Bourdieu to explore care experienced students journeys into and through nurse education », Research in Post-Compulsory Education, vol. 26, n° 4, 2021, p. 442-460, disponible en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/13596748.2021.1980662.

13 Lemoine Simon, Aux limites de la résistance, Paris, Éditions du Croquant, 2022, p. 16-28.

14 Une illustration de la lecture interne des textes pourrait être l’approche herméneutique de Paul Ricœur ou de Hans Gadamer. Un exemple de lecture externe des textes cité par Bourdieu serait celle pratiquée par Lucien Goldman, notamment dans son ouvrage Pour une sociologie du roman (1964).

15 Bourdieu Pierre, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

16 Sur le rapport théorique et pratique au monde social de Pierre Bourdieu, voir Zaganiaris Jean, « Pour en finir avec “l’intellectualisme” : la question de la rupture avec l’épistémocentrisme herméneutique dans l’œuvre de Pierre Bourdieu », L’Homme et la société, n° 181, juillet-septembre 2011, p. 145-164.

17 Voir par exemple Boltanski Luc, L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990, p. 37-53, notamment p. 46 : « Dans l’ordre du social, la réalité que connaissent les acteurs et la réalité que dévoile le chercheur ne sont pas des mondes opaques l’un pour l’autre. Un grand nombre de théories sociales produites par des spécialistes peuvent être ainsi traitées comme des modèles de compétence des acteurs, au sens où ils ré-élaborent sous une forme systématique, prétendant à l’explicitation et à la cohérence, des constructions qui sous-tendent les arguments que les acteurs mettent en œuvre lorsqu’ils doivent rendre compte des situations dans lesquelles ils se trouvent, expliquer les motifs de leurs actions ou de celles des autres ».

18 C’est d’ailleurs également sur ce point que Bourdieu montre, dans les cours, une certaine prise de distance avec l’ethnométhodologie, dont il partage néanmoins le rapport à la pratique (p. 49-57).

19 L’anthropocentrisme intellectualiste signifie que le chercheur est incapable de saisir le monde social indépendamment de la subjectivité de ses modes de perceptions. Sur ce point, voir Bourdieu Pierre, Le sens pratique, op cit., p. 58 : « L’intellectualisme est inscrit dans le fait d’introduire dans l’objet le rapport intellectuel à l’objet, de substituer au rapport pratique à la pratique le rapport à l’objet qui est celui de l’observateur ».

20 Cela ne présuppose pas chez Bourdieu qu’ils le saisiraient correctement.

21 C’est ce qu’a très bien saisi Laïla Aghil dans son travail sociologique sur les femmes toxicomanes de Casablanca. Dans une optique proche du travail de Loïc Wacquant sur la boxe, elle a fait son terrain à la fois en saisissant le sens pratique des enquêtés et en l’analysant à partir du bagage théorique des sciences sociales ; sur ce point méthodologique, voir : Aghil Laïla, « “Go native armed” : travailler sur les femmes toxicomanes en tant qu’assistante sociale et sociologue », in Bouzidi Zhour, Mayaux Pierre-Louis, Zaganiaris Jean (dir.), Mais laissons parler les jeunes : le rapport aux enquêtés dans les travaux de jeunes chercheurs marocains, Casablanca, La Croisée des Chemins, 2022, p. 105-124.

22 Sur le rapport de Bourdieu à la philosophie, voir Pinto Louis, Pierre Bourdieu et la théorie du monde social, Paris, Seuil, 2002, p. 22-48.

23 Des critiques plus explicites sont adressées par Bourdieu à Foucault dans Méditations pascaliennes, op. cit., p. 120-121 et p. 154-155.

24 Nathalie Heinich a très bien montré ce point. Voir : Heinich Nathalie, Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 2007, p. 64-65 et p. 72-73.

25 Sur les concepts et la démarche de la sociologie pragmatique, voir Barthe Yannick et al., « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, n° 103,2013, p. 175-204.

26 Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991. Sur l’analogie pensée à travers les adéquations et les inadéquations existant entre les entités rapprochées, voir Corcuff Philippe, La société de verre, pour une éthique de la fragilité, Paris, Armand Colin, 2002, p. 139-141.

27 Sur les convergences possibles entre la sociologie de Bourdieu et la sociologie pragmatique, voir Jean Zaganiaris, « De la sociologie (critique et pragmatique) de la littérature à la posture de l’écrivain (et vice-versa) », dans Revue ¿ Interrogations ?, n° 27. 2019, en ligne : http://www.revue-interrogations.org/De-la-sociologie-critique-et (consulté le 22 avril 2022).

28 Pascal, Pensées, Paris, Folio, 2004, édition de Michel Le Guern, p. 78-79.

29 Le conatus est la puissance d’exister, de résister et d’agir ; voir proposition 6 et démonstration in Spinoza, L’Éthique III, Paris, Le livre de Poche, 2005, p. 205-206.

30 Bourdieu Pierre, Contre-feux, Paris, Liber-Raison d’agir, 1998, p. 34. La technocratie, entendue comme mode de gestion, s’opposerait à la bureaucratie de l’État qui vise l’intérêt général.

31 Sur le concept et les pratiques de gouvernance, voir Pierre Jon, Peters Guy B., Governance, politics and the State, New York, Palgrave Macmillan, 2000 ; Hermet Guy, Kazancigil Ali et Prud’homme Jean-François, La gouvernance. Un concept et ses applications, Paris, Karthala, 2005.

32 Cela dit, Bourdieu insiste sur la dimension socialement construite et arbitraire de la frontière entre celui qui a intégré l’ordre et celui qui n’en fait pas partie : « Le concours wébérien qui est évidement – plus ou moins – une mesure de compétence, est en même temps un rite de séparation par lequel on créé une barrière d’essence – ce qui renvoie à la noblesse qui se définit par une barrière de naissance et d’essence – entre le dernier reçu et le premier collé qui ne sont souvent séparés que par une différence technique d’un quart de point » (p. 321).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Un acte peut-il être désintéressé ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 24 mai 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56465

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search