Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Anthony Mangeon, L’Afrique au fut...

Anthony Mangeon, L’Afrique au futur. Le renversement des mondes

Thomas Michaud
L'Afrique au futur
Anthony Mangeon, L'Afrique au futur. Le renversement des mondes, Paris, Hermann, coll. « Fictions pensantes », 2022, 296 p., ISBN : 979-10-370-1501-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre s’intéresse aux fictions et aux rapports de prospective qui ont décrit le futur de l’Afrique depuis le XIXe siècle. L’ouvrage débute ainsi par une présentation de l’afrofuturisme, un courant contemporain consacré au futur de l’Afrique, produit essentiellement par des Africains, des Européens et des Américains, tantôt des prospectivistes, tantôt des auteurs de science-fiction, dont un grand nombre des œuvres se trouvent sur des sites Internet, des blogs ou des podcasts d’artistes. Le film de la franchise Marvel Black Panther est révélateur de cet engouement pour le sujet. Il puise toutefois ses racines dans un imaginaire de l’Afrique bien plus ancien dont les productions les plus marquantes sont étudiées en détail par Anthony Mangeon. Évoquant des œuvres parfois méconnues, et d’autres plus célèbres, l’auteur ne cherche pas à démontrer que certaines fictions seraient prophétiques, mais plutôt que les auteurs contemporains réactivent les imaginaires du passé.

2L’ouvrage décrit les relations entre deux pensées du futur qui se sont nourries l’une de l’autre depuis les années 1960 : la prospective, qui a l’ambition de détecter les éléments explicatifs de l’évolution d’une société afin d’élaborer des outils de prévision, et la science-fiction, cet imaginaire extrapolant sur le futur des technosciences depuis le XIXe siècle. Il souligne que l’Afrique a longtemps été conçue comme un espace hors de l’histoire et dénué de tout futur. Pourtant, ce gigantesque continent comptant un quart des terres émergées de la planète dispose aussi de deux cents millions d’hectares de terres arables (plus de la moitié de la surface cultivable inemployée dans le monde) qui en font un potentiel grenier de la planète. De même, il connait une très forte croissance démographique qui pourrait faire passer sa population de 230 millions de personnes en 1950 à 2,5 milliards en 2050.

3Dans ce contexte, différents courants de pensée envisagent le futur de l’Afrique. L’auteur distingue les « afro-optimistes », qui insistent sur le potentiel économique de l’Afrique, des « afro-pessimistes », qui soulignent les difficultés à éradiquer la pauvreté, la multiplication des désastres écologiques et les nombreux conflits. Il affirme qu’« un point de vue eurocentriste ou occidentalo-centré domine assurément, qui juge que l’Afrique doit, sous l’impact de la mondialisation, devenir le “nouveau lion” ou le prochain “géant” de l’économie mondiale en suivant pour son développement une voie déjà explorée par d’autres continents : l’Europe, l’Amérique, l’Asie » (p. 23). À l’inverse, Felwine Sarr, dans Afrotopia (2016), juge que l’Afrique doit suivre une autre voie autonome de développement, mettant par exemple l’accent sur des valeurs non matérielles plutôt qu’économiques. Anthony Mangeon distingue donc trois concepts pour décrire le futur de l’Afrique : « L’afrotopisme désignera […] un utopisme centré sur l’Afrique, l’afroprophétisme une eschatologie conférant à l’Afrique un rôle central dans le destin (religieux ou non) de l’humanité, et l’afrofuturisme signifiera l’exploration imaginaire d’un monde afrocentrique ou afrocentré, conscient des héritages coloniaux et raciaux et cherchant (ou non) à s’en départir via la projection dans d’autres mondes, d’autres temporalités et d’autres espaces-temps » (p. 24).

  • 1 L’officier et romancier colonial Émile Driant avait pour pseudonyme anagrammatique « capitaine Danr (...)

4Un des premiers romans de science-fiction consacrés à l’Afrique est Les Exilés de la terre (1888) de l’écrivain français Paschal Grousset, alias André Laurie. Anthony Mangeon étudie ensuite le roman d’Émile Driant1, L’invasion noire, qui décrit l’invasion future de l’Europe par les masses musulmanes de l’Afrique fanatisées par un sultan. Le dépeçage de l’Afrique au moment du traité de Berlin explique la révolte musulmane dans le futur. Un prophète parvient à déconstruire les arguments des colonisateurs sur l’infériorité des noirs et l’inégalité des races pour mobiliser un grand nombre de personnes. Driant, au seuil du XXe siècle, décrivait déjà le rôle de la rhétorique révolutionnaire dans le succès des mouvements islamistes. Quant à Jules Verne, il a popularisé dans L’invasion de la mer (1905) une vision alternative de l’avenir de l’Afrique, consistant à créer une mer intérieure au Sahara. Dans ce roman, la Société de la mer saharienne est créée pour réaliser ce projet, mais elle s’oppose aux Touaregs, qui y voient une menace pour leur commerce, et aux djihadistes, qui la perçoivent comme opposée aux lois de la nature.

5Certains essais de prospective soulignent aussi les migrations massives en provenance d’Afrique vers l’Europe. Par exemple, en 2018, le journaliste et universitaire américain Stephen Smith affirmait dans La Ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent, que d’ici 2050, l’Europe pourrait compter entre 150 et 200 millions d’Afro-Européens contre 9 millions aujourd’hui. Anthony Mangeon estime que ces projections sont loin d’être fantaisistes et s’intéresse aux représentations de la guerre des mondes dans la littérature et notamment dans L’invasion noire de Danritou dans Berge Meere und Giganten (Montagnes, mers et géants), un roman d’anticipation publié en 1924 par Alfred Döblin. Les deux auteurs décrivent les phénomènes migratoires en les reliant à l’impérialisme européen : les vastes migrations des populations du Sud vers le Nord visent ainsi à compenser la chute de la natalité sur le vieux continent. Plus récemment, Christopher Priest, dans Fugue For a Darkening Island (1972) décrit le débarquement des Afrims (Africains immigrés) sur les côtes anglaises et la guerre civile qui en découle. En 1973, Jean Raspail publiait Le Camp des Saints, un roman décrivant l’arrivée de millions d’immigrés en Europe à la façon d’un raz-de-marée. Il est aujourd’hui devenu l’un des auteurs phares des extrêmes droites française, américaine et allemande, qui ont vu dans son récit une véritable prophétie. De nombreux autres romans analysés en détail décrivent la crainte des auteurs de voir arriver en Europe des millions d’Africains, menés par des leaders islamisés et risquant de saper les soi-disant fondements politiques et moraux de l’Union européenne. Comme on peut le voir, ces ouvrages s’appuient sur des thèses nationalistes et racialistes et reproduisent des stéréotypes coloniaux. À l’inverse, la conception d’Angela Merkel selon laquelle cette immigration serait une chance se retrouve dans le roman Die Hungrigen und die Satten (2018) de Timur Vermes. Dans ce dernier, un homme politique relaie cette opinion, mais doit faire face à une vague de xénophobie dans les grandes villes d’Allemagne. Il est finalement assassiné et le roman décrit un holocauste en réponse à la vague migratoire.

6D’autres fictions inversent le rapport de force. Anthony Mangeon donne comme sous-titre à son livre « le renversement des mondes » pour mettre en lumière ces œuvres qui décrivent une Afrique du futur devenue prospère et devant faire face à des vagues d’immigration venues d’Europe. C’est le cas du film réalisé par le Béninois Sylvestre Amoussou Africa Paradis (2006). L’action se situe en 2033 aux États-Unis d’Afrique et décrit les luttes politiques entre les adeptes de l’exclusion des Européens au nom d’un ordre panafricaniste dont le mot d’ordre est « L’Afrique aux Africains », et les intégrationnistes, favorables à une meilleure insertion de ces populations. L’auteur note une « cinglante ironie » (p. 163) de ce type de récit, dans la mesure où des Européens se retrouvent dans la situation qui était réservée auparavant aux migrants africains.

7Anthony Mangeon rappelle par la suite les origines et principes de la prospective en indiquant que la discipline a été créée par Gaston Berger, un philosophe et haut fonctionnaire français d’origine africaine. Les études du futur ont aussi été développées à la Rand Corporation, une institution américaine créée en 1948 pour conseiller l’armée, qui a par la suite élargi son action aux organisations internationales et aux entreprises privées. L’auteur explique que la fiction est utilisée par des prospectivistes pour rédiger leurs rapports, et que les auteurs de science-fiction s’inspirent aussi bien souvent de documents produits par des experts. L’auteur revient en fin d’ouvrage sur les fictions coloniales abordées au début (celles de Danrit, Zola, Verne ou Barrière) dans la mesure où « [elles manifestent] une attitude prospective que Paul Salkin remit à l’honneur, en 1926, dans son récit d’anticipation sur L’Afrique centrale dans cent ans » (p. 192). Ces textes demeurent influents sur les imaginaires de l’Afrique du futur et sur les discours des prospectivistes. Il s’intéresse aussi à des auteurs comme J. G. Ballard et John Brunner, appartenant à une « nouvelle vague » de la prospective africaine s’inscrivant notamment dans la lignée des travaux d’Alvin Toffler dans Le Choc du futur (1970). Ils ont su proposer des visions prospectives de l’Afrique particulièrement influentes, comme John Brunner, qui dans Tous à Zanzibar (1968) décrit un continent sous-développé, marqué par la surpopulation et dominé par les nations les plus développées et les multinationales. Le romancier français Yal Ayerdahl s’inscrit aussi dans ce courant et décrit par exemple dans Demain, une oasis (1992) un projet capable de « terraformer l’Afrique » (c’est-à-dire la rendre habitable par l’humain, à l’image d’autres planètes) en créant dans le désert une afrotopie sous la forme d’un réseau d’oasis autosuffisantes.

8Les auteurs de science-fiction et les prospectivistes ont élaboré des représentations du futur de l’Afrique multiples, dont nous pouvons regretter qu’Anthony Mangeon n’évalue pas l’impact sur la réalité économique et politique contemporaine. En effet, ces œuvres sont avant tout le reflet de pensées traversant les sociétés africaines, européennes et américaines, mais aussi des signes avant-gardistes, des signaux faibles de phénomènes qui pourraient effectivement toucher l’Afrique et le monde dans les prochaines décennies.

Haut de page

Notes

1 L’officier et romancier colonial Émile Driant avait pour pseudonyme anagrammatique « capitaine Danrit ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Anthony Mangeon, L’Afrique au futur. Le renversement des mondes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 mai 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56493

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search