Navigation – Plan du site

Yves Citton, Frédéric Lordon, Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l'économie des affects

Mathieu Quet
Spinoza et les sciences sociales
Yves Citton, Frédéric Lordon, Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l'économie des affects, Éditions Amsterdam, coll. « Caute ! », 2008, 281 p., EAN : 9782354800147.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notons que cette conception du travail intellectuel, comme entreprise de médiation, de confrontatio (...)

1Dans un contexte d'interdisciplinarité souvent invoquée, mais encore trop rarement mise en pratique, l'initiative d'Yves Citton et Frédéric Lordon mérite d'être saluée. L'ambition du livre qu'ils dirigent est de confronter la pensée de Spinoza à un certain nombre de théories de la société, et d'opérer une médiation entre le champ philosophique et celui des sciences sociales. Cette perspective de mise à l'épreuve transdisciplinaire des textes du philosophe fait osciller le questionnement entre réflexivité et pragmatisme. En quoi Spinoza constitue-t-il un recours pour les sciences sociales ? Dans quelle mesure permet-il de déplacer le regard des chercheurs, ou de produire de nouveaux questionnements ? Un point d'entrée essentiel de cet ouvrage (mais pas le seul) est ainsi une logique d'outillage intellectuel. Les différents contributeurs illustrent cette logique en expliquant les principaux concepts spinozistes (conatus, affect, etc.), tout en n'hésitant pas à piocher chez tel ou tel philosophe, sociologue ou économiste, en fonction de l'aspect qu'ils souhaitent rendre saillant. Néanmoins rigoureuse, cette tentative d'articuler des concepts issus de différents domaines se révèle très stimulante, en ce qu'elle procède d'un réel souci politique de donner de l'air aux sciences sociales et de proposer des analyses inédites du monde qui nous entoure1.

  • 2 Le livre contient des textes d'Yves Citton, Frédéric Lordon et André Orléan, Philippe Zarifian, Aur (...)

2Malgré l'hétérogénéité des contributions2, un résumé schématique permet de mettre en évidence la double fonction remplie par la pensée de Spinoza dans ce projet. A un premier niveau, relativement superficiel, le « détour » occasionné par cette rencontre avec Spinoza remplit une fonction de synthèse et de recomposition épistémique des sciences sociales. L'appel à Spinoza autorise en effet à regrouper des auteurs et des pensées relativement hétérogènes en les inscrivant dans une même filiation. On notera ainsi que le « naturalisme intégral » de Spinoza porte la trace -tout en les précédant chronologiquement- de travaux contestant la césure nature/culture, tels que ceux de Philippe Descola ou Bruno Latour (ce dernier n'étant pas mentionné cependant). Le « déterminisme intégral » de Spinoza et la négation du libre arbitre qu'il implique ne sont pas si éloignés quant à eux du discours de la sociologie holiste traditionnelle, de Durkheim à Bourdieu. Sa vision relationnelle du monde et des rapports humains préfigure aussi bien Tarde que l'école interactionniste. Difficile enfin de ne pas penser à Foucault lorsque les auteurs évoquent l'antihumanisme spinozien. Il semble donc qu'une première fonction de cette relecture de Spinoza soit « recombinante » : rassembler les pensées d'auteurs disparates dans le champ des sciences sociales, afin de les réinjecter sous une forme plus homogène. Les contributeurs se rejoignent au moins dans la critique de l'individualisme méthodologique, de l'idéologie du libre choix et de la rationalité, à l'aide de différents instruments conceptuels.

3Ce niveau synthétique a aussi son revers : le propos général est parfois desservi par le balancement entre mise à l'épreuve et promotion des concepts spinoziens dans un domaine qui leur est plutôt étranger. A plusieurs reprises, la fonction « recombinante » se fait fonction « étendard », rassemblant des sensibilités et des imaginaires politiques au lieu de répondre à une nécessité conceptuelle. Les efforts déployés pour faire entrer Spinoza en sciences sociales - souvent par le biais d'un auteur (Tarde, Durkheim...) parfois deux ou plus (par exemple Foucault et Bougainville) - et les gains heuristiques paraissent alors disproportionnés.

4Mais le livre ne se résume pas à la seule entreprise de faire dialoguer le philosophe avec des auteurs de sciences sociales. Il faut alors saisir, à un second niveau de lecture, les conceptions du monde social que se proposent de soutenir, avec Spinoza, les différentes contributions. Comment penser les rapports sociaux à partir de la pensée à la fois abstraite et systématique de Spinoza ? L'exercice est vivifiant pour les sciences sociales, car d'une part, la pensée spinoziste impose une grande prise de recul face aux théories et concepts traditionnels des sciences sociales, et d'autre part, une fois cette attitude adoptée, elle fournit quelques lignes de systématisation. L'ensemble de l'ouvrage souscrit alors à un mot d'ordre commun : se dessaisir de ses outils habituels, pour envisager les tâches nouvelles vers lesquelles orientent d'autres outils. Avec l'espoir, bien entendu, que ces nouveaux outils seront plus adaptés aux problématiques contemporaines. Mais au-delà de ce mot d'ordre, il est bien difficile de rassembler les contributions sous une même bannière, tant les divergences se font sentir. Privilégier une économie des affects (Citton), théoriser le rapport social à la monnaie (Lordon et Orléan), penser la formation de communautés d'action (Zarifian) ou les mécanismes d'obéissance (Pfauwadel et Sévérac) et de reconnaissance (Lazzeri) ? Ou encore, comme le fait Negri, présenter la philosophie spinoziste comme une philosophie de l'amour ? Les contributions présentent chacune une interprétation propre de ce qu'il faudrait faire de Spinoza, et ces conceptions sont rarement proches les unes des autres.

5Il serait donc de peu d'intérêt de rabattre les différentes propositions les unes sur les autres, car elles sont à la fois trop divergentes et, dans la plupart des cas, trop elliptiques pour se recouper autrement que par le recours à des concepts communs. Il faudrait ainsi discuter chacune d'elles dans le détail, ce qui n'est pas possible dans le cadre de cette courte note. On peut cependant revenir sur celle d'Yves Citton qui, de loin la plus longue, offre une vision assez ample de l'apport spinoziste à une pensée socio-politique. Ce qui intéresse Citton chez Spinoza, c'est l'occasion offerte par celui-ci de penser les rapports sociaux sous l'angle des affects et de leur circulation sociale. Cette vision ondulatoire du fonctionnement des sociétés humaines est certes dotée d'une forte charge poétique, mais ne s'y réduit pas. Confrontant Tarde au philosophe, Citton nous embarque dans une théorie de la circulation sociale des passions qui présente d'abord l'intérêt de se démarquer de la tradition sociologique classique pour jeter des ponts entre différents domaines (sociologie, économie, sciences de l'information et de la communication notamment). Il cherche à rassembler sous un même questionnement des phénomènes variés : leadership, consommation, importance des idées et des représentations dans l'action, etc. Il se montre particulièrement attentif aux mutations de l'espace public et du champ médiatique, qui sont considérés ici comme des clés d'analyse des rapports sociaux (cela est particulièrement évident lorsqu'il présente les trois ressources limitées que sont l'attention, la mémoire, et la capacité à désirer). L'attirail conceptuel mobilisé se montre alors relativement productif, aboutissant in fine sur plusieurs pistes de réflexion, au croisement de la recherche et de la politique. En particulier, la notion d'acceptabilité devient un point nodal : comment un individu ou un groupe d'individus en viennent-ils à accepter une situation donnée ? Il n'est pas interdit d'y voir un questionnement sur la légitimité, mais après un si long détour, la question se trouve complètement reformulée, écartant notamment la norme weberienne de la rationalité, au profit d'interrogations sur les interactions et les constructions médiatiques. Avec l'exemple de ce texte, il devient alors clair que, loin de se cantonner au simple rôle de passeurs de la pensée de Spinoza, les auteurs de l'ouvrage ambitionnent une refondation politique et intellectuelle plus large. On ne peut que les y encourager.

Haut de page

Notes

1 Notons que cette conception du travail intellectuel, comme entreprise de médiation, de confrontation des pensées, dont l'enjeu est de saisir au mieux les enjeux politiques contemporains, s'inscrit dans la démarche éditoriale plus générale des éditions Amsterdam : à travers des traductions -Butler, Hall, etc.-, certaines publications originales -le Bourdieu, Rancière de Charlotte Nordmann, la collection « spinoziste » Caute-, ou encore dans la Revue Internationale des Livres et des Idées, qu'elles éditent.

2 Le livre contient des textes d'Yves Citton, Frédéric Lordon et André Orléan, Philippe Zarifian, Aurélie Pfauwadel et Pascal Sévérac, Christian Lazzeri, Antonio Negri.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Yves Citton, Frédéric Lordon, Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l'économie des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 30 mars 2008, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/565

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page