Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Fabien Provost, Les mots de la mo...

Fabien Provost, Les mots de la morgue. La médecine légale en Inde du Nord

Clémence Martin-Donati
Les mots de la morgue
Fabien Provost, Les mots de la morgue. La médecine légale en Inde du Nord, Paris, Mimesis, coll. « Ethnologiques », 2021, 240 p., ISBN : 978-88-6976-309-0.
Haut de page

Texte intégral

L'anthropologue Fabien Provost choisit le terrain de l'Inde du Nord pour rendre compte de pratiques de la médecine légale, une spécialité visant à appliquer les savoirs de la biomédecine afin d'établir une responsabilité en cas d'accident ou d'agression, et ayant de ce fait une finalité judiciaire. Il s'agit d'analyser les effets sur la pratique médicale de cette finalité, en rendant notamment compte de la manière dont « la médecine produit […] des faits utiles à la justice » (p. 17) en insistant sur l'importance que joue le langage à cet effet : les pratiques rédactionnelles seraient une dimension centrale du quotidien des médecins légistes. La méthodologie utilisée est celle de l'observation participante, Fabien Provost ayant passé douze mois au sein de plusieurs morgues d'hôpitaux publics de grandes métropoles du Nord de l'Inde. Ces morgues sont les lieux où sont réalisés des examens cadavériques sur les patients décédés ainsi que des examens sur des patients vivants victimes d'agressions, et où interviennent les médecins légistes amenés à prendre en charge les cas les plus complexes, malgré l'absence de monopole sur le travail médico-légal.

Le premier chapitre, introductif, apparaît comme une présentation générale du travail à la morgue et des acteurs qui y interviennent : secrétaires administrateurs, préposés et médecins légistes. La division sociale du travail médico-légal entre ces différents acteurs est également évoquée. Là où les préposés, personnel non qualifié, dissèquent les corps et préqualifient les lésions, les médecins légistes interprètent l'état du corps, se tenant à distance des cadavres en évitant de les manipuler. Il se joue ici quelque chose d'une forme de délégation du sale boulot (l'étape de dissection met l'individu qui la réalise en contact avec la chair en putréfaction, des odeurs corporelles désagréables), où des logiques de hiérarchisation professionnelle rejoignent des logiques de castes, les préposés appartenant souvent aux castes les plus basses. Ce travail est aussi marqué par la nécessité de produire un travail médico-légal garanti par une certaine validité de la preuve permettant d'assurer l'autorité professionnelle des médecins légistes, dans un contexte national marqué par des tentatives de corruption, notamment de la part des policiers.

  • 1 Il s'agit en effet pour les médecins légistes d'utiliser un vocabulaire précis, susceptible de perm (...)
  • 2 Les médecins légistes rédigent en effet leurs rapports à partir d'écrits fournis par des médecins n (...)

Les autres chapitres se concentrent sur le travail des médecins légistes. Le deuxième met en avant deux compétences essentielles de leur activité professionnelle : des compétences d'écriture et des compétences d'observation. Ces compétences mettent en jeu les rapports de pouvoir plus ou moins explicites entre ces médecins légistes et les professionnels avec lesquels ils sont amenés à travailler : médecins non spécialisés, juges, policiers. Les contraintes liées à la finalité judiciaire de l'activité1 et aux relations avec des médecins non spécialisés2 n'empêchent pas une certaine marge de manœuvre dans la rédaction des rapports médico-légaux – liberté permettant la production d'un sens nouveau susceptible d'influencer les décisions de justice. Les compétences d'observation, effectives notamment lors des autopsies, nécessitent une capacité à « naviguer entre : des règles formelles, une matérialité corporelle et une narration » (p. 87), face à la difficulté temporelle d'effectuer des autopsies exhaustives pourtant prévues sur le plan théorique. Si le processus en jeu est ici bien établi par l'auteur, le lecteur peine parfois, dans le cas de la mise en œuvre de ces compétences d'observation, à en saisir les conditions et les implications pratiques.

Le troisième chapitre, intitulé « La mort au pluriel », analyse le processus de caractérisation du décès mis en place par les médecins légistes. Alors que la « cause du décès » (par exemple, une chute), apparaît comme étant l'apanage des médecins légistes, au contraire du « mode de décès » impliquant une intentionnalité (accident, suicide, meurtre, etc.), davantage du ressort de la police, l'intrication de ces deux éléments apparaît bien dans les rapports d'autopsie rédigés par les médecins légistes. Des enjeux non épistémiques peuvent guider la description des aspects de la mort et la hiérarchisation effectuée par les médecins entre les causes de la mort, lorsque plusieurs causes sont retrouvées. Des logiques de pouvoir et d'intérêts personnels guident omissions et imprécisions – l'exemple développé par Provost est ainsi celui consistant à masquer une erreur médicale de la part d'un collègue. Mais des enjeux d'ordre éthique sont également à l'œuvre : le médecin peut ainsi décider par certains procédés d'écriture de favoriser la reconnaissance de l'innocence d'un individu par la police ou les tribunaux.

Le quatrième chapitre s'intéresse aux « pratiques d'écriture en médecine légale » (p. 126). Dans un premier temps, Fabien Provost montre que les rapports d'expertise sont des lieux où les médecins légistes sont susceptibles, tout en respectant les normes professionnelles de rédaction utilisant un vocabulaire scientifique a priori neutre, d'apporter leur interprétation personnelle en suggérant des événements tels que des agressions ou des modes de décès. Cette interprétation peut nécessiter un travail d'enquête minutieux de la part du médecin légiste, qui l'amène à prendre en compte l’« histoire du cas » qu'on lui présente. Dans un deuxième temps, Fabien Provost montre que l'usage habile par les médecins légistes d'un langage fait de conventions scientifiques et de figures rhétoriques particulières, a une implication judiciaire forte. Il a par exemple le pouvoir de faire innocenter un accusé, les « usages juridiques » semblant de fait valider les « pratiques rhétoriques » (p. 148).

Le cinquième chapitre aborde le soupçon de corruption qui pèse sur les médecins légistes, dans un contexte national où le phénomène est courant. L'auteur se propose de rendre compte de la manière dont les médecins légistes traitent les cas où ils soupçonnent un confrère d'avoir été corrompu. Le passage du soupçon de faute professionnelle à la certitude de corruption s'effectue lorsque plusieurs incohérences sont trouvées dans les rapports effectués par les confrères, ainsi qu'en cas d'écart trop important par rapport à des savoirs observationnels et théoriques considérés comme basiques et communs à l'ensemble de la profession. Si Fabien Provost décrit bien l'embarras auquel font face les médecins légistes soupçonnant un confrère, et la difficulté de dénoncer les tentatives de corruption de manière explicite devant les autorités judiciaires, il peine en revanche à décrire de manière précise les stratégies d'écriture mises en place lors de rapports de contre-expertise, et ne nous donne pas à voir la présentation de ces rapports devant les tribunaux.

Enfin, dans un dernier chapitre, l'auteur analyse les falsifications médico-légales, c'est-à-dire la manière dont les médecins légistes peuvent être amenés à mentir, dissimuler ou détruire des preuves, en dehors des cas de corruption. Ces falsifications sont analysées par l'auteur comme étant reliées à des décisions morales de la part des médecins, où la recherche d'équité importe davantage que celle de la vérité. En effet, certaines circonstances de décès (suicide, implication d'une pathologie alcoolique dans la cause de la mort) sont susceptibles de priver les familles d'indemnisations financières ou de présenter une atteinte à leur réputation. Ce choix de l'équité s'appuie tout d'abord sur une compréhension sociologique de la société indienne de la part des médecins légistes : les actes de certains individus décédés, pouvant pourtant faire l'objet d'un discrédit, ne sont pas considérés comme le résultat d'une action ou d'une défaillance purement individuelle, mais sont reliés aux conditions sociales, largement inégalitaires, de l'Inde contemporaine. Mais il s'appuie aussi sur les jugements portés sur les familles des victimes : est distinguée la « bonne famille », capable de faire preuve de sincérité, et que le médecin légiste sera susceptible de vouloir aider en falsifiant le rapport, et la « mauvaise famille », considérée comme arrogante ou peu coopérative. Le collectif professionnel, prescripteur de règles officieuses, joue un rôle important dans la production de ces falsifications, quoi que celles-ci puissent également être laissées à la discrétion d'un praticien particulier.

Finalement, l'ouvrage montre de manière fine que les médecins légistes, loin de se contenter d'analyser et de décrire l'état des corps de manière objective, parviennent à inscrire quelque chose de leur subjectivité et de leurs valeurs morales quant au cas (personne décédée ou agressée) sur lequel ils sont amenés à travailler, et ce tout en respectant des normes médico-légales et un langage scientifique visant une certaine neutralité. L'entrecroisement de descriptions minutieuses et de discours donnant la possibilité aux professionnels d'effectuer un retour critique sur leurs actes donne toute sa consistance aux processus analysés. Un reproche pourrait cependant être fait à l'auteur d'avoir sélectionné des cas particulièrement intéressants pour la démonstration, et dont le lecteur a parfois du mal à déceler en quoi ils relèvent de la norme du travail médico-légal ou de l'exception, certes révélatrice.

L'apport majeur de l'ouvrage réside dans la proposition, peut-être insuffisamment mise en avant dans la conclusion, que les médecins légistes, loin de se contenter d'apporter à la justice une expertise, produisent des actes et des discours qui participent d'une fonction de justice pourtant normalement dévolue aux magistrats. Non seulement leur interprétation des cas sur lesquels ils sont amenés à travailler rend poreuse la distinction entre un jugement de fait qui est censé leur être dévolu et un jugement de droit censé être l'apanage des magistrats (p. 150), mais en outre, les éventuelles falsifications des dossiers qu'ils sont susceptibles de mettre en place participent de « l'administration d'une justice alternative à celle de l'État, invisible du point de vue de la procédure officielle » (p. 199-200). On regrette en revanche que ce processus ne soit pas relié au statut des individus (ancienneté, réputation, etc.), et de manière insuffisante aux processus d'apprentissage du métier. L'ouvrage illustre néanmoins de manière convaincante et rigoureuse la manière dont un savoir expert peut être utilisé, détourné et subverti à des fins non expertes par les acteurs mêmes qui le produisent.

Haut de page

Notes

1 Il s'agit en effet pour les médecins légistes d'utiliser un vocabulaire précis, susceptible de permettre aux magistrats d'établir une causalité sur le plan juridique.

2 Les médecins légistes rédigent en effet leurs rapports à partir d'écrits fournis par des médecins non spécialistes, et susceptibles de commettre des erreurs (confusion de vocabulaire, notamment). Des rectifications doivent dès lors être mises en place par les médecins légistes, sans toutefois pointer du doigt de manière explicite les erreurs de leurs collègues, sous peine de nuire à la cohérence des analyses du dossier qui sera présenté devant le tribunal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Martin-Donati, « Fabien Provost, Les mots de la morgue. La médecine légale en Inde du Nord », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 mai 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56514

Haut de page

Rédacteur

Clémence Martin-Donati

Doctorante en sociologie des professions et de la santé à l’IDHES Paris Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search