Navigation – Plan du site

Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes

Anne Jacquelin
Travail et emploi des femmes
Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2011, 128 p., EAN : 9782707167804.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage réédité pour la quatrième fois aux Editions de La Découverte (collection « Repère»), Margaret Maruani propose une vue d’ensemble de la question de l’emploi des femmes. Surtout, l’auteure dévoile les aspects contre intuitifs de cette activité. Elle nous fait découvrir cet aspect avec d’autant plus d’intérêt qu’elle l’étudie dans une perspective comparatiste au niveau européen. Les problématiques spécifiques à l’emploi au féminin sont présentées à l’aide d’un univers de référence riche et diversifié. L’objectif de cet ouvrage est de présenter les traits essentiels des inégalités entre hommes et femmes sur le marché de l’emploi en cherchant comment ces dernières restent en marge de l’emploi.

  • 1  On parle désormais moins de choix ou d’alternance mais d’un « cumul » entre travail et famille.

2Premier constat d’importance : s’il y a bien eu une évolution des normes de travail des femmes, il est désormais « normal » pour une femme, de continuer à travailler à l’arrivée d’un enfant1, les inégalités persistent, aussi bien en termes de métier exercé que de salaire. Même si les femmes ont plus accès aux formations du supérieur, le fossé des spécialités entre sciences dites « dures » et sciences humaines est encore prégnant. De même, il y a peu de filles dans les filières d’excellence, du type grandes écoles. L’école reste donc un facteur de reproduction de la position des femmes dans l’emploi. Ce problème d’inégalité prend racine dans une « construction sociale » des professions dites « féminines » qui perdure puisqu’il y a « négation des qualifications féminines ». Bien qu’elles obtiennent de très bons diplômes, les femmes se retrouvent cantonnées dans des emplois affiliés à un genre plus qu’à une compétence.

3Le travail des femmes se comprend mieux lorsqu’on l’analyse en lien avec la sphère familiale : tant dans le choix des métiers dits « féminins », que dans leur mise en pratique : la responsabilité d’une famille incombant aux femmes, elles se consacrent, toujours plus que les hommes d’abord à leur famille, faisant passer le travail en second. Le choix de l’activité féminine et de son maintien après la naissance de l’enfant fait toujours l’objet d’un calcul de type coût avantage... En ce sens, il existe toujours une « classe creuse » démographique correspondant aux femmes qui quittent leur activité à l’arrivée du premier enfant. Ce phénomène de coupure dans la trajectoire professionnelle est bien plus fort en France et en Suède qu’au Portugal et en Espagne.

  • 2  Par un mécanisme d’accumulation dans les profils masculins, nous avons une surreprésentation d’imm (...)

4Malgré ce phénomène de repli sur la sphère familiale, les chiffres indiquent que les femmes sont réellement « légèrement moins au chômage que les hommes »2. Pour autant, il faut soulever la qualité de l’emploi dévolu aux femmes. Le chômage faible des femmes masque les caractéristiques majeures de l’emploi au féminin : horaires et postes atypiques, sous-emploi, travails cumulés, contrats à durée déterminée, temps partiel, emplois peu qualifiés... Il est surtout important de remarquer que l’expérience du chômage est vécue différemment chez les femmes, qui ont tendance à faire ellipse de leur statut de chômeuse pour se concentrer sur leur identité de femme au foyer (alors que le chômage met beaucoup plus à mal l’identité des hommes). L’auteure pose alors de vraies questions qui vont au-delà de la question de genre : Qu’est-ce qu’un chômeur ? Sont-ils accessibles ? Se définissent-ils comme tels ? Où sont représentés les découragés, ceux qui ont des problèmes de santé, et ceux, plus nombreux encore, qui ont un double statut ? (étudiant chômeurs, femmes chômeuses). Ce cumul de rôles dans la famille et au travail pourtant partagé par les deux sexes est amalgamé chez la femme et empêche une réelle lecture des problématiques que les femmes rencontrent dans l’emploi.

5Il est bon de rappeler qu’au niveau de l’UE, le temps partiel représente 32% de l’emploi féminin. Mais que plus encore, 80% du temps partiel touche les femmes, phénomène très développé dans les pays du Nord de l’Europe et pourtant récent en France. Contrairement aux croyances, il ne touche pas les femmes en âge de procréer, mais bien celles qui ont le plus de mal à s’insérer sur le marché : les jeunes et les plus âgées. Cette tendance annule l’idée d’un choix d’inactivité au profit de la famille. De plus, les contraintes fortes du sous emploi se retrouvent dans des éléments pourtant essentiels à de la mise en activité : salaire équivalents à ceux des hommes pour un même poste, possibilité de temps plein afin de pouvoir contracter une garde pour les enfants, une régularité d’emploi du temps qui permettent de s’organiser dans la sphère familiale. Cette flexibilité de l’emploi peut s’avérer plus coûteuse que l’inactivité. La précarité de l’emploi dévalorise et décourage l’emploi des femmes.

6Enfin, dans la lutte législative contre les inégalités dans le travail, le bilan du siècle dernier n’est pas révolutionnaire puisque si l’on parvient à lisser les discours et les critères officiels des recruteurs en termes de discrimination, le choix d’embauche final garde une dimension subjective que l’on ne peut pénaliser. L’auteure pose la question de la mise en œuvre de telles lois, qu’il serait bon d’observer de plus près. Elle cite plus particulièrement la loi du 6 novembre 2010 qui prévoit une sanction pour les entreprises de plus de 50 salarié-e-s qui n’auraient pas d’accord professionnel ou de plan pour l’égalité professionnelle qui doit entrer en vigueur dès l’année prochaine (1er janvier 2012). Comment parvenir à en évaluer l’effet positif pour l’emploi des femmes ?

7Malgré les efforts législatifs et les programmes politiques en faveur de l’égalité, les injustices se perpétuent et la femme est toujours vue comme responsable de sa famille au détriment de ses propres ambitions professionnelles. Cet ouvrage sert de point de départ à une analyse qualitative du travail des femmes auquel Margaret Maruani fait appel tout au long de l’ouvrage. A diffuser largement donc.

Haut de page

Notes

1  On parle désormais moins de choix ou d’alternance mais d’un « cumul » entre travail et famille.

2  Par un mécanisme d’accumulation dans les profils masculins, nous avons une surreprésentation d’immigrés qui fait peser la balance des hommes au chômage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jacquelin, « Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 mai 2011, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5652

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page