Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Olivier Borraz (dir.), La société...

Olivier Borraz (dir.), La société des organisations

Corinne Delmas
La société des organisations
Olivier Borraz (dir.), La société des organisations, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2022, 328 p., EAN : 9782724638608.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henri Bergeron, Olivier Borraz, Patrick Castel, François Dedieu, Covid-19 : une crise organisationn (...)

1Task force interministérielle, conseil scientifique, comité d’analyse, recherche et expertise, mission pour organiser le confinement… Alors que la société semble déjà saturée d’organisations, comment expliquer que de nouvelles ont été créées pour faire face à une pandémie ? C’est ce paradoxe que tentaient d’analyser quatre sociologues dans l’ouvrage Covid-19 : une crise organisationnelle1. Ce nouvel opus cible cette prolifération qui caractérise la « société des organisations [dans laquelle] nous vivons […] au sens où le fait organisationnel est une caractéristique remarquable de notre société, une réponse privilégiée pour résoudre les problèmes qui requièrent une action collective et un fait qui produit des effets dans toutes les dimensions de la vie sociale » (p. 6). Chacune de ses cinq parties part d’un lieu commun et en questionne le bien-fondé sous l’angle de sa dimension organisée. Peut-on parler de la fin des organisations dans une société réticulaire qui aurait émergé avec la globalisation et la révolution numérique ? (partie 1) D’une société d’individus dont la régulation reposerait d’abord sur des mécanismes de concurrence ? (partie 2) D’un monde complexe et incertain, plus insaisissable et instable qu’hier ? (partie 3) D’activités quotidiennes soumises à toujours plus de règles et de procédures ? (partie 4) De sociétés de plus en plus autoritaires et technocratiques ? (partie 5) Les vingt chapitres, tous rédigés à au moins quatre mains, apportent des éléments de réponse à ces questions tout en dialoguant entre eux. Ce faisant, ils soulignent l’apport de la sociologie des organisations à la connaissance des sociétés occidentales contemporaines et ses renouvellements.

2La première partie est consacrée à la supposée fin des organisations. Loin de marquer l’avènement d’une société sans organisation, la globalisation constitue un processus dans lequel sont engagés divers acteurs, dont des organisations et des États, comme le montre le cas des vaccins contre la Covid-19 ou celui de l’adoption de normes éducatives. Les configurations organisationnelles sont par ailleurs variées, avec par exemple l’essor des entreprises réseaux en contexte numérique. Les organisations entretiennent des relations complexes avec d’autres groupes, dont les professions qui, comme le montre l’exemple de l’hôpital, peuvent être tendues avec le sentiment, parfois, d’une « mise en organisation » de professionnels dont la marge de manœuvre peut dès lors être altérée. La manière très contrastée dont ces tensions se manifestent traduit à la fois la force et la diversité des logiques organisationnelles et des modes de coordination des activités de travail. Loin de disparaître, les organisations connaitraient même une effervescence allant de pair avec le succès de certains thèmes, comme celui du changement, portés par des entrepreneurs dont les initiatives « prennent sens dans des configurations d’acteurs, des systèmes d’action qui les dépassent et […] balisent leurs activités » (p. 87).

3La deuxième partie s’inscrit contre le présupposé d’une société moderne d’individus basée sur un mode de régulation essentiellement marchand. Elle montre l’importance des entourages et des équipements dans la prise de décision de divers acteurs (professionnels, chefs d’entreprise, responsables politiques…) ainsi que le manque d’efficacité d’une action publique qui cible les comportements individuels pour provoquer des changements structurels alors que les décisions et les actions sont moins le fait d’individus isolés que d’organisations. D’autres arguments allant dans le sens d’une société des organisations sont mobilisés, parmi lesquels la dimension organisée du marché et l’importance de la coordination, y compris dans un monde de compétition qui peut rendre certaines coopérations instables ou en susciter de nouvelles formes comme le montreraient par exemple les rapprochements croissants entre des universités distinguées par la compétition en France.

  • 2 Ce terme est utilisé en référence à la notion de « cercle vicieux bureaucratique » proposée par Mic (...)

4La troisième partie aborde les questions de l’instabilité et de la difficulté à saisir le monde contemporain en étudiant les facteurs à l’origine de la complexité croissante de la société des organisations. Les auteurs relient la course en avant organisationnelle voire le « cercle vicieux néo-bureaucratique »2 à la difficulté à supprimer ces structures eu égard au caractère politique du travail qui a accompagné leur développement et au fort investissement de certains professionnels, notamment ceux spécialisés dans des activités de coordination. Cette complexité, liée au foisonnement organisationnel, est source d’incertitudes c’est-à-dire de « situations dans lesquelles les individus doivent prendre des décisions dont ils ne maîtrisent pas tous les paramètres » (p. 172). Plusieurs procédés permettent de les gérer en les transférant à d’autres acteurs : sous-traitance à des intermédiaires, mise au point de nouveaux équipements, développement d’espaces de négociation. C’est par exemple le cas en matière de recrutement, avec le recours à des agences d’intérim ou à des chasseurs de tête, avec la centralisation Ressources Humaines des recrutements ou encore avec le recours à des jurys. Équipements et savoirs accumulés permettent également de faire face à l’incertitude. À cet égard, les organisations sont des « sites hypermétriques » (p. 185) où la mesure, « prise dans une forme de frénésie » (p. 197), constitue un outil central des organisations en tant que source de savoir et de pouvoir, tout en étant susceptible d’avoir des effets inattendus et de conduire à recomposer des marchés, des activités ou des hiérarchies. La troisième partie décrit finalement des espaces d’échanges saturés d’indicateurs et aux frontières poreuses.

5Comment tiennent les organisations ? Cette question est au cœur de la quatrième partie, consacrée à leur mise en forme. Les auteurs soulignent l’importance des formes d’entendement partagées, de règles, de procédures, de normes et d’institutions diverses, des « routines bureaucratiques » comme des « innovations collégiales » (telles que certaines délibérations entre pairs) permettant aux acteurs de coopérer et de se coordonner au sein de ces lieux d’action collective que constituent les organisations. Ces dernières tiennent également grâce à des savoirs multiples, aussi bien pratiques ou situés que formalisés ou codifiés (détachables de leur contexte de production et donc pouvant circuler à grandes échelle), mobilisés simultanément ou combinés dans des contextes variés à l’instar des dispositifs de captation de données personnelles par certaines entreprises en matière de marketing prédictif. Elles tiennent également grâce au droit, qui constitue un répertoire et une arène permettant au conflit et à la coopération, à la domination et à la résistance, de s’articuler dans un système d’action organisée. Elles tiennent enfin grâce à une « culture », nationale et/ou organisationnelle, les organisations n’ayant « jamais été des espaces exclusivement déterminés par des calculs visant à optimiser des intérêts, individuels ou collectifs » (p. 272).

6L’émergence d’une société saturée d’organisations soulève la question de leur contribution aux « grands défis contemporains » que constituent les inégalités (sociales, de genre…), les enjeux climatiques, les crises (sanitaires, économiques, politiques…). Loin de considérer les organisations comme de simples éléments formels qui n’auraient pas d’effet sur ces enjeux, les auteurs montrent qu’elles ne sont pas là seulement pour « gérer » ces problèmes mais qu’elles en sont des éléments constitutifs. Ils étudient quelques canaux, tels que le poids des inégalités dans leur fonctionnement interne, l’aptitude des organisations marchandes et administratives à engager des formes de coopération avec le monde militant, la propension de certaines à détourner des mobilisations environnementales (organisation de contre-mobilisations ou « astroturf »…), la difficulté à les démocratiser eu égard aux structures héritées et aux stratégies de préservation du pouvoir des gouvernants…

7L’ouvrage se conclut comme il s’était ouvert, sur le contexte de crise sanitaire, économique, sociale et politique qui s’est ouvert à la fin de l’hiver 2020. Celui-ci conforterait « l’hypothèse de continuité » défendue par Michel Dobry, qui « voit dans la crise la continuation des relations qu’entretiennent différents sous-systèmes, mais également leur contestation » (p. 322). En effet, pour les auteurs, « même dans une crise aussi profonde et globale que celle liée à la pandémie de Covid-19, de nombreuses formes d’interdépendance préexistantes demeurent et continuent d’encadrer le comportement des individus ». Si les acteurs renégocient leurs rôles et systèmes de relations, ceux-ci sont la continuation des arrangement préexistants. Par ailleurs, la gestion de crise actuelle est dominée par une vision stratégique du pouvoir, déconnectée des organisations chargée de la mise en œuvre de ses décisions, « avec pour résultat des dysfonctionnements opérationnels souvent sérieux, et une tendance à multiplier les dispositifs de coordination, qui complexifient des ensembles organisés déjà saturés, sans pour autant améliorer sensiblement la circulation de l’information et la prise de décision » (p. 326).

8Cet ouvrage, rédigé par vingt-huit membres du Centre de Sociologie des Organisations (CSO), évoque une diversité d’objets des recherches qui renvoie à un enjeu théorique pour ces chercheurs assimilant les organisations à tout système humain complexe. Partant d’une question stimulante, celle d’une effervescence organisationnelle en période de crise, l’ouvrage constitue un plaidoyer pour un regard à la croisée de la sociologie des organisations et d’autres branches de la discipline (sociologie économique, du travail, du droit, de l’action publique etc.) sur des administrations, des entreprises, des associations ou des collectifs faiblement ou fortement structurés et au sein desquels interagissent des acteurs multiples.

Haut de page

Notes

1 Henri Bergeron, Olivier Borraz, Patrick Castel, François Dedieu, Covid-19 : une crise organisationnelle, Paris, Presses de Science Po., 2020 ; compte rendu de Saïkou Oumar Sagnane pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.49845.

2 Ce terme est utilisé en référence à la notion de « cercle vicieux bureaucratique » proposée par Michel Crozier (Le Phénomène bureaucratique, Paris, Seuil, 1963). Les deux notions renvoient à une multiplication d’organisations que l’on supprime rarement, en réponse à des problèmes de coopération et de coordination. Mais tandis que celle proposée par M. Crozier caractérisait la centralisation et l’accroissement des règles impersonnelles à l’intérieur des organisations, le « cercle vicieux néo-bureaucratique » repose sur la création d’organisations moins centralisées, voire à l’autorité hiérarchique et aux moyens limités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Olivier Borraz (dir.), La société des organisations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 mai 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56570

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure de sociologie à Nantes Université, membre du Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search