Navigation – Plan du site

Howard S. Becker, Robert R. Faulkner, « Qu’est-ce qu’on joue maintenant ? » Le répertoire de jazz en action

Marie Opoczynski
Qu'est-ce qu'on joue maintenant...?
Howard S. Becker, Robert R. Faulkner, Qu'est-ce qu'on joue maintenant...? Le répertoire de jazz en action, La Découverte, coll. « Sciences Humaines », 2011, EAN : 9782707166388.
Haut de page

Texte intégral

1Comment des musiciens qui ne se connaissent parfois pas, parviennent-ils à jouer ensemble ce qu’ils n’ont jamais répété ensemble et font en sorte que tout se passe pour le mieux ? La raison n’est pas qu’ils connaissent les mêmes morceaux car personne ne connaît jamais tous les morceaux. 300.000 chansons populaires ont été publiées entre 1900 et 1950. Les deux auteurs, sociologues américains tout autant que musiciens, ont mené l’enquête.

2Les morceaux de jazz sont souvent de nature stéréotypée : ils élaborent des variations à partir d’un nombre limité de schémas. Quiconque connaît les formes de base sera capable de jouer des milliers de morceaux de ce vaste répertoire. Lorsque des musiciens jouent ensemble, ils ont besoin de connaître trois informations : la pulsation, la tonalité et la structure. En les sachant, ils peuvent jouer ensemble facilement, même sans partition ni répétition.

3De nombreux musiciens écoutent des enregistrements de grands interprètes en boucle : ils apprivoisent la mélodie, puis improvisent sur les accords, à la recherche de lignes mélodiques compatibles avec l’harmonie. Ils relèvent aussi les spécificités du jeu des interprètes en question. « Apprendre sur le tas » : quand, sur le terrain, ils doivent jouer un morceau qu’ils ne connaissent pas, ils l’apprennent en écoutant jouer le cycle complet par un partenaire pour avoir une idée de la mélodie et en déduire la grille harmonique. Quand le leader n’attend pas de savoir si untel ou untel connaît le morceau en question, celui qui connaît le morceau est capable de l’apprendre à d’autres. Les musiciens peuvent aussi lire la musique : parcourir une partition et repérer la tonalité du morceau, savoir quelles notes jouer et pour quelles durées. Les instruments de la rythmique (piano, basse, batterie, guitare) nécessitent d’autres capacités de lecture : les pianistes et guitaristes jouent rarement la partition note par note, ils travaillent le plus souvent à partir des indications harmoniques, du nom des accords. Les bassistes ne jouent généralement que les notes dont ils pensent qu’elles donneront la meilleure assise possible à ce que joue le reste du groupe. Un trompettiste ou un saxophoniste utilise le chiffrage des accords pour inventer de nouvelles mélodies qui conviennent à la structure harmonique du morceau. Jouer d’un instrument à vent suppose aussi de savoir transposer : les partitions sont généralement en clé de sol, mais la trompette et le saxophone sont des instruments « en si b » : quand la partition indique un si b à la mélodie, ils doivent jouer un ton plus haut pour produire la même note (entendue). Les saxophones alto et baryton sont des instruments « en mi b », ils doivent jouer un ton et demi plus bas. Idem pour les pianistes : il doit transposer de manière quasi automatique pour accompagner une chanteuse. En effet, la plupart des partitions sont accessibles à toute voix masculine moyenne. Du coup, les chanteuses transposent pour mieux coller à leur registre. On peut connaître la mélodie telle qu’elle est écrite ou suffisamment bien pour la jouer dans d’autres tonalités, en s’appuyant sur une pratique de longue haleine. La connaissance la plus exhaustive permet de ne plus avoir à réfléchir pour jouer et de pouvoir improviser. Les auteurs évoquent l’existence d’une « morale musicale », à savoir maîtriser les connaissances de base ou apprendre vite pour que la représentation se déroule sans à-coups. La plupart des musiciens pardonne l’ignorance de certains thèmes, tant que le musicien incriminé réalise le nécessaire pour combler son ignorance.

4Le jazz a évolue au fil des ans, sa pratique aussi. Dans les années 40, s’est opéré un changement majeur : les musiciens jouent de plus en plus, non plus dans des clubs ou des bars, en tant que fond sonore à des activités autrement plus lucratives (maisons closes ou consommation d’alcool pendant la Prohibition), mais dans des salles de concert où le public a payé pour les écouter. De plus, après 1945, cette machine à produire de la musique populaire qu’est le jazz s’effondre du fait de la naissance de la télévision et du rock. Elle cesse d’être la référence dans la vie émotionnelle du public. Cette prolifération de titres toujours plus variés signifie que de moins en moins sont connus par la majorité de musiciens. Le répertoire de jazz évolue : il inclut de l’ancien répertoire (des chansons populaires, des compositions originales et du blues, des morceaux devenus des standards) et des thèmes de jazz moderne. Chicago comptait des centaines de bars avant que la télévision ne devienne le divertissement principal. Les clients ne prêtaient guère attention au groupe offrant ainsi la possibilité à de jeunes gens de jouer pendant des heures de pratiques … rémunérées. Aujourd’hui, ils n’ont plus le loisir d’apprendre de nouveaux morceaux sur scène et doivent travailler chez eux. Quand le nombre d’engagements a décru, chacun est devenu un événement sur lequel tout doit être mûrement préparé. Les types de répertoire se différencient selon leur taille, leur diversité, leur capacité d’improvisation, et leur variabilité au fil des représentations.

5Que se passe-t-il quand des musiciens, chacun avec son bagage propre et son répertoire individuel, se retrouvent, prêts à jouer sur scène ? Les musiciens négocient les tonalités rapidement et discrètement, dans ce qui n’a pas l’air d’une négociation, parce qu’elle est fugitive. Le groupe ne se contente pas d’engranger les demandes de chacun ou de les soumettre au vote. Ses membres marchandent, ils se répondent dans une valse de « peut-être » et de « essayons ça », une dynamique de la scène, de manière quasi imperceptible. Un signe de la tête, un coup d’œil, un seul mot suffit à indiquer des désirs, des refus, des accords. Répondre à une suggestion et « routines » qu’ils utilisent en cas de problèmes, rarement inévitables. Un musicien a, par exemple, écrit sa « partoche antisèche », à savoir une gamme de blues qu’il sait lire, notée dans les 12 tonalités. Une fois repérée la tonalité dans laquelle joue le groupe, il peut jouer ces notes sous diverses combinaisons et donc suivre, tant bien que mal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Opoczynski, « Howard S. Becker, Robert R. Faulkner, « Qu’est-ce qu’on joue maintenant ? » Le répertoire de jazz en action », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 mai 2011, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5659

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page