Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jacques Siracusa, Les sujets du v...

Jacques Siracusa, Les sujets du verbe. Une critique de l’écriture sociologique

Christophe Brochier
Les sujets du verbe
Jacques Siracusa, Les sujets du verbe. Une critique de l'écriture sociologique, Paris, Hermann, 2021, 260 p., ISBN : 9791037008794.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Jacques Siracusa est un traité savant de réflexion méthodologique consacré aux problèmes de l’écriture sociologique, sujet peu exploré en France. Le point de départ de l’auteur est que les termes qu’emploie le sociologue dans ses travaux de recherche constituent une partie des découvertes  : « les mots de son texte expriment ses solutions » (p. 5). Pourtant le chercheur n’est en général pas sensibilisé à cet aspect de son travail qu’il a tendance à considérer comme relevant plutôt de la présentation formelle. Dès lors, l’ouvrage de Siracusa se propose de questionner cette écriture sociologique et de pointer les difficultés ou les abus. Le lecteur ne tient donc pas dans ses mains un manuel qui lui dirait comment il doit procéder, ni un acte d’accusation, mais plutôt le rassemblement d’une série d’analyses concernant certains aspects négligés mais importants de la rédaction en sociologie pour qui se soucie de rigueur, de clarté et d’administration de la preuve.

2La courte introduction constitue un bref rappel des critiques émises depuis le XIXe siècle contre l’écriture sociologique (verbeuse, ésotérique, etc.), suivi de la mise en avant de quelques analyses produites par les spécialistes de la rhétorique sur le même sujet. On peut regretter que ce chapitre soit un peu court, tant le lecteur ordinaire fait de découvertes (comme les apports de Samuel Willamson, Malcom Cowley ou Richard Weaver). L’auteur aurait pu ici, fort à propos, justifier le corpus sur lequel il s’appuie, notamment des auteurs comme Ludwig Wittgenstein, Kenneth Burke, Michael Billig, Michael Halliday ou Theo Van Leeuwen, voire même discuter des apports possibles du dialogue entre linguistique (ou rhétorique) et sociologie.

3Le premier chapitre (« Décrire ») sert à cerner certains problèmes généraux de l’écriture sociologique à partir de la nécessité pour le sociologue de décrire ce qu’il souhaite expliquer. S’appuyant sur Kenneth Burke et Howard Becker, Siracusa pose que le sociologue opère un appauvrissement de ses matériaux par sélection. Le rédacteur développe toujours une perspective simplificatrice et agrège de façon complexe divers éléments empiriques. Il expose cependant rarement sa méthode de rédaction et de traitement des données. Ainsi le style « réaliste » domine  : le chercheur organise sa disparition du texte, bien qu’il puisse aussi adopter un ton plus confessionnel, voire impressionniste. Le problème de la simplification est particulièrement évident quand il travaille à partir d’entretiens. Traiter des discours recueillis oblige à affronter le problème de la dépendance des déclarations vis-à-vis du contexte (indexicalité)  : le sociologue « déplace » alors les informations. Or, comment travailler, sans les déformer, sur des phrases indexicales (et dont une grande partie du contexte n’est pas connue)  ? Siracusa ne propose pas de solution mais donne une idée de l’étendue du problème en montrant son application à la thèse de Howard Becker sur les institutrices. Il va un peu plus loin avec le problème du « mode évidentiel » (lié à la source des informations) pour lequel il remarque que le traitement « à plat » des données, comme si elles provenaient toujours de la même source, pourrait facilement être atténué. Le problème du rapport entre les données et la description se complexifie quand on examine les catégories qui servent à la généralisation. Siracusa signale une tendance à la sur-généralisation (par exemple parler de « fournisseur de service » au lieu d’« institutrice ») qui éloigne la rédaction du modèle ordinaire, facilement intelligible et « masque les circonstances pertinentes pour l’usage des termes de l’interprétation » (p. 76). Cela s’ajoute au problème de la charge morale des termes et de leur usage aux fins de classement.

4Le deuxième chapitre porte sur la représentation des relations. Siracusa attire en particulier l’attention sur les dangers de la nominalisation  : la prétention à écrire « scientifiquement » conduit souvent les sociologues à faire disparaître les verbes d’action et à utiliser des phrases complexes où se multiplient les noms abstraits censés se rapporter à des processus. Il en résulte parfois que « certaines phrases abstraites, à l’allure scientifique, ne sont que des mises en relation de boites noires » (p. 99). Deuxième point important  : « une description contient déjà une explication » (p. 103) car les scènes sont caractérisées et des responsabilités sont attribuées  ; les tournures de phrases révèlent ainsi régulièrement le point de vue du chercheur. La description des « dominés » se fait souvent à la voix passive notamment en sociologie de l’éducation  ; l’abstraction permet de parler de phénomènes sans repérer de véritables acteurs, la « dépersonnalisation » réduit l’individu aux traits sélectionnés pour l’explication (parfois temporaires, parfois permanents). Plus préoccupant peut-être, la mise en œuvre de certains moyens d’expression peut mener au brouillage de la causalité, notamment en sociologie quantitative avec des phrases ni actives, ni passives, sans agent humain ni action (par exemple  : « l’indice de confiance a connu une augmentation »). Enfin, l’usage de noms collectifs donne l’illusion que le comportement de l’individu peut être approché par son appartenance à une classe abstraite avec un comportement supposé homogène des membres de la classe.

5Le troisième chapitre est consacré aux perspectives des auteurs d’enquêtes ethnographiques. Siracusa pose que les sociologues préfèrent attribuer des points de vue aux enquêtés qu’à eux-mêmes, et il suggère à partir de là que l’on puisse adapter à notre discipline le « perspectivisme » développé au sujet des sciences de la nature. Pour cela, il commence par distinguer points de vue dynamique (de l’observateur de la scène sur le moment) et synoptique (de l’analyste, ex post et complet). Il remarque que les rédacteurs précisent rarement quel est le leur quand ils écrivent une page, pas plus d’ailleurs que les conséquences du type de relations affectives ou morales qu’ils entretiennent avec les enquêtés. Siracusa pointe ainsi la prégnance de l’attitude empathique, dans des passages au ton fortement critique (p. 160 et sq.) qui s’éloignent un peu de l’approche linguistique  : « Défendre ouvertement les enquêtés incite sans doute à croire qu’on les a respectés, qu’on s’est investi dans leurs affaires, qu’on a compris leurs problèmes et qu’on rend ceux-ci publics » (p. 162). D’une manière générale, montre-t-il, un rapport non explicité aux enquêtés peut être source de déformations et d’appauvrissements, comme la limitation des traits prêtés à ceux que l’on étudie. Les deux autres manifestations de la perspective sont l’usage des métaphores et de la « perspective par incongruité » (terme emprunté à Burke renvoyant à la fabrication de métaphores incongrues servant à suggérer des interprétations originales). Dans tous les cas, pour Siracusa, le point de vue se cache dans les mots, même quand on ne s’y attend pas  ; le lecteur gagnerait donc à y être attentif et les auteurs ne perdraient rien à afficher plus directement leurs positions et leurs façons de traiter sujets, personnes et données.

6Le dernier chapitre, fortement inspiré de Burke, étudie le rapport entre démonstration et rhétorique, car « c’est l’auteur que l’on croit et pas prioritairement les preuves » (p. 192). Pour convaincre son lecteur, le sociologue peut se servir d’« exemples parlants » ou d’« anecdotes représentatives », choisir des mots susceptibles de lutter contre les préjugés du public et suggérer une relation entre les choses en jouant sur une « relation connotationnelle » entre les mots. La mise en récit repose en général sur un effort pour obtenir une cohérence entre scènes, actes et agents, ou sur la gestion du rapport entre ces éléments  : la perspective utilisée par le sociologue peut donner l’impression que le contexte influence plus ou moins les décisions des agents, en faisant oublier que sa présentation demeure subjective. Les mots et les tournures employés pour gérer tous ces aspects laissent rarement voir comment le rédacteur a articulé son « patchwork » documentaire de départ.

7C’est ce point qui forme l’une des lignes centrales de l’analyse, que l’on retrouve en conclusion : les modes de rédaction ordinaires en sciences sociales organisent régulièrement la disparition de l’auteur  ; « restent donc des choses collées les unes aux autres par des verbes au sens vague » (p. 232). Bien que son but ne soit pas de proposer des remèdes, Siracusa suggère qu’au risque de ne faire circuler que des « théories de façade », les rédacteurs doivent expliquer les opérations intellectuelles qui leur permettent de simplifier le monde pour l’expliquer, au lieu de se reposer sur des artifices rhétoriques.

8Cette proposition n’est pas nouvelle, mais peu de méthodologues ont fouillé aussi profondément et extensivement dans les ressources des études rhétoriques pour présenter un panorama des artifices en question. Siracusa ne nous rappelle pas seulement que beaucoup de sociologues écrivent mal pour se donner un air « scientifique », il nous montre avec un luxe incroyable de détails, comment ils procèdent. Pour ce faire, il recourt lui-même à un vocabulaire complexe (et parfois à la limite du jargon) mais en général précis et efficace, qu’il emprunte à la linguistique ou aux études littéraires. La lecture de cet ouvrage brillant et parfois décapant exige donc du lecteur un certain effort. Mais Siracusa compense sa tendance à l’abstraction par des exemples étudiés avec soin et empruntés aux grands maîtres (Bourdieu et Becker notamment, mais aussi Willis, Freidson, etc.) comme à la sociologie quantitative. On aboutit ainsi à une vision décalée et originale de la pratique sociologique, particulièrement stimulante pour l’amateur de réflexion méthodologique. Le point faible du livre tient sans doute à sa structure relativement peu homogène  : souvent, on ne sait pas, au sein d’un chapitre, ou d’un chapitre à l’autre, à quel stade de la démonstration on se trouve, et comment lier les sous-parties entre elles. Cette particularité vient de l’agrégation de perspectives et de remarques empruntées à différents champs et à différents auteurs. La ligne centrale n’est cependant jamais perdue  : les sociologues rédigent en recourant à des procédés rhétoriques qui tendent à obscurcir leur propos, à masquer leurs modes de travail et à créer de la distance vis-à-vis des données de base. À partir de là, certaines propositions d’amélioration tombent sous le sens  : utiliser des phrases avec un agent et des verbes d’action, préciser la causalité, diminuer l’ambiguïté et la plasticité du vocabulaire, justifier les modes de description, etc. Pour le reste, il appartient au lecteur de construire lui-même, s’il le souhaite, ses propres solutions. Pour cela, il dispose désormais d’une gamme étendue d’outils pour critiquer sa propre pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brochier, « Jacques Siracusa, Les sujets du verbe. Une critique de l’écriture sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 juin 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56599 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56599

Haut de page

Rédacteur

Christophe Brochier

Maître de conférences en sociologie, dep. AES, université Paris 8, laboratoire CREDA, IHEAL, Paris III.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search