Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022David Morin, Sami Aoun (dir.), Le...

David Morin, Sami Aoun (dir.), Le nouvel âge des extrêmes ? Les démocraties occidentales, la radicalisation et l'extrémisme violent

Lucile Dartois
Le nouvel âge des extrêmes ?
David Morin, Sami Aoun (dir.), Le nouvel âge des extrêmes ? Les démocraties occidentales, la radicalisation et l'extrémisme violent, Montréal, Presses de l'université de Montréal, coll. « Politique mondiale », 2021, 568 p., en collaboration avec Sylvana Al Baba Douaihy, ISBN : 978-2-7606-4211-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, codirigé par David Morin et Sami Aoun, traite d’une problématique contemporaine brûlante : l’extrémisme violent et la radicalisation, dont l’omniprésence dans les débats politiques et médiatiques engendre une impression de consensus et une apparente unité définitionnelle. La lecture des 25 chapitres permet au contraire de saisir la pluralité des champs d’études et des orientations théoriques en sciences sociales à propos de la notion de radicalisation (partie 1), la diversité des réalités de l’extrémisme violent à travers le monde (partie 2) et la multiplicité des dispositifs institutionnels déployés pour répondre à la menace sécuritaire et sociale provoquée par le radicalisme (partie 3). La richesse intellectuelle de l’ouvrage se situe dans son caractère multidisciplinaire et le dialogue international qu’il occasionne entre la quarantaine d’auteur·ices ayant contribué à cette publication.

  • 1 On fait référence ici aux manifestations d’intolérance et de discrimination, nommées « incidents à (...)
  • 2 Amiraux Valerie et Araya-Moreno Javiera, « Pluralism and radicalization: Mind the gap! », in Paul B (...)

2L’introduction resitue le terrorisme – phénomène somme toute mineur, qui n’est ni récent ni spécifique à l’Occident – dans un contexte plus général d’extrémisme violent pour intégrer à l’analyse « les crimes et discours haineux, ainsi que l’ensemble des mouvements radicaux pouvant conduire à la violence » (p. 8). Ainsi, la violence physique, mais aussi la violence symbolique1, sont à considérer sans que la première ne soit fatalement envisagée comme l’issue évidente et naturelle de l’extrémisme. Dans les faits, le passage à l’acte terroriste est marginal. L’introduction discute les enjeux définitionnels autour de ce qui serait « extrême » ou « modéré », toujours à considérer vis-à-vis d’une norme. Il y aurait une question éthique dans l’adoption d’un positionnement normatif, qui détermine quelle idéologie est effectivement dangereuse ou non en fonction des idéaux revendiqués (le bon radicalisme et le mauvais radicalisme). Cela reviendrait, in fine, à dicter quelles idéologies et pratiques politiques sont légitimes et lesquelles ne le sont pas. En effet, une idéologie, un discours ou un rapport au monde n’étant pas extrêmes par essence, la définition du radicalisme ne peut être que relative : elle dépend des normes en vigueur dans une société donnée à une époque précise2. Les auteur·rices précisent que « si l’on veut dépasser le jugement et la confrontation de valeurs, il convient de privilégier une approche constructiviste et relationnelle du phénomène » (p. 11).

3Le premier chapitre, co-écrit par David Morin et Pablo Madriaza, questionne le risque d’instrumentalisation politique des sciences sociales dans la compréhension du phénomène de radicalisation. Les rapports entre savoir et pouvoir sont pertinents à explorer, d’autant plus à propos de ce problème public dont il a fallu produire, au nom de la démocratie et de la sécurité, des explications scientifiques dans l’urgence et concomitamment aux cadrages politiques et médiatiques. Les deux auteurs discutent également de l’engagement et du positionnement des chercheur·es, souvent à cheval entre recherche et pratique. Cette « double casquette », si elle présente un intérêt heuristique évident, nécessite parallèlement une réflexion éthique sur le caractère situé des analyses.

4Les chapitres suivants abordent l’extrémisme violent sous les prismes de la croyance (Gérald Bronner), du politique (Xavier Crettiez), de la psychologie (Louis Brunet), de la cognition (Yannick Bressan), du religieux (Martin Geoffroy ; Sami Aoun et Audrey-Anne Blanchet), de l’usage d’Internet (Séraphin Alava) et des médias (Jean-Paul Marthoz). Sans s’opposer les unes aux autres, ces analyses proposent une compréhension holistique de l’extrémisme violent. Elles permettent successivement d’entrevoir la frontière entre résistance et terrorisme, de comprendre pourquoi la violence djihadiste au sein des sociétés occidentales sécularisées et laïques a fait l’objet d’explications psychologisantes, de saisir aussi le « processus régressif groupal » (p. 93) qui mène au clivage entre le « eux » (l’Autre) et le « nous » (le groupe porteur d’un idéal). Plus précisément, Louis Brunet explore le bénéfice narcissique retiré par l’individu appartenant à un groupe extrémiste, au sein duquel le « soi-individuel » est dilué. Martin Geoffroy réaffirme la place des religions au sein de tous les extrémismes violents, en dépit des préjugés culturels occidentaux qui conduisent à nier la portée de l’intégrisme catholique par exemple. De même, Xavier Crettiez déplore l’importance centrale accordée au djihadisme en tant que problème public, au détriment d’autres menaces sous-estimées telles que l’extrême droite. Pour l’auteur, le djihadisme, parce qu’il repose a priori sur une lecture religieuse du monde, a provoqué un état de choc en Occident. En fait, les extrêmes droites, gauches ou nationalistes reposent sur une rhétorique qui, sans forcément être partagée ou ordinaire, est néanmoins appréhendable pour les chercheur·es occidentaux·ales. À l’inverse, les justifications d’apparence religieuses du terrorisme djihadiste sont difficilement saisissables au sein des sociétés occidentales sécularisées et laïques : elles paraissent irrationnelles et sont par conséquent l’objet d’explications à tendance pathologisantes.

5Les études de cas proposées en deuxième partie du livre offrent un tour d’horizon des extrémismes violents en Occident. Romain Sèze (chapitre 10) propose une analyse des parcours biographiques de djihadistes. Les militant·es emprisonné·es revendiquent ardemment la rationalité de leurs actions violentes, excluant toute explication psychologique ou sociologique. Pour l’auteur, « les acteurs intellectualisent tardivement leurs activités qui, de ce fait, apparaissent sous le jour d’engagements militants » (p. 203). Maik Fieltiz & Daniel Köhler (chapitre 11), David Morin, Stéphane Leman-Langlois et Isabelle Bouchard (chapitre 16), et surtout David Lowe (chapitre 20) soulignent les défaillances législatives qui empêchent de condamner l’extrême droite sous le sceau des lois antiterroristes. David Lowe soutient : « Il est temps que les États légifèrent contre les crimes de haine raciale et interdisent les groupes d’extrême droite qui glorifient ou font l’apologie de la violence ouvertement. Il n’est pas question ici de porter atteinte aux droits et libertés des extrémistes violents, mais de protéger et d’assurer la sécurité de la population » (p. 399).

6Les auteur·ices en dernière section de l’ouvrage analysent les réactions des démocraties face au radicalisme : la prévention de la radicalisation, la législation, les enjeux liés au retour des voyageurs extrémistes et la pédagogie sociale. Son intérêt et sa pertinence sont à souligner, la communauté scientifique s’étant largement concentrée sur la recherche des facteurs de radicalisation en délaissant le sujet des pratiques de prévention de la radicalisation. Matthew Crosston (chapitre 19) alerte sur l’hyper-financement – notamment en Europe – des politiques sécuritaires, au détriment des initiatives de prévention. Il exhorte les démocraties à investir les versants éducatifs, sociaux et le dialogue interculturel, plutôt que les logiques sécuritaires qui ciblent, stigmatisent et excluent les communautés. Dans le secteur de la prévention, Philippe Massay (chapitre 21) souligne la tension entre l’exigence sécuritaire (suspicion, contrôle, restriction des libertés de tou·tes, signalement, renseignement) et l’accompagnement relationnel qui suppose un rapport de confiance avec l’individu (secret professionnel, bienveillance, éthique et déontologie). Ghayda Hassan, Cécile Rousseau, Élise Bourgeois-Guérin, Marie-Laure Daxhelet et Sébastien Brouillette-Alarie (chapitre 23), tout en réaffirmant le danger d’une pathologisation de la violence politique, précisent que la dimension psychologique dans le processus de radicalisation n’est pas à négliger : « les données sur les trajectoires des personnes ayant commis des attentats violents en Occident révèlent de plus en plus l’influence de problèmes préexistants de souffrance identitaire et psychologique ou de problèmes de santé mentale qui, combinés à une idéologie extrémiste, augmentent le risque suicidaire ou homicidaire » (p. 453). Dans ce cadre, les auteur·ices soulignent l’importance d’impliquer les services sociaux et de la santé mentale dans l’intervention liée à la radicalisation. Des bonnes pratiques sont communiquées, notamment celle de « ne pas détecter ni dépister », au risque d’emprunter des logiques sécuritaires contre-productives. De leur côté, Pablo Madriaza et Anne-Sophie Ponsot (chapitre 24) préconisent aux chercheur·es travaillant sur la notion de radicalisation d’interroger les représentations et les pratiques des intervenant.es en première ligne pour étudier les modèles d’intervention.

7Pour conclure, cet ouvrage paraît déterminant dans le champ d’études de la radicalisation. Il rappelle que certaines formes d’extrémisme violent non seulement partagent des traits communs (exclusion des minorités, théories conspirationnistes, antisémitisme, discours anti-élite, xénophobie), mais qu’elles s’entretiennent mutuellement, et qu’il est donc essentiel de ne pas se concentrer exclusivement sur la menace djihadiste. Enfin, il rappelle avec justesse que la production de la recherche n’est pas indépendante du monde social et qu’en ce sens, les chercheur·es devraient accorder une attention particulière aux politiques publiques de prévention, dont le rôle dans la production de ce qu’est la radicalisation n’est pas à négliger.

Haut de page

Notes

1 On fait référence ici aux manifestations d’intolérance et de discrimination, nommées « incidents à caractère haineux » au Québec.

2 Amiraux Valerie et Araya-Moreno Javiera, « Pluralism and radicalization: Mind the gap! », in Paul Bramadat, Lorne Dawson (dir.), Religious Radicalization in Canada and Beyond, Toronto, University of Toronto Press, 2014, p. 92-120 ; Schmid Alex P., « The Stagnation in Terrorism Research », Terrorism and Political Violence, n° 26, 2014, p. 587-595 ; Sedgwick Mark, « The Concept of Radicalization as a Source of Confusion », Terrorism and Political Violence, n° 22, 2010, p. 479-494.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Dartois, « David Morin, Sami Aoun (dir.), Le nouvel âge des extrêmes ? Les démocraties occidentales, la radicalisation et l'extrémisme violent », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 juin 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56604

Haut de page

Lieu

Allemagne

Espagne

Grèce

Suède

Norvège

États-Unis

Canada

Australie

Belgique

Québec

Haut de page

Rédacteur

Lucile Dartois

Lucile Dartois est doctorante en cotutelle interdisciplinaire à l'Université de Lorraine (psychologie, laboratoire Interpsy) et à l'Université du Québec à Montréal (sociologie). Ses intérêts de recherche portent sur la notion de radicalité, plus précisément sur la façon dont la radicalisation est envisagée, encadrée et prévenue au sein des démocraties française et québécoise. En parallèle, elle occupe un poste de conseillère en recherche au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence à Montréal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search