Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Juan Sebastián Carbonell, Le futu...

Juan Sebastián Carbonell, Le futur du travail

Sébastien Bauvet
Le futur du travail
Juan Sebastián Carbonell, Le futur du travail, Paris, Amsterdam éditions, 2022, 192 p., EAN : 9782354802431.
Haut de page

Texte intégral

1Sociologue à l’ENS Paris-Saclay et membre du Groupe d’études et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile (Gerpisa), Juan Sebastián Carbonell défend dans son essai la thèse de la centralité du travail face aux récentes évolutions technologiques et organisationnelles des entreprises. Si le travail a « survécu » aux théories de sa disparition au tournant des années 2000, son portrait public actuel ne correspondrait pas aux réalités du terrain. Pour l’auteur, le travail entretient une relation indéfectible entre la société et l’humain – il insiste sur la double dimension anthropologique et sociale du travail (p. 17) –, malgré les évolutions qu’il connait.

2L’ouvrage est structuré en cinq chapitres. Chacun des quatre premiers déconstruit un aspect des transformations du travail en lien avec le déploiement des technologies numériques, tandis que le dernier propose une réflexion politique autour de l’évolution des normes du travail et de l’emploi. La réflexion de l’auteur, qui part du sentiment de décalage entre ses observations empiriques et les discours publics, s’appuie sur le croisement d’un ensemble de travaux théoriques et empiriques à l’échelle internationale.

  • 1 Voir par exemple Patrick Askenazy, Damien Cartron, Frédéric de Coninck, Michel Gollac (dir.), Organ (...)
  • 2 Il s’agit du « fragment sur les machines » (Grundrisse), manuscrit non publié rédigé avant Le Capit (...)

3Un premier chapitre, composite, rappelle que « dans la dynamique contemporaine du capitalisme, le travail comme les nouvelles technologies sont placés sous le sceau de la continuité » (p. 22). L’automatisation est un phénomène hétérogène qui ne touche pas toutes les activités ni toutes les organisations de la même manière. Elle peut parfois conduire à remplacer les individus par des programmes ou des machines, à les déqualifier, à intensifier leur activité ou encore à les soumettre à de nouvelles formes de contrôle, comme le montrent la plupart des recherches sur le travail1. Par ailleurs, certaines évolutions technologiques (la robotisation industrielle, le développement des caisses automatiques) ne se sont pas généralisées, notamment pour des raisons économiques. On saisit ainsi l’absence de relation mécanique entre une innovation technologique et son adoption par l’industrie. Pour l’auteur, la croyance en un remplacement radical des hommes par les machines repose sur l’hypothèse marxienne originelle d’une réduction du travail humain grâce à la connaissance et à la technologie2. Or l’histoire de l’industrie et des résistances des travailleurs, entraînant parfois la destruction des machines (l’auteur évoque notamment l’exemple du mouvement des luddites britanniques au début du XIXe siècle), est à replacer dans le processus général marqué par un usage patronal et un environnement socioéconomique précis.

  • 3 Guy Standing, The Precariat. The New Dangerous Class, Londres, Bloomsbury, 2011. L’auteur rappelle (...)

4Le deuxième chapitre conteste la « précarisation généralisée de l’emploi » (p. 57), alors que la thèse du précariat défendue depuis les années 1970 pourrait être renforcée par l’émergence de catégories de travailleur·euses liées à la plateformisation de l’économie. Pour Guy Standing, économiste qui a popularisé la notion3, le précariat représente une nouvelle classe sociale, fragmentée, située entre le prolétariat et les demandeurs d’emploi, caractérisée par l’absence d’accès à la protection sociale et aux bénéfices liés au capital. Juan Sebastián Carbonell remet en question cette analyse à travers trois séries d’arguments : d’abord, des difficultés liées à la pluralité des définitions de la précarité ; ensuite, l’augmentation des effectifs des catégories précaires, qui serait davantage nourrie par la réduction de l’inactivité que par la transformation du travail ; enfin, des données d’emploi contre-intuitives face à la généralisation du précariat, notamment le maintien du niveau d’ancienneté ou la distribution des contrats de travail selon des logiques encore générationnelles. Pour l’auteur, les « précaires » demeurent une fraction du prolétariat surtout composée de certaines catégories sociales (jeunes, femmes, immigré·es), et la précarité a des racines aussi anciennes que le capitalisme : la période d’emploi stable spécifique aux Trente glorieuses (1945-1975) reste une exception explicable par des facteurs économiques et historiques particuliers.

  • 4 Nick Srnicek, Plateform Capitalism, Cambridge, Polity Press, 2016.
  • 5 Guillaume Tiffon, La mise au travail des clients, Paris, Economica, 2013.
  • 6 Andrea Fumagalli, Stefano Lucarelli, Elena Musolino, Giulia Rocchi, « Digital Labour in the Platfor (...)

5Le troisième chapitre aborde plus frontalement la question de la nouvelle économie, et tente de défaire d’autres évidences. L’auteur rappelle que l’emploi dans l’industrie manufacturière n’a jamais été aussi fort à l’échelle mondiale, et que la désindustrialisation n’est observable qu’à l’échelle locale dans les pays occidentaux. En revanche, la création de nouveaux produits et services conduit à l’émergence d’une « armée de nouveaux prolétaires du numérique » (p. 93) au cœur du « capitalisme de plateforme »4. Les plateformes numériques accompagnent les processus de marchandisation – au sens d’une mise en économie des ressources de l’individu nouvellement mises au jour – ; elles produisent et managent une nouvelle forme de tâcheronnat. Juan Sebastián Carbonell nuance les thèses du digital labor, selon lesquelles une importante part de la production d’Internet repose sur du travail gratuit des utilisateurs – comme le prolongement numérique de la mise au travail des clients5. Trois limites sont présentées par l’auteur : d’abord, l’hétérogénéité des éléments décrits comme du « travail » (par exemple, entre la production originale sur une plateforme de partage vidéo et les traces numériques liées à la navigation sur un moteur de recherche) ; ensuite, l’absence d’« architecture économique et technique capable de capter les données numériques produites par les usagers et de leur accorder un sens et une valeur » (p. 106-107) ; enfin, sa part faible dans les résultats de l’économie numérique – on peut ici regretter que la donnée sur laquelle repose ce dernier argument s’appuie sur une publication de 2014. Ce constat rapide aurait également pu conduire l’auteur à distinguer digital labor et digital work6. Si Carbonell admet que le numérique produit du contrôle dans le travail, et que l’invisibilisation du travail est un objet crucial de l’analyse des rapports sociaux, il réfute le statut de modèle économique performant qui lui est accordé : les entreprises caractéristiques des organisations de plateforme (Uber, Tesla, etc.) ne résisteraient pas mieux que les autres aux crises économiques, et dépendent encore du travail et de l’investissement des travailleur·euses.

  • 7 Allen Joe, The Package King: A Rank and File History of United Parcel Service, Chicago, Haymarket B (...)

6Le quatrième chapitre s’appuie sur les résultats de travaux de thèses récents pour décrire le « capitalisme logistique », lié à l’internationalisation des chaînes d’approvisionnement. Le capitalisme logistique est présenté comme l’« une des principales sources de la création de nouveaux emplois ouvriers dans le monde » (p. 116). La logistique ne serait plus une composante des services généraux mais un secteur à part entière dont la position stratégique est désormais fondamentale. Pourtant, la « révolution logistique » décrite dès les années 1980 ne tient pas toujours ses promesses de fluidité et de rapidité : les chaînes d’approvisionnement connaissent des fragilités spécifiques, mises en lumière en période de crise. Surtout, les nouvelles technologies associées à la gestion des entrepôts conduisent à « une intensification du travail et une déqualification de la main-d’œuvre » (p. 131) observable dans la gestion des espaces et des tâches. L’auteur décrit de façon instructive l’organisation du travail sur les plateformes logistiques, dont les taux d’accidentologie sont désormais supérieurs à ceux du secteur du BTP, et dont les effectifs ont dépassé ceux de la catégorie des ouvriers. S’appuyant sur les réflexions du syndicaliste et historien Joe Allen7, ancien salarié de l’entreprise postale United Parcel Service, il fait le pari politique que ceci constitue un potentiel de subversion dont les signes sont observables dans des mouvements de grève récents.

7Le dernier chapitre de l’ouvrage critique les principales propositions visant à résoudre la « crise » du travail – le démarchandiser, le démocratiser et/ou le libérer. Pour Juan Sebastián Carbonell, « la seule perspective viable face aux mutations contemporaines du capitalisme est de poursuivre deux objectifs inséparables : libérer la vie du travail et libérer le travail de la domination du capital » (p. 147). La première proposition, centrée sur le projet de revenu universel, nierait les dimensions constructrices et collectives du travail, et produirait une nouvelle forme de domination par la prédominance d’« une relation individuelle à l’État » (p. 153), sans pour autant réduire les inégalités (notamment de capital). La deuxième proposition, qui renvoie à diverses initiatives de réorganisation des entreprises, a pour défaut de toujours placer le gain d’efficacité économique comme principal objectif. Enfin, la proposition d’abolir le travail dans sa forme actuelle, notamment grâce à l’automatisation, comporte le risque d’accentuer la déqualification et l’atomisation des individus et oublie le caractère structurant du travail, pour l’écrasante majorité d’entre eux. Selon Carbonell, le travail devrait voir son poids temporel réduit – sans compensation à travers l’intensification ou la flexibilité – et son contrôle exercé par les salarié·e·s, pour permettre des prises de décisions collectives sur les points essentiels (utilisation du capital, rythme et qualité de la production, sécurité, etc.). Le travail acquerrait ainsi une dimension politique : « la lutte pour un temps doublement libre (libéré du travail et du capital) peut devenir une perspective joyeuse pour le mouvement social, loin des calculs budgétaires qu’implique nécessairement le revenu universel, ou de la démission individuelle que représente le refus du travail » (p. 174).

8Le « futur » du travail, interrogé de toute part sous l’angle technique et/ou organisationnel, apparaît sous la plume de Juan Sebastián Carbonell préservé de certaines analyses rapides et monofactorielles, qu’elles soient critiques ou enchantées – même si le faisceau de signes mis en perspective relève davantage de l’argumentation politique que de la démonstration scientifique. Le travail, composante essentielle des sociétés humaines, est maintenu dans une vision intégratrice, non dénuée de luttes et de progrès sociaux. Toutefois, il demeure une interrogation – qui constitue moins une faiblesse du propos qu’un besoin de le prolonger – quant à la place du travail au sein de l’ensemble des activités humaines et à leur influence mutuelle : en effet, si l’hypothèse de la centralité et de la spécificité du travail est convaincante, celui-ci ne saurait être insensible à l’évolution des habitudes et des représentations liées aux pratiques d’information, de consommation ou de formalisation – voire de monétisation – des expériences informelles. En cela, le vœu d’accroissement du temps de loisirs grâce à la libération de la vie du travail ne doit pas faire oublier que ce temps semble déjà occupé par les objets et les services promus par le capitalisme et structuré par des modalités d’accès guidées par la nouvelle économie. Si les transformations technologiques et/ou organisationnelles du travail ne peuvent pas produire de nouvelles normes sociales et culturelles aussi facilement qu’on pourrait le croire, celles qui ont cours hors du travail peuvent induire des effets directs ou indirects, ne serait-ce que par la faiblesse – en apparence – de leur politisation.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Patrick Askenazy, Damien Cartron, Frédéric de Coninck, Michel Gollac (dir.), Organisation et intensité du travail, Toulouse, Octarès, 2006.

2 Il s’agit du « fragment sur les machines » (Grundrisse), manuscrit non publié rédigé avant Le Capital et découvert dans les années 1960-1970.

3 Guy Standing, The Precariat. The New Dangerous Class, Londres, Bloomsbury, 2011. L’auteur rappelle qu’en France, le sociologue Robert Castel soutenait déjà la thèse du précariat (voir Robert Castel, « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat ? », in Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité : l’apport des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 416-433).

4 Nick Srnicek, Plateform Capitalism, Cambridge, Polity Press, 2016.

5 Guillaume Tiffon, La mise au travail des clients, Paris, Economica, 2013.

6 Andrea Fumagalli, Stefano Lucarelli, Elena Musolino, Giulia Rocchi, « Digital Labour in the Platform Economy: The Case of Facebook », Sustainability, 2018, vol. 10, n° 6, p. 1-16.

7 Allen Joe, The Package King: A Rank and File History of United Parcel Service, Chicago, Haymarket Books, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Juan Sebastián Carbonell, Le futur du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56700 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56700

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search