Navigation – Plan du site

« Catégories politiques. Enjeux éthiques au cœur du pouvoir », Emulations, n°8, 2010

Cristina Popescu
Catégories politiques
Stéphane Baele (dir.), « Catégories politiques. Enjeux éthiques au cœur du pouvoir », Emulations, n° 8, 2010, Presses universitaires de Louvain, EAN : 9782874632600.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Emulations propose un numéro thématique réunissant sept contributions éclectiques de jeunes chercheurs en sciences sociales autour de la question des catégories politiques, c’est à dire des façons d’organiser la pensée et le monde. C’est sur la base de ces catégories que les lois et les normes se construisent. Ce sont ces mêmes catégories qui viennent nous montrer, lors de leur mise en place, les enjeux éthiques se manifestant au coeur du pouvoir.

2Du moment où l’on admet que la pensée humaine travaille par catégories, on devrait poser aussi la question de la pertinence de leur compréhension. Car si le processus de catégorisation est inévitable, comme nous le rappelle ce recueil, nous avons aussi le choix de le déconstruire. Mieux comprendre les catégories, c’est un premier pas pour trouver des réponses à des processus comme la stigmatisation ou la discrimination ; ainsi la pensée unique semble bien être remise en question. Mais comment procéder ensuite du côté theorique et méthodologique ? Nous pouvons trouver nos ressources dans plusieurs disciplines sociales et humaines qui s’arrêtent sur la question des catégories ; certaines, comme la philosophie, les positionnent même sur une place centrale. Dans ce numéro de la revue Emulations une proposition nouvelle nous parvient, dans le sens où privilégier une seule discipline ne semble pas suffir. Par contre la multidisciplinarité a des atouts non-négligeables, car il s’agit bien d’une approche schématique dans laquelle les disciplines dialoguent et qui permet de saisir les rapprochements, ainsi que les oppositions entre elles.

3Malgré leur diversité thématique et la complexité de l’approche multidisciplinaire, les contributions du volume arrivent à se réunir autour d’un fil conducteur, en participant toutes de la déconstruction du processus de catégorisation dans le monde socio-politique. Ces études s’organisent en trois grandes parties qui circulent notamment de l’objet au sujet, des pratiques à la théorie. Une première partie regroupe ainsi deux études qui portent sur le processus de catégorisation des objets et des enjeux d’ordre politique qui se trouvent derrière celui-ci. Les stratégies des acteurs sont bien mises en évidence par Grégoire Lits dans son article sur la négociation des différentes catégories de déchets nucléaires. Même si on se trouve dans un champ scientifique, les catégories sont loin d’être neutres, car leurs choix vont déterminer ultérieurement des façons spécifiques d’organiser le monde. L’article de Géraldine Thiry suit également cette direction. Elle montre que les chiffres mêmes ne sont pas neutres, tout en prenant le cas des indicateurs qu’on propose comme alternative au PIB. Ces indicateurs se basent sur des catégories sociales, politiques et cognitives et ils vont ensuite participer à la création de nouvelles catégories (par exemple la distinction entre les pays « soutenables » / « non soutenables »).

4Si des objets sont créés par la catégorisation, des sujets aussi sont rassemblés dans des catégories. Nous envisageons trois cas de figure : le refus de la catégorie et l’essai d’imposition de ses propres normes visibles dans l’étude de Pierre Schmitt qui porte sur la contestation de la catégorisation imposée par les instances publics aux sourds ; la négociation et l’affirmation de l’appartenance à une catégorie qui est celle d’ « indigène » dans l’étude de German Dario Fernandez sur les jeunes Huarpès boursiers d’une Université publique argentine ; et la lutte d’imposition de sa propre catégorie dans le cas des groupes de Noirs et de malades de HIV / SIDA étudiés par Mélaine Cervera et Renaud Hourcade. Les trois études mettent en jeu l’échange entre les individus et le pouvoir d’institution en catégories – ce dernier étant propre aux instances administrativo-politiques. La mise en catégories a une influence directe sur la vie des individus. Dans le cas des sourds, par exemple, le fait d’être mis dans la catégorie « handicap » semble nier toute une richesse culturelle, la langue des signes n’étant pas accessible par l’intermédiaire d’une éducation bilingue. Pour d’autres individus, comme les malades de HIV / SIDA et les Noirs, le fait d’être visibles en tant que catégorie est vital. La catégorie de « minoritaire » peut venir des acteurs eux-mêmes, ce ne sont pas toujours les autres qui l’attribuent aux groupes. Ceux-ci s’auto-catégorisent afin de détruire le stigmate qui les entoure. Sans doute, une grande confiance dans le pouvoir de l’Etat traverse les communautés analysées.

5Un troisième volet a une visée plutôt théorique. Les enquêtes, l’analyse de documents, les observations sont remplacées par des réflexions plus théoriques sur la question de la catégorisation et des catégories. Nicolas Mary insiste sur les apports d’une approche fonctionnaliste inspirée par Robert King Merton dans l’explication d’un rapport de forces qui s’établit entre le groupe dominant et les dominés. L’institution du hors-groupe (outgroup) par le rejet  a une fonction importante pour le groupe, car le premier constitue un « bouc émissaire désigné », une « victime expiatoire ». Le hors-groupe renforcerait la cohésion du groupe, tout en lui renvoyant une image flatteuse. Une connaissance plus approfondie de ce phénomène aiderait à mieux comprendre la discrimination. La question théorique est ensuite relayée par une deuxième contribution qui conclut le numéro. Il s’agit d’une interview croisée qui réunit trois spécialistes de la catégorisation provenant de domaines différents : philosophie, science politique et intelligence artificielle. Les participants répondent à des questions qui se veulent « déconnectées de tout cadre de référence théorique » ; cette approche comporte pourtant des risques, car nous nous retrouvons devant des questions qui ne sont pas comprises par les interlocuteurs ou qui restent sans réponse. Et cela semble réconforter, une fois de plus, l’idée que chaque discipline privilégie certains aspects de la question des catégories et des catégorisations.

6L’intérêt et l’originalité de ce numéro de la revue Emulations consistent à apporter au devant de la scène des précisions sur un type de catégories spécifiques, les catégories politiques. Si une approche plutôt sociologique semble prédominer dans les études empiriques, les coordonnateurs essaient d’élargir les questionnements sur le plan théorique avec des explications venant d’autres disciplines comme la philosophie, les sciences cognitives ou la science politique. Cependant, malgré le remarquable effort de modélisation, on peut se demander s’il n’y a pas une certaine asymétrie entre l’ambition épistémologique avouée et la visée des études empiriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Popescu, « « Catégories politiques. Enjeux éthiques au cœur du pouvoir », Emulations, n°8, 2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 28 mai 2011, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5673

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page