Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Christine Bénévent, Miroirs d’encre

Christine Bénévent, Miroirs d’encre

Julie Moucheron
Miroirs d'encre
Christine Bénévent, Miroirs d'encre. Histoire du livre, désirs de lecture, Paris, EHESS, coll. « Apartés », 2022, 280 p., ISBN : 978-2-7132-2889-6.
Haut de page

Texte intégral

1Miroirs d’encre (sous-titré : Histoire du livre, désirs de lecture) est le troisième titre de la nouvelle collection « Apartés » fondée en 2022 aux éditions de l’EHESS. Avec l’objectif de mêler « l’expérimentation narrative et subjective aux sciences sociales »1, cette collection invite des chercheurs contemporains à développer un discours réflexif, sinon autobiographique, vis-à-vis de leur pratique savante et de leur trajectoire. Dès la fin des années 1980, l’« ego-histoire » de Pierre Nora avait ouvert la voie à de telles explorations subjectives, non sans quelques contestations ; aujourd’hui, les sciences sociales sont moins rétives à assumer la part personnelle dans l’élaboration du travail scientifique, et il va de soi que l’attention portée aux écritures situées permet d’« explorer de nouvelles configurations du savoir »2.

  • 3 Michel Beaujour, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Paris, Seuil, « Poétique », 1980. ( (...)

2Après l’historienne Camille Lefebvre et l’anthropologue Dominique Cazajus, c’est à Christine Bénévent de prendre la plume pour un aparté dense et érudit. Professeure à l’École nationale des chartes où elle est l’actuelle titulaire de la chaire d’histoire du livre moderne, l’autrice est spécialiste de la littérature de la Renaissance, en particulier de l’œuvre épistolaire d’Érasme à laquelle elle a consacré sa thèse. Son ouvrage Miroirs d’encre affirme son statut d’essai mixte « entre l’essai cognitif, l’essai sur le livre, et l’essai méditation » (p. 233). Il s’inscrit sous le patronage évident – et revendiqué – de Montaigne. Cependant, si l’auteur des Essais pouvait écrire « Je suis moi-même la matière de mon livre » au seuil de son livre III, la formule n’a ici rien d’évident, car ce sont bien les livres et les idées qui sont au centre de Miroirs d’encre, et non la chercheuse. Sans mettre en avant son impressionnant palmarès académique, Christine Bénévent adopte un point de vue mesuré et modeste : toute trace d’ego se fait discrète, à l’ombre de sa riche bibliothèque. Le titre, emprunté à un ouvrage de Michel Beaujour3, exemplifie parfaitement la démarche générale de l’essai : produire un discours sur le livre, à la fois pédagogue et suggestif, à partir d’un jeu de miroirs et de miroitements textuels. D’un titre à l’autre, de citation en manuscrit, du classique des sciences sociales au livre personnellement chéri, mais aussi dans une position volontairement instable entre les disciplines, le jeu intertextuel crée un dispositif quasi kaléidoscopique. La mobilité du texte se prête à l’oscillation du propos entre analyse ferme et interrogation ouverte ; elle encourage également la réflexion du lecteur ou de la lectrice, compagnon admiratif de ce voyage livresque.

3Les quelque 230 pages de l’essai sont organisées selon une construction rigoureuse et refusant le systématisme. Les cinq grands chapitres portent sur différentes facettes du livre en tant qu’objet et texte, autrement dit comme medium à la confluence des savoirs et des approches possibles. Chaque chapitre est ensuite divisé en trois parties. Comme l’explique Christine Bénévent, cette « structure en spirales concentriques » (p. 16) provient d’un effort pour amalgamer des discours de provenance et de statut différents. L’hétérogénéité est assumée. Car, au sein de chaque partie, nulle linéarité, nul ordre prédéterminé. L’écriture essayiste multiplie les angles d’approche, ou plutôt, procède « à sauts et à gambades », selon l’expression de Montaigne, afin d’aborder une grande diversité d’objets et de thématiques sans priorité ni hiérarchie. L’ensemble se donne comme un constant va-et-vient entre citations et références, entre études de cas particulières et convocations d’analyses de fond, entre exposé et anecdote. L’autrice-essayiste confesse un goût pour le feuilletage citationnel, une « dévotion aux livres lus, qui s’est toujours traduite par un recours enragé aux citations et aux notes en bas de page obèses » (p. 83), tenue de s’adapter aux exigences d’une collection imposant d’alléger l’apparat critique (la riche bibliographie finale contentera néanmoins les lecteurs avides de nouvelles découvertes). Parmi les compagnons intellectuels les plus cités au fil de l’essai, on recense Roland Barthes et Julien Gracq, mais aussi Gérard Genette, Michel de Certeau, Pierre Bourdieu, Pierre Bayard ; cette liste non exhaustive montre bien la diversité des horizons disciplinaires convoqués.

4Le premier chapitre, intitulé « L’empire du texte », évoque le paradigme textualiste, d’inspiration structuraliste, dominant dans les classes préparatoires au moment où l’autrice y débutait sa formation académique. À cet apprentissage de la mise à distance du texte en tant qu’objet linguistique, elle mentionne un autre empire fondateur : celui des lectures de jeunesse, de Fantômette à Kundera. Ce premier chapitre est aussi l’occasion, pour celle qui prolonge ses habitudes d’enseignante, de rappeler quelques questions fondamentales des études littéraires, par exemple la définition problématique de la littérarité, ou de l’œuvre classique : tout au long de l’ouvrage, les courtes mises au point notionnelles ou historiographiques, « petites révolutions coperniciennes » (p. 209) présentées sans ambages, voisinent avec des réflexions plus singulières. Les chapitres 2 et 3, « Du texte au livre » et « Du livre au texte », se complètent. Partant d’expériences personnelles (ainsi, sa fréquentation du séminaire de Michel Jourde à l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud, ou bien la pratique de la philologie) et restituant des débats méthodologiques issus de disciplines variées, Christine Bénévent souligne l’ambivalence constitutive de toutes les études sur le livre. Ce dernier n’est pas un simple objet, dénué de sens et de valeurs ; inversement, il n’est jamais uniquement un contenu textuel ou intellectuel détaché de ses ancrages matériels et historiques : les points de vue purement historique ou « littéraire » ne sont que des vues partielles qu’il convient de faire dialoguer. Les réflexions de l’essayiste sur la bibliophilie, sur les difficultés posées par l’observation des manuscrits médiévaux et modernes (aux multiples leçons et variantes), sur l’édition des textes numériques (car l’outil permet d’annoter les corpus de façon très détaillée et érudite, parfois au détriment de leur lisibilité), offrent autant d’éclairage sur cette question complexe. Les références sont amples : de la bibliothèque d’Alexandrie à Lucien Febvre et jusqu’au new historicism anglo-saxon, avec quelques incursions du côté de la fiction (par exemple, chez Georges Perec), Christine Bénévent mobilise un vaste éventail de penseurs et de concepts, sans se limiter à sa spécialité initiale, la littérature de la Renaissance, dans laquelle elle puise une part raisonnable d’exemples. Le chapitre 4, « Des bibliothèques et des livres », propose un élargissement du propos en abordant les lieux de l’érudition livresque : car l’histoire des bibliothèques ne recoupe pas tout à fait celle du livre. En partant à nouveau de souvenirs personnels – l’autrice rend plusieurs fois hommage à une enfance bibliophile fondatrice –, l’essai réfléchit aux spécificités françaises en matière de gestion du « patrimoine écrit », avec quelques mises au point notionnelles et juridiques utiles. Comme dans les autres chapitres, Christine Bénévent rapproche volontiers les représentations usuelles de la bibliothèque de débats plus actuels. Enfin, le dernier chapitre, « Penser livre », aborde frontalement une question qui transparaît tout au long de l’essai : les mutations contemporaines du livre, avec le tournant numérique, gagnent à être pensées en lien avec les réalités économiques, l’expérience éditoriale, mais aussi avec le corps et la dimension sensorielle du rapport au papier.

  • 4 Texte de la leçon inaugurale prononcée par Roland Barthes le 7 janvier 1977 au Collège de France.
  • 5 Entre des dizaines d’exemples possibles, nous songeons à l’ouvrage de Marine Le Bail, L’Amour des l (...)

5En somme, Miroirs d’encre reflète la diversité des questionnements d’une chercheuse qui a navigué entre les disciplines, au cours de sa trajectoire, et qui paraît soucieuse de ne pas fixer de point final à ses interrogations. La recherche est une « ascension périlleuse, et toujours en cours » (p. 157), rappelle-t-elle modestement. Il est possible que l’ensemble apparaisse peu accessible au lectorat qui ne baignerait pas déjà dans un univers intellectuel où l’on passe aisément d’Érasme à Roger Chartier, de la philologie à Bruno Latour, et de Joyce Carol Oates au linguistic turn : les va-et-vient chronologiques et l’alternance rapide entre éléments historiques et critiques peuvent dérouter. L’autrice reconnaît cet aspect et le met en perspective : la référence bourdieusienne, les allusions aux inégalités devant la lecture, expriment la conscience d’un indéniable privilège lettré. Une fois formulées ces nuances, ainsi qu’une interrogation bienvenue sur la dimension genrée du parcours, force est de constater la vertu de l’essai, en termes de pensée itinérante et suggestive. Comme (ne) le définissait (pas) Roland Barthes, l’essai est un « genre ambigu où l’écriture le dispute à l’analyse, et la méthode au fantasme »4 : le dispositif essayistique révèle sa pleine efficacité en ce qu’il permet de ne pas enfermer le propos de Miroirs d’encre dans une position docte. Au contraire, son énonciation dynamique rappelle, à celui ou celle qui est engagé·e dans une voie disciplinaire, ce qu’il ou elle doit aux autres… On prolongera donc la lecture de ce stimulant essai par une exploration « en miroir » de sa bibliographie finale et d’autres ouvrages récents sur le livre et son histoire5, afin d’enrichir notre compréhension historique et littéraire d’un medium protéiforme. Comme le démontre par l’exemple Christine Bénévent, c’est en arpentant sans cesse la bibliothèque et en multipliant les parcours, que se dégagent, non des certitudes définitives, mais des éclairages féconds sur l’histoire et l’amour du livre.

Haut de page

Notes

1 Propos relevés sur le site de l’éditeur : http://editions.ehess.fr/collections/

2 Idem.

3 Michel Beaujour, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Paris, Seuil, « Poétique », 1980. (L’auteur souligne les ressemblances et la cohérence d’un corpus autobiographique transséculaire où se croisent, entre autres, Montaigne, Rousseau, Leiris, Malraux et Barthes.)

4 Texte de la leçon inaugurale prononcée par Roland Barthes le 7 janvier 1977 au Collège de France.

5 Entre des dizaines d’exemples possibles, nous songeons à l’ouvrage de Marine Le Bail, L’Amour des livres la plume à la main : écrivains bibliophiles du XIXsiècle (Rennes, PUR, 2021), qui étudie la fortune littéraire de la bibliophilie au « siècle de l’histoire » en multipliant les points de vue et les ancrages disciplinaires ; ou encore à celui de Jean-Charles Geslot, Histoire d’un livre. L’histoire de France de Victor Duruy (Paris, CNRS éditions, 2022), qui propose de se focaliser sur la destinée d’un ouvrage de vulgarisation historique paru sous le Second Empire – cette variation sur le courant actuel de l’histoire par les objets constituant un riche point d’entrée vers l’histoire éditoriale et l’historiographie au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Moucheron, « Christine Bénévent, Miroirs d’encre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 juin 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56748

Haut de page

Rédacteur

Julie Moucheron

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres, Julie Moucheron est doctorante à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et membre du Rirra 21.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search