Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Philippe Artières, Histoire de l’...

Philippe Artières, Histoire de l’intime

Laure Sève
Histoire de l'intime
Philippe Artières, Histoire de l'intime, Paris, CNRS, coll. « À l'œil nu », 2022, 148 p., illustration Vanessa Vérillon, EAN : 9782271139306.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut souligner que cette affirmation est en partie contradictoire avec la place que Philippe Art (...)

1Avec cet ouvrage illustré par Vanessa Vérillon, Philippe Artières signe un vaste panorama des visages qu’a pris ce que l’on nomme l’intime, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à l’époque contemporaine. Si, comme il le dit, l’histoire qu’il retrace aurait pu commencer plus tôt, l’auteur a fait le choix de se centrer sur la « capitale » (p. 7) du territoire moderne de l’intime : le corps, « terrain de luttes permanentes » (p. 8). Se trouve dès lors justifiées les bornes chronologiques du récit, car c’est qu’à partir de la Révolution française que la « généralisation de l’intime » prend une ampleur nouvelle. Par ailleurs, pour l’historien, intimité rime avec contestation – en tant qu’elle est liée à la liberté individuelle – mais aussi avec émancipation des femmes puisque, écrit-il, « faire l’histoire de l’intime […], c’est très largement écrire un récit au féminin [car] il n’y eut pas d’intimité masculine jusqu’aux années 2000, dans la mesure où c’est l’homme qui, toujours, dicta les normes dans les espaces publics et domestiques » (p. 9). Autrement dit, disposer d’une intimité, c’est être en mesure de dicter ses propres lois, fixer les règles et les normes en vigueur, même si ce n’est que sur un espace restreint comme celui du chez soi. Dès lors, dans la perspective d’une histoire de la contestation et de la revendication d’une intimité, Philippe Artières semble affirmer que l’histoire de l’intimité au masculin ne commence qu’au XXIe siècle, dans un contexte où l’intimité féminine a pu faire valoir un certain nombre de droits1.

2Dans une logique de transmission « simple et vivante » des savoirs revendiquée par la collection « À l’œil nu » de CNRS Éditions, le livre aborde successivement, au sein de chapitres illustrés par quelques images, différentes figures ou espaces de l’intimité. Le voyage commence ainsi par le « chez soi » et par la progressive démocratisation et diffusion du modèle bourgeois d’unité privative d’habitation au cours du XIXe siècle, jusque dans les couches inférieures de la société. Le domicile devient alors l’espace de la famille, « pilier de l’État » et objet de politiques publiques, lieu d’intimité encore largement dominé par la figure du père, qui y exerce son pouvoir et parfois sa tyrannie. Autour du logement, on trouve des cercles de sociabilité plus ou moins élargis, qui n’échappent pas non plus au contrôle du pouvoir politique. C’est ensuite la « bonne éducation » qui est passée au crible de l’analyse historique et Philippe Artières dépeint à grands traits l’inculcation de la maîtrise de soi et des émotions qui est faite aux enfants, et en particulier aux filles, ainsi que l’encouragement à développer leur vie intérieure et spirituelle, dont les modalités sont devenues une norme dans les milieux bourgeois. L’ouvrage nous amène ensuite au tournant du XIXe siècle, alors que s’amorce, pour les femmes en particulier, la lutte pour l’intimité et la réappropriation de leur corps, comme levier pour s’affranchir du pouvoir du patriarcat. Mais l’émancipation se fait sous contrôle, car on assiste en parallèle à une « pathologisation du moi », que le personnage d’Emma Bovary incarne pleinement, et au développement d’une « médecine du moi » (menée par les hygiénistes, psychiatres, psychanalystes) qui vise à mettre des mots sur les « pathologies » et faire rentrer dans le rang les individus considérés comme déviants. . Le XXe siècle marque quant à lui l’entrée dans une période d’exhibition de l’intime, essentiellement féminin, aux regards d’un public presque exclusivement masculin, que ce soit dans les arts ou à la télévision. Ce n’est alors que dans les années 1960-1970 que la libération de l’intime aboutit réellement, au moment où la nouvelle génération, en affirmant que « le privé est politique », tente de réinventer une nouvelle intimité moins contrainte. Cependant, cette intimité libérée est de plus en plus exposée aux dispositifs de surveillance (caméras dans l’espace public, surveillance informatique des contenus échangés sur le web, smartphone…) dans un contexte où, à l’intimité individuelle, on tend à préférer la sécurité collective (c’est-à-dire la surveillance des données pour éviter les attentats, en particulier depuis ceux du 11 Septembre à New York).

3Chaque chapitre de l’ouvrage explore, de manière succincte, une facette différente de l’intime et présente au lecteur des extraits d’archives au sens large, d’origines et de natures très diverses, ainsi que des zooms sur des points plus précis. On découvre par exemple dans les extraits d’un manuel intitulé Du perfectionnement de l’éducation des jeunes filles, signé par la comtesse de Bassanville en 1847, la manière dont les jeunes filles étaient encouragées à la pratique du journal intime et à la réflexion sur soi, et on y voit un des jalons de la construction socio-historique de dispositions féminines à l’introspection et à la sensibilité. Le même chapitre est illustré plus loin par une brève histoire du journal intime, tirée des travaux de Philippe Lejeune, qui revient sur deux des premières diaristes à avoir été publiées, Claire Pic en 1862 et Marie Bashkirtseff en 1884. Le livre s’appuie ainsi sur la lecture d’ouvrages d’historiens qui ont initié des enquêtes de la vie quotidienne, tels que celui de Michelle Perrot sur la chambre ou celui de Jean-Jacques Courtine sur les émotions, références qui ne sont cependant précisées qu’en fin d’ouvrage. En effet, toujours dans cette optique de vulgarisation, on ne trouve aucune note de bas de page au fil de la lecture.

4En plus d’offrir des aperçus et des éclairages multiples sur ce qu’est l’intime, l’ouvrage s’articule et s’organise autour de la défense d’une thèse, exposée dans les toutes premières pages. Au cours des 250 dernières années, on aurait assisté « à la naissance, à la vie, puis à la mort de l’intime » (p. 9). Cette thèse part de l’idée que, après la constitution au XVIIIe siècle de l’intime comme territoire à conquérir, pour les classes populaires et pour les femmes au premier chef, la revendication d’une intimité est devenue au cours du XXe siècle une des manières de résister aux normes sociales, dans un contexte où l’État tente en parallèle de maintenir son contrôle sur les individus. Cependant, les évolutions récentes permises par les nouveaux moyens d’information et de communication nous auraient fait entrer dans un autre moment, celui de l’« extime », les individus s’exhibant sur les réseaux et les communautés en ligne. Et Philippe Artières de conclure : « Si l’intime a joué ce rôle [de producteur inventif de nouveaux imaginaires] dans l’histoire du sujet en Occident, on peut faire l’hypothèse que l’extimité dans un espace mondialisé serait une forme de résistance, plutôt qu’une soumission à un ordre établi. S’agit-il alors de défendre l’intimité ? Rien n’est moins sûr. Elle semble désormais appartenir au passé » (p. 134).

5Si la multiplicité des points de vue, la fluidité de lecture et les qualités esthétiques constituent indéniablement les points forts de ce court opus, il offre davantage un point de départ et une belle invitation à prolonger les recherches qu’un véritable ouvrage de référence sur cette vaste question que constitue l’histoire de l’intime, qui suscite, à juste titre, un intérêt croissant dans le champ académique.

Haut de page

Notes

1 On peut souligner que cette affirmation est en partie contradictoire avec la place que Philippe Artières accorde au mouvement de Mai 68 et la revendication d’une intimité, par les femmes comme par les hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Sève, « Philippe Artières, Histoire de l’intime », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 juin 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56770

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search