Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Gilles Moreau, S’asseoir et se re...

Gilles Moreau, S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s) d’un sociologue de province

Anaïs Lehmann
S'asseoir et se regarder passer
Gilles Moreau, S'asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s) d'un sociologue de province, Paris, La Dispute, 2022, 197 p., ISBN : 978-2-84303-314-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur cite ainsi des travaux d’historien·nes, de sociologues et d’écrivain·es se réclamant ou no (...)

1De quelle(s) histoire(s) est-on le produit ? Plus encore, quels chemins mènent au métier de sociologue ? Comme d’autres avant lui1, Gilles Moreau se livre dans cet ouvrage à l’exercice périlleux de l’auto-socio-analyse et restitue les embranchements de sa trajectoire sociale l’ayant mené d’une enfance en milieu populaire et rural à une position de professeur de sociologie à l’université de Poitiers. S’appuyant sur ses propres souvenirs et sur un corpus d’archives militantes personnelles, l’auteur suit un ordre chronologique et déplie son récit de « transfuge social » en trois parties, qui semblent aussi pensées comme une succession de matrices de socialisation entrant parfois en concurrence.

  • 2 Il mobilise notamment les travaux de Lahire Bernard, Culture écrite et inégalités scolaires. Sociol (...)

2Dans les trois premiers chapitres, Gilles Moreau s’intéresse à sa « socialisation » initiale au sein de la famille et de l’espace social local dans lesquels il grandit. Prenant les lectrices et lecteurs par la main pour un tour de son bourg natal de l’Ouest français, il expose de manière relationnelle et socio-historique les logiques de pouvoir, prenant racine dans des conditions matérielles et symboliques, ayant cours dans et en dehors de sa parentèle. Le sociologue souligne notamment la mobilité sociale de son père permise par l’obtention du certificat d’études primaires et par le côtoiement des élites locales lié à sa position de garde champêtre, mobilité qui rejaillit sur ses enfants. L’auteur insiste toutefois : côtoiement ne veut pas dire sociabilité intensive ni effacement des frontières sociales, et il attribue en partie au repli sur soi de sa famille nucléaire d’avoir rendu possible une socialisation de sa fratrie à la culture légitime par le biais de l’école. Les trois frères obtiennent ainsi le baccalauréat et poursuivent des études supérieures, une anomalie familiale si l’on considère la situation de leurs cousins, tous diplômés de l’enseignement professionnel. Cadet de la famille, lui-même décroche le diplôme le plus prestigieux du lycée général, un baccalauréat scientifique (C), avant de passer par un DUT carrières sociales à Rennes et, après trois ans d’activité professionnelle dans l’animation socio-culturelle, de reprendre à Nantes des études de sociologie jusqu’au doctorat. S’il situe cette mobilité scolaire ascendante dans le contexte social et politique d’alors, au premier rang duquel se trouve la réforme Berthoin de 1959 amorçant la massification scolaire, Gilles Moreau l’explique aussi par « l’honorabilité » imposée par le statut de petit fonctionnaire de son père et par le capital culturel de ce dernier transparaissant notamment dans sa maîtrise de la « culture de l’écrit »2.

  • 3 Reconnu en 1962, le statut d’objecteur de conscience est choisi pour refuser l’instruction militair (...)

3Les trois chapitres suivants s’intéressent au rôle de la « génération » et constituent, au-delà d’un éclairage sur sa trajectoire, une contribution importante à l’histoire des mouvements anti-militaristes des années 1980. Fortement liée à son inscription dans des sociabilités masculines locales au sein notamment d’une Maison des jeunes et de la culture (MJC), l’auteur insiste sur la place importante pour « une jeunesse populaire en partie acculturée par l’école et inscrite aux lisières de la génération de mai 68 » (p. 99) de la socialisation politique à « l’insoumission ». Cette insoumission, décrit-il, se caractérise d’abord par le refus du service militaire et s’inscrit dans la constellation de l’anti-militarisme, dont la ligne de clivage principale distingue les « légalistes » – ceux qui critiquent le statut d’objecteur de conscience3 sans toutefois le rejeter – des « réfractaires » – ceux qui refusent ce statut. Parmi ces derniers, différentes formes d’insoumission sont relevées, selon qu’elles soient à « vocation publique » – et, en son sein, dirigée tout entière contre ce statut ou avec une vocation de contestation « totale » – ou « privée ». Prenant appui sur des productions militantes et un corpus d’articles de presse sur ces mouvements comme autant d’archives de cette période, il détaille en particulier les procès, s’étalant sur une période de quatre années, qui l’accusent ainsi que trois camarades de non-respect des affectations prévues au titre du statut d’objecteur de conscience.

  • 4 Diplôme d’études approfondies, qui correspond aujourd’hui à un master recherche.
  • 5 Gilles Moreau explique en effet, en s’appuyant sur les travaux de Fernand Braudel, ce que la sociol (...)

4La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse à l’entrée et à l’installation dans le métier de sociologue, s’attardant sur le rôle de l’« institution » universitaire. À la faveur à la fois d’un déménagement induit par l’emploi de sa compagne et d’une situation professionnelle insatisfaisante au regard de ses convictions politiques, l’auteur s’inscrit dans un cursus de sociologie à l’université de Nantes. Finançant cette reprise d’études à l’aide de contrats de surveillant de lycée puis d’une succession de petits boulots entrecoupée de périodes de chômage, il se laisse progressivement prendre au jeu de la recherche comme métier désormais désirable et envisageable, jusqu’à parvenir à la titularisation. Ainsi formé à « l’école nantaise de sociologie » de 1984 à 1991, marquée par la place centrale accordée à l’enquête de terrain, il réalise successivement un mémoire de DEA4 sur les thérapeutes conjugaux sur la proposition de François de Singly ainsi qu’une thèse de doctorat sous la direction de Christian Baudelot sur les lycéens et lycéennes de l’enseignement professionnel, une population encore peu étudiée par la sociologie. L’auteur revient alors, statistiques à l’appui, sur ce « chantier déserté », en particulier s’agissant des apprenti·es. Questionnant le rapport à son objet de recherche en suivant notamment les perspectives ouvertes par Pierre Bourdieu, il rappelle que la sociologie des ouvriers alors dominante était bien davantage portée sur sa figure industrielle que sur celle, rurale, incarnée par ses voisins d’enfance, mais aussi qu’en dépit des proximités envisagées a priori, il était devenu personnellement étranger à ce monde social. De cette formation étudiante et doctorale, il explique avoir gardé un intérêt pour des objets spécifiques (la famille, la formation professionnelle), ainsi que pour une certaine manière de faire de la sociologie : toujours empirique, sur le temps long, attentive aux apports de l’histoire5.

  • 6 On peut en cela rejoindre la critique adressée par Isabelle Clair à la place accordée à la mère dan (...)

5Solide sur le plan historique, étayé par de nombreuses références, l’ouvrage apporte une contribution bienvenue à une socio-histoire de la sociologie et des sociologues, et offre des perspectives intéressantes sur les socialisations tout au long de la vie. L’auteur amorce une réflexion stimulante sur le rapport aux territoires, évoquant son goût continu pour la ruralité et son acculturation incomplète à la ville. Il insiste également sur les emboîtements et les contradictions de ces socialisations. Il reconnaît ainsi des proximités initiales, qu’il qualifie d’« héritage », entre son activité d’animateur socioculturel et la position de garde champêtre de son père, bien que son acculturation scolaire et ses idéaux et pratiques politiques l’aient progressivement éloigné de sa famille. Le livre renseigne par ailleurs de manière précise la fabrique des sociologues, en particulier par l’institution universitaire elle-même. Il montre comment les opportunités professionnelles locales, notamment liées aux financements, et l’héritage épistémologique et empirique incarné par un laboratoire de recherche peuvent conditionner en grande partie les intérêts de recherche et d’enseignement, et ce sur le temps long d’une carrière. L’ouvrage apparaît néanmoins surprenant sur la question du genre. Ainsi, s’il rappelle à plusieurs reprises son « intérêt constant pour le masculin et le féminin et les rapports sociaux de sexe » (p. 135) et sa « sensibilité au féminisme » (p. 174), ou encore s’il dénonce la déconsidération dont le travail des femmes fait l’objet, l’auteur semble faire de sa mère une figure passive de l’unité familiale6. Par exemple, si le rôle du père est évoqué concernant les stratégies scolaires d’orientation, notamment par la fréquentation du maire et du médecin local, le sociologue ne tire aucune analyse du fait que sa mère ait réalisé des ménages chez l’institutrice du bourg. Celle-ci ne devient active à part entière que lorsqu’il lui est imputé de refuser à son mari et à ses enfants « le droit de toucher à la moindre casserole ou de s’approcher des fourneaux » (p. 175), si bien qu’elle paraît presque responsable de « la forte division du travail domestique qui régnait en maître dans [sa] famille d’origine » (p. 175). Il semblerait pour poursuivre sur ce point que l’analyse aurait gagné à tirer le fil rouge de la construction sociale des masculinités pour compléter le tableau des socialisations. En effet, si elle n’est jamais désignée comme telle, cette dimension est omniprésente dans l’ouvrage, qu’il s’agisse de remarquer les faibles compétences en bricolage de son père, de faire par deux fois le constat de son « renvo[i] dans l’univers féminin », ou encore d’affirmer son désintérêt pour la « bagarre ». Ne pourrait-on ainsi pas aussi lire l’ascension sociale des hommes de sa famille nucléaire au prisme d’une volonté de distinction sociale vis-à-vis d’une certaine représentation des masculinités populaires ? Le « rapport légèrement distancié aux normes universitaires » que l’auteur attribue à une « acculturation sans doute inachevée », et qui paraît se rapprocher de son rapport critique à d’autres normes dominantes – parentales, de consommation –, ne relève-t-il pas simultanément d’une socialisation politique à une masculinité anti-institutionnelle, entrant peut-être par certains aspects en confrontation avec la masculinité universitaire dominante ? L’ouvrage n’en demeure pas moins une contribution importante à une socio-histoire de la sociologie, des milieux ruraux et des mouvements sociaux, rappelant la perspective féconde des études localisées, et retiendra l’attention de qui s’intéresse plus généralement aux trajectoires sociales.

Haut de page

Notes

1 L’auteur cite ainsi des travaux d’historien·nes, de sociologues et d’écrivain·es se réclamant ou non de l’auto-socio-analyse (Bourdieu Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004). S’il ne prétend pas les recenser de manière exhaustive, on peut regretter l’absence des contributions au genre de Célestine Audrey, Une famille française, Paris, Textuel, 2018 et de Soumahoro Maboula, Le Triangle et l’Hexagone, Paris, La Découverte, 2020, qui présentent la particularité de rendre visibles les dimensions raciales de l’ascension sociale. Voir le compte rendu de Solène Brun dans La Vie des idées : https://laviedesidees.fr/Le-recit-de-soi-contre-le-deni-de-la-race.html.

2 Il mobilise notamment les travaux de Lahire Bernard, Culture écrite et inégalités scolaires. Sociologie de l’« échec scolaire » à l’école primaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2021, 1re éd. 2000 ; compte rendu de Noé Fouilland pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.49134.

3 Reconnu en 1962, le statut d’objecteur de conscience est choisi pour refuser l’instruction militaire, implique une affectation « d’office dans certaines structures et ce service civil est deux fois plus long que le service militaire » (p. 90).

4 Diplôme d’études approfondies, qui correspond aujourd’hui à un master recherche.

5 Gilles Moreau explique en effet, en s’appuyant sur les travaux de Fernand Braudel, ce que la sociologie gagne à ne pas regarder le passé à partir des lunettes du présent, à déplacer le regard sur de larges bornes temporelles et ainsi à envisager les permanences plutôt que les micro-changements.

6 On peut en cela rejoindre la critique adressée par Isabelle Clair à la place accordée à la mère dans la restitution par Stéphane Beaud des trajectoires sociales des membres de la famille Belhoumi. Voir Clair Isabelle, « Les Belhoumi, une famille modèle ? », Revue française de science politique, vol. 70, n°1, 2020, p. 124-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Lehmann, « Gilles Moreau, S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s) d’un sociologue de province », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 juin 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56802 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56802

Haut de page

Rédacteur

Anaïs Lehmann

Doctorante en sociologie à l’Université Paris 8, membre du Cresppa-CSU et du Centre Maurice Halbwachs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search