Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Nessim Znaien, Les raisins de la ...

Nessim Znaien, Les raisins de la domination. Une histoire sociale de l’alcool en Tunisie à l’époque du Protectorat (1881-1956)

Aubin Peaudeau
Les raisins de la domination
Nessim Znaien, Les raisins de la domination. Une histoire sociale de l'alcool en Tunisie à l'époque du Protectorat (1881-1956), Paris, Karthala, coll. « Maghreb contemporain : nouvelles lectures, nouveaux savoirs », 2021, 420 p., ISBN : 978-2-8111-2914-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut citer la publication récente suivante : White Owen, The Blood of the Colony. Wine and the R (...)

1Un lieu commun occidental voudrait qu’au XIXe et XXe siècle en Tunisie, et plus généralement dans le monde musulman, la consommation d’alcool serait inexistante en raison de l’interdit alimentaire. La présente publication de Nessim Znaien, fruit de près de 10 années de recherches doctorales en histoire, vient renverser cet apriori. À l’instar d’autres études majoritairement menées par des chercheurs anglo-saxons1, l’auteur s’intéresse ici à la Tunisie comme « poste d’observation du monde colonial maghrébin » (p. 12) pour faire l’histoire quotidienne de cette consommation. L’alcool, pris comme objet d’étude, est perçu comme une clé de lecture novatrice pour aborder la domination coloniale de la société tunisienne.

2Sous l’appellation commune d’« alcool », de multiples boissons sont étudiées telles que le vin, la bière, les liqueurs ou bien encore des boissons produites par les populations musulmanes comme le lagmi — vin de palmier fermenté — ou le boucha — eau de vie de figues. L’ouvrage doit permettre d’établir s’il y’a eu une augmentation de la consommation d’alcool pendant le protectorat français. L’historien souhaite également restituer le positionnement des différentes élites françaises et tunisiennes face à ce nouveau problème d’ordre public. Pour ce faire, Nessim Znaien inscrit son étude dans une démarche chronologique. Sa recherche débute en 1870, soit 11 ans avant l’établissement du protectorat, afin de saisir l’antériorité de l’alcool à la colonisation et se termine avec l’indépendance du pays en 1956. Tout l’intérêt de cet ouvrage réside dans la vision plurielle offerte au lecteur de l’objet d’étude. L’alcool est à la fois considéré d’un point de vue économique, social, réglementaire, judiciaire ou encore sanitaire. Nessim Znaien retrace ainsi l’implantation géographique progressive des vignobles en Tunisie, « marque physique, concrète, de la colonisation agraire » (p. 51), la spéculation intense qui entoure les surfaces cultivables comme dans la région du Cap-Bon et plus généralement les bouleversements engendrés par cette production sur la géographie tunisienne.

  • 2 Sources conservées au Centre des archives diplomatiques de Nantes.
  • 3 Sources conservées aux archives nationales tunisiennes, notamment dans les fonds du tribunal de la (...)
  • 4 Des journaux en langue française et arabe sont mobilisés comme : La Dépêche tunisienne, Al-nahda.
  • 5 Des entretiens ont été réalisés par l’intermédiaire d’associations d’anciens colons.

3Les mutations sociales et juridiques de la société tunisienne sont également étudiées à travers le prisme de l’alcool. Une corrélation directe est ainsi établie entre l’augmentation de la consommation d’alcool des musulmans, les troubles à l’ordre public et les législations prohibitives mises en place et particulièrement renforcées pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Les autorités françaises affichent sur l’ensemble de la période par le biais de la législation une attitude paternaliste et discriminante concernant les musulmans prétendument incapables de s’autocontrôler. De l’autre côté de la sphère politique tunisienne, les religieux et les nationalistes du Destour accusent quant à eux l’alcool de provoquer la dégénérescence de la population. La richesse de cette étude s’explique par la masse conséquente et très diversifiée de sources françaises et arabes mobilisées par Nessim Znaien et par sa volonté de faire parler les « subalternes ». L’auteur utilise aussi bien des archives administratives conservées en France2, des archives judiciaires disponibles en Tunisie3 ou encore des archives hospitalières. Afin de dépasser le manque relatif de sources concernant les 30 premières années du protectorat et de cerner l’ensemble des questions liées à l’alcool, l’auteur analyse la presse4 et les différents annuaires statistiques de l’époque. Souhaitant par ailleurs multiplier les points de vue et obtenir l’appréciation de différents acteurs contemporains des évènements, il s’appuie sur de nombreux témoignages écrits ou oraux5.

4 En première partie, l’auteur retrace l’implantation de l’alcool dans la société tunisienne sur une période comprise entre la décennie 1870 et 1914. Pendant la période précédant le protectorat, la production et la consommation d’alcool restent marginales et réservées à une élite. Le début de la production de vin en Tunisie à la fin du XIXe siècle est une « opportunité économique » (p. 29) notamment liée à la crise écologique majeure causée par le phylloxéra qui ravage les vignobles français et algériens. La production décolle pour atteindre des pics à près de 400 000 hl produits par an avant la guerre. Le vin constitue alors un produit phare des exportations tunisiennes en deuxième place derrière l’huile d’olive. À la même époque, le vin devient un outil de légitimation historique de la colonisation. Les autorités françaises mettent en place un discours civilisateur fondé sur l’exploitation de la vigne. Rappelant que la vigne fut cultivée en Tunisie dès l’Antiquité, les colons s’enorgueillissent d’une filiation avec ce lointain passé pour légitimer leur présence. Cette première période d’essor de la production en Tunisie est marquée par une démocratisation du prix du vin. Une plus grande partie de la population peut s’en procurer notamment dans des débits légaux de boisson dont le nombre augmente de 280 % en 20 ans. Enfin, une réglementation encore à ses prémices entourant la production, l’achat et la consommation d’alcool voit le jour. Le Code pénal tunisien promulgué en 1913 encadre pour la première fois l’ivresse sur la voie publique et le fait de servir de l’alcool à un musulman. Ainsi, pour les administrateurs et selon les termes de Nessim Znaien « faire du mal à un animal, tout comme servir de l’alcool à musulman ou à un individu déjà ivre relèvent de la même catégorie : l’atteinte à des êtres jugés plus faibles » (p. 107).

5 La seconde partie traite de la plus large diffusion de l’alcool dans la société tunisienne entre 1914 et la décennie 1930. Avec le déclenchement de la guerre, la production de vin connaît un net recul. Celle-ci repart cependant dès 1916 grâce à la réorganisation de l’économie tunisienne. Parallèlement, la guerre constitue une période de très forte prohibition. La législation contre la consommation d’alcool est successivement renforcée. Dès 1914, l’interdiction de la vente d’alcool aux musulmans est proclamée. La loi du 11 février 1937 constitue l’apogée de ces mesures « antialcooliques » en interdisant dans les grandes villes l’ouverture d’un débit de boisson à moins de 100 mètres d’une mosquée, d’un cimetière, d’une école ou d’une caserne. Concomitamment au renforcement du contrôle exigé par les autorités françaises, des discours contre l’alcool apparaissent chez les nationalistes tunisiens et notamment dans les écrits d’Abdelaziz Thaalbi qui associe dans son écrit « La Tunisie martyre » l’alcoolisme à la prostitution et plus généralement à la criminalité. La période connaît une innovation avec l’ouverture en 1931 à La Manouba d’un hôpital psychiatrique ou la majorité des internés sont Français. Selon l’historien, cette ouverture démontre à la fois une prise de conscience des problèmes sanitaires que crée l’alcool et une volonté de cacher les « déviants » ne correspondant pas à l’idéal type du colon.

6 La troisième partie démontre quant à elle la progressive et ambivalente banalisation de la consommation d’alcool entre les années 1930 et 1956. L’analyse scientifique oscille ainsi entre des approches quantitatives et qualitatives pour restituer les paradoxes de cette dernière période étudiée. Alors qu’un record de production est atteint en 1938 avec 1,95 million hl produits, la production s’effondre cependant durant la Seconde Guerre mondiale. Malgré l’affaiblissement du poids économique de la viticulture tunisienne pendant les deux dernières décennies du protectorat en raison notamment des maladies et de la guerre, sa valeur symbolique s’accroît. Le vin devient une vitrine de la colonisation française dans les différentes foires internationales. La mise en place dès 1947 d’appellations d’origine contrôlée pour le vin tunisien renforce le poids symbolique et patrimonial du produit dont les bouteilles deviennent « des ambassadrices d’une domination politique » (p. 287). La période vichyste en Tunisie constitue cependant une parenthèse dans la banalisation de l’alcool. Conformément à la pensée vichyste selon laquelle l’alcool est un des facteurs responsables de la défaite, de nombreuses lois prohibitives sont promulguées dans l’espoir notamment d’emporter l’adhésion au régime des élites colonisées. Si le contrôle social lié à l’alcool reste très fort jusqu’à la fin de la guerre, les années qui suivent marquent le désintérêt des autorités et élites tunisiennes pour le sujet. Nessim Znaien qualifie alors l’alcool de « grande muette » (p. 302). L’ivresse publique disparaît presque des rubriques faits divers des journaux et les nationalistes se concentrent sur des sujets de plus grande importance politique. Jusqu’à l’indépendance, les autorités françaises favorisent désormais l’encadrement à la prohibition.

7 Les raisins de la domination vient combler un vide laissé par l’historiographie sur le sujet. Dans le cadre du renouvellement des travaux liés à la question coloniale, cet ouvrage démontre avec acuité la capacité de la domination coloniale à s’étendre à tous les secteurs de la vie quotidienne des populations. Les différentes représentations statistiques et cartographiques fournies tout au long de l’ouvrage par Nessim Znaien permettent une lecture claire de l’évolution des situations pendant le protectorat. Surtout, d’une grande érudition et précision, ce travail oscille avec beaucoup de justesse entre les sources et les points de vue pour donner une lecture plurielle des différents phénomènes liés à l’alcool dans la régence.

Haut de page

Notes

1 On peut citer la publication récente suivante : White Owen, The Blood of the Colony. Wine and the Rise and Fall of French Algeria, Cambridge, Harvard University Press, 2021.

2 Sources conservées au Centre des archives diplomatiques de Nantes.

3 Sources conservées aux archives nationales tunisiennes, notamment dans les fonds du tribunal de la Driba.

4 Des journaux en langue française et arabe sont mobilisés comme : La Dépêche tunisienne, Al-nahda.

5 Des entretiens ont été réalisés par l’intermédiaire d’associations d’anciens colons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aubin Peaudeau, « Nessim Znaien, Les raisins de la domination. Une histoire sociale de l’alcool en Tunisie à l’époque du Protectorat (1881-1956) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 juin 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56812

Haut de page

Rédacteur

Aubin Peaudeau

Doctorant en histoire à l’EHESS, membre du Centre de recherches historiques (CRH) et du LabEx TEPSIS. Ses travaux portent sur l’épuration en Afrique du Nord pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search