Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Amina Damerdji, Anthony Pecqueux,...

Amina Damerdji, Anthony Pecqueux, Matthieu Renault (dir.), « Matières vivantes », Tracés, n° 40, 2021

Sylvain Lallier
Matières vivantes
Amina Damerdji, Anthony Pecqueux, Matthieu Renault (dir.), « Matières vivantes », Tracés, n° 40, 2022, 212 p., Lyon, ENS Éditions, EAN : 9791036205194.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Coole Diana, Frost Samantha (dir.), New materialisms : Ontology, Agency, Politics, Durham-Londres, (...)
  • 2 Ingold Tim, Correspondences, Cambridge, Polity Press, 2021.

1Ce numéro présente plusieurs enjeux relatifs aux « nouveaux matérialismes1 », un courant d’études sociales considérant la matière comme douée d’une agentivité et entrant en « correspondance2 » avec une multiplicité de groupes humains. Son intérêt est précisément de mettre au jour les effets de ces interactions dans la production et la reconfiguration de pratiques, de discours et d’imaginaires, ainsi que leurs conséquences éthiques, politiques et économiques. Dans cette perspective, ces contributions, issues de différentes disciplines des sciences humaines et sociales, composent un ensemble de quatre articles et de trois notes de recherche originaux, auquel s’ajoutent deux traductions inédites sur l’agentivité des matières vivantes inscrite dans le contexte de problématiques environnementales.

2Trois axes thématiques sont présentés. Le premier concerne le corps humain en tant que matière à la frontière du vivant et de l’inerte. La sociologue Marie Le Clainche-Piel, en dressant l’état actuel de la recherche en sciences humaines et sociales, montre comment la transplantation d’organes redéfinit le rapport au corps et les conceptions de la mort. En effet, l’autrice rappelle que le corps est toujours un support de relations sociales et symboliques. Plus précisément, et au regard des travaux ethnographiques mobilisés, on peut considérer ou bien que les organes circulent et qu’une part de la personne décédée voyage avec eux, ou bien qu’ils sont l’objet de relations entre les professions médicales, les personnes donneuses et celles qui reçoivent. Dans les deux cas, il y a persistance d’une articulation entre les personnes et les matières.

3Cette articulation s’observe également dans la mise au travail des corps. Le sociologue Guillaume Vadot en fournit une illustration en montrant comment l’organisation et l’ergonomie du travail dans les plantations camerounaises sont dépendantes du type de plantes cultivées, à savoir l’hévéa, la canne à sucre et le bananier. L’originalité de sa démarche est de démontrer l’incidence de la variabilité de cette matière végétale dans la configuration de la « spatialité de l’activité productive » (p. 62) et sur les types d’engagement salarial et de pénibilité au travail. En outre, cette contribution démontre comment la prise en compte de la matière vivante réactualise des questions centrales dans le champ de la sociologie du travail et des organisations.

4Le deuxième axe concerne la description du vivant dans les sciences de la vie et dans les sciences humaines et sociales. La note de la philosophe Julie Beauté affirme au regard de la littérature scientifique que la description des matières vivantes suppose un ancrage ontologique, épistémologique et méthodologique qui ne peut être réduit à l’idée selon laquelle l’activité scientifique serait une description aseptisée du réel. L’autrice déploie notamment son argumentaire à partir de l’expression de « bactérie alchimistes » (p. 127). La matière n’est ici plus comprise comme un agrégat d’atomes, mais considérée au prisme de ses interactions avec ses environnements – y compris humains – et de ses reconfigurations subséquentes. De là, l’autrice fait ressortir un postulat des épistémologies féministes, à savoir que l’interaction entre une bactérie observée et l’observateur rend nécessaire de situer le lieu matériel et idéologique d’où sont produits les savoirs.

5Ces considérations sont également mises en évidence dans l’article de Sonia Dheur et de Sven J. Saupe. En retraçant la trajectoire historique du concept d’ADN, ces biologistes montrent comment cette molécule est traversée par trois périodes successives depuis le XIXe siècle : une période archaïque, centrée sur la caractérisation du gène, identifiée entre la seconde moitié du XIXe et le début du XXe siècle, une période classique de la biologie moléculaire à partir des années cinquante et une période actuelle circonscrite autour des recherches de post-génomique, soit l’étude globale du génome, du transcriptome et du protéome. En filigrane de leur article, Sonia Dheur et Sven J. Saupe expliquent comment l’ADN s’imagine et s’observe à travers divers outils et technologies. Cette molécule imprègne le social par un imaginaire du déterminisme génétique et se diffuse au sein d’autres disciplines scientifiques, avec notamment l’avènement ces dernières décennies de la sociogénomique et de la génomique comportementale.

  • 3 Kohn Eduardo, Comment pensent les forêts. Vers une anthropologie au-delà de l’humain, Paris, Zones (...)

6Cette articulation entre les personnes et les matières s’opère enfin par l’attribution aux non-humains d’une agentivité. En ce sens, l’interaction entre une bactérie et un scientifique n’est plus unilatérale, mais s’avère plutôt un échange ou une correspondance. C’est là un des points importants de la note des linguistes James Costa et Noémie Marignier. En effet, les sciences du langage, bien qu’en retrait des actualités scientifiques sur l’attribution de facultés communicatives aux non-humains, peuvent éclairer ces débats. L’enjeu est de saisir les conditions de possibilité d’interactions porteuses de sens selon le point de vue situé de chaque acteur ou de chaque espèce, sans pour autant postuler une intercompréhension langagière. Pour cela, les auteurs rappellent la proposition de l’anthropologue Eduardo Kohn3, à savoir l’intégration et la prise en compte pour cette intercompréhension d’autres signes tels que l’icône ou l’indice.

  • 4 Tsing Anna Lowenhaupt, Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruin (...)

7Le troisième axe thématique concerne les enjeux relatifs au capitalisme et à l’anthropocène. En effet, les matières vivantes sont toujours aux prises avec les activités humaines et leurs conséquences environnementales. Par exemple, la forêt sauvage de la Corniche des Forts à Romainville, décrite dans l’article du philosophe Paul Guillibert, est le résultat de siècles d’exploitation des ressources et d’un sol pollué. Pour autant, sur cette friche pousse une plante rhizomatique, la Renouée du Japon, capable de résister à la pollution des sols, ce qui n’est pas sans rappeler la thèse d’une « troisième nature » proposée par l’anthropologue Anna Tsing4, à savoir le « résultat historique des symbioses opérées par des agents non-humains dans des contextes de transformation anthropique avancée » (p. 47).

8Cette anthropisation des milieux peut enfin être appréhendée à la lumière des écrits du philosophe Karl Marx et de l’écosocialisme. Au début des années 2000, ce courant de pensée s’est imposé comme une alternative au système économique capitaliste en contexte d’enjeux écologiques majeurs. Le marxisme, étant jusqu’alors considéré comme une approche n’intégrant pas les limites des ressources naturelles à son analyse, a été renouvelé par la mise en évidence d’une pensée écologique dans les écrits de Karl Marx. En effet, l’article de l’économiste Kohei Saito, traduit par Ernest Moret, s’attache à montrer comment le concept de métabolisme, qui figure dans le troisième volume du Capital et qui rend compte des cycles de transformation et des flux de matières, peut donner une clé de lecture pour la compréhension des enjeux environnementaux.

  • 5 Foster John Bellamy, Marx’s Ecology: Materialism and Nature, New York, Monthly Review Press, 2000.

9En outre, dans le contexte actuel d’exploitation capitaliste des ressources naturelles, l’auteur met en évidence trois dimensions de la « rupture métabolique5 », un concept théorisé par le philosophe John Bellamy Foster à partir de l’œuvre de Karl Marx. D’abord, Kohei Saito souligne une rupture dans l’épuisement du cycle métabolique de la nature. Cet épuisement s’explique par une exploitation prédatrice des sols conduisant à une seconde rupture, cette fois spatiale, caractérisée par une concentration de la masse ouvrière dans les villes et par une externalisation des ressources avec le développement du commerce de longue distance. La conséquence est une rupture temporelle expliquée par l’accroissement de l’écart entre le temps de la nature pour régénérer les nutriments du sol et le temps du capital. Ensuite, trois déplacements métaboliques sont identifiés : une eutrophisation du sol, soit un déséquilibre des apports en phosphore et en azote, et une pollution de l’eau, toutes deux liées à l’agriculture intensive ; un déplacement de cette problématique vers les pays du Sud ; enfin un décalage d’ordre temporel, entre l’exploitation capitaliste actuelle des ressources naturelles et ses conséquences à venir pour les générations futures.

10En conclusion, ce numéro de la revue Tracés contribue à la littérature s’inscrivant dans le courant des « nouveaux matérialismes ». Aussi, les contributions présentées interrogent non seulement la nécessité de situer le lieu socio-corporel de la production des savoirs, mais plus encore celle d’en éclairer les conditions matérielles. D’abord, parce qu’en l’état actuel des problématiques sanitaires et environnementales, les sciences ne peuvent plus prétendre à une posture neutre et distanciée par rapport à leurs objets. Ensuite, parce que cette production des savoirs, souvent précaire, impacte elle-même matériellement la chair des chercheurs et des chercheuses. En effet, le philosophe Javier López Alós, en traitant du problème du précariat intellectuel, interroge la précarité comme condition de production du savoir académique. C’est là tout l’enjeu de sa contribution poignante, traduite par Mathieu Aguilera et Amina Damerdji en clôture de ce numéro.

Haut de page

Notes

1 Coole Diana, Frost Samantha (dir.), New materialisms : Ontology, Agency, Politics, Durham-Londres, Duke University Press, 2010.

2 Ingold Tim, Correspondences, Cambridge, Polity Press, 2021.

3 Kohn Eduardo, Comment pensent les forêts. Vers une anthropologie au-delà de l’humain, Paris, Zones Sensibles Editions, 2017.

4 Tsing Anna Lowenhaupt, Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte, 2017.

5 Foster John Bellamy, Marx’s Ecology: Materialism and Nature, New York, Monthly Review Press, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lallier, « Amina Damerdji, Anthony Pecqueux, Matthieu Renault (dir.), « Matières vivantes », Tracés, n° 40, 2021 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56905

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Lallier

Étudiant en sociologie des sciences, de la santé et de l’environnement à l’École des hautes études en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search