Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Josselin Tricou, Des soutanes et ...

Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques

Martin Gautier-Touzo
Des soutanes et des hommes
Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques, Paris, PUF, 2021, 471 p., préf. Éric Fassin, ISBN : 978-2-13-082517-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment le rapport « Les violences sexuelles dans l’Église catholique. France 1950-2020 » (...)
  • 2 Pensé sur le modèle du « male gaze » de Laura Mulvey. Mulvey Laura, « Visual Pleasure and Narrati (...)
  • 3 Selon la conception de Joan Scott pour qui le genre est « une façon première de signifier les rap (...)

1Manif pour tous, « croisade anti-genre » et contre la « théorie-du-genre », politique institutionnelle homophobe : depuis l’extérieur c’est l’Église tout entière qui semble s’arc-bouter contre les luttes des minorités sexuelles et de genre dans les sociétés occidentales. Pourtant, la figure du prêtre célibataire, tantôt renvoyée du côté du féminin, tantôt assimilée aux scandales qui ont marqué l’histoire récente du clergé catholique (en particulier les violences sexuelles sur les enfants1), semble en décalage par rapport au modèle hétéroconjugal valorisé par l’institution ecclésiastique. Josselin Tricou se propose dans cet ouvrage de démêler les « enjeux contemporains qui touchent à la masculinité sacerdotale » (p. 18) et en particulier les conséquences que peut avoir la « disqualification symbolique » actuelle de cette masculinité, portée par le recul croissant du catholicisme en Occident. Il faut pour cela sortir de ce qu’il nomme le catholic gaze (le regard catholique)2, c’est-à-dire re-sexualiser et re-genrer l’image du prêtre, jusque-là considéré comme en dehors des systèmes de domination de genre, afin de percevoir les structures de domination au sein de l’Église comme dans les relations entre le clergé et les laïcs3.

  • 4 Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Amsterdam éditions, 2014, com (...)
  • 5 À la manière des « mondes de l’art » d’Howard S. Becker. Becker Howard Saul, Menger Pierre-Michel (...)
  • 6 Voir en particulier Hartsock Nancy C. M., « The Feminist Standpoint : Developing the Ground for a (...)

2L’ouvrage s’inscrit ainsi dans la lignée des masculinities studies qui traitent de la construction et de la hiérarchisation sociales des masculinités. Cette filiation scientifique permet à Josselin Tricou de penser les masculinités sacerdotales non seulement dans leurs relations au féminin, mais aussi en les situant par rapport aux différents types de masculinités (hégémoniques, complices, subalternes et marginalisées) identifiés par Raeywin Connell4. L’Église est dans cette perspective porteuse d’un « projet de genre » fondé sur l’idéal sacerdotal, invitant les prêtres à se conformer à un modèle de masculinité catholique défini par l’institution. Ce « projet de genre » se décline en une multitude de « politiques de la masculinité » (convergence de représentations et de pratiques défendant un modèle de masculinité) qui contribuent à former des « régimes locaux de genre », c’est-à-dire des formes d’articulation des normes de genre spécifiques à chaque espace. Se saisir du « monde des masculinités cléricales »5 demande donc de travailler à plusieurs échelles : à l’échelle micro des « processus genrés de subjectivation des prêtres », à l’échelle macro des « représentations sociales et des mécanismes institutionnels d’imposition de la masculinité », mais aussi à l’échelle méso, en étudiant les « spécificités de chaque communauté ou type de communauté » (p. 18). Ce rattachement aux masculinities studies se traduit également par la revendication d’une épistémologie féministe du point de vue situé6, par laquelle Josselin Tricou essaye de gagner en objectivité en rendant explicite pour le lecteur ou la lectrice sa position sociale, en l’occurrence celle d’un homme catholique.

3L’ouvrage repose en majorité sur des observations ethnographiques, adossées à soixante entretiens avec des prêtres en exercice, des séminaristes et des personnels de l’Église (femmes et hommes). Quatre corpus sont aussi mobilisés : une sélection de 119 films français sortis entre 1945 et 2014 faisant apparaître une figure de prêtre, une analyse de la « cathosphère » (les catholiques publiant régulièrement en ligne) et des liens d’entre-citation entre blogs et sites internet, les réponses à un questionnaire destiné à toute personne s’étant posé la question de la vocation (116 répondant·es) et enfin un corpus d’articles de presse concernant les papes François et Benoît xvi.

  • 7 Josselin Tricou distingue trois profils de prêtres homosexuels dans l’Église : la « taupe », prêt (...)
  • 8 Voir Delvaux Martine, Le boys club, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2021.

4La première partie de l’ouvrage cherche à faire l’état des lieux de la crise de l’« idéal sacerdotal ». Historiquement, l’Église a construit la figure du prêtre comme un homme (au sens masculin) « extramondain » (p. 79-80), extériorité au monde symbolisée notamment par la soutane. Cet idéal, consolidé par des séminaires ecclésiastiques au XIXe siècle, constitue « un véritable projet de genre construit en décalage, voire en opposition, aux modèles de masculinités promus par les sociétés bourgeoises libérales du XIXe siècle » (p. 82), mais dont l’adoption par le prêtre était récompensée par l’acquisition d’une certaine « aura ». La mise en crise de ce charisme du clergé – autrement dit son « émasculation symbolique » – entraîne alors une tension entre « altérisation » désirée, car inscrite dans l’idéal sacerdotal, de la figure du prêtre et « marginalisation » subie de la masculinité qu’il incarne. Afin de contrer cette marginalisation, et de démentir la suspicion populaire à l’égard de l’homosexualité des prêtres, le Vatican s’est vu obligé de faire évoluer son discours sur la sexualité. D’un discours globalement répressif, l’institution est passée à une glorification du modèle et de la sexualité hétéroconjugale fondés sur la mise en avant de la complémentarité des sexes. Ce revirement va de pair avec la mise en place d’une politique frontalement homophobe qui prend notamment la forme en 2005 d’une interdiction de l’ordination à « ceux qui pratiquent l’homosexualité, qui présentent des tendances homosexuelles profondes ou qui soutiennent la prétendue culture homosexuelle » (p. 212). Or, pour Josselin Tricou, cette politique a pour fonction d’empêcher le coming-out des prêtres catholiques, quitte à mobiliser les laïc·que·s contre la « théorie-du-genre » et de ce fait contre les prêtres homosexuels7. L’offensive homophobe du Vatican déstabilise dans le même temps les régimes locaux de genre mis en place dans certains espaces catholiques « queerisant » (p. 241), c’est-à-dire qui se caractérisaient par une certaine homotolérance tant que cette orientation sexuelle restait discrète vis-à-vis de l’extérieur. Josselin Tricou prend ainsi l’exemple d’un ordre religieux ancien, prestigieux et à « forte valeur culturelle ajoutée » qui s’organisait sous la forme d’un Boy’s Club8 (groupe soudé d’amis hommes se protégeant entre eux) où certaines qualités masculines associées à la culture gay étaient valorisées.

  • 9 Josselin Tricou mobilise l’opposition proposée par Philippe Portier entre pôle d’« identité », c (...)
  • 10 Sur le modèle de l’« institution enveloppante » des classes préparatoires. Voir Darmon Muriel, Clas (...)
  • 11 Sans révéler à ses enquêté·es son identité de chercheur. Voir Spire Alexis, « Comment étudier la po (...)

5Dans la deuxième partie de son ouvrage, Josselin Tricou étudie plus précisément les politiques de la masculinité déployées au sein de différents régimes locaux de genre. Il met en avant l’émergence au sein du « catholicisme d’identité »9 d’un « front masculiniste », constitué d’alliances entre des courants masculinistes et divers acteurs du champ catholique, qui participe des tentatives de revalorisation du masculin clérical par les prêtres eux-mêmes. Son enquête ethnographique à découvert au sein du séminaire d’une communauté « restitutionniste » (communauté revendiquant une foi d’observance plutôt traditionnelle) lui permet d’identifier un régime local de genre dit néosacerdotal, fondé sur la réaffirmation de la distinction entre clergé et laïcat, le monopole clérical sur les biens de salut et le retour des attributs sacerdotaux traditionnels comme la soutane. Ce type de communauté vise à fabriquer des prêtres conformes à l’idéal sacerdotal, mais dont l’hexis corporelle virile est supposée les mettre au-delà de tout soupçon d’homosexualité. L’inculcation de ces attributs virils passe par la mise en place d’un dispositif pédagogique enveloppant10 visant à développer un « esprit de corps » et une camaraderie virile. Les communautés dites « charismatiques » (qui valorisent le contact direct et intense avec Dieu) se caractérisent quant à elles par un régime local de genre sponsal, c’est-à-dire centré sur le couple hétérosexuel et l’idée de complémentarité des sexes. Pour les étudier, Josselin Tricou s’est plongé par observation participante « en contrebande »11 dans quatre « camps » conçus comme des « propositions pastorales en non-mixité choisie à destination des hommes catholiques et centrées sur leur devenir homme » (p. 349). Ces camps s’appuient explicitement sur des rhétoriques masculinistes et sur les discours de la crise de la masculinité. En « maîtrisant les traits de la masculinité hégémonique catholique conservatrice sans pour autant la performer » (p. 349), les prêtres de ces communautés tentent alors de revaloriser la masculinité sacerdotale en se positionnant comme des experts des masculinités des laïcs. Josselin Tricou distingue enfin un troisième espace de revalorisation du masculin clérical au travers d’une ethnographie numérique de la cathosphère. La modélisation des réseaux d’entre-citations met en évidence des prêtres intégrés aux institutions ecclésiales, mais relativement périphériques par rapport à la blogosphère catholique. Le Padreblog, beaucoup plus central dans la cathosphère que le reste des blogues fondés par des prêtres, fait figure d’exception. Revendiquant la portée politique de ses positions, il révèle une réflexivité de ces prêtres sur l’incarnation de la masculinité cléricale. L’image renvoyée par ce blogue est alors celle d’une masculinité jeune, dynamique, complice d’une bourgeoisie conservatrice acquise au néolibéralisme, et jouant avec des implicites nationalistes.

  • 12 Le terme d’« hétéronationalisme » permet de souligner le lien qu’entretiennent la construction et l (...)
  • 13 Mazouz Sarah, Race, Paris, Anamosa, 2020.

6La principale critique que l’on pourrait formuler à l’égard du tour de force que constitue cette enquête relève de l’hétérogénéité et de la profusion des matériaux mobilisés. Si cette diversité permet à l’auteur de rendre compte du « monde des masculinités cléricales », elle nuit également par moment à la cohérence interne de l’ouvrage et à la linéarité du raisonnement. Le premier chapitre, qui a pour particularité de faire appel aux cultural studies pour analyser l’émasculation symbolique du clergé français dans le cinéma, ainsi que le dernier chapitre, plus quantitatif et appuyé sur des représentations graphiques des réseaux d’entre-citations, apparaissent ainsi légèrement à part au sein de l’ouvrage. De la même façon, la volonté d’analyse extensive des masculinités cléricales complique l’approche intersectionnelle que l’auteur cherche à adopter. Il est par exemple mentionné à plusieurs reprises la proximité du « front masculiniste » clérical avec les mouvements nationalistes dans une forme d’« hétéronationalisme » (p. 341)12. Il aurait alors été intéressant d’approfondir les liens qu’entretiennent les masculinités sacerdotales blanches avec d’autres masculinités telles que les masculinités noires et arabes, mais aussi de savoir comment les prêtres racialisés13 expriment leur masculinité à l’intérieur de l’Église.

7Enfin, malgré le rattachement aux masculinities studies, la place laissée dans l’analyse aux relations entre le clergé masculin et les femmes laïques ou religieuses, ainsi qu’aux structures de pouvoir qui se tiennent dans ces relations, reste marginale. Cette absence, bien qu’elle soit justifiable en partie par l’ampleur de l’objet étudié, porte le risque d’un repli sur le masculin et sur les rapports des hommes entre eux. Approfondir ces relations pourrait alors permettre d’éviter d’invisibiliser les conséquences de la formation de « fronts masculinistes » sur les groupes sur lesquels ils exercent leur domination.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment le rapport « Les violences sexuelles dans l’Église catholique. France 1950-2020 » de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église dit « rapport Sauvé » : https://www.ciase.fr/medias/Ciase-Rapport-5-octobre-2021-Les-violences-sexuelles-dans-l-Eglise-catholique-France-1950-2020.pdf.

2 Pensé sur le modèle du « male gaze » de Laura Mulvey. Mulvey Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », in Laura Mulvey, Visual and Other Pleasures, London, Palgrave Macmillan London, 1989, p. 14‑26.

3 Selon la conception de Joan Scott pour qui le genre est « une façon première de signifier les rapports de pouvoir ». Scott Joan et Varikas Éléni, « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, 1988, vol. 37, n° 1, p. 125‑153.

4 Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Amsterdam éditions, 2014, comptes rendus de Delphine Moraldo et Victor Vey dans Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/13753 et https://journals.openedition.org/lectures/56513.

5 À la manière des « mondes de l’art » d’Howard S. Becker. Becker Howard Saul, Menger Pierre-Michel et Bouniort Jeanne, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2010.

6 Voir en particulier Hartsock Nancy C. M., « The Feminist Standpoint : Developing the Ground for a Specifically Feminist Historical Materialism », in Sandra Harding et Merrill B. Hintikka (dir.), Discovering Reality: Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics, Methodology, and Philosophy of Science, Dordrecht, Springer Netherlands, 1983, p. 283‑310.

7 Josselin Tricou distingue trois profils de prêtres homosexuels dans l’Église : la « taupe », prêtre au placard rappelant à l’ordre du placard ses pairs, la « grande folle de sacristie » qui assume son homosexualité seulement face aux autres membres du clergé sans la revendiquer explicitement, le « pseudo » qui ne dénie pas son homosexualité pour lui-même, mais fait en sorte de ne pas se mettre en défaut face aux discours institutionnels.

8 Voir Delvaux Martine, Le boys club, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2021.

9 Josselin Tricou mobilise l’opposition proposée par Philippe Portier entre pôle d’« identité », conservateur, et « pôle d’ouverture », davantage progressiste, au sein du clergé catholique, le pôle d’ouverture étant globalement peu audible sur les questions politiques et de fait moins présent dans l’étude de Josselin Tricou.

10 Sur le modèle de l’« institution enveloppante » des classes préparatoires. Voir Darmon Muriel, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte, 2015, compte rendu de Samuel Coavoux pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12566.

11 Sans révéler à ses enquêté·es son identité de chercheur. Voir Spire Alexis, « Comment étudier la politique des guichets ? », Migrations Société, vol. 167, n° 1, 2017, p. 91‑100.

12 Le terme d’« hétéronationalisme » permet de souligner le lien qu’entretiennent la construction et l’imposition de l’hétéronormativité et les projets nationaux et nationalistes. Voir Direnberger Lucia, « (Re)formulations des hétéronationalismes en Iran », Confluences Méditerranée, 2014, vol. 88, n° 1, p. 127‑139.

13 Mazouz Sarah, Race, Paris, Anamosa, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Gautier-Touzo, « Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/56985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.56985

Haut de page

Rédacteur

Martin Gautier-Touzo

Élève de l’ENS de Lyon, titulaire d’un master de sciences sociales, parcours éducation et savoirs en société.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search