Navigation – Plan du site

Dominique Marchetti, Communication et médiatisation de l'Etat. La politique invisible

Benoît Ladouceur
Communication et médiatisation de l'Etat
Dominique Marchetti (dir.), Communication et médiatisation de l'Etat. La politique invisible, Presses universitaires de Grenoble, coll. « communication medias societe », 2008, 197 p., EAN : 9782706114373.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Presses univeristaires de Grenoble

Texte intégral

1Les liens entre la politique et les médias nous apparaissent tous les jours. En effet, l'évolution du champ politique se caractérise par une médiatisation et une personnalisation croissante. Pourtant le caractère évident et récurrent des discours montrant les liens entre la propagande politique et les médias a pour effet de masquer les interrelations des champs politique et journalistique prenant une dimension apparemment neutre et dépolitisée. Il ne s'agit pas dans cet ouvrage d'évoquer « l'Etat spectacle », ni de faire une étude supplémentaire sur la communication politique la plus visible mais bien de travailler à partir d'activités étatiques de communication les plus routinières : une politique publique, des renseignements pratiques sur les conditions de circulation, etc. Le thème de la sécurité routière est transversal à l'ouvrage et permet d'aborder le travail de communication d'agents de l'Etat qui, sans être des communicants, sont amenés à promouvoir leur action auprès des médias locaux.

2Il semble que la science politique, notamment dans l'étude de la communication politique, soit arrivée à un stade relativement élaboré de l'analyse de cette dimension de l'action des politiques et des institutions. En effet les théories générales se sont surmultipliées ce qui a conduit les auteurs de cet ouvrage à rompre avec ces approches pour analyser à un niveau plus précis les processus de médiatisation d'une action publique menée à l'échelle nationale et locale : la sécurité routière. Cependant ce n'est pas la campagne d'information qui est analysée mais les logiques de médiatisation liées à cette politique. Celles ci ont un point en commun, celui de vouloir dépolitiser l'action publique, de la sortir d'un discours partisan ou engagé. Un des aspects de cette politique consiste à donner un aspect naturel et incontestable à l'objectif de réduire « l'insécurité routière » et en cela elle doit avant tout déconnecté cet objectif de l'enjeu politique sous jacent. Ensuite, la sécurité routière repose davantage sur l'action du ministère de l'intérieur et de la défense au détriment des ministères de l'équipement et des transports. Ce mouvement traduit une réaffirmation de l'Etat dans sa fonction de maintien de l'ordre social, en lien avec la croyance contemporaine dans une plus grande efficacité d'un Etat pénal et répressif.

3Le résultat est une coproduction particulièrement efficace dans l'invisibilisation des relations entre médias et politique publique, relativement à d'autres causes présidentielles sur la même période, la cancer et la handicap. Les journaux télévisés de TF1 et France 2 ont sur l'année 2002 consacré plus de six fois plus de sujets sur les dangers de la route que sur le cancer, alors que ce dernier est responsable de près de vingt fois plus de décès. Cet exemple fait apparaître une logique du traitement journalistique des accidents de la route, celle d'une décontextualisation sociale et économique de ce phénomène. Selon une étude menée par Matthieu Grossetête, auteur du premier chapitre consacré au traitement de la « sécurité routière » par les journaux télévisés, les accidents mortels concernent majoritairement une population « solitaire, rurale et populaire ». Or l'explication, plus ou moins explicite, de l'insécurité routière avancée dans les médias pointe les conducteurs et les comportements délinquants qu'ils adoptent, notamment chez les jeunes ou les personnes âgées, les motards, ou les cyclistes. Les facteurs aggravant sont alors l'alcool, la drogue, la conduite sans permis, ou la participation à des rodéos.

4Un ouvrage donc instructif, complet et agréable, notamment en raison de la collaboration d'auteurs proposant des chapitres autonomes et néanmoins complémentaires. L'ouvrage propose six chapitres abordant le thème de la sécurité routière à travers différents acteurs, les polices routières, la presse automobile par exemple. Tous ont un dénominateur commun, celui de montrer la médiatisation d'une politique publique par ces différents acteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Dominique Marchetti, Communication et médiatisation de l'Etat. La politique invisible », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 30 mars 2008, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/570

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page