Navigation – Plan du site

Michel Chalopin, L’Enseignement mutuel en Bretagne. Quand les écoliers bretons faisaient la classe

Stéphane Lembré
L'Enseignement mutuel en Bretagne
Gilbert Nicolas, Michel Chalopin (dir.), L'Enseignement mutuel en Bretagne. Quand les écoliers bretons faisaient la classe, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2011, 263 p., EAN : 9782753512801.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage que Michel Chalopin consacre à l’enseignement mutuel en Bretagne est tiré de sa thèse de doctorat, soutenue en 2008 à l’université de Rennes II. Il intéressera le lecteur, outre la curiosité pour un mode d’enseignement mal connu, à au moins à deux titres.

  • 1  Raymond Tronchot, L’enseignement mutuel en France de 1815 à 1833, les luttes politiques et religie (...)

2D’abord, il complète utilement les études disponibles, à commencer par la volumineuse thèse d’État de Raymond Tronchot, soutenue en 1973, qui dressait un inventaire précis et austère des motivations politiques de la promotion de l’enseignement mutuel à partir des archives des services de l’État1. Ce travail de longue haleine fut suivi d’un nombre limité de travaux susceptibles de rendre compte de l’application ou de l’absence d’application des décisions ministérielles. L’un des grands mérites de l’auteur réside donc dans l’utilisation précise des archives disponibles dans les cinq départements bretons, y compris les fonds des diocèses de Saint-Brieuc et de Quimper. L’auteur montre par exemple à partir de ces archives, et malgré leur volume assez modeste, que les enseignements mutuels de filles et de garçons concernent des publics socialement décalés : alors que les écoles mutuelles ont d’abord été destinées aux garçons, Brest paraît bien seule dans sa volonté de fonder une école mutuelle gratuite pour les filles indigentes (p. 42-44).

3Cette étude permet surtout de mesurer les décalages entre les projets mutuels, dans toute leur diversité, et les applications qui s’en réclament. À travers les différentes expériences menées en Bretagne, on comprend mieux quels dispositifs pédagogiques et institutionnels recouvre l’appellation d’enseignement mutuel. Non seulement les préconisations des grands pédagogues mutuels comme Bell et Lancaster, ou des relais et émules français que furent Nyon, Bally ou Jomard, n’étaient pas toujours suivies, mais elles étaient même parfois clairement ignorées. Des pratiques pédagogiques « mixtes », à la fois mutuelles et simultanées – selon l’autre grand mode d’enseignement de l’époque – sont aisément repérables, et parfois un instituteur mutuel, au gré de sa carrière, est amené à abandonner cette pédagogie.

  • 2  Voir Gilbert Nicolas, Instituteurs entre politique et religion, la première génération de normalie (...)

4Il est toujours difficile de mesurer l’efficacité d’un enseignement, et plus encore pour un travail sur archives. Mais Michel Chalopin relève plusieurs indices qui l’amènent à confirmer l’idée de l’échec non seulement politique – car l’enseignement mutuel subit l’évolution des priorités de la politique scolaire de la Restauration puis de la Monarchie de Juillet – mais également pédagogique, l’apprentissage dans ces classes qui pouvaient atteindre plusieurs centaines d’élèves étant souvent réduit au « mécanisme par répétition et mémorisation d’une formule » (p. 124). Les raisons de ce dernier échec sont multiples, depuis le manque de soutien local à l’établissement mutuel jusqu’à la formation nettement insuffisante des instituteurs. Des progrès peuvent toutefois être notés, par exemple dans le développement de l’enseignement du dessin linéaire, qui souffre néanmoins du manque de matériel (p. 114 et suiv. et p. 186-188), mais montre que l’enseignement mutuel a su s’enrichir au-delà des trois matières centrales du système que sont la lecture, l’écriture et l’arithmétique. Dans cet échec global, l’auteur révèle en particulier combien le critère financier est déterminant : les motivations libérales et philanthropiques qui accompagnent le développement des écoles mutuelles se confondent avec le souci de créer des écoles au moyen d’une dépense la plus réduite possible. Cette limite financière touche aussi bien le salaire de l’instituteur, celui des moniteurs (élément clé du dispositif) ou les locaux mis à la disposition de l’école. Quant à la formation des instituteurs, ses conséquences sur l’institutionnalisation de l’enseignement mutuel sont évidentes. Seuls les instituteurs formés à l’école normale de Rennes, après ceux venus de Paris et envoyés, le plus souvent, par la Société pour l’instruction élémentaire, semblent bien connaitre les objectifs et les implications de l’enseignement mutuel. Ce n’est pas pour autant un gage d’orthodoxie pédagogique mutuelle, comme l’auteur le montre bien grâce à quelques portraits d’instituteurs mutuels aux parcours variés, tel ce Guy-Marie Le Goff, aux talents pédagogiques semble-t-il limités et aux options politiques contestées par les autorités. Cette galerie de portraits, nécessairement limitée par les sources disponibles, prolonge parfaitement la démarche prosopographique initiée par Gilbert Nicolas à propos des instituteurs bretons au XIXe siècle2.

  • 3  Bruno Poucet, « Petite histoire de l’enseignement mutuel : l’exemple du département de la Somme », (...)

5On pourrait relever toutefois deux limites pour cette étude, mais qui n’en atténuent que très partiellement le grand intérêt. Premièrement, la dimension comparative avec d’autres régions aurait pu permettre de mieux apprécier la particularité d’une Bretagne dont le réseau d’enseignement mutuel affiche une belle densité. Cela aurait conduit à mieux mesurer la part – déterminante, comme le prouve d’ailleurs bien Michel Chalopin – du volontarisme ou de l’hostilité des recteurs et des préfets qui se succèdent en Bretagne, par rapport à la place de l’enseignement mutuel dans les évolutions de la politique scolaire. On pense en particulier au cas de la Somme ou, hors de France, à celui de Genève, qui ont fait l’objet d’études de cas récentes, quoique plus circonscrites, mais qui ne sont pas évoquées3. Deuxièmement, l’importance des Frères des Écoles chrétiennes, placés directement en concurrence face aux écoles mutuelles, aurait peut-être justifié une étude croisée de ces deux entités politiquement et pédagogiquement différenciées. L’influence de Jean-Marie de La Mennais, qui dépasse le diocèse de Saint-Brieuc (p. 67 et suiv.), comme les choix des municipalités, ont renforcé cette opposition qui n’est plus seulement celle du mode mutuel face au mode simultané d’enseignement. Les jeux de rivalités locaux comme les affrontements au cœur de l’État plaident aussi pour cette étude croisée, qui aurait eu toutefois l’inconvénient de nier l’enseignement mutuel en tant qu’objet de recherche, tout en le surinvestissant politiquement et pédagogiquement pour les besoins de l’opposition.

6Le sous-titre de l’ouvrage, en reprenant une expression joliment vieillie, exprime bien la distance qui existe entre ces expériences pédagogiques et la charge de représentations que condense aujourd’hui l’enseignement mutuel. Faire la classe doit s’entendre, à lire Michel Chalopin, aussi bien dans l’organisation matérielle et disciplinaire que dans la pédagogie mise en œuvre, selon deux niveaux qui sont au centre de la fonction de l’instituteur mutuel – et qui en font toute la difficulté. C’est bien l’apport de ce livre que de proposer des éléments pour déconstruire tant le système mutuel souhaité, imaginé ou remémoré.

Haut de page

Notes

1  Raymond Tronchot, L’enseignement mutuel en France de 1815 à 1833, les luttes politiques et religieuses autour de la question scolaire, thèse de doctorat d’État ès lettres, 1973, 3 vol.

2  Voir Gilbert Nicolas, Instituteurs entre politique et religion, la première génération de normaliens en Bretagne au XIXe siècle, Rennes, Apogée, 1993, 206 p. ; id., Le grand débat de l’école au XIXe siècle : les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, 2004, 335 p.

3  Bruno Poucet, « Petite histoire de l’enseignement mutuel : l’exemple du département de la Somme », Carrefours de l’éducation, 2009/1, n°27, p. 7-18 ; Christian Alain Muller, « L’enseignement mutuel à Genève ou l’histoire de l’ ʺéchecʺ d’une innovation pédagogique en contexte : l’école de Saint-Gervais, 1815-1850 », Paedagogica Historica, vol. 41, n°1-2, 2005, p. 95-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Michel Chalopin, L’Enseignement mutuel en Bretagne. Quand les écoliers bretons faisaient la classe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 31 mai 2011, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5700

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page