Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jean-Noël Luc, Jean-François Cond...

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil, Histoire de l’enseignement en France. XIXe-XXIe siècles

Benoît Peuch
Histoire de l'enseignement en France
Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil, Histoire de l'enseignement en France. XIXe-XXIe siècle, Paris, Armand Colin, coll. « Mnémosya », 2020, 416 p., ISBN : 978-2-200-61333-4.
Haut de page

Texte intégral

1« Deux siècles d’histoire du système scolaire en 416 pages » (p. 13), c’est ainsi que Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil présentent le projet de cette Histoire de l’enseignement en France. Le choix de la tranche historique n’a rien d’arbitraire. Ce dont ce livre rend compte, c’est de l’existence d’une cohérence historique à l’échelle de deux siècles : du XIXe siècle à nos jours, quelque chose émerge, s’installe, se développe et se renforce. Ce « quelque chose », c’est un système scolaire centralisé par lequel le pouvoir étatique entend organiser l’instruction du plus grand nombre. La somme qui nous est donnée à lire ici ne se contente donc pas de réunir une masse d’informations susceptibles de rendre compte de l’état actuel de la recherche en histoire de l’éducation. Elle nous montre encore comment toutes ces informations peuvent être liées entre elles de façon à raconter « l’aventure d’une éducation nationale d’État » (p. 9).

2Les trois premières parties du livre prennent la forme d’une analyse chronologique du sujet découpée en trois périodes. Pour chacune d’entre elles, les auteurs s’efforcent de rendre compte des évolutions institutionnelles et juridiques qui touchent tous les niveaux d’éducation – de l’école maternelle à l’université en passant par la formation professionnelle – mais aussi des controverses pédagogiques et politiques autour desquelles se cristallisent les réflexions sur l’éducation.

3La première période s’ouvre avec le Premier Empire et se ferme avec le Second (soit, entre 1800 et 1870) ; c’est à cette époque que le système scolaire à la française commence à se développer. Une étape très importante de cette séquence est la loi Guizot du 14 février 1833, qui oblige les communes à fournir un local pour en faire une école primaire. Cette période est aussi celle des débuts de l’université, des écoles maternelles (alors appelées « salles d’asile ») et de l’instruction pour adulte. Le mouvement est amorcé : non seulement l’éducation se centralise, mais elle s’adresse aussi à un public beaucoup plus large qu’auparavant.

4La deuxième période va de l’avènement de la IIIe République au régime de Vichy (1880-1944). C’est d’abord l’époque des lois Ferry de 1881-1882. Les auteurs font remarquer que, si la gratuité et le caractère obligatoire de l’école de la IIIe République approfondissent des tendances préexistantes, la volonté de rendre l’instruction laïque est une nouveauté. En positiviste républicain, Ferry défend en effet l’idée que la formation du citoyen doit passer par une éducation rationnelle étrangère aux questions de religion : « On ne fait pas un républicain comme on fait un catholique », dira aussi Ferdinand Buisson, directeur de l’Enseignement primaire de 1879 à 1896 (p. 106). C’est aussi l’époque où l’école est profondément perturbée par l’expérience de la guerre : des milliers d’instituteurs sont mobilisés sur le front pendant la Grande Guerre et, pendant l’occupation, des milliers d’autres sont victimes de la politique d’épuration du régime de Vichy. C’est encore l’époque où l’essor des pédagogies nouvelles, qui valorisent l’autonomie de l’enfant et remettent en cause le caractère autoritaire des pédagogies « traditionnelles », stimule l’esprit de réforme de certains acteurs qui, comme Jean Zay, s’engagent pour moderniser le système scolaire français.

5La troisième période va de l’après-guerre à nos jours (1950-2019). La durée de la scolarisation s’allonge : on sort de l’école plus tard, mais on y entre aussi plus tôt. Entre 1962 et 2016, la proportion d’individus présents du système scolaire à l’âge de 17 ans passe de moins de 40% à plus de 80% ; entre 1958 et 1980, la proportion des enfants de 4 ans qui sont scolarisés passe de 57% à 100 %. C’est aussi pendant cette période qu’émerge l’essentiel des controverses sur l’école qui animent aujourd’hui l’espace public, concernant les méthodes pédagogiques (on pense, par exemple, à l’opposition entre « pédagogues » et « républicains » dans les années 1980) mais aussi aux questions relatives à la lutte contre les inégalités de genre ou à la laïcité.

6Dans la partie IV, les auteurs s’intéressent de façon plus globale aux ruptures et aux continuités que l’on peut observer au cours des trois périodes précédemment exposées en détail. Bien que très courte (une trentaine de pages), cette partie est fort intéressante en ceci qu’elle permet de voir que le développement du système scolaire français se construit sur la durée autour d’une tension entre les attentes modernisatrices que l’école est censée concrétiser et le caractère décevant de certains de ses résultats. D’un côté, l’histoire du système éducatif français depuis le XIXe siècle peut être vue comme la concrétisation progressive du projet d’une école pour tous, visant à permettre à chacun de s’insérer professionnellement dans une société de plus en plus exigeante, mais aussi à réformer la société elle-même en contribuant à l’institution d’une solidarité plus démocratique. D’un autre côté, la beauté du projet ne saurait masquer le fait que l’école est moins efficace que prévu – que ce soit pour rendre la société plus juste ou pour instruire efficacement ses usages. À elle seule, l’école est bien incapable d’abolir les inégalités sociales ou les inégalités de genres. C’est aussi une école peu performante qui peine à se distinguer dans les enquêtes internationales (comme Pisa ou Timms). Ce que l’on retient de ces analyses, c’est qu’une réflexion sérieuse sur le système éducatif français doit être capable d’assumer cette tension – ce qui exige que l’on se garde d’idéaliser excessivement les capacités modernisatrices de l’école, sans nécessairement considérer qu’elle n’aurait rien de positif à apporter à ses usagers ou qu’elle ne pourrait pas être améliorée. C’est ainsi que nous interprétons le titre de la dernière section du livre : « Vive l’école quand même ! ».

7En rendant compte des développements les plus récents du système éducatif français (allant jusqu’à la loi Blanquer de 2019 qui abaisse l’entrée dans la scolarité obligatoire à l’âge de 3 ans), Histoire de l’enseignement en France est une histoire ouverte dans laquelle la réflexion sur les formes passées du système scolaire rencontre celle qui s’intéresse à sa situation actuelle. Ce faisant, l’ouvrage nous rappelle que nos institutions, comme les débats qui s’animent autour d’elles, ont une histoire qui, quand on la prend en compte, permet de mieux comprendre la situation présente. Ici, le travail de l’historien n’apparaît pas simplement comme un effort d’érudition réservé aux spécialistes, mais aussi comme une ressource susceptible d’approfondir la réflexivité de chacun sur la société et les problèmes qui s’y posent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Peuch, « Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil, Histoire de l’enseignement en France. XIXe-XXIe siècles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 juillet 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57059 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57059

Haut de page

Rédacteur

Benoît Peuch

Professeur des écoles et doctorant en philosophie et sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search