Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Vincenzo Cicchelli, Sylvie Octobr...

Vincenzo Cicchelli, Sylvie Octobre, K-pop. Soft power et culture globale

Jimin Choi
K-pop
Vincenzo Cicchelli, Sylvie Octobre, K-pop. Soft power et culture globale, Paris, PUF, 2022, 324 p., EAN : 9782130830504.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hallyu, mot sud-coréen, peut se traduire en français par « la vague [sud-]coréenne ».
  • 2 Robertson Roland, Globalization : Social thoery and Global Culture, London, SAGE Publications Ltd, (...)

1En reprenant un proverbe sud-coréen, « Le dragon est sorti du ruisseau », qui annonce l’émergence d’un nouveau héro en scène, deux sociologues français se livrent à une analyse sociologique qui porte sur la Corée du Sud. Dans cet ouvrage, il est moins question de son essor économique depuis les années 1970, et de son intégration aux groupes des « dragons » asiatiques aux côtés de Hong Kong, Singapour et Taïwan depuis les années 1990, déjà bien documentés. Sylvie Octobre, chargée d’études au ministère de la Culture (Deps-Doc), chercheuse rattachée au Centre Max Weber, et Vicenzo Cicchelli, maître de conférences à l’université de Paris-Cité (ancienne Paris Descartes-V) et affilié au CEPED (IRD), proposent d’étudier l’essor culturel de la Corée sur la scène internationale, en prenant pour objet la K-pop sous l’angle d’un sweet power apparu dans une culture de plus en plus globalisée. Spécialistes de la culture de la jeunesse à l’ère de la globalisation, cette enquête, qui se situe au croisement des Hallyu studies1 et des Global studies, s’intéresse ainsi au processus de glocalisation de la pop culture, pour reprendre le néologisme du sociologue britannique Roland Robertson2.

  • 3 L’on adoptera pour ce compte-rendu le système de romanisation de la langue coréenne, McCune-Reishch (...)

2Selon les auteurs, le succès transnational du boysband sud-coréen BTS (pangt'an sonyŏndan3 qui signifie « les défenseurs de la jeunesse ») et de la série Squid Game (ojing'ŏ keim), relève d’une transformation plus large de la pop culture globale esthétisée. Ils proposent, pour l’analyser, d’étudier la circulation des biens culturels sud-coréens sur la scène internationale et sa réception par une partie de la jeunesse française, qualifiée de « cosmopolite » en raison de la « forte curiosité à l’égard de produits étrangers » qu’elle exprime (p. 153). Pour ce faire, cette étude articule différents niveaux d’analyse. À l’échelle macrosociale, les sociologues cherchent à dégager des traits distincts de la vague sud-coréenne, et proposent une redéfinition théorique de la hallyu en mobilisant une importante littérature sociologique sur la globalisation et le cosmopolitisme (Chapitres 1, 2 et 3). À l’échelle microsociale, les auteur·es étudient la réception de la hallyu par la jeunesse française (Chapitres 5, 6 et 7). Ils procèdent à partir d’analyse d’entretiens effectués avec des amateurs de K-pop, soit 74 français·es (66 femmes et 8 hommes âgé·es de 18 à 31 ans).

3Les auteur·es partent du constat déjà établit que la vague [sud-]coréenne ne se limite plus à l’échelle régionale mais connait une vraie expansion internationale. Celle-ci s’inscrit dans un mouvement qui combine l’émergence d’une pop culture globale et l’émergence d’une industrie culturelle portant le qualificatif « K – » de Corée du Sud (korea) : K-pop, K-dramas, K-webtoon. Cette expansion culturelle [sud-]coréenne, à partir de biens qui visent un public à la fois populaire et très large, sans distinction apparente de strates sociales, et son insistance sur la valeur esthétique des objets culturels, loin d’être isolée, s’inscrit dans le sillage de nouvelles formes de produits culturels internationaux comme les mangas japonais ou encore l’industrie cinématographique nigériane, connue sous l’appellation de Nollywood. À cet égard, l’industrie culturelle sud-coréenne cherche à se démarquer du reste de l’offre culturelle internationale en ce qu’elle vise à tirer les meilleurs partis de la pop culture hégémonique globale.

  • 4 Sous l’impulsion des liens qui se sont tissés au cours de la colonisation japonaise (1910-1945) et (...)

4Plusieurs facteurs ont contribué à l’émergence de la K-pop. Tout d’abord, la relation de la Corée avec les États-Unis, qui incarne l’hégémonie de la pop culture sur la scène internationale, et avec le Japon, premier acteur asiatique de la vague culturelle d’Asie de l’Est4. C’est dans le contexte de la crise économique qui a touché l’ensemble du pays en 1997 qu’émerge un capitalisme de l’entertainment, soit la forme la plus poussée du capitalisme contemporain reposant sur « la production de valeurs esthétiques » (p. 42). Dans un pays dépouillé de ressources naturelles, les pouvoirs publics soutiennent fortement l’industrie culturelle, dont l’exportation des produits culturels représentent un atout économique important pour la Corée du Sud. Tout en s’inspirant des modes de production à l’américaine et de la promotion d’un imaginaire sur l’Asie créé par le Japon, la K-pop se pose comme une nouvelle offre, originale, de la pop culture globale sur la scène internationale. Les auteur·es notent également l’importance du travail des consommateurs, car si les grandes maisons sud-coréennes d’Entertainment à visée internationale sont à l’initiative de la production standardisée des idoles polyvalentes, les fans participent aussi grâce à leur familiarité des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) à cette production des idoles.

  • 5 Korean Academy of Psychotherapists, « Dialogue between Prof. Medard Boss and Prof. Rhee », Chŏngsin (...)
  • 6 Delissen Alain, « Ch’oe Namsŏn et la syllabe magique de l’histoire coréenne », Écrire l'histoire, n (...)

5Dans sa volonté de faire de la K-pop une marque nationale (Nation branding) et de promouvoir le sweet power – dérivant du soft power –, l’État sud-coréen soutient l’industrie musicale sur le plan politique et financier (p. 106). Les auteur·es associent l’image « douce » de la Corée du Sud à son ambition de gagner en visibilité sur la scène internationale par le biais du domaine culturel. Dans cette perspective, cette promotion de l’image douce relève avant tout d’une stratégie de diplomatie culturelle. Par ailleurs, la fabrique d’un récit renouvelé autour d’une identité nationale vise également les Sud-coréens (p. 108). En effet, d’après certains psychiatres sud-coréens5, c’est en réponse à un passé traumatique comparé à un « complexe d’infériorité », que le gouvernement sud-coréen cherche à restaurer/rétablir la fierté nationale (charang)6. Cette image culturelle de la Corée met en scène le développement de la technologie de pointe, par des individus ayant baigné dans les valeurs confucéennes (harmonie et vivre-ensemble), mises au profit du collectif, et ce, en dépit de l’histoire du pays teintée des agressions de différentes puissances mondiales. Il en ressort un équilibre supposé de la modernité mise au service des individus et leur permettant de s’installer dans une hégémonie géopolitique occidentale à laquelle le Japon participe également.

  • 7 Cicchelli Vincenzo, Octobre Sylvie, L’amateur cosmopolite. Goûts et imaginaires juvéniles à l’ère d (...)
  • 8 La question du suicide émerge comme un des thèmes majeurs de la santé mentale en Corée du Sud et fa (...)

6Dans la seconde partie de l’ouvrage, les auteur·es abordent la question de la réception de cet ensemble de produit culturel par la jeunesse en France. Les auteur·es prennent leurs distances avec la thèse « de la proximité culturelle et de l’exotisme » (p. 135) selon laquelle le degré de curiosité pour l’Autre dépend de la distance géographique ou culturelle. Ces jeunes Français·es, principalement des femmes (parmi 74 entretiens menés, on retrouve 66 femmes pour 8 hommes), la plupart issu·es des classes moyennes et diplômé·es de l’enseignement supérieur, ne se préoccupent guère d’une « bonne » appropriation de la K-pop (p. 157). Ayant une certaine familiarité avec la culture d’Asie (de l’Est) par le biais de la culture japonaise, ils·elles se définissent d’abord comme « amateur[·ices] cosmopolite[s] »7 de la K-Pop. Il s’agit donc d’une consommation qui relève de l’omnivorité culturelle, avec une sphère d’intérêt qui s’étend à l’échelle internationale. Ce qui ressort des entretiens, c’est la valorisation, par cette fraction de la jeunesse française, des aspects optimistes et positifs du mode de vie coréen, véhiculés dans les produits culturels, combinant l’aisance qu’offre la haute technologie et la vertu de la morale confucéenne (respect d’autrui, pudeur…). Pour autant, les jeunes fan de K-pop sont conduits, au cours de cette familiarisation, à soulever l’envers du décor qui se cache derrière « le canon esthétique sud-coréen » (p. 177) en dépit de messages de bien-être et de confiance en soi qu’émettent les idoles de la K-Pop. Ainsi, le goût pour des produits culturels sud-coréens peut se conjuguer, chez les individus, à une critique de la société sud-coréenne autour de la question du suicide des jeunes8 ou encore de la compétition effrénée.

7Pour les jeunes fans de K-pop, cette consommation culturelle s’inscrit dans un processus de singularisation. En effet, bien que l’on observe un attrait grandissant pour les produits culturels sud-coréens en France, les fans de la K-pop restent minoritaires, de sorte qu’ils et elles s’exposent souvent à des moqueries ou des reproches de la part des ami·es et des parents en réaction à quoi se constitue une communauté d’amateur·ices dont les auteur·es soulignent qu’elle se forme également en ligne, sur les réseaux sociaux, et qu’elle intègre ainsi une dimension transnationale. Si la construction de soi par la K-pop vient se heurter au risque d’exclusion par rapport au groupe d’ami·es chez les adolescent·es, la communauté transnationale joue un rôle de soutien et d’entraide, ce qui leur permet de préserver « un jardin secret » (selon les termes d’une enquêtée, p. 248) dans l’intimité du monde numérique. Outre la sociabilité, la consommation de la musique pop sud-coréenne s’inscrit dans les trajectoires sociales des jeunes, avec des logiques « d’empowerment » relationnel et culturel. Par exemple, certain.e.s fans s’inscrivent dans les établissements supérieurs qui dispensent des cours sur la langue coréenne et la Corée du Sud tels que l’INALCO (ou Paris-Cité et EHESS) et peuvent y valoriser des apprentissage autodidactes. Ceci reste néanmoins largement corrélé aux propriétés sociales des fans et de leurs capitaux. Ainsi, pour les fans peu dotés en capital social (indépendamment du statut et de l’origine migratoire), la hallyu devient une ressource centrale dans les parcours, favorisant des stratégies de rattrapage, tandis qu’elle reste une ressource secondaire et n’affecte pas l’orientation professionnelle des individus issus des classes supérieures de façon déterminante.

8En conclusion, cette première recherche en langue française consacrée à la K-pop offre un double apport. D’un côté, l’analyse théorique sur la genèse de la K-pop, sujet ordinairement privilégié par les chercheurs sud-coréens, pose un nouveau regard sur la pop culture globale esthétisée sud-coréenne. De l’autre, l’analyse empirique sur les fans français, dans laquelle apparait une description approfondie de leur trajectoire sociale, servira de matériaux pour les travaux ultérieurs portant sur le même sujet et dans d’autres contextes multiculturels.

Haut de page

Notes

1 Hallyu, mot sud-coréen, peut se traduire en français par « la vague [sud-]coréenne ».

2 Robertson Roland, Globalization : Social thoery and Global Culture, London, SAGE Publications Ltd, 1992.

3 L’on adoptera pour ce compte-rendu le système de romanisation de la langue coréenne, McCune-Reishchauer, dénominateur commun au sein des chercheurs en études coréennes.

4 Sous l’impulsion des liens qui se sont tissés au cours de la colonisation japonaise (1910-1945) et de l’occupation de la péninsule par l’Armée états-unienne (1945-1948) sans oublier sa présence militaire depuis lors, la Corée du Sud fournit un terroir propice à l’hybridation culturelle entre le Japon et les États-Unis.

5 Korean Academy of Psychotherapists, « Dialogue between Prof. Medard Boss and Prof. Rhee », Chŏngsinch'iryo, vol. 6, n° 1, 1992, p. 30-43.

6 Delissen Alain, « Ch’oe Namsŏn et la syllabe magique de l’histoire coréenne », Écrire l'histoire, n° 1 décembre 2019, disponible en ligne à l’adresse : https://doi.org/10.4000/elh.2135.

7 Cicchelli Vincenzo, Octobre Sylvie, L’amateur cosmopolite. Goûts et imaginaires juvéniles à l’ère de la globliastion, Paris, Ministère de la Culture (DEPS), 2017 ; compte rendu de Denis Saint-Amand pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.22655.

8 La question du suicide émerge comme un des thèmes majeurs de la santé mentale en Corée du Sud et fait l’objet de politiques publiques spécifiques de prévention. Voir à ce sujet Park Seon-Cheol et al. « Suicide CARE (Standardized Suicide Prevention Program for Gatekeeper Intervention in Korea): An Update », Psychiatry investigation, Vol. 17, n° 9, 2020, p. 911-924.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jimin Choi, « Vincenzo Cicchelli, Sylvie Octobre, K-pop. Soft power et culture globale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57134

Haut de page

Rédacteur

Jimin Choi

Doctorant en Histoire et Civilisations à l’EHESS (CrC/Centre de recherche sur la Corée).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search