Navigation – Plan du site

Anne-Cécile Begot, Médecines parallèles et cancer. Une étude sociologique

Benoît Ladouceur
Médecines parallèles et cancer
Anne-Cécile Begot, Médecines parallèles et cancer. Une étude sociologique, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2010, 201 p., EAN : 9782296132801.
Haut de page

Texte intégral

1« Si ça ne me fait pas du bien, ou moins ça ne peut me faire du mal ». Cette forme de justification d’un recours aux médecines parallèles illustre leur place secondaire dans la hiérarchie entre médecine savante et médecines parallèles. Encore appelées médecines douces, non conventionnelles, ou naturelles, les définitions mêmes font débat. C’est ce que montre Anne-Cécile Begot dans son ouvrage Médecines parallèles et cancer. Une étude sociologique qui prend pour objet la construction socio-historique des frontières entre la médecine savante et médecines parallèles.

2L’auteure montre que le développement des sciences et du positivisme ont conduit à l’institutionnalisation de la médecine, elle passe par la professionnalisation du corps médical et une laïcisation de l’hôpital. Celle-ci est à l’origine de la hiérarchisation des différentes conceptions des démarches médicales. L’angle d’approche de l’auteure, concernant les rapports entre médecine savante et médecines parallèles est celui du champ. Ce concept lui permet de rendre compte des rapports de force propres aux différentes médecines. C’est l’objet de la première partie du livre. L’usage du concept de champ présente deux avantages pour Anne-Cécile Begot. Tout d’abord il permet de tisser sur le long terme la construction sociale aboutissant à la différenciation entre médecine savante et « médecines parallèles », donc de second ordre. Cette différenciation n’est pas figée, et c’est le deuxième intérêt du concept de champ que de mettre en évidence les luttes visant à imposer une approche médicale, un corps de praticiens, ou encore une reconnaissance institutionnelle et politique à telle ou telle pratique de soins.

3Plusieurs facteurs sont retenus par l’auteure dans le processus d’institutionnalisation et de reconnaissance de la médecine. Dès la fin du XVIIIe, l’offre thérapeutique se développe, notamment en raison de l’action des pouvoirs publics, des avancées médicales et de l’augmentation des moyens financiers des patients. Cependant l’institutionnalisation, et la reconnaissance de la médecine officielle auprès des populations ne se fait pas de façon linéaire. La médecine à double vitesse qu’on décrie de nos jours est déjà présente dès la fin du XVIIIe siècle. Les médecins diplômés s’installent en ville, là où les populations aisées peuvent se payer leurs services. Les campagnes font la part belle aux médecines empiriques, et l’Eglise y joue un rôle de service public que l’Etat ne peut nier, ni concurrencer réellement, fautes de moyens financiers. Du côté de la demande, les sociétés de secours mutuels (ancêtres des mutuelles contemporaines) se développent rapidement durant la seconde moitié du XIXe siècle, leur nombre d’adhérents s’élève à deux millions au début du XXe siècle. Aujourd’hui la demande de soins n’a jamais été aussi grande. La médicalisation de l’existence est donc une caractéristique importante de notre société. Dès lors, on peut penser alors que ce phénomène a des répercussions sur le champ médical, notamment dans la valorisation des médecines parallèles, qui viennent occuper une place laissée vacante par la médecine officielle. Néanmoins, il persiste une forte hiérarchie entre les différentes pratiques médicales, comme l’illustrent certains passages du livre. Ainsi pour certains oncologues, le fait que leurs patients déclarent avoir recours aux médecines parallèles est perçu comme une remise en question de leur efficacité et de leur légitimité professionnelle.

4D’après l’auteure le renouveau des mouvements religieux dans les années 1970 explique le développement des médecines parallèles. Celui-ci coïncide perte de légitimité de l’institution médicale, celle-ci se voyant reprocher de ne pas prendre suffisamment en compte la dimension individuelle et spirituelle des patients. Anne-Cécile Begot utilise le terme de contestation pour décrire cette évolution, ce qui nous semble mal adapté car, d’une part, très peu de malades rejettent toute forme de prise en charge hospitalière (cinq enquêtés sur quarante). D’autre part, l’enquête ne permet pas vraiment de tester cette hypothèse puisqu’elle prend pour objet le vécu des patients sans développer plus finement la nature de leur rapport à la médecine hospitalière. Il s’agit davantage pour Anne-Cécile Begot de comprendre « l’univers de sens » qui guide les individus dans des parcours de soins particuliers non linéaires. D’ailleurs, comme le souligne très bien l’auteure les traitements anti-cancéreux sont longs, espacés et incertains quant à leurs résultats. Dès lors les médecines parallèles sont davantage sollicitées pour « combler un vide » source d’anxiété que pour signifier une contestation de l’ordre médical. De plus, la reconnaissance institutionnelle de certains traitements (par leur remboursement, comme l’homéopathie ou l’acupuncture) rangés dans les médecines parallèles affaiblit la thèse du recours à ces médecines dans un but uniquement contestataire.

5Cet ouvrage se lit donc plus comme un travail ethnographique mettant avant tout l’accent sur les personnes qui vivent et se confrontent à une maladie particulièrement investie par la médecine et les pouvoirs publics. On aurait aimé que soient davantage pris en compte les facteurs sociologiques pouvant influencer et expliquer le recours aux médecines parallèles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Anne-Cécile Begot, Médecines parallèles et cancer. Une étude sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5717

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page